Détournements de fonds publics : une longue tradition dans la vie politique

 |   |  921  mots
Ce n'est pas à la justice de porter un jugement sur le travail parlementaire et sur la façon dont celui-ci s'organise avec ses collaborateurs a déclaré François Fillon après son audition par les juges mardi 14 mars.
"Ce n'est pas à la justice de porter un jugement sur le travail parlementaire et sur la façon dont celui-ci s'organise avec ses collaborateurs" a déclaré François Fillon après son audition par les juges mardi 14 mars. (Crédits : Reuters)
François Fillon a été mis en examen pour détournements de fonds publics et manquements aux obligations de déclarations à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique ce mardi 14 mars. L'ancien Premier ministre n'est pas le seul élu à être mêlé à ce type d'affaires.

L'affaire Fillon est loin d'être inédite dans l'histoire de la Vème République. Si le candidat de la droite et du centre à la présidentielle est pour l'instant seulement soupçonné de détournements de fonds publics et que l'enquête judiciaire doit encore avancer, plusieurs élus ont été condamnés ces 20 dernières années pour ce type de comportements. Retour sur les affaires les plus importantes de ces dernières décennies.

>> Lire aussi : François Fillon mis en examen

Paul Giacobbi et les gîtes ruraux

giacobbi

Le député de Haute-Corse Paul Giacobbi lors de la présentation du tour de France à Paris en 2012. Crédits : Reuters/Benoit Tessier.

Au mois de janvier dernier, le tribunal correctionnel de Bastia a condamné le député divers gauche de la Haute-Corse et ancien président du conseil général de 1998 à 2010 à trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité pour "détournements de fonds publics" dans l'affaire des gîtes ruraux. Il a également été condamné à 100.000 euros d'amende. Paul Giacobbi est la personne qui avait le plus de responsabilités dans ce dossier parmi les 24 prévenus de ce procès. L'affaire porte sur le versement de près d'un demi-million d'euros de subventions entre 2007 et 2010 pour construire ou rénover des gîtes ruraux sur l'île de Beauté. Mais ces sommes ont été détournées au profit d'une quinzaine de personnes dont des élus et des hauts-fonctionnaires comme le rapporte France 3.

Sylvie Andrieux, condamnée à quatre ans de prison

sylvie andrieux

Sylvie Andrieux et ses avocats lors du début de son procès à Marseille en 2013. Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier.

La députée socialiste de la troisième circonscription des Bouches-du-Rhône a définitivement été condamnée en novembre 2016 à quatre ans de prison dont trois avec sursis, 100.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité pour détournement de fonds publics. Elle a par ailleurs abandonné son poste de députée en décembre dernier après avoir été exclue du Parti socialiste en 2013. Les faits qui lui sont reprochés remontent à la période 2005-2008, au moment où Mme Andrieux était vice-présidente du conseil régional de Provence-Alpes Côte d'Azur. Elle aurait distribué près de 700.000 euros de subventions régionales à des associations fictives. Ces fonds servaient notamment à assurer un train de vie confortable aux prétendus dirigeants de ces associations qui devaient aider Sylvie Andrieux à se faire élire.

Claude Guéant et les primes de cabinet

Claude Guéant

Claude Guéant a été condamné en appel à de la prison ferme. Crédits Reuters.

L'ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy et ancien ministre de l'Intérieur a été condamné en janvier dernier à deux ans d'emprisonnement dont un an ferme dans le cadre de l'affaire des primes de la police distribuées aux membres du cabinet de Nicolas Sarkozy. Il a également été condamné à payer une amende de 75.000 euros et n'a pas le droit d'exercer de fonction publique pendant cinq ans. En appel, les juges ont considéré que Claude Guéant, "haut fonctionnaire ayant une parfaite connaissance du fonctionnement de l'administration", a "délibérément rétabli des primes de cabinet en liquidités, qui avaient été abolies par le précédent gouvernement pour moraliser la vie publique". Le détournement de fonds publics porte sur un montant de 210.000 euros.

Gaston Flosse, condamné à de multiples reprises

gaston flosse

Gaston Flosse faisant un discours devant ses soutiens durant l'élection pour la présidence de la Polynésie française à Papeete en 2004. Crédits : REUTERS/Claude Savriacouty.

L'ancien président de la Polynésie française et sénateur Gaston Flosse a été condamné à plusieurs reprises pour des peines d'inéligibilité concernant de multiples affaires. En 2014, celui qu'on surnomme "le vieux lion" a été condamné à quatre ans d'emprisonnement avec sursis, 125.000 euros d'amende et trois ans d'inéligibilité pour détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêts. La justice lui reproche "d'avoir recruté pendant une dizaine d'années, à compter de 1995, pour le compte de l'assemblée de la Polynésie française et de sa présidence, des personnes qui étaient, en réalité, mises à la disposition de communes, de syndicats ou d'associations. Pendant plus de dix ans, la présidence et l'assemblée avaient rémunéré en contrats-cabinet des agents qui ne travaillaient pas pour ces institutions. Ces agents auraient été embauchés en raison de leur proximité avec le parti de Gaston Flosse".

>> Lire aussi : La Polynésie française s'enfonce-t-elle dans une nouvelle crise ?

Xavier Dugoin inéligible pendant deux ans

xavier dugoin

L'avocat Rodolphe Bosselut et son client Xavier Dugoin en 1999. Crédits : Reuters/Phillippe Wojazer.

L'ancien sénateur-maire de Mennecy et ancien président du RPR du conseil général de l'Essonne a été condamné en 1998 à 18 mois de prison avec sursis, 45.000 euros d'amende et a eu l'interdiction d'exercer ses droits civiques pendant deux ans. Il comparaissait pour détournement de fonds publics, faux administratifs et prise illégale d´intérêt. Cette condamnation ne l'avait pas empêché de se représenter aux dernières élections départementales. Ce qui n'avait pas manqué de faire réagir les élus locaux. A la suite des municipales de 2014, il a obtenu la présidence du Siredom, un syndicat intercommunal en charge des ordures ménagères en se faisant élire par des maires essonniens.

>> Lire aussi : Emplois fictifs : une longue tradition dans la vie politique française

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2017 à 8:54 :
Ben la prison ferme ou avec sursis, c'est complètement idiot, ils auront des aménagements de peine et n'auront de toute façon jamais compris que ce qu'ils font c'est dégueulasse.
Non le seul jugement qui convient: rembourser les sommes, l'état peut faire crédit, et interdiction définitive de briguer tout mandat électif y compris délégué du personnel, pdg etc.
La l'élection de mr Fillon serait renvoyée aux calendes grecques et on ne ferait pas rigoler les élus des autre républiques du nord de l'Europe.
a écrit le 16/03/2017 à 12:40 :
Il est étonnant de constater beaucoup de ces grands malfras écopent de sursis et somme toute à des peines des plus légères alors qu'ils sont représentants du peuple et se doivent d'être exemplaire.
a écrit le 16/03/2017 à 11:19 :
Les diamants de Bokassa, une peccadille publiée par le Père Duchesne, ont marqué le virage de la France vers le socialisme, la corruption, le chômage de masse. Il suffit de citer Urba-Gracco, Elf, commissions occultes sur marchés publics, fausses factures, emplois fictifs, rétrocommissions sur marchés internationaux, détournement du mobilier national, Bygmalion, etc. La République est beaucoup trop riche, ce qui lui permet d'entretenir beaucoup trop de parasites. Quel candidat propose de baisser les impôts, d'alléger l'Etat, diminuer le nombre d'élus exécutifs, renforcer les moyens de la justice et son indépendance du pouvoir exécutif?
a écrit le 16/03/2017 à 4:26 :
Je vais être sûrement censuré. Je m'interroge sur l'intérêt général de certaines dépenses avec de l'argent public.

Prenons un président qui va voter à Tulle. Moi j'y vois de la promotion personnel, du soutien au PS locale. Je ne vois pas où ceci soutient la lutte contre le chômage, la défense nationale, l'éducation, etc.

Prenons les dépenses de la Lanterne. Idem quel est l'intérêt général?

Prenons le cas d'un secrétaire d'État qui vient racoler dans la circonscription ou il va pouvoir être élu. Quel est l'intérêt général? Moi j'y vois un intérêt particulier.

Et la liste est très longue.
a écrit le 15/03/2017 à 21:50 :
Ah elle est belle la France. Un ramassis de hauts fonctionnaires véreux qui pillent l'état. Une vraie république bananière.
A lire "Du goudron et des plumes" de Philippe PASCOT. Ceci n'est que la partie visible de l'iceberg, on estime à 400 le nombre de politiques ayant des procédures en cours. Un bon coup de balai, mais avec qui? En tout cas FILLON est la représentation la plus fidèle de ce système de corruption, et pourtant il brigue la plus haute fonction de l'état avec la bénédiction du parti LR, de l'UDI. Et certains français acceptent même de voter pour ces véreux, Balkany, Sarkozy, etc, etc....Tiens un sondage donne 36% de français disposés à voter pour FILLON, ils ne voient pas le danger ou ils le font exprès?
Réponse de le 16/03/2017 à 15:30 :
"Tiens un sondage donne 36% de français disposés à voter pour FILLON, ils ne voient pas le danger ou ils le font exprès? "

Comme cela a été dit ,ils sont d'une classe sociale aisée souvent en retraite et ne sont pas concernés par ces propositions, ça aide .Certe , il y a des "petits" qui votent Fillon , mais c'est ce qu'on appel le syndrôme du larbin chez eux (la définition est sur le net ) .La plupart doivent se comporter comme Fillon ,ils ne voient donc pas ou est le probleme.
a écrit le 15/03/2017 à 20:16 :
oui et dans deux mois les méme vont nous éxpliquer qu'il n'y a pas de preuve pour le condamner
a écrit le 15/03/2017 à 19:04 :
le chaos est aux portes de la droite.
a écrit le 15/03/2017 à 17:55 :
L'activité principale de nos politiciens afin de s'enrichir eux-mêmes ou pour faire profiter leurs réseaux à qui ils doivent d'être là où ils sont.

La politique professionnelle est une impasse.
Réponse de le 16/03/2017 à 11:52 :
Et vous préconisez quoi à la place ??
a écrit le 15/03/2017 à 16:59 :
Tous des victimes des juges qui voulait porter atteinte à la démocratie!?

Il y a des "indices grave et concordants" (mise en examen) que Fillon ait rejoint une grande lignée de "détourneurs" de fonds qui ont eux aussi ont crié à l'innocence et au complot des juges!

Il me semble que certains ont aussi eu affaire à Tournaire qui est un dur à cuire ayant fait ses classes en Corse sur des affaires de grand banditisme et de mafia!
a écrit le 15/03/2017 à 16:30 :
La France est devenue un Etat africain (magouilles d'argent et palabres politiciennes) . Belle image de notre pays aux restes du monde !
a écrit le 15/03/2017 à 16:11 :
Plus on s'éloignera du patriotisme et plus on ne pensera qu'à sa "pomme", c'est le chacun pour soi!
a écrit le 15/03/2017 à 16:05 :
Qu'on arrête de taper sur Fillon. C'est un homme désintéressé. La preuve il n'a pas les moyens de s'offrir des costumes à 6000 euros. Il attend qu'on les lui offre. C'est un homme d'honneur. C'est un homme de parole. Sa famille travaille dur, sa femme, ses enfants. Tous sont à la tâche.
a écrit le 15/03/2017 à 16:04 :
a lire le titre de la rubrique , ce serais étonnant et qui le croirait c est encore un coup des médias bin oui comme les médias sont pris dans une enclume et qu ils sont obligés d etre en accord avec leurs hiérarchie ils se vengent avec ce titre évocateur.
ces pratique existe depuis des lustres ex monsieur raymond bar dit barbar l homme qui a fait bloquer les salaires et qui a fait un retrait env 130 000 e pour ces dépenses juste avant sa retraite c était leurs fameuse caisse noir q u ils ont toujours d ailleurs, ils ont le droit de puisé dedans ils doivent juste le déclarer privilège des rois de france
a écrit le 15/03/2017 à 15:15 :
Pas étonnant pour la majorité, ils viennent du même moule Fillon formation et parcours dans le public la plupart Enseignants, ENA, fonctionnaires, bien loin de la représentation nationale. Les français de la société civile doivent faire une deuxième révolution contre cette caste monarchique et ses vassaux qui ne pense qu'à se remplir les poches et à leur nombril !!! Entre les grèves et la paresse des fonctionnaires et les politiciens droite gauche véreux ras la casquette !!!
Réponse de le 15/03/2017 à 16:08 :
Allez, ce soir, une petite verveine pour faire baisser la pression sanguine avant le coucher. Madame sera contente !
Réponse de le 15/03/2017 à 16:53 :
Parmi toutes ces affaires il n'y a pas un seul enseignant, ni énarque, ni même un fonctionnaire.
Réponse de le 15/03/2017 à 18:04 :
"Les français de la société civile doivent faire une deuxième révolution contre cette caste monarchique et ses vassaux qui ne pense qu'à se remplir les poches "

Si , il n'y avait aucune magouille dans la société civile cela se saurait depuis longtemps.Je pense surtout que la place est bonne et que tout le monde la veut ,bref, chacun son tour.A noter, que Philippot a fait l'ENA et HEC aussi.
a écrit le 15/03/2017 à 14:52 :
"n'est pas le seul élu à être mêlé à ce type d'affaires", on le sait, mais n'empêche qu'il faut mettre fin à ces pratiques...surtout quand on demande au contribuable lambda de se serrer la ceinture parce que les caisses de l'État sont vides !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :