Loi El Khomri : Semaine délicate en vue pour le gouvernement

 |   |  697  mots
Myriam El Khomri, la ministre du Travail.
Myriam El Khomri, la ministre du Travail. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Manuel Valls démarre lundi les discussions avec les syndicats et le patronat afin de "retravailler" ce projet de loi de réforme du droit du travail.

Concertation compliquée avec les partenaires sociaux, séminaire avec des députés mécontents, grèves et manifestations : la semaine s'annonce tendue pour le gouvernement, qui doit modifier le projet de loi El Khomri comme le réclament syndicats et politiques, sans froisser le patronat. Manuel Valls démarre lundi les discussions avec les syndicats et le patronat afin de "retravailler" ce projet de loi de réforme du droit du travail, dont le passage en Conseil des ministres a été reporté de 15 jours, au 24 mars, pour tenter de trouver un compromis.

Lundi, seront reçues tour à tour à partir de 10H00 la CFTC, FO, la CGT, la CFDT et, côté patronal, la CGPME, pour des concertations bilatérales, qui vont s'achever mercredi avec l'Unsa, avant une réunion plénière le 14 mars. Les numéros un de ces organisations ont rendez-vous à Matignon avec le Premier ministre, entouré de Myriam El Khomri (Travail) et Emmanuel Macron (Economie). En parallèle, Manuel Valls va essayer d'éteindre un deuxième départ de feu mardi soir chez les députés PS, qui ont imposé l'idée d'un séminaire consacré au projet de loi. Objectif: "travailler sur les points qui font difficulté" puis, le 14 mars, lors de la poursuite du séminaire, "sur les solutions", indique-t-on dans les rangs socialistes.

Mais les marges de manoeuvre sont faibles. D'un côté, le gouvernement doit calmer la grogne contre ce projet, censé répondre au chômage de masse mais jugé trop favorable à l'entreprise par les syndicats et une partie de la gauche. De l'autre, l'exécutif devra compter avec le patronat, qui n'acceptera pas que ces concertations conduisent à un "affadissement" de la réforme. "On souhaite que le texte reste ambitieux. Il faut garder des mesures puissantes pour faire reculer le chômage", prévient un porte-parole du Medef, qui sera reçu mardi à 19H00.

Manifestations les 9 et 31 mars

Matignon se dit prêt à revoir les "curseurs" des deux mesures les plus disputées, l'extension du licenciement économique et la création d'un plafond pour les indemnités prud'homales, mais veut les garder dans le texte. "Il y a un deal politique", décrypte un élu proche du gouvernement. En échange du compte personnel d'activité (CPA), le Medef demande "une souplesse sur le licenciement économique et le barème sur les indemnités". "La ligne rouge, c'est que ce deal explose", ajoute-t-il. La rencontre avec la CFDT sera cruciale. Son numéro un, Laurent Berger, juge le projet "trop libéral" et pointe "de vrais désaccords". Il est prêt à une "mobilisation" s'il n'était pas entendu, des propos rares pour la centrale.

La CFDT et trois autres syndicats dits "réformistes" (CFTC, CFE-CGC, Unsa) ont proposé des modifications, dont le retrait du plafonnement des indemnités prud'homales, la réécriture de l'article sur le licenciement économique et un meilleur encadrement des astreintes et du forfait-jour. Forfait-jour que Matignon s'est d'ailleurs déjà engagé à retoucher. "Nous laissons toute sa chance à la concertation" mais, "si le texte ne bouge pas, nous appellerons à des manifestations le 31 mars", a prévenu Carole Couvert, présidente de la centrale des cadres.

Sept syndicats réclamant le retrait pur et simple du texte, dont la CGT, FO et Solidaires, ont appelé à manifester et à faire grève ce jour-là contre un projet qui constitue une "régression sociale". Des manifestations et grèves sont prévues dès mercredi, à l'appel d'organisations de jeunesse et de certains syndicats de salariés, dont FO et la CGT, contre une réforme "écrite par le Medef".

Martine Aubry, qui a signé avec d'autres personnalités de gauche le 25 février une tribune au vitriol contre l'exécutif, a souhaité vendredi que le report de deux semaines ne serve pas à "modifier deux virgules" à un projet qui "comporte des aspects extrêmement dangereux". La pression n'est pas que dans la rue: la pétition en ligne contre le projet a franchi vendredi le cap du million de signatures, deux semaines après son lancement, une première. Et selon un sondage, deux Français sur trois s'attendent à une contestation sociale généralisée (AFP).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2016 à 14:30 :
Je suis cadre, j'occupe un travail qui ne me plaît pas et j'aimerais démissionner pour avoir le temps de chercher un travail qui ne me fasse pas me sentir mal. Or je ne peux pas car, en cas de démission, je n'aurais plus de revenu, ce que je ne peut pas me permettre étant donné que ma femme ne travaille pas. En attendant, je me sens fatigué et suis dans l'incapacité de rechercher un autre emploi. C'est un cercle vicieux.

Il faudrait que les allocations de chômage fonctionnent aussi en cas de démission. Sinon, c'est de l'esclavagisme organisé.
a écrit le 08/03/2016 à 19:36 :
dans ce traquenard de projet certes trés utile à l'emploi mais pas préparé, sans pédagogie préalable qui laisse le champ libre à l’extrême gauche et sa démagogie outrancière, comme dit le point les derniers dinosaures, l'emploi ils s'en moquent, l'idéologie passe avant ! , il faut reconnaître qu'elle a du courage et de la détermination,

ne fléchissez pas, il en va de l'emploi des jeunes !! l'avenir vous reconnaitra cette réforme majeure !
a écrit le 08/03/2016 à 19:33 :
les élus, administratifs (même milieu consangin, veulent appliquer leur modèle stable de sécurité de l'emploi, travail minimum, salaire en hausse, garantie de l'emploi au monde des entreprises trés mouvant, ou les résultats peuvent varier très vite, où il faut s'adapter en permanence sinon l'entreprise disparait, où il faut donc être souple !!

comme un problème de compréhension de la france soviétique vis à vis de la vraie vie qui produit la richesse et l'emploi !!! un autre monde !!
a écrit le 08/03/2016 à 19:28 :
, que dirait un ménage qui va appeler un plombier pour une tâche donnée, mais qui se dit qu'il est possible qu'on l'oblige à le garder au delà à ne rien faire et à sa charge, que va t il faire ? se débrouiller tout seul, différer, ou faire le travail au black !
ce qui est vrai pour un ménage est tout aussi vrai pour une pme...c'est évident !
et de la à diaboliser cette mesure comme le font les médias, les syndicats politiciens.. est à l'opposé de la réalité vécue ailleurs :
l'Autriche a supprimé toute clause de licenciement, est ce l'horreur ? non, 3,8% de chômage, le plein emploi, et un turn over excessif dans les entreprises, durée moyenne de 2 ans car ce sont les salariés qui négocient salaire, conditions de travail et s'ils ne sont pas contents ils s'en vont ailleurs !!!
idem pour l'espagne et l'italie qui ont créé 300 000 et 500 000 emplois avec la flexibilité !
la france est le seul pays à rester dans l'immobilisme et la descente aux enfers, il serait temps de se réveiller !!!
le problème est qu'il faut réveiller les élus et les administratifs qui n'ont n'ont rien à cirer que le peuple créve !!! pour eux tout vabien, il est où le problème ?
a écrit le 07/03/2016 à 19:49 :
Qui ce elcomri a penne rentrée au gouvernement grève général bizarres n est pas mètre
a écrit le 07/03/2016 à 16:04 :
La petite quoique un peu forte, en a fait un petit malaise..
Réponse de le 07/03/2016 à 16:46 :
Ce gouvernement est une farce. Leur projet de loi décidé sans aucune concertation et dans la precipitation, cristalise tous les mecontentements. En outre, penser qu'on peu créer de l'emploi en France en détruisant de l'emploi relève d'une ignorance de la culture d'entreprise dans ce pays. Nous ne sommes pas aux USA. Si l'on permet aux employeurs de licencier librement et sans juste compensation, il est en effet à craindre un effet d'aubaine, les entreprises degraissant massivement les effectifs, avant qu'une nouvelle loi ne revienne restreindre cette possibilité, et sans pour autant recruter derrière même avec des besoins réels. Les entreprises déjà aujourd'hui demandent l'impossible: faire toujours plus avec toujours moins. Alors imaginez demain avec ce projet de loi.
La solution reside dans les baisses de charges patronales pour relancer l'emploi mais là aussi le medef ne tient aucune de ses promesses; où est le million d'emplois promis par gataz en echange des 40 milliards d'euros du CICE. Décidément dans ce pays on ne peut faire confiance au patronat. Donc je prefere faire confiance aux syndicats.
a écrit le 07/03/2016 à 14:03 :
Puisque la reprise est enclenchée depuis juillet 2013.
Au contraire, les francais attendent la redistribution des fruits de la croissance.
Après 2,5 ans de croissance, dixit Sapin, pourquoi l'argent ne retourne pas dans la poche des ménages ?
La France est plus forte d'après le President.
Il faut partager la cagnotte maintenant.
Réponse de le 08/03/2016 à 19:24 :
et 2200 milliards de dette, plus de 100 000e par ménage, 5 millions de chômeurs, +10 000 par mois, toutes les caisses sociales en déficit, yc commerce extérieur, 80 milliards de déficit, record d'impôts et charges d'europe donc aucune reprise possible, car c'est l'étouffement des ménages et des entremises, code du travail de 11 000 articles, digne de la corée du nord ! et toputes les lourdeurs administratives, tout ça ça vous dit quoi ? que c'est la croissance et l'emploi et qu'l faut redistribuer ? mais redistruer quoi ? la dette !!! merci !!
a écrit le 07/03/2016 à 14:00 :
toujours pour la loi khomri
Mme Khmori doit rester ferme, il y en mare de voir toujours systématiquement critiquer
on a vu les résultats de 68!
Réponse de le 08/03/2016 à 9:05 :
Rejoindre la volonté de Bruxelles, suivre les GOPE, grandes orientations pour l' Europe, massacrer les acquis ..
a écrit le 07/03/2016 à 13:50 :
A la place de la Gauche, je ferias passer discretement cette loi en juillet pendant que notre jeunesse se pavanera sur nos plages...
a écrit le 07/03/2016 à 13:44 :
pour ! la loi
a écrit le 07/03/2016 à 11:59 :
" Il faut garder des mesures puissantes pour faire reculer le chômage", prévient un porte-parole du Medef..."

Il faut surtout trouver à tous prix de nouveaux moyens pour remplir les poches des patrons et des actionnaires avides, quitte à massacrer le peu de protections qui restent aux salariés !

le rétablissement de l'esclavage, voilà qui devrait contenter M gattaz !
a écrit le 07/03/2016 à 11:52 :
@sivousavezratéunépisode Parfaitement analysé, le chômage est une création induite par l' Union européenne dans tous les pays du sud, seule l' Allemagne tire son épingle du jeu et comme le montre le graphique de C Gave ci-dessous parce que l' euro fort lui va comme un gant...
Suivant fidèlement le processus de nécrose que connut l’URSS dans les années 70-80, la prochaine étape de nos dirigeants sera sans doute de ne plus diffuser du tout les statistiques dérangeantes et contraires au dogme des lendemains qui chantent de la prétendue « construction européenne ».
a écrit le 07/03/2016 à 10:20 :
"Il faut garder des mesures puissantes pour faire reculer le chômage".
CECI EST UN GROS MENSONGE.
Dans un contexte économique mondial atone, politiquement instable, une croissance quasi nulle qui laisse à penser que le système et au bord de l'implosion, le chômage ne sera pas endigué parle coup de baguette magique de la loi Elkomri.
Le Medef le sait très bien, mais il veut profiter de ce contexte pour faire reculer la législation sur le travail, par idéologie et calcul politique d'abord, par intérêt financier ensuite.Quand un système, quel qu'il soit, doit reprendre des solutions anciennes obsolètes pour continuer à exister, c'est qu'il n'est plus capable d'évoluer. Il stagne, puis régresse. Le Capitalisme en est là.
Réponse de le 07/03/2016 à 12:25 :
Les créations d'emploi sont nulles ... EN FRANCE! En Allemagne, en Angleterre, et même en Espagne, c'est l'inverse !
Réponse de le 08/03/2016 à 9:34 :
@@valbel Des emplois de ..deux heures par semaine, vous rigolez ..! Des doggy jobs !! Votre réponse est d'une indignité !!!
a écrit le 07/03/2016 à 8:52 :
Cette pauvre femme Mme Elkomry n'a pas la moindre connaissance de ce qu'est le travail, elle ne comprends ce qu'est la France, elle ne comprends pas la culture française, l'on peut comprendre, née au Maroc elle est déphasée et elle n'aurait jamais du accepter le poste ministériel que valls né en Espagne lui a proposé.
Peut être Mme Elkomry pourrait elle proposer ses services dans les aides à la personne, y tant de ménages à faire.
a écrit le 07/03/2016 à 8:43 :
Cette loi fait les choux gras de l'extrême gauche et de l'extrême droit. Leur réaction est a la hauteur du danger qu'ils perçoivent... oui cette loi peut faire baisser le chômage et réduire leur électorat.
a écrit le 07/03/2016 à 7:37 :
En France, on pense qu'en obligeant les entreprises a payer pour licencier on limitera le chomage, sans compter tout ces lois qui vous limite a debaucher.
La consequences directes c'est que les entreprises n'osent plus faire des CDI. C'est tellement compliqué de licencier qu'il vaut mieux ne prendre que des CDDs. Certains employes mal intentionné embauché en CDI ne font pas grand choses mais l'emplpyeur ne peux pas s'en separer parce que debaucher pour faute legere est trop chers ou tout simplement illegales.
Pourquoi la FRance a une productivité record? Pourquoi la FRance a un taux de suicide qui egale la Scandinavie et le Japon? C'est parce que les entreprises pressent leurs employés au maximun, elles ont tellement peur d'embaucher.
C'est par cette constatation et ces faits qu'a été créée la loi du travail. Debaucher pour creer une certain dynamique que nous n'avons plus en France.
J'ai lu la loi, comment peux on parler d'esclavage lorsqu'on demande a des apprentis de travailler jusqu'a 40h. C'est de l'esclavage 40h par semaine? La petition a été lancé par les generaux de Benoit Hammon...comme c'est bizarre. Peut etre que monsieur Hamon regarde de pret le trone de l'Elysée?
Réponse de le 07/03/2016 à 10:45 :
@GinaG
"Est-ce de l'esclavage lorsqu'on demande a des apprentis de travailler jusqu'à 40h." Il ne vous aura pas échappé que le monde a évolué et que nous ne sommes plus dans les années 50.
L'apprentissage peut-être une bonne formule pour ceux qui en ont vraiment envie, avec un projet précis en tête , mais dans un monde où le virtuel a pris la place du concret, les "jeunes d'aujourd'hui" ne sont pas "fan" des métiers d'hier. Plombier, charpentier, cuisinier, poseur de "placo"(plâtrier c'est du passé) etc...tant de métiers où la technologie est passé par là, où ces "métiers" n'offrent plus l'intérêt d'apprendre un savoir-faire.
Le cuisinier dans son futur métier aura surtout besoin d'une paire de ciseaux, le plombier de tube Pvc et de 2 clés, le poseur de "placo" de 3 outils et d'un crayon, le charpentier d'un marteau et quelques clous pour fixer une charpente industrielle. Il reste une petite chance d'apprendre quelque chose dans les métiers du Bâtiment si l'apprenti à la chance de tomber sur un patron qui fait exclusivement de la rénovation. Pour le cuisinier, c'est irrémédiablement foutu, l'industrie agro-alimentaire a gagné.
Réponse de le 07/03/2016 à 11:56 :
On voit ce qu'ont fait les constructeurs automobiles et tous ceux qui peuvent fabriquer ailleurs
Il faut etre fou pour investir en France alors que toute les frontières sont ouvertes
Les gauchistes rêvent toujours d'un monde qui n'existe pas
Réponse de le 07/03/2016 à 12:31 :
Vous dites très justement qu'on est plus dans les années 50... avez remarqué également que le taux de chômage était nul dans ces années là, alors que maintenant on à un taux supérieur à 10% et même supérieur à 25% pour les jeunes... et encore: ces chiffres n'intègre pas les départements d'outre mer !!
Et à qui demander ce qui inciterait à créer des CDI, si ce n'est aux employeurs et créateurs d'entreprise ??!
Réponse de le 08/03/2016 à 8:50 :
Je reprends vos termes : "La consequence directe c'est que les entreprises n'osent plus faire des CDI. C'est tellement compliqué de licencier qu'il vaut mieux ne prendre que des CDDs. " Oui et alors ? En quoi cela accroit-il le chômage ? En UK et en Allemagne aussi on recrute en contrats zéro heure ou en minijobs. Préciser les objectifs SVP.
a écrit le 06/03/2016 à 23:42 :
Le sourire de cette dame est un peu plus crispé .
A t elle compris le rôle qu on lui faisait jouer .
L insistance de Hollande pour vanter ses convictions me laisse supposer qu elle a émis quelques doutes - mais quand le vin est tiré .......Elle essaye d assumer et finira par regretter si une fibre sociale est en elle .
a écrit le 06/03/2016 à 22:28 :
Quand allez-vous commencer à comprendre que nous sommes dorénavant dans une économie où il ne s'agit plus de produire à tout va pour équiper les acteurs économiques (ménages, collectivités, particuliers,...) Comme au sortir de la guerre et pendant 30 ans. Mais que nous sommes arrivés à maturité et que maintenant nous ne faisons que du renouvellement!!

A moins d avoir 15 voitures dans le garage et 36 frigo dans sa cuisine, que voulez-vous faire d autre?
Il est difficile pour certaines personnes de penser autrement que ce qu'ellels ont toujours pas connu.

La croissance importante qui était auparavant partagée entre le capital le travail et les états n est plus que dérisoire. Dans ce contexte, le capital n a plus que le choix suivant:
- Faire de la croissance organique (délocaliser).
-Noyauter les états à leur profit (création de lois bénéfiques).
-Acquérir l ensemble des médias (organisation de la pensée).

L'avenir selon moi:
La France rentre dans le rang du libéralisme. Elle reprend des parts de marché avec sa cohorte de travailleurs à bas coûts (baisse de la consommation en interne et grogne des commerçants avec baisse de l immobilier).

Les autres pays réagissant en diminuant à nouveau leurs coûts donc nous perdons des parts de marché et augmentation du chômage.
Nous faisons à nouveau un effort (ex: fin du smic, de la sécu et retraite).

Ça n a pas de fin car le monde entier est sur les mêmes parts du gâteau.

Ce système economique nous amène donc à la pauvreté avec sa cohorte habituelle de violence, de fascisme et de guerre.
Réponse de le 07/03/2016 à 1:12 :
Vous avez en partie raison mais il y a malgré tout beaucoup de possibilités de création d'emplois nouveaux malgré d'autres qui vont décliner, regardez le potentiel des énergies renouvelables dans le monde et le secteur de l'énergie, efficacité etc, les innovations dans le numérique, les technologies médicales, l'environnement, le bâtiment, les transports, l'aide aux personnes âgées etc. Il faut plus de souplesse pour les entreprises, de la stabilité dans les lois et la fiscalité, des programmes, des aides efficaces etc et également plus de justice car les écarts riches et pauvres se sont fortement creusés et la corruption souvent augmenté. De même on a poussé l'économie depuis plus de 30 ans par la baisse des taux et c'était une situation anormale qu'il faut progressivement corriger mais il y a beaucoup encore à faire dans le monde en étant mobile, en innovant, exportant etc. ce n'est pas juste du renouvellement.
Réponse de le 07/03/2016 à 8:35 :
Achetez français si vous voulez créer des emplois. Dans tous les secteurs, il y a des entreprises qui fabriquent en France ou sont françaises.
Réponse de le 07/03/2016 à 10:37 :
En attendant on a 6 millions de chômeurs et des millions de pauvres exclus. Demandez leur à eux si ils n'ont pas des besoins même élémentaires à combler. Votre commentaire illustre parfaitement ce qui bloque tout en France: les insiders. Amis conservateurs, compères boomers, copains rentiers unissons nous pour ne jamais rien changer. Ca me ferait rire si ce n'était pas si moche.
Un conseil évitez aussi la prospective et contentez vous d'analyser les chiffres passés et actuels.
D'abord dans tous les pays développés et dans la Chine avant longtemps l'essentiel du PIB c'est du service depuis longtemps, avec plus ou moins de valeurs ajoutés. Les besoins sont encore immenses et les nouvelles techno vont encore en créer. Allez voir combien d'ingénieurs sont formés chaque année en Inde ou en Chine ou allez voir la qualité de service dans nos EPHAD.
Combien de vrais humains sont sortis de la pauvreté ces 30 dernières années dans le monde? Combien encore à sortir?
Pour votre culture, le taux de croissance moyen sur très longue période, par exemple en France depuis le début du XIXeme, est de 1.5%. Faire beaucoup plus ou beaucoup moins arrive, mais n'est pas la norme. Cela nous a néanmoins permis d'arriver à un niveau de développement incroyable.
Qu'on vive une période de changements immenses et sans doute longue, ok c'est pas la première fois dans l'Histoire, c'est pourquoi il faut continuer de s'adapter, d'évoluer et sans doute à un rythme un peu plus soutenu...
Pour finir un petit calcul sympa pour vous et vous donner un peu d'optimisme, 1.5% de croissance sur un PIB de 2000mds d'€ ça fait combien? Encore un peu plus de gâteau, vous avez encore faim?
Réponse de le 08/03/2016 à 10:28 :
Réponse à ceux qui n ont pas le courage d indiquer leur pseudo!

Bon je reprends car certains ont vraiment du mal à comprendre l environnement économique mondial.

1/ oui, je confirme que nous sommes depuis maintenant 30 à 40 dans une économie de renouvellement et non plus de 1er équipement. Pour votre information, les services ne sont par définition pas créateurs de richesses au sens économique mais rentrent dans un processus dont la finalité est la création d un produit manufacturé (ingénieur, informaticien, architecte,...). Pour ceux liés à la personne, il s agit avant tout d un transfert monétaire afin de payer le service (aide à la personne, hospitalisation, ...).

La mise en concurrence n est que le résultat d un manque de rentabilité du capital par manque de croissance continue (et on revient à nouveau sur l économie de renouvellement!).
Maintenant en ce qui concerne le passé, le capitalisme tel qu' il a été à permi de sortir les populations de la misère et de les équiper.
De la a penser que la planète pourra supporter d équiper les 7 milliards d être humain tout simplement pour continuer à évoluer avec ce systeme économique de fou, c est un non sens.
Même si cela était possible, je vous repose à nouveau la question: n arriverait on pas par la suite à une économie de renouvellement?

Pour finir, il y a ceux qui se posent des questions et ceux qui n envisagent pas un autre modèle économique. Pour ces derniers il convient donc toujours de s adapter et ne pas être moteur d un changement.
Je pense qu avecce modèle, eco la France comme tous les pays à besoin d une réforme mais on est peut être pas d accord sur le type de réforme à mener.

A vous lire seuls les insiders sont contre la réforme Valls c est faire injures à l ensemble des opposants , chômeurs ou pas.
Et prendre les outside en otageleur faisant croire que c est bien pour eux c est une vieille manie de l oli
a écrit le 06/03/2016 à 20:25 :
Pour certains Français le mot "travail" leur fait peur.
Réponse de le 07/03/2016 à 13:21 :
Quand on réduit le travail à sa stricte dimension marchande, effectivement ça " fait peur " sauf bien sûr, à ceux qui en profitent et en général c'est pas ceux-là qui travaillent le plus utilement. ( traders, dealers, winners, money makers, et autres business proches de l'arnaque, ),. Le travail à pour but la création de richesses et non de désordre.
a écrit le 06/03/2016 à 20:21 :
dès que les jeunes parisiens défavorisés seront dans la rue, nous verrons un cortège de foulards hermès, de sacs Chanel et d'Iphones se confronter aux CRS.
Une véritable lutte des classes pour abolir l'apartheid comme dirait Valls.

Après cette révolte bisounours, la ministre gauche caviar devra plier et verra son CDD s'arrêter immédiatement. Elle pourra rejoindre le rang de ceux qui vomissent sur Hollande.
a écrit le 06/03/2016 à 18:15 :
Faute de pouvoir agir sur les causes réelles du chômage, le gouvernement en est donc réduit à des expédients pathétiques pour que l’opinion ne réalise pas bien l’ampleur du désastre, imposer au forceps les GOPE bruxelloises au pays ...
Il nous avait déjà habitués à prendre des mesures antisociales et à mettre en avant des sujets polémiques et anecdotiques pour occulter de graves décisions prises en catimini.
La suite s' écrira assez logiquement et naturellement et avec ferveur, le Brexit assorti d' un Frexit ...
Réponse de le 07/03/2016 à 11:50 :
Ces mauvais gouvernants ont des petits zizis face à Bruxelles comme leur ont signifié sur le salon les agriculteurs en colère .!!
a écrit le 06/03/2016 à 18:13 :
Pouvez-vous éclairer ma lanterne? Les français, dit-on, sont très majoritairement contre la réforme du code du Travail? Quand sont-ils majoritairement pour "quelque chose"?:l'allogement des vacances? la réduction de la durée du travail? La retraite à 50 ans?L'augmentation massive des revenus? La suppression des taxes et impôts sur le revenu? Ma foi!
Réponse de le 06/03/2016 à 20:42 :
C'est simple, le pourcentage de français qui sont opposés à cette réforme, correspond au pourcentage de ceux qui ne sont pas contents de la politique de Hollande ou plutôt de son manque de résultats. La plupart des français et de ceux qui manifesteront mercredi n'ont même pas lu la proposition de loi dans les détails. Ils caquètent et fonction des médias et des leaders politiques et syndicaux. Le grand Charles avait traité les français de veaux. Pas faux!
a écrit le 06/03/2016 à 18:03 :
On ressort les pancartes de nos grand pères, non à la semaine de 60 H ..
a écrit le 06/03/2016 à 15:52 :
Cette loi va plutôt dans le bons sens et s'avère nécessaire puisque l'on constate qu'il n'y a aucun résultat depuis plusieurs décennies. Donc bravo à Hollande de diriger enfin plus au centre avec réalisme et d'affronter des gens qui n'ont jamais obtenu de résultats en matière de chômage depuis tout ce temps. Par contre ce serait bien de contrôler également le salaire des dirigeants. A chacun de faire des efforts.
Réponse de le 06/03/2016 à 22:01 :
Je ne comprends pas votre
commentaire
En effet, peut on imaginer quelques instants que la poussée du chômage et de la précarité ne correspondent pas uniquement à la France?
On constate que l ensemble du monde occidental est soumis à ce même étau: l avenir se résume entre misère et pauvreté, au choix des politiques de chacun des pays.
La cause unique à cela est tout simplement que nous sommes depuis 40 ans dans une économie de renouvellement. Il ne s agit pas d équiper les ménages, les particuliers, les infrastructures mais de renouveller.
De ce fait, la capacité de production quelqu elle soit ne peut être que supérieure à la demande finale!
Le capital (au sens économique) ne pouvant plus continuer à grossir par manque de croissance voit sa stratégie passer par une baisse des coûts en interne (cela s appelle la croissance organique).
Résultats: délocalisation, mise en concurrence, diminution des salaires et/ou acquis sociaux.

Vous pouvez vérifier, tous les pays dit riches ont une population qui s appauvrit.
Que cette population ait un taux de chômage élevé ou non. La comparaison d un pays à l autre par le taux de chômage n a aucun intérêt puisqu il ne prends pas en considération le niveau de salaire.

L économie du XXIE siècle n est pas une compétition mais une mise à mort.
A ce jeu la, seule l'oligarchie en sortira vainqueur.
Réponse de le 07/03/2016 à 11:12 :
malheureusement ce n'est pas le commentaire que vous ne comprenez pas, mais l'économie.
Nos voisins Allemands ça fait juste 3 fois qui réélisent Mme Merkel, ils doivent être vraiment très malheureux. En Suisse c'est bien connu il sont au bord de l'insurrection et les pays scandinaves sont à feu et à sang. Alors que chez nous, sorte de paradis terrestre, nos chômeurs et exclus vivent dans une sorte de nirvana, où coule pour eux le vin et le miel. Nos résultats économiques impressionnent sans conteste le monde entier. Notre population connue pour son optimisme et sa foi dans l'avenir, manifeste d'ailleurs sa joie en s'abstenant massivement aux élections, en mettant le FN à près de 30% et en virant ses exécutifs. D'ailleurs si Londres est la 5 ème ville Française, c'est juste que nos jeunes diplômés aiment faire du tourisme. Et si ça pète dans nos banlieues ou que des bataillons de Français partent en Syrie c'est sans doute qu'ils sont emplis d'un trop plein d'enthousiasme.
Non, non vraiment changeons rien. Qu un chômeur se retrouve exclu socialement et meurt statistiquement plus tôt c'est juste un détail.

Merci d'avoir illustré ce dramatique constat: de trop nombreux Français, les protégés, ont une préférence pour le chômage, en tout cas pour les autres.
a écrit le 06/03/2016 à 15:26 :
Et une concertation avec les syndicats de chômeurs... personne n'y a pensé ?
Et une concertation avec les syndicats de commerçants et artisans (potentiellement les créateurs d'emploi les plus "bloqués" par une peur des prud'hommes!), personne n'y a pensé non plus ??
Le gros des personnes représentées à ces concertations, ce sont les syndicalistes professionnels, les fonctionnaires, et les gens déjà titulaires de CDI, et principalement salariés de grands groupes ! Où est passé l'intérêt du développement de l'emploi, dans tout ça ? Où est passé l'intérêt de titulaires de CDD qui pourrait grace à cette réforme, espérer passer en CDI ?
Au lieu de s'arquebouter sur leurs privilèges, les syndicats seraient bien plus éclairés s'ils cherchaient, avec cette réforme du CDI qui rassurerait des créateurs d'emploi, à obtenir que le CDD perde son intérêt ... mais, ça, ce serait l'intérêt général, pas l'intérêt particulier des syndicats et de leurs adhérents !!
Réponse de le 06/03/2016 à 15:45 :
VOILÀ ! Tout est dit !
Réponse de le 07/03/2016 à 11:11 :
Vous touchez à une question de fond: la représentativité des syndicats de salariés. Moins de 8°/°! Qu'elle est leur pertinence pour négocier? Sans compter U'ils ne doivent d'exister non pas par les cotisation des adhérents, mais grâce à la mansuétude de l'argent public.
Une négociation engagée au niveau de l'entreprise, plutôtque des branches, permettrait probablement un revitalisation du syndicalisme français.
a écrit le 06/03/2016 à 13:37 :
Voici les passages clés, par lesquels la Commission européenne dicte à notre gouvernement fantoche ce que doit être la politique de l’emploi en France :

« • Maintenir les réductions du coût du travail découlant du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi et du pacte de responsabilité et de solidarité, notamment en les mettant en œuvre comme prévu en 2016; évaluer l’efficacité de ces dispositifs en tenant compte des rigidités du marché du travail et du marché des produits; réformer, en concertation avec les partenaires sociaux et conformément aux pratiques nationales, le processus de formation des salaires pour que ceux-ci évoluent au même rythme que la productivité; veiller à ce que les évolutions du salaire minimum soient compatibles avec les objectifs de promotion de l’emploi et de la compétitivité ; »

« • Réformer le droit du travail afin d’inciter davantage les employeurs à embaucher en contrats à durée indéterminée ; faciliter, aux niveaux des entreprises et des branches, les dérogations aux dispositions juridiques générales, notamment en ce qui concerne l’organisation du temps de travail ; réformer la loi portant création des accords de maintien de l’emploi d’ici à la fin de 2015 en vue d’accroître leur utilisation par les entreprises ; entreprendre, en concertation avec les partenaires sociaux et conformément aux pratiques nationales, une réforme du système d’assurance chômage afin d’en rétablir la soutenabilité budgétaire et d’encourager davantage le retour au travail (dégressivité des allocations). »

http://www.upr.fr/actualite/le-projet-de-loi-el-khomri-est-la-consequence-directe-de-notre-appartenance-a-lunion-europeenne
Réponse de le 06/03/2016 à 15:43 :
Le chômage est une conséquence directe de nos politiciens franco-francais !
Preuve en est : le chômage est en baisse dans toute l'union européenne. Toute ? Non. Seul un pays gaulois résiste encore et toujours à la réalité économique :
"On crée une entreprise pour en tirer un bénéfice, et on embauche quand la force de travail recrutée rapporte à l'employeur un bénéfice supérieur au cout de l'embauche (estimation du cout de rupture de contrat inclus) !"
"Réformer le droit du travail afin d'inciter davantage les employeurs à embaucher en CDI", ce n'est pas ce que je qualifierais de Diktat de l'Europe, mais juste un rappel de bon sens dans l'intérêt des Français !!
Réponse de le 06/03/2016 à 15:46 :
Le texte de la commission européenne est très favorable à l'emploi, bloqué en France par des dispositions obsolètes qui n'ont jamais donné de résultats depuis plus de 40 ans. Il est important de traiter le problème du chômage et dont ce type de proposition qui a fait ses preuves ailleurs est bienvenu.
Réponse de le 06/03/2016 à 18:10 :
Parfaitement analysé, le chômage est une création induite par l' Union européenne dans tous les pays du sud, seule l' Allemagne tire son épingle du jeu et comme le montre le graphique de C Gave ci-dessous parce que l' euro fort lui va comme un gant...
Suivant fidèlement le processus de nécrose que connut l’URSS dans les années 70-80, la prochaine étape de nos dirigeants sera sans doute de ne plus diffuser du tout les statistiques dérangeantes et contraires au dogme des lendemains qui chantent de la prétendue « construction européenne ».
a écrit le 06/03/2016 à 13:32 :
Il y a de quoi en effet refuser ces propositions scélérates qui vont vers tjrs plus de libéralisme et de suppression des acquis durement gagnés par les générations passées et sacrifiées sur l' hôtel du puits sans fond européïste ..

"Après tout, j’ai pensé depuis 10 ans que les pays du Sud ne laisseraient pas leurs systèmes industriels disparaitre sans sortir de l’Euro et j’ai eu complètement tort. Non seulement ils ont laissé faire, mais les politiciens locaux ont soutenu ce désastre de toutes leurs forces. Et la France va être en première ligne dans cette déroute puisqu’elle va devoir faire face non seulement à l’Allemagne mais aussi à des Etats ou à des industries Espagnoles ou Italiennes qui se sont (un peu) reformées."


http://lesbrindherbes.org/2016/03/03/comprendre-crise-economique-charles-gave/


Une position qui rejoint les analyses de l' UPR, le parti qui ..apporte la lumière à tous et un niveau de compréhension hors norme..
a écrit le 06/03/2016 à 9:31 :
ce n est pas la personne en particulier !! mais toute l équipe qui dirige la France qui est rejetée par 90%
Réponse de le 07/03/2016 à 20:31 :
Malheureusement, il ne s'agit pas d'un référendum pour ou contre le gouvernement... !
a écrit le 06/03/2016 à 9:13 :
réformer le privé, pourquoi pas
mais à quand la réforme du public qui vit grassement sur le dos du privé
je rappelle que la devise de la France, c'est liberté, égalité et fraternité
on en est loin
il y a 3 types de français
celui qui crève et qui n'a aucun avenir (les agriculteurs en font parti)
celui qui s'en fout plein les poches et qui a un bel avenir tout tracé en profitant à fond du système (les élus, les fonctionnaires)
celui qui rame pour payer les deux autres (le privé)

la gestion de l'état est désastreuse (régimes spéciaux, promotion automatique à 6 mois de la retraite qui est calculée sur les 6 derniers mois ( le privé, c'est les meilleurs 25 années, effectif pléthorique,...) 58% de notre PIB part en impôts; le record d'Europe...

Quand va t-on enfin avoir le courage de dégraisser le mammouth et de faire le ménage?
a écrit le 06/03/2016 à 9:01 :
bonjour à tous
après avoir parcouru ce que vous avez écrit je pense aussi que les jeunes ne veulent pas travailler,ou en veulent trop alors qu'ils sont nouveaux dans le marché du travail du aux mensonges quand ils sortent des écoles ou de l'apprentissage.
il faudrait diminuer l'assistanat sous toute ses formes j'en parle en connaissance de cause car j'en bénéficie (la prime d'activité ) c'est une aberration malheureusement j'y ne peu rien ça ira à ma petite fille et personne ne pense aux cumuls des mandats, les privilèges ect.......
a écrit le 06/03/2016 à 5:17 :
A Élu PS
Réforme le privé ! C est hallucinant vos allégations... Vous devez avoir un statut de fonctionnaire bien planqué au chaud av tous les acquis sous l oreiller !
a écrit le 06/03/2016 à 1:47 :
Mais où sont donc les ministres de GAUCHE dans ce gouvernement ?
a écrit le 05/03/2016 à 23:46 :
Et le fonctionnariat alors, on va aussi autoriser le licenciement économique de fonctionnaires en cas de déficit public? Non? Alors je ne vois pas pourquoi on sacrifierait les salariés du privé. Loi el khomery non merci. Au gouvernement: retirez le projet ou démissionnez.
Réponse de le 06/03/2016 à 9:00 :
Quand on sera lâché par les banquiers qui financient des centaines de milliers de fonctionnaires inutiles
il faudra bien les licencier comme le Portugal l Espagne et la grece l'ont fait
a écrit le 05/03/2016 à 22:52 :
De toute façon le débat est faussé.

Il n'est qu'idéologique... Peu importe cette loi tout le monde ne parle que d'affect...

C'est dommage parce qu'une vraie réforme structurelle ferait du bien mais personne n'est prêt.

Quand je voit en France le nombre de stagiaires de CDD et la difficulté qu'on les ETP PMI PME à avoir des marges de manoeuvres sur l'emploi ...

Tout le monde crie mais personne ne vit le déclassement
Peut être que cette loi pourrait être un début... mais bon c'est mort pour le débat
a écrit le 05/03/2016 à 22:47 :
Le scandale européen passé inaperçu : comment la Commission étouffe Airbus et Ariane ! par Damien Lempereur et Brice Wartel
Le 26 février, la Commission européenne a lancé une enquête sur la prise de contrôle d'Arianespace par Airbus. Damien Lempereur et Brice Wartel y voient la responsabilité du dogme de la concurrence libre et non faussée qui pénalise l'industrie des pays européens.
Le 26 février 2016 restera dans l'histoire de l'industrie spatiale européenne comme un jour de deuil, le jour où la Commission européenne a empêché le mariage d'Airbus et d'Ariane par crainte de créer un numéro un mondial qui écrase les concurrents américains, russes et chinois. Peut-on encore croire que l'avenir de l'Europe passe par les technocrates de Bruxelles après un tel fiasco?
En Europe, Airbus fabrique seul des satellites et, en partenariat avec Safran, les fusées. Quant à Ariane, elle envoie les satellites dans l'espace et les met en orbite. Ariane, Airbus et Safran souhaitent donc rassembler toutes leurs activités spatiales au sein d'une seule entreprise (appelons-la Airbus-Ariane). Cette association permettrait de diminuer les coûts et d'atteindre la taille critique pour faire face non seulement aux satellites de Boeing, mais aussi aux fusées américaines de SpaceX (le protégé de la NASA) et aux autres concurrents américains, russes et chinois - tous massivement subventionnés et protégés par leurs Etats respectifs.
La menace était sérieuse pour les concurrents d'Airbus et Ariane, notamment SpaceX et Boeing. Heureusement pour eux, l'Union Européenne vient d'intervenir pour les protéger... La Commission de Bruxelles vient en effet de bloquer jusqu'à nouvel ordre la création d'Airbus-Ariane parce qu'elle est « inquiète » et « craint un verrouillage » du marché des satellites au détriment de ses concurrents étrangers. La création d'Airbus-Ariane «risque» aussi d'encourager Ariane à avantager les satellites d'Airbus, notamment au détriment de Boeing.

Renforcer à la fois Ariane et Airbus? Prendre une longueur d'avance sur la NASA de SpaceX et sur Boeing? Créer une « position dominante » mondiale pour une entreprise européenne? C'est trop pour la Commission: la religion de la « concurrence libre et non faussée » ne le permet pas.

L'autre raison du refus de la Commission de Bruxelles est la « crainte » que les entreprises du secteur spatial ne soient plus « incitées à innover » en raison de la trop grande puissance d'Airbus-Ariane. Comme si la conquête de l'espace n'était pas par nature innovante! Bruxelles n'a manifestement pas envisagé que si Airbus et Ariane menacent d'écraser leurs concurrents hors d'Europe, c'est à ses concurrents d'investir et d'innover pour rattraper leur retard. Ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes s'ils ne restent pas compétitifs.

La création d'un numéro un mondial européen n'est à aucun moment vue comme une chance, mais seulement comme un risque !! Cette décision au raisonnement absurde ferait presque sourire si elle n'était pas aussi dramatique et révélatrice.

Décision dramatique parce que la Commission de Bruxelles continue à étouffer nos industries au nom d'un dogme fou de la « concurrence libre et non faussée ». Imagine-t-on le gouvernement américain interdire à Google, Amazon, Facebook et Apple de « verrouiller » le marché ou de « favoriser » leurs propres services au détriment des entreprises européennes? Cette décision s'ajoute à la longue liste des refus de créer des champions européens, une liste où l'industrie aérospatiale européenne figure malheureusement déjà en bonne place.

Décision révélatrice parce qu'elle illustre l'opposition fondamentale entre deux conceptions de l'Europe: l'Europe qui réussit, celle des alliances entre nations, celle d'Airbus et Ariane ; et l'Europe qui échoue, celle de Bruxelles et des technocrates. A chaque échec de « l'Union européenne », les euro-béats répondent « oui mais regardez Airbus et Ariane », qu'ils invoquent à tort comme preuve de la réussite de l'Union européenne. Faut-il rappeler que ces réussites sont antérieures à la création de la Commission européenne? La décision du 26 février le confirme: l'Union européenne actuelle est l'ennemie d'Airbus et d'Ariane, pas leur alliée.

Quelles leçons faut-il en tirer?

Airbus et Ariane sont les plus beaux exemples de coopération européenne et pratiquement les seuls grands succès de cette coopération au cours des quarante dernières années. Le secret de leur réussite est justement, ou plutôt était, qu'ils échappaient à l'Europe de Bruxelles. Maintenant que la Commission de Bruxelles peut contrôler Airbus et Ariane, elle s'empresse de leur couper les ailes au nom de « la concurrence ». Au même moment, les Etats-Unis et la Chine laissent le champ libre à leurs champions nationaux.

Airbus et Ariane doivent rester des associations entre Etats souverains, des alliances au cas par cas en fonction des intérêts communs de tel ou tel pays, sans aucun droit de regard de la Commission européenne. Airbus et Ariane sont la démonstration que l'Europe qui réussit est l'Europe des patries chère au Général de Gaulle, l'Europe libérée des technocrates, l'Europe lucide qui raisonne en fonction de ses intérêts plutôt que des idéologies ou des dogmes.

L'Union Européenne actuelle combine les pires défauts de la concurrence sauvage, avec les pires défauts du contrôle technocratique, comme le montre cette interdiction de l'alliance entre Airbus et Ariane. Pour nos entreprises et pour la France, il est temps de changer d'Europe.
Réponse de le 06/03/2016 à 0:12 :
Lorsque l'on donne une info on va plus loin qu'un article de journal et pour cela il suffit d'aller sur le site de la commission qui dit:

Globalement, la Commission craint à ce stade que l'opération puisse entraîner une hausse des prix, une diminution du choix pour les clients et un recul des efforts de recherche et développement sur les marchés des satellites, des lanceurs et équipements connexes, et des services de lancement.

La Commission va maintenant examiner l'opération de manière approfondie afin de déterminer si ses craintes en matière de concurrence sont fondées.

L’opération a été notifiée à la Commission le 8 janvier 2016. La Commission dispose à présent d’un délai de 90 jours ouvrables (jusqu’au 12 juillet 2016) pour arrêter une décision. L'ouverture d'une enquête approfondie ne préjuge pas de l'issue de la procédure.
CONCLUSION PAS DE DECISION AVANT JUILLET 2016.
Allez un peu de sérieux car croire dans un journal qui ne fait que copier une partie de la réflexion de la commission vaut d'une certaine manière à de la propagande anti Europe.
Dernier point et non des moindre ce que pourrait lancer auprès des instances internationales du commerce les entreprises concurrentes hors Union. Les fusions , mariages acquisitions, ne sont pas une simple !!discussion autour d'une table.
Réponse de le 06/03/2016 à 18:49 :
Il est temps de quitter l' union européenne dictature des peuples, à l' image de l' ex URSS.
a écrit le 05/03/2016 à 22:33 :
Arrêté , il est impossible de donner plus aux employeurs après les 25 milliards de fraudes fiscales et les 45 milliards de cadeaux à ceux ci pour qu"ils embauchent.
1 million de personnes par signature n'accepte pas cette réforme donc il faut être à l'écoute du peuple.
Le pouvoir des riches et de l'argent ,ras le bol les licenciements pour aller investir en chine ou tous autres pays.
Donc tous le monde dans la rue et aussi pour vous les jeunes ou les emplois sont de plus en plus rares.
Réponse de le 05/03/2016 à 23:23 :
arrétez vos mensonges, le cice à profité majoritairement aux entreprises publiques!!!!!!
Réponse de le 06/03/2016 à 8:24 :
Sur vos 1 millions de signatures combien sont vraiment valables.
On peut signer plusieurs fois si on veut.
Il suffit de s'inventer un faux nom...
Les emplois sont rares ?
Sur la Côte Azur on ne constate pas cela vous savez.
Mais notre jeunesse cherche t'elle encore à travailler ?
Voila une question à se poser.
a écrit le 05/03/2016 à 22:08 :
France, number one :
1) 80% des contrats signés sont des CDD, record européen.
2) La France est la nation où l’intérim est le plus sollicité en Europe.
Les entreprises d’intérim, étrangères, dont américaines, se font une fortune en France.
3) Des millions de chômeurs, d'exclus et de précaires, intérim, CDD et CDIC qui ne sont pas concernés par les licenciements.
Donc tout va bien!
......
Après le Salon Rétromobile à Paris en février, ne quittez pas l'univers rétro, venez admirer le 9 mars le plus grand défilé international de pièces de musée, syndicats, extrême gauche, extrême droite, bolchéviques nostalgiques, bobos déconnectés, etc.
Et en première mondiale: des syndicats étudiants et lycéens déjà "has been".
......
Et en plus c'est gratuit. Photos autorisées. Prière de ne pas utiliser les flashs qui pourraient effrayer certains individus n'y étant pas habitués. Merci.
......
Le CDIC, la dernière perle, ou comment virer un type du jour au lendemain sans lui verser les 10% de précarité qui sont versés en fin de contrats intérim et CDD.
CDIC = CDI de chantier.
Ce type de contrat est en forte croissance, même dans certains bureaux d'études qui n'ont aucun lien avec le BTP.
Bureau d'études = chantier? C'est nouveau..........
Réponse de le 06/03/2016 à 8:48 :
La campagne présidentielle est déjà bien entamée et cette loi arrive trop tard pour être discutée avec un minimum de sérieux. Chaque syndicat se positionne pour défendre son fond de commerce miteux. L'extrême droite et l'extrême gauche , avec leurs programmes racoleurs et semblables, n'ont qu'un seul but, semer un maximum la zizanie pour récolter au premier tour de la présidentielle. Marine et Jean-Luc, même combat, le front de gauche avait cru bon faire de la surenchère sur le FN qui avait contré en piquant quelques postures populistes du front de g, retraites et autres. Certains activistes naviguent entre ces deux extrêmes sans aucun problème. Entre le poing tendu à la main tendue, il n'y a même plus l'ombre d'un fil. C'est deux partis extrémistes adulent les mêmes dictateurs. Pauvre France!
Mais qu'avaient fait les prédécesseurs, Jospin, Chirac et Sarkozy pour les PME? Quelques meurettes sans efficacité.
Décidément, la France est un panier de crabes de plus en plus détestable!
a écrit le 05/03/2016 à 18:56 :
ce n'est pas la rue qui gouverne!la majorité des français appelaient de leurs voeux cette réforme,le gouvernement l'a faite.ceux qui sont contre sont la minorité.il n'y a pas d'autre politique possible dans un monde globalisé.le secteur privé doit enfin se réformer!
Réponse de le 05/03/2016 à 22:03 :
et je retourne ma veste..... Mr Elu Ps je vous suis depuis longtemps. Vous n'avez pas honte quand vous vous regardez dans la glace ?
Réponse de le 05/03/2016 à 23:25 :
et la fonction publique vous la réformez quand????? c'est trop facile ce que vous faites et en plus malhonnête.
a écrit le 05/03/2016 à 17:08 :
"Après tout, j’ai pensé depuis 10 ans que les pays du Sud ne laisseraient pas leurs systèmes industriels disparaitre sans sortir de l’Euro et j’ai eu complètement tort. Non seulement ils ont laissé faire, mais les politiciens locaux ont soutenu ce désastre de toutes leurs forces. Et la France va être en première ligne dans cette déroute puisqu’elle va devoir faire face non seulement à l’Allemagne mais aussi à des Etats ou à des industries Espagnoles ou Italiennes qui se sont (un peu) reformées."

http://lesbrindherbes.org/2016/03/03/comprendre-crise-economique-charles-gave/

Des analyses très proches de celles de l' UPR, le parti résolument et analytiquement pro Frexit..
Réponse de le 05/03/2016 à 17:30 :
C'est incompréhensible, l'euro n'est en aucune manière en cause, il assure au contraire la stabilité monetaire et l'éradication du risque de change, et nous a protégé pendant le pic de la crise, car vos œillères ne vous ont sans doute pas permis de voir qu'il y avait eu une crise de tout, sauf de la monnaie...sinon, vous seriez en train de pleurer sur vos sous, surtout avec du franc français !!!! Ce que l'on nomme la crise de l'euro est un contre-sens et une manipulation grossière ; il s'est agi d'une crise des dettes publiques et non pas de la monnaie, qui a toujours conserve sa valeur pendant la crise. Actuellement la BCE le fait baisser pour aider l'économie, mais c'est une action volontaire à but macro-économique. Quant à l'ajustement de l'économie francaise, il se réalise, et largement grâce a l'euro. Le chomage est simplement le résultat du manque de réforme de structure, surtout le marché du travail... Cf. L'imbécillité des politiques, des syndicats et des "jeunes" vis-à-vis de la courageuse loi el Khomri.
Réponse de le 05/03/2016 à 18:45 :
Bien vu Maduf. Là, les gars font de la politique SURTOUT sans RECONNAITRE qu'il n'y a PAS QUE la Zone Euro qui est en crise. La responsabilité de la situation n'est PAS la monnaie, mais le "libéralisme" des plus riches qui a "gagné". C'est tout. Et quand tu penses que la majorité des millionnaires pensent et sont CONVAINCUS qu'ils sont riches. Les pauvres... Ils se font manipuler PIRE que les plus pauvres. La preuve : aux us, la classe moyenne, déjà plus très vaillante, disparait encore plus vite.
Réponse de le 05/03/2016 à 18:49 :
A La Tribune. Je ne sais pas si vous accepterez un lien vers un "concurrent", mais cette analyse est franchement intéressante. Faites comme vous le sentez. http://criseusa.blog.lemonde.fr/2016/01/15/vii-la-distribution-de-richesse-et-les-deux-malthusianismes-fin/
Réponse de le 05/03/2016 à 18:58 :
Un commentaire qui se voulait à la pointe oui mais sans vision du sujet . Voyagez pour votre job et vous comprendrez peut-être pourquoi notre pays a perdu en compétitive et donc en produits industriels . Votre UPR un parti dont la tête est encore un énarque viré de l'IUMP et vexé a créé un truc pour son égo. L'euro baisse depuis plusieurs mois, souvenez vous notre clown M. Montebourg qui disait si l'euro baisse de 10 pour cent la France repart nous sommes largement en dessous des 10, avec en sus une énergie bon marché des taux bas et pourtant nous sommes au point mort. Le problème économique de notre pays n'est pas du à l'extérieur ou à la marge mais à nos 3 institutions économiques, le politique, le Medef et non les entrepreneurs et les syndicats de salariés qui depuis plus de 40 ans se font la guerre pour des pouvoirs personnels bien loin de gérer l'économie de ce pays.
Réponse de le 06/03/2016 à 13:50 :
Montebourg parlait d'une baisse de l'euro choisie par la BCE.
La baisse actuelle est imposée à la BCE par la reprise trop molle de l'Europe, la croissance US, la crise des BRICS (chinoise avant tout) qui touche plus l'Europe que les US, le baril, les mines et la réaction du $.
a écrit le 05/03/2016 à 16:53 :
Avec ou sans loi le monde change. Le changement est toujours le point de focalisation des conservatismes . Inutile d'attendre des syndicats peloton es sur leurs acquis une quelconque évolution . Le mur de BERLIN à fini par tomber ...BON DÉFILÉ !
a écrit le 05/03/2016 à 13:33 :
Ce projet de loi, concerne tous les salariés. Il faut être solidaires et arrêter de vouloir diviser les fonctionnaires avec les salariés du privé.
En se tenant informés, vous seriez informés que les fonctionnaires sont aussi facilement licenciables. Ils ne peuvent pas appel à l'inspection du travail. Leur seul moyen de défense, c'est les syndicats et le tribunal administratif. Pour la plupart, dans les Fonctions Publiques (Etat, Hospitalière et Territoriales) les agents sont des agents non titulaires.
Nous avons tous de la famille et des enfants. Donc que voulons-nous pour l'avenir de nos enfants et la notre.
Donc, alors Tous ensemble.
Réponse de le 05/03/2016 à 17:20 :
ne confondez pas les victimes et les assassins svp merci Un salarié du privé qui bosse vraiment à la différence des autres ronds de cuir Non mais
Réponse de le 06/03/2016 à 8:26 :
Les fonctionnaires bénéficient pourtant d'avantages que le secteur privé n'offre pas.
Par exemple le calcul de leur future retraite...
Réponse de le 06/03/2016 à 8:30 :
Il se trouve peut être à l'étranger l'avenir de nos enfants.
Je connais des jeunes qui font leur vie à l'étranger et ils n'ont vraiment pas le moindre désir de revenir un jour en France.
Réponse de le 07/03/2016 à 1:47 :
Exigez de vos syndicats qu'ils demandent l'alignement du statut des malheureux fonctionnaires sur le merveilleux statut privé ! Vous aurez tout mon soutien, car vous serez le premier fonctionnaire à le demander ! Vous serez un pionnier !
a écrit le 05/03/2016 à 12:11 :
Hier dans l'émission conservatrice réactionnaire des amis du 19ème siècle cdans l'air, c'était également le sujet.

Et les sujets de sa majesté Lémarché trouvaient vraiment honteux que les lycéens s'associent à ces mouvements de colère.

Comme si les jeunes n'étaient pas les premiers directement concernés par ces réformes concernant le travail, ils n'ont pas envie de devenir esclaves de leurs patrons pour la totalité de leurs vies, et ça cdansl'air du 19ème siècle ne le comprend pas. Étrange vraiment...
Réponse de le 05/03/2016 à 13:48 :
C'est vous qui faites partie du 19e siècle! Les réactionnaires ne sont pas là où on croit... Pourquoi ne pas appliquer ce qui a marché partout ailleurs? Pourquoi continuer ce qui a échoué depuis plus de 30 ans, à savoir se protéger du chômage en surprotégeant l'emploi? En quoi est ce que les règles négociées au niveau de la branche doivent être les mêmes dans une boîte du CAC 40 (ex: Carrefour) que dans l'épicerie locale avec un ou deux salariés, avec par exemple un temps partiel minimum de 24h hebdo? De la souplesse, que diable, il n'y a que cela qui débloquera une situation de l'emploi totalement sclérosée!
Réponse de le 05/03/2016 à 20:06 :
EXAT??? JE VOUS APROUVE M r BERNADO? SONT SOUVENT INVITE DANS C EST DANS L AIR? DES GENS QUI NE CONNAISSENT RIEN AUX SUJET QU ILS DEBATENT ET APROUVE SOUVENT LA POLITIQUE DE S FINANCIERS ? LES JOURNALISTES NE MORDENT PAS SOUVENT DE LEURS MAITRES QUI EST LE POUVOIR EN PLACE. ET L ARGENT ROI???
Réponse de le 06/03/2016 à 11:02 :
"Camarade!!!! Bernardo quel esprit révolutionnaire écrire réactionnaire vous avez la nostalgie au moins sur le papier de ceux qui avaient le mot pour désigner un ou des opposants, les rouges avec le Petit Père des Peuples Staline et ses 20 millions de morts, le camarade Pol Pot et son génocide, la révolution culturelle!!! chinoise avec sa bande des 4, le régime castriste , la Stasi……"

Je ne sais pas de quoi vous me parler, comme d'habitude vous appliquez vos obsessions personnelles à la réalité ce qui ne peut que vous éloignez de la vérité dans ce domaine.

Respirez un grand coup, réfléchissez et arrêtez de faire le troll vous serez bien plus efficace, merci.
Réponse de le 06/03/2016 à 11:53 :
"Pourquoi ne pas appliquer ce qui a marché partout ailleurs?"

Où le néolibéralisme fonctionne je vous prie ? Merci.
Réponse de le 07/03/2016 à 12:22 :
@Zorro : A-t-on expliqué aux lycéens que les jeunes subissent un taux de 25% de chômeurs, que dans la situation actuelle, 90% des contrats signés sont des CDD,... ??
Tout ça, parce que les commerçants, les artisans, les entrepreneurs... bref, les millions de TPE ont peur de signer un CDI parce qu'ils savent que si ça se passe mal, ils risquent tout simplement de couler l'entreprise dans laquelle ils ont tout investi : leur argent, leur temps, et souvent même leur famille !
A-t-in expliqué aux lycéens que si la situation perdure, ce sont eux les premières victimes : pas ceux qui les manipulent, c à d les syndicalistes professionnels, les titulaires de CDI de grandes entreprises, les fonctionnaires... bref, les signataires de la fameuse pétition, qui surtout veulent que RIEN ne change, car le chômage actuel est le terreau qui leur permet de faire croire que Zola et Mélenchon, c'est le même combat !!
Mais non : on ne leur a rien expliqué, on les a manipulé !
On leur a juste dit : faites grève, ça vous dispensera des cours, et les lycéens, ils sont toujours à la recherche de vacances supplémentaires!
Réponse de le 08/03/2016 à 11:10 :
Manipulator, comme votre nom l'indique vous dites tout et son contraire votre réponse n'a absolument aucun intérêt du coup.
a écrit le 05/03/2016 à 12:00 :
Je serais curieux de savoir combien il y a de fonctionnaires non concernés (et c'est bien dommage) dans les signataires
Réponse de le 05/03/2016 à 13:09 :
Nous avons tous des raisons de manifester notre mécontentement, j'ai une profession qui ne sera pas touchée par ces réformes directement, maintenant on est en train d'éradiquer les classes moyennes et donc la clientèle de pléthores d'artisans et professions libérales, alors certes Mike le poulet sans tête n'a plus d'oreille ni d'yeux mais qu'au moins ils sentent les vibrations de fait la foule quand elle est dans la rue.
Réponse de le 05/03/2016 à 13:37 :
Ta remarque est tout à fait pertinente fjj. Je serais aussi très curieux de savoir la proportion, dans ce 1 million de signataires, de ceux qui vivent sur fonds publics (fonctionnaires, politiques, artistes, etc...). Quant aux étudiants, leur compréhension de l'économie étant proche de zéro, je n'y accorde pas beaucoup d'importance...
Réponse de le 07/03/2016 à 12:42 :
Vous devenez maintenant le sauveur des commerçants et artisans,... et savez mieux qu'eux, ce qui est bon pour eux !
Mais tous les commerçants et artisans vous le diront : ce qui les bloqué dans le principe d'embaucher, c'est la perspective des couts de rupture de contrat CDI dans le futur !
Demandez donc aux intéressés ce qui motivera à créer des emplois au lieu de vous arrêter à vos certitudes !
En Espagne, une loi similaire à permis de créer 300,000 emplois en 6 mois !
Réponse de le 08/03/2016 à 9:26 :
"Quant aux étudiants, leur compréhension de l'économie étant proche de zéro, je n'y accorde pas beaucoup d'importance..."

Quel commentaire méprisant.

"Les étudiants ne pensent pas comme moi donc ils n'y connaissent rien.

Vous devriez sortir de derrière votre écran un peu et aller prendre l'air, renouez donc avec la vie ça vous fera le plus grand bien.
Réponse de le 08/03/2016 à 13:54 :
"Vous devenez maintenant le sauveur des commerçants et artisans,... et savez mieux qu'eux, ce qui est bon pour eux !"

N'importe quoi, vous délirez...

Non les commerçants et artisans et patrons de PME que je connais ne me disent pas ça non plus, ils me disent que les gens n'ont plus d'argent pour consommer et que les carnets de commande se vident de ce fait.

Ce ne sont pas des certitudes ce sont des faits, des témoignages recueillis, vos propos ne sont que certitudes sans fondements oui par contre.

Pouvez vous prouvez la création de 600000 emplois en Espagne par ce biais là ?

Non vous ne le pouvez pas mais je peux essayer quand même on ne sait jamais peut-être que pour une fois vous ferez l'effort de répondre allez savoir...
a écrit le 05/03/2016 à 11:49 :
EN FRANCE IL FAUT DESORMEZ UN CODE POUR LES PETITES ENTREPRISSES ET GARDEZ L ANCIEN CODE POUR LES GROSSES ENTREPRISSES? CAR CES NOUVEAUX TEXTES S ADAPTERAIS BIEN AUX CODE PETITES ENTRPRISSES CAR C EST LA QU IL FAUT PLUS DE SOUPLESSE ET DE FLEXIBLITES C EST AUSSI LES PLUS FRAGILES FINANCIEREMENT? ES T C EST ELLES QUI CEERONS LE PLUS D EMPLOIES DANS L AVENIR???
a écrit le 05/03/2016 à 10:25 :
Les francais veulent des reformes, Le gouvernement leur ponds la reforme des regions, la reforme du code du travail et c'est la revolte. Marre de la Gauche de gauche qui ne souhaite que tout bloquer et qui se contre-fiche des interest de ce pays.
Réponse de le 05/03/2016 à 11:38 :
Il faut relativiser les 1 million de signataires de la pétition. En fait ça ne représente que 1/21 millions de salariés et comme par hasard dans ces signataires, il y a nombre de gauchistes frustrés, des jeunes révolutionnaires dans leur tête et les fonctionnaires qui dés qu'ils voient le mot travail hurlent à tue-tête !!!
Réponse de le 05/03/2016 à 11:45 :
Il y a deux semaine à peine la ministre annonçait que si ça loi ne passait pas, ce serait un 49-3 qui le ferait. Puis 800000 signataires après... Si le vrai problème était les politiciens, il 'l'aurait utilisé ce 49-3. Si vous aviez un peu lu cette loi, vous auriez vu que le problème est réel pour l'emploi des jeune, comme des moins jeune (et indirectement des retraité et futurs retraites dont le versement de leur retraite dépend de l'emploi actuel). Avant de râler, lisez !
Réponse de le 05/03/2016 à 12:53 :
J'ai signé la pétition :je ne suis pas gauchiste, je ne suis pas socialiste , je suis avocat et à ce titre praticien du droit du travail et particulièrement en charge des contentieux .
Je sais donc que:
Les employeurs licencient sans difficulté particulière ; ils n'ont d'autre obligations que de respecter la procédure et exposer un ou des motifs pour rompre le contrat ;
Je ne vois pas là ce qu'il y a de scandaleux à respecter les règles .
Les indemnités sanctionnent le non respect de ces règles et le préjudice du salarié.
Le juge fait une application modérée de ce principe s'attachant à déterminer si l'indemnité peut être supportée par l'employeur .
Le plafonnement bénéfice donc uniquement aux multinationales et très grosses entreprises,
Le code du travail et ses règles ne sont pas un frein à l'emploi c'est un leitmotiv pour justifier la perte graduelle de tous droits dans le monde du travail.
Ainsi peut on imaginer assouplir les règles du code de la route pour permettre aux entreprises d'assurer sans entrave la livraison de leurs produits,
Imagine-t-on reduire les règles de sécurité pour les entreprises polluantes
Parce qu'ailleurs (Chine,Bangladesh,et autres)elles n'existent pas!
Les entreprises ne recrutent pas pour d'autres motifs que ceux tenant aux règles du travail, quand elles auront déconstruit le code, elles ne recruteront pas plus.
Elles demanderont à être exonérées d'autres règles encore et encore.
Mais, bien sûr de cela nous en reparlerons dans 50 ans si le monde tel que nous le connaissons est encore debout.
Dernière chose, il y a parmi vous des parents qui se saignent pour leurs enfants quel est donc leur avenir , un monde sans règles?
J'ai eu à connaître de cas de cadres supérieurs licenciés des directeurs de ressources humaines qui ont licencié à tour de bras et qui ne juraient que par la souplesse des normes anglo saxonnes..... Pour les autres.
Enfin lorsqu'un dirigeant est remercié il perçoit des indemnités substantielles ..... Alors cessez de ressasser des idées rances et réveillez vous ... Les États Unis et l'état dans lequel se trouve leur société devraient en faire réfléchir plus d'un.
Réponse de le 05/03/2016 à 23:55 :
Tout est dit. bravo. je ne comprends vraiment pas comment certains peuvent soutenir une loi qui va leur nuire à ce point. Ils sont peut être pdg de multinationales. En tout cas pour les autres, réfléchissez bien (il n' y a rien dans ce texte favorisant l'embauche mais tout pour faciliter les licenciements) ne laissons pas passer ça, sinon la précarité sera la norme. ne pourrait on pas, par ex, réserver les baisses de charges du cice aux embauches en cdi ? c'est si compliqué d'imaginer de vrai réforme positive, directement en faveur de l'embauche. parce que si cette loi marche aussi bien que le cice actuel... d'ailleurs combien d'emploi est il prévu que cela crée ? je ne vois pas comment cette loi peut en créer au contraire.
Réponse de le 06/03/2016 à 16:00 :
@Oranes :
Plusieurs remarques :
1/ si vous êtes avocat praticien du droit du travail, alors vous avez un intérêt direct et personnel à ce que se poursuive un code du travail multipliant les contentieux. Votre avis perd donc toute objectivité !
2/ SI, comme vous le prétendez, licencier est déjà très facile, alors en quoi cette réforme entrainerait une baisse de la protection des salariés ? Par contre, elle sécuriserait les créateurs d'emplois !
3/ Vous mettez en avant que les condamnations aux prudhommes ne porteraient que sur des fautes de procédure: il est pour moi scandaleux que la forme soit sanctionné lourdement si sur le fond, le licenciement est aussi "libre" que vous l'affirmez ! Mais ça, c'est le gagné-pain des avocats !
Réponse de le 06/03/2016 à 20:27 :
Avocat dans le droit du travail, vous démontrée ainsi que le code du travail actuel est une usine à gaz qui est votre gagne pain ! Vous voulez vous présenter comme neutre : or, vous défendez avant tout votre intérêt personnel ! Tout est clair...
a écrit le 05/03/2016 à 10:02 :
Questionnez un cégétiste et demandez-lui ce qui lui déplaît dans la loi....
3 sur 10 parleront du plafonnement des indemnites... les 7 autres se lanceront dans une diatribe contre le medef.
1 sur 50 vous énumérera la moitié des points qui clochent, peut-être 1 sur 100 la totalité....?
Mais tous feront grève pour le plaisir d'emm... les salariés qui se rendent au travail.
Ils sont tellement habitués à ne rien faire que quand ils font grève, ils appellent ça une journée d'action.
Réponse de le 05/03/2016 à 12:06 :
J'aime votre dernière phrase ô combien appropriée! Je me suis farci un résumé de la loi. Il y a du bon, du moyen acceptable et du carrément idiot notamment le paiement des heures supplémentaires aux calendes grecques (je demande quel idiot d'énarque a pondu cette partie; ce qui est sur c'est qu'il n'a jamais eu de problèmes de fins de mois). Il faudrait réformer aussi le statut des fonctionnaires , s'occuper un peu mieux des stagiaires taillables et corvéables. Mais bon, c'est déjà un bon début cette loi.
Réponse de le 06/03/2016 à 23:04 :
C'est le gagne pain des autres que je défend ;
Beaucoup pensent ne pas être concernés jusqu'à ce qu'ils atterrissent chez un avocat....
Réponse de le 07/03/2016 à 1:34 :
FAUX : si votre unique motivation était exclusivement la défense de la veuve et de l'orphelin, les coupables n'auraient pas d'avocat ! Vous ne me ferez pas croire que vous n'avez JAMAIS défendu des cas dont vous saviez pertinemment que les demandes n'étaient pas justifiées... simplement la procédure leur permettait de gagner ! LA preuve : vous affirmez vous même plus haut, que le licenciement est facile, si on respecte une procédure ! En quoi une erreur de procédure justifie-t-elle un dédommagement illimité ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :