Emmanuel Macron : demandez le programme (économique) !

 |   |  531  mots
Parallèlement aux coupes budgétaires, Emmanuel Macron veut lancer un grand plan d'investissement public.
Parallèlement aux coupes budgétaires, Emmanuel Macron veut lancer un grand plan d'investissement public. (Crédits : TOBY MELVILLE)
Le candidat d'"En Marche", critiqué depuis des semaines pour le flou sur ses propositions, dévoile les grandes lignes de son programme économique.

Emmanuel Macron entre dans le vif du sujet ce vendredi. Le candidat à l'élection présidentielle détaille, dans une longue interview aux Echos, sa politique économique s'il est élu. Dans les grandes lignes, il annonce à la fois 60 milliards d'euros d'économies sur le quinquennat, tout en promettant 50 milliards d'euros d'investissements publics.

Il fait de la lutte contre le chômage de masse sa priorité et juge possible de le ramener à 7% de la population active à la fin du quinquennat. Il plaide pour une relance économique européenne et plus d'intégration de la zone euro, avec un "vrai budget (...) piloté par un ministre de l'Economie et des Finances".

Mais il estime que la France doit prouver à l'Allemagne, dans les six premiers mois du quinquennat, qu'elle est un "partenaire de confiance" : "Si nous n'avons pas une politique courageuse de réformes sur le plan structurel, les Allemands ne nous suivront pas", explique-t-il.

Quelle trajectoire budgétaire ?

Emmanuel Macron promet de respecter l'engagement européen de limitation du déficit public à 3% du PIB : il vise 2,9% de déficit en 2017. Concernant la croissance, il prévoit 1,4% en 2017 : une prévision optimiste, le consensus des économistes s'établissant autour de 1,2%.

Le candidat d'"En Marche" annonce des économies réparties entre plusieurs postes : l'Etat (25 milliards d'euros), l'assurance-maladie (15 milliards d'euros, avec une progression des dépenses maintenue à 2,3% par an), l'assurance-chômage (10 milliards d'euros), les collectivités locales (10 milliards).

Fonctionnaires : stop ou encore ?

L'ancien ministre de François Hollande juge possible de ne pas renouveler 120.000 postes de fonctionnaires sur le quinquennat, dont 50.000 pour l'Etat et 70.000 dans les collectivités locales. Celles-ci pourront recourir plus largement à des recrutements de droit privé et devront "respecter la durée annuelle légale du temps de travail" (1.607 heures).

Investissement : un plan quinquennal

Parallèlement aux coupes budgétaires, Emmanuel Macron veut lancer un grand plan d'investissement public. Il prévoit de dédier 15 milliards d'euros pour la formation et la qualification des jeunes et des demandeurs d'emploi; la même somme serait allouée pour la transition écologique et énergétique, notamment pour accompagner la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le reste (20 milliards) sera notamment consacré à la modernisation de l'administration (numérisation), à l'agriculture, à la santé et aux transports locaux.

"Financé par des taux d'intérêts très bas, notre plan d'investissement permettra de réduire nos dépenses avant la fin du quinquennat et de soutenir notre croissance potentielle. C'est cela qui améliorera la soutenabilité de notre dette" affirme le candidat.

Fiscalité : baisses d'impôts en vue

Emmanuel Macron se donne pour objectif de baisser les prélèvements obligatoires de 20 milliards d'euros sur le quinquennat, une promesse répartie "équitablement entre ménages et entreprises" ; cela passera notamment par une réduction d'impôt d'environ 10 milliards d'euros en début de quinquennat pour les classes populaires et moyennes.

Les entreprises ne sont pas oubliées : le CICE sera transformé en allègement pérenne des charges en 2018, avec en plus la suppression des dernières charges patronales au niveau du smic. Le taux de l'impôt sur les sociétés sera ramené à 25% : le gouvernement a déjà prévu de l'amener à 28% d'ici 2020.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2017 à 12:39 :
60 milliards de dépenses en moins et 50 milliards d'investissements = - 10 milliards de moins dans l'économie...l'austérité encore et toujours, au détriment des entreprises comme des gens ! mêmes objectifs, mêmes chiffres et mêmes méthodes que M. Hollande et que M. Fillon avant lui : encore 120 000 fonctionnaires de moins, encore des dotations en moins, encore moins, moins et moins partout...Franchement les gens vous êtes aveugles ou stupides de continuer avec des recettes qui ne marchent PAS ??

En réalité Mélenchon est le seul qui veut réinjecter de la monnaie dans l'économie alors que tous les autres veulent en enlever ! Regardez ce qui s'est passé depuis 10 ans : nos industries ferment, nos entreprises ne sont pas soutenues, nos commandes et nos investissements ont du mal à repartir...Franchement, vous voulez continuer comme ça ? Dans une vision mercantiliste dépassée et stupide ? Moi non...c'est pour ça que oui je suis chef d'entreprise (56 salariés) et oui je vote pour Mélenchon sans aucun état d'âme.
a écrit le 25/02/2017 à 10:56 :
On ne touche pas aux privilèges des serviteurs de l'état : les 35 retraites spécifiques qui coûtent 20 milliards par an soit 30% de l'impôt sur le revenu. Macron n'échappe pas à la règle : on ne touche pas les fonctionnaires mais on tape encore et toujours sur le privé
a écrit le 25/02/2017 à 10:43 :
Le dernier coup de Hollande avec les pions noires , le grand roque et tentative d'échec à la dame .
a écrit le 25/02/2017 à 8:23 :
Quel intérêt de perdre 10 Milliards en fermant Fessenheim? dont seul une poignée d'écolos demande la fermeture
a écrit le 25/02/2017 à 8:05 :
Une remarque vous croyez que après 5 ans de Hollande les français vont voter pour un banquier(escroc) malgré la toute puissance sphère médiatique dont bénéfit ce candidat responsable depuis 4 ans du programme de Hollande, vous révez ou bien je devient idiot.....!
a écrit le 24/02/2017 à 23:43 :
De la poudre aux yeux tout et son contraire en quelques jours ou est la coherence? Un attrape nigauds rien de plus
a écrit le 24/02/2017 à 20:00 :
droite, quelque part entre Juppé et NKM !
Une véritable expérience des élections en moins et une "certaine virginité" en plus !

La bulle se dégonflera-t-elle avant ou après les élections ?
Et si c'était jamais ?
Rendez-vous dans quelques mois pour voir !
a écrit le 24/02/2017 à 18:24 :
supprimer la taxe d'habitation est une hérésie!les collectivités locales sont essentielles pour l'investissement public.il faut au contraire augmenter les taxes locales des riches et au moins maintenir celles des plus modestes:l'impot tout le monde doit y contribuer,c'est ce qui cimente une nation(j'estime qu'on est riche au dela de 3000 euros pour un couple)
Réponse de le 25/02/2017 à 0:45 :
@élu ps: 3000, c'est trop. Il faudrait en plus que ceux qui touchent cette somme sucent des cailloux le weekend pour produire du sable et tirent des pousse-pousses le soir pour éviter les encombrements dans les villes. On pourrait aussi imaginer qu'ils adhèrent de force au PS pour rester idiots toute leur vie :-)
Réponse de le 25/02/2017 à 5:02 :
Patrick,les américains ont plusieurs jobs a la fois,cela leur permet de se payer des extras.il faut sortir de cette doxa marxiste hexagonale basée sur la paresse et la honte de l'argent!
Réponse de le 25/02/2017 à 13:34 :
@ élu ps: vous croyez qu'avoir plusieurs jobe est sensé pour les vieux, malades, ... VOUS VOUS MOQUEZ DES GENS
a écrit le 24/02/2017 à 17:48 :
Qui peut croire en ce que raconte cet âne ? Un jour je dis blanc, le lendemain je dis noir !!!!

Pour la fiabilité il repassera le bougre.... Bon je sais il nous aime très fort mais pour moi cela n'est guère suffisant !

Macron ? Une bulle merdiatique, le nouvel idole des sondeurs, l'élu choisi par l'UE dictatoriale et les marchés financiers (d'où les boules puantes à répétition ces derniers temps et sur Fillon et sur MLP)
Réponse de le 25/02/2017 à 8:07 :
Affirmatif.
a écrit le 24/02/2017 à 16:28 :
Suppression des départements et élection d'un maire de la communauté de commune serait déja une grande avancer , 1 élu pour 100 habitants en France, 1 élu pour 600 habitants en Allemagne, ya de quoi faire des économies, donc 6 000 maires au lieu de 36 000 ! 30 % de budget en moins pour l'assemblée nationale et sénat serait bien aussi, allez Macron courage !
Réponse de le 24/02/2017 à 17:50 :
N'y songez pas un instant... Il aura besoin de ses mulets si toutefois, et rien n'est moins sûr, il est élu
a écrit le 24/02/2017 à 16:27 :
J ai pas ma calculette la,mais 50 m d'investissement plus 20m de baisse d impots il fait 60 m d'economie il ne manque pas 10 milliards la ?
a écrit le 24/02/2017 à 15:06 :
On ne peut pas avoir de programme économique autre que celui pastillé par l' Union européenne via les GOPE mais Macron oublie d' en parler .
Marorn pourrait se prononcer pour un retour à la démocratie, mais ..non .

On ne peut pas avoir de démocratie dans le cadre de l'Union européenne» ne serait-ce que parce qu'il n'y a pas de demos [peuple] européen». en raison de visions du monde et de langues différentes, d'intérêts géopolitiques et économiques divergents, argumente-t-il, pour avoir une politique commune entre ces 28 Etats membres, «vous êtes obligés d'avoir une structure qui dicte ce qu'il faut faire et ça s'appelle une dictature».
«Sortir de la prison des peuples et récupérer la démocratie»

François Asselineau insiste sur le terme choisi de «dictature» : «Ce n'est pas un terme polémique, c'est exactement ce que l'on appelait une dictature sous l'antiquité c'est à dire un groupe d'experts prétendus qui dit : "voila ce qu'il faut faire", et ça, c'est exactement la définition de la Commission européenne». Et, poursuivant sa démonstration, François Asselineau conclut :

«La sortie de l'Union européenne, c'est pour sortir d'une dictature, sortir de la prison des peuples et récupérer la démocratie».
Réponse de le 24/02/2017 à 16:14 :
mdr et la Suisse qui a 3 langues ?
Réponse de le 26/02/2017 à 16:30 :
Bien dit Monsieur! Vous synthétisez parfaitement l'ahuri qui, en s'étant par son intelligence soustrait aux "masses aveuglées", s'est trouvé son propre maitre dont il boit tous les mots.
Mais vous buvez de la soupe Monsieur, peut-être même plus que les autres.
a écrit le 24/02/2017 à 14:57 :
La France est l'un des rares pays le plus épargné par les catastrophes naturelles : Climat tempéré, pas de séisme, pas de tornade, pas de sécheresse, pas d'épidémie majeure ....
Peut-être le pays le plus avantagé au monde, alors on va s'en sortir, il n'y a pas de doute sauf météorite mais peu probable.
a écrit le 24/02/2017 à 14:22 :
LE FINANCEMENT ?

Les economies de fonctionnaires c'est pour les autres COLLECTIVITES LOCALES

alors que 1300 agences d'etat ne servent à rien ,comme les sous préfectures ETC
les ministere EX Bercy où un fan de MACRON ,mr ARTHUIS ancien ministre de Bercy
n'avait jamais reussi à savoir combien s de fonctionnaires il y avait a BERCY

ET puis la croissance ne vient pas par decret ,,,, IL FAUT LA MERITER
Réponse de le 24/02/2017 à 16:16 :
mdr les sous préfectures sont des agences locales !
a écrit le 24/02/2017 à 14:13 :
M MACRON montre enfin son vrai visage de Hollandais socialiste. Plus de taxe d'habitation toujours pour les mêmes. Nous sommes déjà plus que 47% à payer des impôts en France. Il est facile de deviner qui va encore payer la note. On vire des familles des HLM pour y mettre des migrants. Personne ne le dit! En France ne faite plus d'études ou alors quitter la pour aller travailler à l'étranger, car tôt ou tard nos enfants et petits enfants seront eux obligés de le quitter.
a écrit le 24/02/2017 à 14:12 :
Si vous avez aperçu François Fillon, merci de nous le signaler. Il aurait disparu depuis environ une semaine....Candidat fictif? Peut être, en tout cas inutile.
a écrit le 24/02/2017 à 14:00 :
"2,9% de déficit en 2017" étonnant de dire cela en février alors que l on sait déjà que on les tiendra pas et qu'il faudra encaisser en plus les conséquences financières de certaines promesses électorales qu il faudra mettre en oeuvre tout de suite pour ne pas décevoir.
http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0211781882327-nouvelle-alerte-de-la-cour-des-comptes-sur-le-deficit-public-2063449.php
a écrit le 24/02/2017 à 13:53 :
J' eusse préféré que Macron le dispendieux qui n' a toujours pas sourcé ses financements s' applique la rigueur à lui-même ou à ses amis des médias...

Voyez plutôt ce qu' peut faire avec une économie de moyen.
Quelle surprise ce matin pour les locataires du Berlaymont, l'immeuble qui abrite les bureaux de la Commission Européenne à Bruxelles. Durant la nuit, une équipe de soutien au candidat du Frexit à l'élection présidentielle française, François Asselineau, Président de l'UPR (Union Populaire Républicaine) - équipe que l'on imagine bien préparée - a installé un bandeau de 30m sur 7 à l'endroit prévu rituellement et exclusivement à la propagande européiste.

L'étonnement passé, on s'interroge sur le pourquoi de cette performance. Puis, recherches faites sur les réseaux, on imagine aisément que cette action vise à faire connaître ce candidat qui est systématiquement boycotté des principaux médias français et européens en général. Le slogan de l'affiche ne fait que conforter ce sentiment : "Le parti qui monte, malgré le silence des médias."
Gageons que cette action originale et téméraire le propulsera sur le devant de la scène politique française ...

http://www.flashinfo.org/58af0f2cafd1e/francois-asselineau-s-invite-sur-une-facade-de-la-commission-europeenne-sur-210-m2.html
Réponse de le 24/02/2017 à 16:18 :
MDR sourcé ses financements ? et les autres candidats ont ils sourcés leurs financements ? LR est en déficit, alors d'ou vient l'argent ?
Réponse de le 24/02/2017 à 17:52 :
OUI ! Car qui finance sa campagne si ce n'est ses amis marchés financiers et Cie ???
a écrit le 24/02/2017 à 13:50 :
Bonjour,

Manquent plusieurs engagements primordiaux pour débloquer notre démocratie :
- limitation du nombre de mandats à 2 (députés, sénateurs, président de région, de département, maires de villes de plus de 20000 hab, ...)
- Division par 2 du nombre de députés et sénateurs
- Obligation pour les hauts fonctionnaires de démissionner de leurs statuts pour pouvoir être élus (pas seulement de se mettre en disponibilité).
- Réglements de l'élu avec des engagements sur l'honneur (embauches, respect de l'argent public, ...)

Cordialement
Réponse de le 24/02/2017 à 14:32 :
Minimum!!!!
Réponse de le 24/02/2017 à 15:36 :
du pur populisme,le pays ne marchera pas mieux.le problème c'est les français eux meme!
Réponse de le 24/02/2017 à 16:27 :
Pour une fois, c'est notable, élu PS est au premier degré..
Réponse de le 25/02/2017 à 11:06 :
Bonjour,

Je réponds à "élu PS". "Du populisme" de demander à ce que la démocratie reste vigoureuse en se renouvelant ? Sa remarque est vraiment frappante sur l'état d’esprit des élus PS. Et pire "Le problème ce sont les Français" !!! Alors là, c'est encore plus parlant sur le mépris de certains élus vis-à-vis de leurs compatriotes. Ça rejoint les "Sans dents". Les Français, ce sont eux qui créent les richesses qui sont en partie dilapidées par les Fillon and C° (qui ne se rendent même plus compte que ce n'est pas normal et moral tant ils le font depuis si longtemps). La démocratie Française est malade de cette frange Aristo qui fait tout pour que rien ne bouge. Dans une entreprise, les managers en particulier sont mutés tous les 5 ans en moyenne, justement pour se remettre en cause, se renouveler et ne pas s'encrouter. Les élus, ce doit être pareil. La limitation des mandats est le seul moyen de forcer à un renouvellement permanent et ressourçant pour notre démocratie et notre pays qui en a bien besoin et rapidement.

Bon WE.
a écrit le 24/02/2017 à 13:35 :
Il y a un peu de tout dans ce programme : De l'investissement public, des économies budgétaires et des baisses d'impôts.
Tout le monde devrait donc trouver un motif de satisfaction. Cependant, il faut bien avouer que pour l'instant, ce ne sont que des chiffres et des ambitions.
Je lui reconnais un atout, celui de penser la relance au niveau européen et non plus seulement national, seule manière de limiter les déséquilibres de la balance commerciale.
Pour autant, il faudra convaincre nos partenaires européens et plus particulièrement l'Allemagne qui manifeste peu d'appétence pour cette action.
Sans cela, que restera-t-il du programme ? Sans croissance, les déficits de tous ordres continueront à croître surtout en présence de baisses d'impôt qui s'avèreront difficile à mettre en œuvre dans cette situation.
Le programme d'économies budgétaires continuera à maintenir durablement sous tension les fonctions publiques déjà passablement malmenées par les politiques hollando-sarkozystes et la "libéralisation" du droit du travail agitera le secteur privé en y accroissant une précarité stérile.
En définitive, le programme de M. MACRON repose sur un coup de poker qui s'il échoue le rendra totalement sans objet tout en accentuant les sévères difficultés que connait la France. Or 5 ans d'errances supplémentaires risquent d'hypothéquer durablement les chances de s'en sortir.
Réponse de le 24/02/2017 à 16:19 :
baisse des cotisations et baisse des charges pour les entreprises que demandé de plus ? Vive l'entreprise !
a écrit le 24/02/2017 à 13:34 :
Entre progressisme, conservatisme et libéralisme ?

Une politique centriste rationnelle et raisonnable, avec des compromis et des évolutions, plus que des révolutions. Une alternative crédible à ceux qui prônent les politiques extrêmes ou illusoires et qui jouent avec l'avenir du pays ou avec celui de l'Europe. Les deux étant liés, non seulement économiquement mais aussi historiquement et culturellement.
L'avenir se construit avec de la cohésion, du dialogue, des accords, ... et non par l’exacerbation des conflits.

En tous cas Macron semble conscient que si l'on veut préserver l'union européenne, il faut maintenant améliorer son fonctionnement.
Pour légitimer l'Union Européenne, au delà des critères réglementaires et commerciaux, il va falloir plus de cohésion, avec des politiques économiques communes, des convergences sociales, fiscales, etc..

Il faut moderniser l'administration, pour répondre aux exigences de l'avenir du pays (et non s'enfermer dans des schémas du passé). En tant que service de l’état, l'administration devrait même se montrer exemplaire. Étant donné l'organisation très hiérarchisée, les reformes devraient théoriquement être plus rapides. La décentralisation n’empêche pas une meilleure cohérence.

Certes la mode est aux critiques faciles, aux discours de rupture, sinon aux menaces, mais prenons garde de ne pas confondre les politiques des démocrates et républicains, avec de simples pourvoyeurs de démagogies populistes, ou avec des opportunistes.
En plus d’actions concrètes, il faut peu être également user de l’imaginaire collectif, ne serais que pour se défendre contre les exaltations nationalistes.
Réponse de le 24/02/2017 à 17:55 :
En tous cas Macron semble conscient que si l'on veut préserver l'union européenne, il faut maintenant améliorer son fonctionnement : cela fait quelques décennies que les bougres nous content fleurette....
a écrit le 24/02/2017 à 13:10 :
C’est l’Union Européenne qui détermine l’avenir de la France et des orientations de son agriculture pour revenir au sujet. En effet, l’article 121 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne stipule que « sur recommandation de la Commission », le Conseil européen choisi les Grandes Orientations des Politiques Economiques des Etats Membres.-GOPE-

Ce qui revient à dire que si les Français élisent un président de gauche mais que l’UE a décidé que la France aurait une politique de droite libérale : la France aura une politique de droite libérale.

et ce n' est pas Macron européïste porté par l' oligarchie politico médiatique qui va y changer quelque chose.

Le seul en capacité de le faire est le candidat d' un FREXIT libre et assumé, F. ASSELINEAU.

https://www.upr.fr/actualite/apres-le-brexit-le-czexit-a-quand-le-frexit
Réponse de le 24/02/2017 à 14:36 :
Frexit et après lui le déluge...il faut retructurer l'Europe, pas en sortir.
Réponse de le 24/02/2017 à 15:25 :
Et qui siège au Conseil? La France. Rapppelez moi quand etait-ce que la France a été mise en minorité au Conseil sur un sujet tenant à ses finances publiques?....jamais. La France viole constamment les regles qu'elle a elle meme élaboré en matire de déficit public te pourtant elle n'est jamais mise en minorité au Conseil. ce que vous feignez d'ignorer, c'est que vos GOPE sont élaborées conjointement entre la France et la Commission...et qu'en plus la France a un quasi droit de veto dans la pratique sur celles-ci ;) Moralité: ce sont les (grands) Etats - dont la France fait partie - qui détermine souverainement leur politique (aussi longtemps qu'il ne font pas faillite bien entendu)
Réponse de le 24/02/2017 à 16:21 :
mdr les déficits et la dette c'est pas Bruxelles mais bien Paris ! L'Allemagne réformé fait bien parti de l'Europe comme la France !
Réponse de le 24/02/2017 à 17:56 :
Vive le Frexit !
a écrit le 24/02/2017 à 13:04 :
Le rapace c'est la masse salariale de la fonction publique qu'il faut raboter de 25% !
Réponse de le 24/02/2017 à 13:47 :
Ouais, si c'est pour remplacer les fonctionnaires par de la délégation de service public, je vois pas vraiment l'intérêt. La vraie réforme de la fonction publique, c'est la redéfinition du périmètre de l'action publique et des échelles territoriales (collectivités et services déconcentrés)
Réponse de le 24/02/2017 à 14:38 :
Bien sûr "Al, vous avez raison. +++++++
a écrit le 24/02/2017 à 12:49 :
Oui, donc, privatisation, ce qui coûte toujours plus cher à la collectivité par la suite. Regardez l'efficacité de l'absence de mutuelles en Alsace, par exemple. Si la privatisation fonctionnait, les us n'auraient pas besoin de créer autant de dette.
Réponse de le 24/02/2017 à 23:22 :
Je paie une mutuelle... Le taux de remboursement de base est à 90% au lieu de 70%, mais le reste est identique.
a écrit le 24/02/2017 à 12:49 :
Petite récap' des sources :
- 23 02 17 Emmanuel Macron : «Mon projet économique»
http://www.lesechos.fr/elections/emmanuel-macron/0211826576981-emmanuel-macron-mon-projet-economique-2067359.php
C'est très détaillé (et très long...) sur l'économie.
---
Et aussi :
- 01 02 17 Comment Macron veut doper le pouvoir d'achat au niveau du SMIC
L'ex-ministre, candidat à la présidentielle, veut augmenter de 50 % la prime d'activité et supprimer 10 points de cotisation au niveau du SMIC.
http://www.lesechos.fr/elections/emmanuel-macron/0211759478359-comment-macron-veut-doper-le-pouvoir-dachat-au-niveau-du-smic-2061918.php
---
Les grandes orientations de Macron sont déjà connues par son livre "Révolution"
Il délivre depuis le mois de décembre ses propositions par thématiques :
*** MACRON : le PROGRAMME (incomplet pour l'instant)
https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme
Téléchargez les premières propositions
"Travail"
"Santé"
"Education"
"Culture"
"Agriculture"
"Environnement"
"Mal-logement"
"Égalité femmes-hommes"
"Sécurité"
Le 2 MARS, nous aurons tout, y compris le chiffrage financier
a écrit le 24/02/2017 à 12:33 :
Un programme raisonnable fait pour ne pas deplaire tout en donnat qu'on reforme mais ce sont que des reformette, dont certaines finiront au placard des que les syndicats feront les gros yeux.
Le probleme est que notre pays est arriéré et perd des places dans la competition mondiale quand d'autres la maintiennent ou l'ameliorent, sans meme parler de l'avenir des plus modeste qui en France oscille entre le chomdu et le smic. Une reforme audacieuse qui place confiance dans l'individu serait de liberaliser l'assurance chomage par exemple, on regle d'un coup le probleme de son deficit tout mettant un eletrochoc aux profiteurs (oui oui il y en a).
Mais de ce genre de reforme, nulle mention dans le programme de ce monsieur qui veut plaire.
Réponse de le 24/02/2017 à 12:58 :
* droit du travail : à l’intérieur d’une loi-cadre générale, liberté sera donnée pour les accords dans les branches professionnelles, qui elles-même devrons aussi donner des libertés aux entreprises (référendum d'entreprise ou accord syndical).
Finies les grand-messes syndicale au niveau national imposant les mêmes règles à tous sans tenir compte des particularités.
.
* Chômage
Instauration d'une Couverture universelle de chômage gérée par l’État.
Les ubérisés, auto-entrepreneurs, artisans etc... seraient couverts mais le plafond actuel de 7.000€ par mois serait fortement réduit.
Seront aussi couverts, une fois tous les 5 ans, ceux qui démissionnent (persécutés par leurs collègues, leur patron, veulent créer une entreprise...).
Les partenaires sociaux gèrent pour l'instant le système. Mais la dette est cautionnée par l’État. Facile de "gérer" dans ces conditions (la dette de l'Unédic approche les 30 milliards et dans 3 ans 39 milliards environ…).
* Formation professionnelle
Les ubérisés, auto-entrepreneurs, artisans etc seront couverts même s'ils n'ont pas cotisé.
Sanction si refus d'un emploi après une formation.
Réponse de le 24/02/2017 à 13:08 :
"Un programme raisonnable fait pour ne pas déplaire "
Il est quand même ouvertement pro-européen, lucide mais déterminé.
Il veut une Europe forte et unie (au besoin avec un noyau dur) ce qui déplaît à beaucoup en France et ailleurs (Poutine et Trump veulent une Europe en miettes, divisée et affaiblie pour y établir leur hégémonie).
Par ailleurs il envisage des réductions dans les emplois de fonctionnaires et une plus grande liberté pour les collectivités territoriales.
Le chômage et la formation professionnelle seront enlevés aux partenaires sociaux.
Dans la mesure où il annonce clairement la couleur je ne vois pas comment les syndicats pourraient bloquer ces réformes.
Réponse de le 24/02/2017 à 13:16 :
Quelle analyse originale! On sent que y a de la recherche ... dans la vulgate du MEDEF.

Mois j'ai un programme alternatif et révolutionnaire qui tient en une seule et unique mesure et qui permet de remettre tous les comptes publics à l'équilibre: Taxer lourdement les gémissements des prophètes du libéralisme à qui profitent les réformes économiques et politiques depuis 50 ans.

Chaque fois qu'un commentaire sur le coût du travail exorbitant sera fait son auteur devra verser 10 € dans les caisses de l'état.
Chaque fois que l'un d'eux vociférera contre les syndicats : 10 €
Chaque fois que l'un d'eux parlera des profiteurs (certainement en connaissance de cause car à qui profitent le crime sinon à ces prophètes ?) : 10 €
Chaque fois que l'un d'eux parlera de voile , de burkini et autre cache sexe idéologique visant à détourner le regard de l'opinion publique du hold up social en cours depuis 50 ans : 10 €
Apologie des réformes structurelles : 10 €
Apologie de la tarte à la crême de l'europe sociale :10 €
Apologie de l'intégration européenne : 10 €
...

Et la liste des poncifs est longue.
a écrit le 24/02/2017 à 12:06 :
D’une part il n’est pas certain que lorsque la BCE aura stoppé sa politique accommodante, que l’alignement des planètes va se terminer, la France va pouvoir continuer à bénéficier de taux bas, même avec M. Macron au pouvoir. Et rien de permet d’espérer que la France va pouvoir sortir du système de croissance faible, d’inflation faible et de désindustrialisation qui favorise le surendettement, car les circonstances extérieures risquent de s’avérer moins favorables en 2018 ou en 2019 qu’elles ont été en 2016.

D’autre part l’alternative réelle n’est pas réellement présentée aux électeurs, car elle ne peut politiquement pas être présentée à une élection présidentielle. La réalité est qu’on a le choix entre une sortie de l’euro qui est très risquée, en effet, surtout si elle est mal faite, ce qui serait le cas avec le FN, et une course effrénée au dumping social pour tenter d’être compétitif dans la triple appartenance dans laquelle la France s’est mise et qui impose d’énormes contraintes de compétitivité, à savoir elle de l’Union européenne, de la zone euro et de la mondialisation. En 2013 une étude de la banque Goldman Sachs a estimé que compte tenu de son «manque de compétitivité» et « nombre de déséquilibres dans ses comptes », la France devrait réduire sa moyenne salariale d'environ un tiers…» Soit 33% de moins en moyenne ». Aller expliquer aux gens qu’il faut réduire leurs salaires d’un tiers. Si on le faisait les créances douteuses des banques françaises s’envoleraient, il y aurait une grave récession dans un premier temps. Les traitements de choc ont des effets secondaires importants, même si on peut espérer que sur le long terme ils seraient favorables. Même si les résultats déjà connus des dévaluations internes dans la zone euro n’incitent guerre à l’optimisme. La seule dévaluation interne vraiment réussie est celle de l’Allemagne car faite au début de la zone euro pendant que des pays voisins, dont la France, faisaient une politique effrénée de la demande.

Le programme « raisonnable » de M. Macron ne devrait résoudre rien malheureusement, à part gagner un peu de temps. La France est appelée à poursuivre son déclin, de manière lente certes, mais inexorable.
Réponse de le 24/02/2017 à 12:31 :
LES Taux amorcent une forte et durable remontée : la dette va nous étrangler. Programme gadget nul et non-avenu.
Réponse de le 24/02/2017 à 13:29 :
Je crois qu'entre sortie de l'Euro et dumping social, il y a des voies alternatives. Après tout, dans des sociétés privées comme les constructeurs automobiles, personne ne travaille au sic (les plus bas salaires sont au delà de plus de 30%). Les vraies questions à mes yeux sont: avec des dépenses publiques de 1200 milliards, ne peut-on faire mieux (et moins cher)? Avec un système de redistribution de plus de 600 milliards, ne peut-on s'occuper des moins favorisés? Est-ce normal de proposer à 2/3 des foyers des HLM, et des APL à 50%? Evidemment, la chance de la France est que si on revient à la RAISON, on a tout ce qu'il faut pour redevenir une grande puissance. Il faut accepter de bouger et de se réformer!
a écrit le 24/02/2017 à 12:00 :
voila un vrai programme réaliste..
a écrit le 24/02/2017 à 11:59 :
Avec Mr Macron,les riches,tous les propriétaires de leur appartement ou maison,les couples avec 4000e de revenu par mois,les retraites avec 1200e de retraite par mois,les impôts , les taxes, la csg le festival continuera comme avec moi président!
Réponse de le 24/02/2017 à 12:36 :
Il veut flamber l'insupportable C.S.G-C.R.D.S pourtant à 15.5%, créer un Loyer Fiscal,
Réponse de le 24/02/2017 à 14:01 :
Il veut une PRESSION FISCALE LOCALE et sociale ( C.S.G-C.R.D.S) toujours plus Folle, et Loyer pour les propriétaires de " leur " logement
a écrit le 24/02/2017 à 11:59 :
Avec Mr Macron,les riches,tous les propriétaires de leur appartement ou maison,les couples avec 4000e de revenu par mois,les retraites avec 1200e de retraite par mois,les impôts , les taxes, la csg le festival continuera comme avec moi président!
a écrit le 24/02/2017 à 11:49 :
"Emmanuel Macron se donne pour objectif de baisser les prélèvements obligatoires de 20 milliards d'euros sur le quinquennat":Quelle audace!Baisser les prélèvements de 4 milliards par an ça décoiffe!Ceci n'est pas très sérieux.Macron=conseiller économique de Hollande entre 2012 et 2014,puis son ministre de l'économie pendant deux ans:tout est dit!
a écrit le 24/02/2017 à 11:42 :
Monsieur Macron veut supprimer la taxe d'habitation pour 80 % des contribuables
on se demande qui va payer la différence? En fait, on connaît la réponse , cherchez
et vous allez deviner! Il faudra bien compenser, les collectivités locales étant complètement à sec.
a écrit le 24/02/2017 à 11:34 :
C EST BIEN LA CONTINUITE DE LA POLITIQUE DE HOLLANDE/ CELUI DE BRUXELLES /TOUS LES EXPERTS ONT DIT QUE LES 3%ETAIT INTENABLE/ POURQUOI S ENTETE A OBEIR AUTANT AUX INJONCTIONS DES ALLEMANDS APAUVRIR LES FRANCAIS REDUIRAS LA CONSOMATION. LE SEUL PLAN POSITIF ET LA REFORME DES IMPOTS EN SUPRIMENT LA TAXE D HABITATION AUX BAS REVENUES AINSI QUE L IMPOT COMMUNAL QUI ONT BEAUCOUP AUGMENTE AVEC LE DESENGAGEMENT DE L ETAT AUX COLLECTIVITES LOCAL???
Réponse de le 24/02/2017 à 14:00 :
je ne lis jamais vos commentaires car vous écrivez systématiquement en majuscules, c'est pénible. Vous avez un problème de clavier ou bien?
a écrit le 24/02/2017 à 11:28 :
Un candidat qui parle à tous les français, je croyais que nous n'en aurions pas dans cette présidentielle.
Entre Fillon le robin des bois des riches qui tape sur les pauvres pour en donner plus aux riches et Hamon et son revenu universel destiné à promouvoir l'assistanat on a désormais un candidat qui s'adresse à tout le monde (les retraités, les fonctionnaires, les salariés, les classes moyennes, les plus riches et les chomeurs)

Bon je ne parle pas du FN dont l'ascension et les idées et le programme rappelle étrangement un parti allemand des années 1920-1930 qui vendait aussi du vent
a écrit le 24/02/2017 à 11:08 :
Mais pourquoi les Français vivent ils encore avec des idées du moyen age sans tenir compte du role de l'énergie dans le développement de l'économie? Il faut répartir les charges sociales sur le travail ET sur l'énergie. Combien de temps faudra t il pour que les Français le comprennent? Qui le comprend?
Réponse de le 24/02/2017 à 11:33 :
Votre matraquage systématique ne donne pas envie de le comprendre....
Réponse de le 24/02/2017 à 12:26 :
Mais pourquoi nous matraquez-vous a longueur de fil avec vos chimere inapliquables et nefastes ?
Réponse de le 24/02/2017 à 16:36 :
Je crois que notre ami GP n'a pas compris que l'énergie n'est pas facteur limitant dans notre économie, pas plus que le travail (à 200 dollars par mois le chinois) ou le capital (vu les taux actuels) d'ailleurs...ne restez pas, GP, sur des idées de personnes qui n'ont pas évolué depuis la fin de la guerre... et c'est vrai, nous savons que c'est votre dada..
a écrit le 24/02/2017 à 11:06 :
Il y a d'autres mesures prévues à moyen-terme, augmentation de la CSG pour les retraités, prélèvement à la source de l'IR (alors que ce n'est vraiment pas aux entreprises de faire ce travail et que la mensualisation marche très bien).
Dans un deuxième temps, fusion CSG/ IR ce qui rendra la CSG progressive et pénalisera les classes moyennes.
Autre point , suppression de l'ISF pour l'épargne boursière et transfert de l'ISF sur le patrimoine immobilier. Les français qui ont mis 20 ans à payer leur appartement apprécierons d'être qualifiés de rentiers.
a écrit le 24/02/2017 à 10:55 :
Hollande bis, dommage !
a écrit le 24/02/2017 à 10:52 :
le thème prioritaire en FRANCE est l insécurité et la délinquance (vols..ext... ) le FN l a bien compris !!
a écrit le 24/02/2017 à 10:52 :
le thème prioritaire en FRANCE est l insécurité et la délinquance (vols..ext... ) le FN l a bien compris !!
a écrit le 24/02/2017 à 10:48 :
..... et bla, et bla, et bla !!!!!
a écrit le 24/02/2017 à 10:48 :
Je ne comprends pas la nécessité d'un gouvernement économique (et d'un budget) de la zone euro. C'est très complexe du point de vue de la gouvernance. Il vaut mieux travailler sur la première hypothèse allemande (Helmut Kohl) qui était la bonne à mon avis : OK pour une monnaie supranationale à condition que la BCE soit indépendante de tout pouvoir politique et n'ait donc pour objectif que de stabiliser à un niveau raisonnable les paramètres intensifs de l'économie de la zone (taux de change, taux d'intérêt, prix...). Les français n'ont eu de cesse de demander cela en jouant les Cassandre mais on voit bien que ce n'est pas nécessaire pour que ça fonctionne. Il appartient à chaque pays de se sortir de l'ornière dans laquelle il est et on peut le faire dans le cadre d'une monnaie supranationale...à condition justement de maîtriser au niveau national les budgets et le système socialo fiscal.
Réponse de le 24/02/2017 à 13:24 :
Je comprends très bien en ce qui me concerne.
Comme tout technocrate :
- Big is beautiful;
- comme tout candidat sponsorisé par "L'Etat profond", le but c'est la fin des nations et l'apparition du gouvernement mondial post-démocratique,
- c'est comme le communisme "si ça ne marche pas c'est que l'on n'est pas assez loin"
Réponse de le 24/02/2017 à 13:30 :
Il faut d'abord harmoniser la fiscalité des entreprises, en particulier avec l'Allemagne, puis taxer la consommation d'énergie pour financer les charges sociales, chomage et retraites, et enfin mettre une allocation universelle récupérée sur l'impot sur le revenu. Merci.
Réponse de le 24/02/2017 à 14:07 :
La crise de l Euro a bien montré l'impérieuse nécessité d'avoir plus de convergences et comme l a montré Mundell depuis des lustres, des transferts sont nécessaires pour une zone monétaire optimale.

Indépendance ok, mais la stabilité des prix n'est pas suffisante. L'impayable Trichet à la tête de la BCE avait trouvé le moyen de monter les taux au début de la crise, devrait passer en procès pour moi.
Les grandes banques centrales (US ou UK) ont également des objectifs de croissance et d'emplois et de fait la BCE Draghi en tient compte, mais ça devrait être dans ses statuts. Jetez un oeil au taux de chômage zone Euro si vous avez le temps.
a écrit le 24/02/2017 à 10:34 :
Les masques tombent, au delà d'un beau sourire le banquier dévoile un programme qui n'a rien de neuf et ne propose que du vent !!!!!!!! on fait du neuf avec du vieux !!!! borloo, bayrou, minc, royal etc....... bref ceux qui nous ont conduit au mur !!!!!!! relance économique, économie sur la santé, sur les chômeurs etc...... franchement c'est pathétique !!!!!!!! il n'apporte aucunes solutions et ne propose strictement rien de nouveau !!!! ouvrez les yeux c'est une réelle déception ce macron !!!!!! limite une escroquerie et que dire de sa polémique stupide et stérile sur la guerre d'algérie !!!!!!!
a écrit le 24/02/2017 à 10:31 :
Je parie comme avec Fillon que la réduction du nb de fonctionnaires ne va pas plaire et que les dossiers vont sortir opportunément des placards.

Par ailleurs, un décryptage est toujours intéressant :

www.polemia.com/lhorrible-campagne-presidentielle-francaise-vue-par-une-americaine/
a écrit le 24/02/2017 à 10:22 :
Macron à l'Elysée en 2017: un néant chasse l'autre.
a écrit le 24/02/2017 à 10:21 :
"Il prévoit de dédier 15 milliards d'euros pour la formation"

Il me semble que l'on dépense déja 30 milliards au titre de la formation professionnelle et de l’apprentissage en France tous les ans avec les résultats que l'on connait.
Réponse de le 24/02/2017 à 12:27 :
+1!
a écrit le 24/02/2017 à 10:07 :
Avec le charisme de Bayrou et le programme de Macron tous les deux ils vont faire un grand pas en avant après des années au bord du gouffre.
Réponse de le 24/02/2017 à 10:24 :
ou alors nous irons encore plus bas, car je ne vois aucune proposition qui amène les gens à travailler !!!!
Réponse de le 24/02/2017 à 10:39 :
"Le charisme de Bayrou"... C'est une boutade j'espère?
a écrit le 24/02/2017 à 10:03 :
Suite 2. Je précise que les Allemands et les Suédois appliquent cette taxe sur l'énergie et s'en portent très bien.
a écrit le 24/02/2017 à 9:56 :
Suite. Je complète mon commentaire en précisant de respecter l'équité de cette taxe sur l'énergie par une allocation universelle récupérée sur les tranches d'imposition de l'impot sur le revenu. Cette mesure doit être appliquée progressivement jusqu'à un point d'équilibre.
a écrit le 24/02/2017 à 9:53 :
Son programme économique, comme pour les autres, ne sera que celui que la commission de Bruxelles lui imposera, mais, bien-sur, il est de bon ton de ne pas apparaitre comme un simple "homme de paille" aux ordres!
a écrit le 24/02/2017 à 9:51 :
La solution consiste à répartir les charges sociales sur la production (charges sociales des entreprises) et sur la consommation (TVA sociale et taxe sur l'énergie). Cela revient à appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique, et à mettre en application la proposition de notre prix Nobel d'économie Jean Tirole concernant une taxe sur l'énergie pour protéger le climat. Qui le comprendra et le proposera à Macron pour qu'il le mette dans son programme? Mais les Français sont incapables de le comprendre. Pauvre France!
a écrit le 24/02/2017 à 9:38 :
Que des promesses creuses, et l'inféodation plus forte à Bruxelles.Faudra pas se plaindre si Marine passe
Réponse de le 24/02/2017 à 10:43 :
Faudra surtout pas se plaindre si c'est Macron qui passe, plus un mot les bobo-gogos!
a écrit le 24/02/2017 à 9:29 :
Que ce soit macron ou fillon c'est l'UE allemande à fond, ne vous demandez pas pourquoi malgré ses casseroles, malgré son programme sans queue ni tête, le pen arrive en tête systématiquement au premier tour hein.

Ces euroebenêts sont d'un épuisant.
Réponse de le 24/02/2017 à 10:39 :
C est sur quand on voit le resultat, il vaut mieux il faut mieux continuer dans la voie francaise de l immobilisme et du declin lent. A moins de la jouer a la grecque avec gabegie a tout les etages puis serrage de ceinture massif pour rembourser... Apres tout on en prend le chemin, les gec ont fait les JO dans leur capitale quelques annees avant d efaire faillite, nous allons les faire a Paris en 2024 ! faillite de la france en 2030???
Réponse de le 24/02/2017 à 10:45 :
Ce qui veut dire?
Réponse de le 24/02/2017 à 18:00 :
" C est sur quand on voit le resultat, il vaut mieux il faut mieux continuer dans la voie francaise de l immobilisme et du declin lent"

Macron ou fillon feront la même politique que hollande qui a fait la même politique que sarkozy donc vous répèterez inlassablement les mêmes toutes votre vie mon pauvre ami. Ils suivront l'impasse de la politique européenne d'austérité.

Dans austérité il n'y a ni croissance ni progressisme ni évolution, il y a misère et larmes.

"Ce qui veut dire? "

Je suppose que c'est à moi que s'adresse cette question, mais je n'en suis pas sûr, le FN est le seul parti qui parle de sortir de l'union européenne, tout simplement.

Comme je l'ai dis souvent, rien ne devait empêcher que sarkozy gagne en 2012 et pourtant il a perdu et je suis à peu près sûr que c'est à cause de sa trahison liée au référendum sur le traité constitutionnel que nous avons refusé à 55% en 2005 mais que lui et ses amis politiciens et hommes d'affaires nous ont imposé en 2008.

Hollande n'avait que peu de chances de gagner c'est un fait, il a eu droit au plus grand matraquage médiatique négatif connu pour un président de la république française mais il a quand même aussi fait passer en force cette loi du travail qui n'est que la première agression liée à leur vote du traité constitutionnel européen.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :