Référendum pour Notre-Dame-des-Landes... oui mais !

 |   |  893  mots
L idée de François Hollande d'organiser un referendum local sur la construction de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes pose de graves questions de périmètre.
L idée de François Hollande d'organiser un referendum local sur la construction de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes pose de graves questions de périmètre. (Crédits : Reuters)
L'idée de François Hollande d'organiser un référendum sur la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se heurte à d'importantes questions pratiques. Ainsi, comment déterminer la population concernée?

"Je demande au gouvernement, avec les élus locaux, qui partagent cette vision-là, d'organiser un référendum local pour qu'on sache exactement ce que veut la population".

Lors de son intervention jeudi soir sur TF1 et France 2, le président de la République a donc annoncé que, pour en finir une fois pour toute avec la polémique autour de la construction du nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire Atlantique), il convenait d'organiser un référendum local. Certes, c'est peut-être une bonne idée, mais est-elle si facile à organiser ? A voir...


Seule un collectivité locale peut organiser ce type de référendum

D'abord, il convient de savoir qui peut réellement prendre l'initiative d'organiser un tel référendum. Le Code général des collectivités territoriales précise que :


" L'exécutif local est seul compétent pour proposer à l'assemblée délibérante l'organisation d'un référendum portant sur un acte relevant de sa compétence (...). Seuls les électeurs, et non l'ensemble des habitants, peuvent voter. Les électeurs européens peuvent participer aux référendums organisés par leur commune(...). Le représentant de l'État peut s'opposer à tout projet de référendum organisé sur un objet ne relevant pas de la compétence de la collectivité organisatrice. Le projet soumis à référendum local est adopté si la moitié au moins des électeurs inscrits a pris part au scrutin et s'il réunit la majorité des suffrages exprimés".


Etant entendu que si cette dernière condition est remplie, le référendum vaut décision que la collectivité locale organisatrice doit juridiquement suivre. Dans le cas contraire, le référendum n'a alors que la portée d'un avis consultatif.
C'est donc très clair, ce n'est pas l'Etat central qui peut prendre l'initiative d'un référendum local, ce droit est réservé aux seules collectivités locales concernées. Mais alors, dans le cas de Notre-Dame-des-landes, quelle sera la collectivité locale qui prendra une telle décision ?

Mais quelle collectivité locale?

Six collectivité cofinancent le projet d'aéroport aux côté de l'Etat et du concessionnaire (Aéroport du Grand Ouest, filiale de Vinci Airports): la Région des Pays de la Loire, présidée par Bruno Retailleau (parti « Les Républicains »), la Région Bretagne, présidée par Jean-Yves Le Drihan (PS), le Conseil départemental de Loire-Atlantique, présidé par Philippe Grosvalet (PS), Nantes Metropole, Carene (intercommunalité autour de Saint Nazaire) et Cap Atlantique (intercommunalité de l'ouest des Pays-de-la-Loire).


Le projet de nouvel aéroport est présenté comme un « équipement de dimension interrégionale, à vocation internationale ». Aussi, logiquement, ce sont les électeurs des régions Pays de la Loire et Bretagne qui devraient être appelés à voter.
C'est, en tout cas, l'avis de Daniel Cohn-Bendit, opposé au projet, qui s'est dit favorable sur Europe 1 à ce projet de référendum : il faut que ça soit la Bretagne et les Pays de la Loire qui choisissent (...), puisque c'est pour cette grande région qu'on fait Notre-Dame-des-Landes ».
En revanche, le nouveau ministre de l'aménagement du territoire, Jean-Michel Baylet (PRG) s'est dit, à ce stade bien incapable de répondre : « Je ne sais pas encore [qui est concerné par le référendum], mais j'imagine que c'est l'ensemble de la population qui sera concernée ».

Certes, mais justement, comment comprendre l'expression « l'ensemble de la population qui sera concernée » ?

Emmanuelle Cosse, la nouvelle ministre écologiste du Logement a préconisé jeudi matin sur France Inter de saisir la Commission nationale du débat public pour déterminer le périmètre. En revanche, et c'est problématique car il est l'un des acteurs clés de cette affaire, Bruno Retailleau, président (" LR") de la Région des Pays de la Loire - dont fait partie la Loire Atlantique -  a dit son hostilité à ce projet de référendum. Cité par le quotidien « Le Monde », il a déclaré :

« L'annonce de ce référendum est caractéristique de la méthode Hollande. D'abord, alors que toutes les procédures ont été scrupuleusement respectées et que la justice s'est prononcée favorablement sur le transfert de l'aéroport, à travers plus de 150 décisions, le président de la République renonce à décider. Ensuite, il est évident que ce référendum est le prix d'un marchandage pour l'entrée des écologistes au gouvernement. »


Si la région Pays de la Loire refuse de co-organiser un tel référendum, on se demande alors quelle sera la valeur d'un résultat qui aura exclu une grande partie des populations concernées ?

L'effet "sparadrap du capitaine Haddock"

Le temps commence donc à être compté, d'autant plus qu'une phase d'expropriation d'habitants et agriculteurs résidant sur les futurs terrains de l'aéroport est susceptible de débuter fin mars. Alors, l'idée du président de la République est-elle bonne? Il va falloir régler les questions du périmètre du vote et du contenu de la question posée. Il va également falloir organiser des débats...Le tout à environ 12 mois de la présidentielle. A l'instar, actuellement, du débat mal embarqué sur la déchéance de la nationalité, le dossier Notre-Dame-des-landes risque alors de « coller » au président...comme le sparadrap du capitaine Haddock.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2016 à 17:06 :
Tout ceci est bien inutile et antidémocratique.
C'est de l'incompétence totale.
Il y a eu moult enquêtes publiques et les oppositions ont librement pu s'exprimer.
Il y a eu des procédures judiciaires et des jugements ont été rendu qu'il suffit de les respecter.
Ladite "zone humide" n'est en fait que la réserve foncière destinée à ce projet qui n'a que trop tardé, et c'est donc naturellement naturalisée, comme ce renaturalisera l'ancien aéroport lorsqu'il sera désaffecté (voir Tempelhof).
La force d'une démocratie est de ne pas céder devant une poignée d'activistes, fussent-ils des centaines.
a écrit le 14/02/2016 à 18:41 :
@ BONSOIR ; le problème qui se pose à NULHOS 1er il ne sait plus de quelle manière sortir de ce bourbier son quinquennat a été un échec sur toute la ligne ... tous ce qu' il a entrepris a échoué exemple l'embargo sur les bateaux russes ....zou le camarade POUTINE a déclaré l'embargo sur les produits français il s'approvisionne autre part alors par contre nos agriculteurs souffrent le martyrs combien de suicides dus à NULHOS 1er de plus les finances françaises mises à mal toujours grâce à NULHOS 1er NOTRE PAYS..... la FRANCE TOMBE vraiment en ruine un PRESIDENT MAFIEUX et maintenant une nullité de première .. pauvre FRANCE !
a écrit le 14/02/2016 à 13:08 :
Cela fait 20 ans que l'on parle de cet aéroport et 10 ans qu'on est entré dans une opposition dure avec les activistes professionnels (ceux qu'on retrouve A NDL, à Sirvens, à Bure, sur la LGV Lyon-Turin..).
Une fois estimés de façon honnête les avantages et inconvénients de ce nouvel aéroport, les coûts comparés des solutions alternatives potentielles, il aurait été judicieux de réaliser un réferendum sur la région (d'avant les grands machins).

Mais il semble que laisser pourrir les situations soit devenu le réflexe pavlovien des politiques du XXIeme siècle.

Des centaines de réfugiés à Calais?... on envoie les CRS les repousser à quelques kiomètres, et puis on attend. La fois d'après ce sont des milliers, et puis ensuite ils sont devenus agressifs. Et puis les calaisiens n'en peuvent plus de cette misère qui les agresse... Et bien continuons à repousser les solutions à un peu plus tard !

Et on peut extrapoler sans mal au chômage, au barrage de Sirvens, aux déficit des la sécu, à la paupérisation de la justice (qu'on finit par accuser de tous les maux alors qu'ils n'ont même pas de quoi acheter des rames de papier)...
a écrit le 14/02/2016 à 10:54 :
FAIRE CETTE EAROPORT EST UNE UTOPIE? DEJA NOUS EN AVONS VENDUE QUELQUE UN AUX CHINOIES? LA FRANCE NA PLUS LES MOYEN DE FAIRE DE GRANDS TRAVAUX INUTILE BEAUCOUP D INFRATRUTURES NE SONT PAS ENTRETENUE COMME A LA SNCF EXT???
Réponse de le 16/02/2016 à 8:36 :
@verité.
amalgames, argumentations simplistes, conservatisme intellectuel.
Si la vérité c'est ça ...
Fermons toutes les gares et les aéroports, fermons toutes nos industries et vivons heureux dans notre jardin. Ca me rappelle un certain Candide de Voltaire.
a écrit le 14/02/2016 à 10:05 :
Le but de cette annonce est de réussir à ne rien décider avant mai 2017. Je crois que c'est quasiment gagné car le temps de décider qui vote et quelle est la question il sera trop tard pour faire un référendum avant les présidentielle.
a écrit le 13/02/2016 à 19:34 :
C'est une solution intelligente qui va être difficile comme vous dites à mettre en pratique et on peut craindre que les actionnaires viennent y mettre leur grain de sel infecte habituel, peut-être qu'une référendum national, pouvant ainsi servir d'une sorte de jurisprudence générale serait plus adaptée.

Mais là aussi encore faut il bien formuler la question, les enjeux et les contraintes du phénomène.

Il est temps de mettre un frein à la dérive économique néolibérale qui fait que ce sont les multinationales et les seuls intérêts de leurs actionnaires milliardaires qui nous dictent pourquoi et comment nous devons vivre.

Si nous continuons de les écouter non seulement ils feront de plus en plus n'importe quoi au détriment de l'humanité mais en plus doublé d'une gestion politique d'extrême droite car seule possibilité laissée par les 95% de médias appartenant à 7 milliardaires, à la contestation.

Mais c'est une bonne idée, c'est le début d'une sincère volontiers de sortir de ce conflit sans que le sang d'innocentes victimes soit encore versé.
a écrit le 13/02/2016 à 17:01 :
On sent visiblement que la démocratie dérange ! C'est effectivement une très bonne solution qu'un référendum élargi à plusieurs régions concernées, quitte à modifier la législation pour cela. Ce sera en plus utile pour d'autres projets dans d'autres régions. Il serait en effet peut être temps de ne pas prendre les citoyens juste pour de vulgaires consommateurs et variables d'ajustement afin que les 1% des plus riches dans le monde puissent encore accroître leurs actifs déjà supérieurs à ceux de plus de 50% de la population mondiale. Le choix d'un référendum est tout à fait équilibré et juste.
a écrit le 13/02/2016 à 13:09 :
Pour avoir un avis, il faut donner aux gens les éléments concernant les nuisances (sonores moindre ? Circulation, route rapide ou chemin de fer, ...), les surcoûts, les modifications d'infrastructure, le devenir de l'ancien (certains disent qu'il ne pourra fermer, un industriel en ayant besoin (proximité de livraisons)), ...., etc etc pour avoir un avis avisé, et pas un "sentiment" (épidermique) détaché des réalités. Quand les gens veulent des caméras de surveillance ou une piscine en ville, ils répondent sans qu'on ne leur donne la contrepartie sur les impôts locaux (c'est accessoire ?)....
Quelqu'un disait qu'une ville, pour assoir son importance, se devait d'avoir un aéroport, aérodrome et qu'en Bretagne et voisins, il y en avait un nombre conséquent, dont certains non rentables, peu fréquentés, voire désertés. Tout ça faute d'une organisation(/vision) globale (à compléter avec des trains, rapides, pour un accès facile).
Là c'est différent, y en a déjà un (celui de Genève serait moins grand avec un trafic plus dense, est-il mieux organisé ?)
Les infos du Canard (numéro assez ancien), sur le permis de construire initial, elles sont vraies ? Plus petit que l'ancien, le contraire de ce qu'on annonce : "plus grand", pour ça qu'il faut le construire, pour agrandir (ah bon ? Peut-être plutôt construire (un bon PPP ?)).
Réponse de le 13/02/2016 à 15:41 :
L'"industriel"qui justifierait du maintien de Nantes Atlantique, c'est Airbus... qui a déjà son plan B (facile) en cas de fermeture de celui-ci : le transfert des pièces par barges par la Loire ne poserait aucun problème.
a écrit le 13/02/2016 à 9:32 :
Ce projet est régionale (Bretagne incluse), un referendum local ne peut répondre à la question! Je me demande si en contre partie d’antres aéroports vont êtres fermés !
Réponse de le 13/02/2016 à 15:56 :
Il sera bien difficile de trouver le bon cadre pour ce référendum : la Loire Atlantique est certes concernée au premier chef, mais aussi le Morbihan, l'Ille et Villaine, le Maine et Loire et la Vendée. Par contre Finistère et Côte d'Armor (en Bretagne) ne sont guère concernés (il y a un assez gros aéroport à Brest) de même que la Sarthe (qui est plus proche d'Orly que de Nantes).
Réponse de le 13/02/2016 à 17:04 :
On a fait en France des référendum pour moins que çà. De Gaulle en était coutumier. Ce n'est vraiment pas bien compliqué vu l'ampleur et la durée de ce type de projet et çà rend les citoyens mieux informés et plus responsables de leur avenir. Mais c'est peut être çà qui dérange ?
Réponse de le 15/02/2016 à 17:15 :
S'ils avaient eu le courage de regrouper ces deux petites régions (comparées à Auvergne-Rhône-Alpes!), le problème référendaire aurait été plus simple, et les Bretons auraient de plus retrouvé leur vraie capitale.
Mais pour faire élire un copain, que ne ferait-on! Marcel Pagnol avait déjà raison (Topaze).
a écrit le 13/02/2016 à 3:16 :
Notre Dame des Landes est une vision à courte vue pour fournir quelques emplois non durables et de l'argent à des bétonneurs et subir ensuite le trafic notamment de fret déchargeant la région parisienne. Si les actuels élus locaux type Bruno Retaillau ont peur d'un référendum c'est que la majorité de la population de la région est contre. Cet aéroport a été programmé en 1947 donc en des temps très différents et ne correspond plus du tout aux réalités actuelles. On peut très bien améliorer Nantes Atlantique et Rennes notamment, çà coûtera moins cher et aura moins d'impacts nuisibles. L'argent de la région peut être bien mieux utilisé que cela.
Réponse de le 13/02/2016 à 9:15 :
On peut très bien améliorer Nantes Atlantique et Rennes notamment, çà coûtera moins cher et aura moins d'impacts nuisibles.
---> Votre aveuglement est grand.
LA solution serait de supprimer les aéroports de proximité de Nantes et Rennes pour n'en faire qu'un seul au centre ou pas loin du centre (Notre Dame des Landes). L'impact nuisible est pour les Nantais et Rennais est les avions qui les survollent actuellement !!!
Reste je vous l'accorde le pb Nantais propre à Airbus qui nécessite un aéroport de proximité.
-->Bruno Retaillau ont peur d'un référendum c'est que la majorité de la population de la région est contre
Il y a une partie de la population minoritaire "écolos, bobo de gauche" dans ces idées qui est contre. Les autres, pour la plupart, n'ont pas d'avis tranché et suivent leurs représentants qui ont été élus. Le danger d'un référendum est qu'il mobilise les "extrémistes" qui iront voté mais pas les autres qui resteront chez eux.
Quant à Bruni Retaillau il est représentant de la région, il lui est donc insupportable que le président de la France lui impose un référendum dans sa région. Imaginons que Sarko soit président et annonce la même chose, cela aurait été une armée de protestation dans la région par les élus de gauche qui auraient crié au dictateur.

--> L'argent de la région peut être bien mieux utilisé que cela.
Peut être peut être pas tout dépend de l'équation économique final du projet à 10/20/30 ans
Réponse de le 13/02/2016 à 15:18 :
Nantes44, si l'idée est de supprimer les aéroports locaux Rennes, Nantes, Poitiers, en faveur de NDDL, alors le premier argument en faveur de NDDL tombe à l'eau : Il ne fera pas d'emploi.
De toutes facons, on ne peut pas sinistrer une région en la bétonnant d'infrastuctures coûteuses à l'Etat juste pour la baisse du chômage.
Enfin, c'est pas les jeunes du coin qui construira cet aéroport ; la majorité des ouvriers du bâtiment sont étrangers, et particulièrement ceux engagés par Vinci.

Il n'y a pas que des écolos ou des gouchistes qui sont contre le projet ; Il faut arrêter de se voiler la face. Il y a des possibilités bien meilleures pour utiliser cet argent public que de le dilapider dans des contrats verreux avec Vinci. Car contrairement à ce que vous dites, même dans 10/20/30 ans, les bénéfices seront toujours reversés à Vinci. Quel profit pour l'Etat?
Réponse de le 13/02/2016 à 16:06 :
Retailleau n'a pas à avoir peur d'un référendum dont tout indique
-qu'il n'aura probablement pas lieu faute de pouvoir trouver une collectivité pertinente pour l'organiser (il y a des départements de 2 régions concernées, mais aucune de ces 2 régions ne sont concernées dans leur ensemble).
-que même s'il était organisé, rien n'indique qu'en sorte une réponse négative, et de plus il ne mobilisera certainement pas les 50% de participation qui rendraient son résultat impératif.
Je constate simplement que quasiment tous les élus du secteur sont POUR le nouvel aéroport et n'en ont jamais fait mystère...
Réponse de le 13/02/2016 à 16:09 :
Le problème de Nantes Atlantique est son unique piste située très près du centre ville de Nantes et dans l'alignement direct du centre. (Prenez une carte, prolongez la piste , vous tombez... en plein sur la tour Bretagne). A moins de bulldozeriser les lisières de la réserve de Grand Lieu, il est impossible de munir Nantes Atlantique d'une piste mieux orientée.
Réponse de le 13/02/2016 à 16:52 :
Le problème est que les aéroport de Nantes et Rennes ne seront pas définitivement transformés. On accroît donc un axe d'urbanisation Nantes Rennes ce qui ne résout pas le problème à long terme mais l'aggrave. Par exemple Beauvais n'a jamais empêché l'accroissement de Roissy et Orly mais l'urbanisation s'est fortement accrue sur l'axe Paris Bruxelles. Les nuisances que vous évoquez sont très relatives puisque la majorité des aéroports du monde sont ou finissent en zones urbanisées et par ailleurs les avions évoluent (moins de bruit etc). Un référendum large est la bonne solution, les gens sont libres et responsable. Il y a des extrêmes dans les 2 camps. Donc Bruno Retaillau et ses amis peuvent gesticuler, ils ne peuvent s'asseoir sur la démocratie ce n'est donc pas une question de tel ou tel président mais d'arbitrage pour une décision qui concerne bien la région au sens large, ceux qui paient, qui utilisent, qui en ont des apports ou des nuisances etc. S'opposer à un tel référendum est inconcevable vue l'ampleur du projet, sa situation et durée. C'est en plus un bon exemple pour d'autres projets dans d'autres régions.
Réponse de le 14/02/2016 à 9:12 :
@Ade
La question n'est pas sur l'engraissement capitaliste que beaucoup décrivent dans ce forum de tel ou tel prestataire privé.
Il y aura toujours des sociétés privés type Vinci partout. Vous vivez avec et une majorité de Francais travaille dans ce type de société capitaliste (même un petit patron fait du profits ou essaye ...).
La question est : est cetque cet aéroport à Notre Dame sera t’il capable de créer de la valeur économique en aménageant tout l'axe Bretagne sud : grosso modo un triangle Vanne-Rennes-Nantes.
Si la réponse est oui il faut le faire. Si la réponse est non il ne faut pas le faire.
Maintenant sur ce forum beaucoup s'exprime comme les garants de l'axe ultra conservateur anti progrès, anti développement de tout.
Je doute que ces personnes n'utilisent pas les moyens modernes qui sont apparus il y a moins de 15 ans (smartphone, internet, wifi) et pourtant leur raisonnement aurait conduit à l'interdiction d'établir le moindre pylône téléphonique en France ...
Quand à votre affirmation " dans des contrats verreux avec Vinci"Qu’en savez vous ?comment pouvez vous affirmer que les contrats sont comme vous le dite verreux ... Le nouvel aéroport ne vous convient pas certes, est une raison pour dire n'importe quoi sur n'importe qui.
Réponse de le 14/02/2016 à 12:12 :
@Nantais.
"Les nuisances que vous évoquez sont très relatives puisque la majorité des aéroports du monde sont ou finissent en zones urbanisées et par ailleurs les avions évoluent (moins de bruit etc)."
Avez vous déjà était prendre l'apéro à Bouguenais pour dire qu'il n'y a pas de nuisance actuellement ? Par ailleurs, ce n'est pas parce que la majorité des aéroports sont anti écologique et en pleine ville qu'il faut faire pareil chez nous !!!
On a un projet de mettre ces nuisances à la campagne dans une zone moins peuplé pourquoi être absurde est refusé ce projet "écologique" ?
Je ne parle pas non plus des odeurs de Kérosène que l'on peut sentir vers Bouguenais.
Finalement, pour finir, à ce demander si certains trouvent que cela n'est pas mal d'avoir une piste dans l'alignement de la tour de Bretagne côté nord (bel alignement) et sur la réserve naturelle de Grand-Lieu dans le sud.
Il y a un côté schizophréne dans tout cela, si il y avait un accident majeur tout cela serait balayé en masse et les médias demanderaient aux politiques comme est ce possible que le transfert ne soit pas encore fait !!!
Certaines personnes en France sont irresponsables, ils sont à chercher dans certains partis politiques d’extrêmes droites ou d'extrême gauche et malheureusement une partie des écolos Français ont font partis ... Je pense qu'en Allemagne ce transfert ne poserait aucun soucis, l’intérêt de la population serait mis en avant. En France il n'y a que quelques irresponsables qui mettent en avant la sauvegarde des terre Agricoles de notre Dames des Landes sous prétexte de sauver l'humanité (suppression des terres agricoles alors que la forêt progresse par ailleurs en France).
a écrit le 13/02/2016 à 2:09 :
@ BONJOUR : deux questions :ce référendum est il égal ou s'agit il d'un tour de passe passe pour sortir NULHOS 1er de ce bourbier ? La seconde cet aéroport est il bien utile ? OU s'agit il d'une lubie d'un politicard en mal de reconnaissance ? n'est ce pas ...........
Réponse de le 13/02/2016 à 16:14 :
C'est surtout une façon de refiler la patate chaude à son successeur dont l'un des premiers actes sera donc de devoir faire évacuer les zadistes manu militari pour qu'effectivement cet équipement puisse être enfin construit (et les zadistes se démerderont bien pour que ça ne se puisse pas se faire sans bavures). Sur ce sujet-là comme sur la plupart des autres Hollande aura réussi à temporiser 5 ans...
Réponse de le 13/02/2016 à 17:09 :
On voit que vos commentaires sont partisans car ce projet dure depuis 1947 donc dans ce cas tout les partis politiques se seraient "refilés la patate". En réalité il y a eu de nombreuses procédures et évolutions. Il est parfaitement normal de faire un référendum pour ce type de projet. Dès lors çà peut aller assez vite si tout le monde est de bonne fois. La France ne serait plus une démocratie dans ce cas. Nous ne sommes pas en Russie de Poutine où pouvez aller désormais voir ce qu'est devenu Sotchi ou la Crimée.
a écrit le 13/02/2016 à 2:05 :
Beaucoup de gens parlent de choses qu'ils ne connaissent pas.
L'aéroport de Nantes et aux portes de la ville, la première chose qu'on remarque en arrivant à Nantes est la proximité des avions et du centre (place du commerce). Je me suis toujours dit que cette aéroport à proximité de la ville c'était pas terrible (bruit, pollution, danger).
L'aéroport est à proximité directe d'une zone géographique sensible (lac de Grand-lieu, le plus grand lac naturel de plaine français qui est une réserve), les avions actuels survolent cette réserve écologique.
Aujourd'hui aucun aéroport ne ne pourrait être installé dans cet environnement aussi sensible (réserve naturelle, banlieue Nantaise). Bref écologiquement il faudrait le mettre ailleurs.
Notre Dame des Landes a été l'endroit qui a été réservé pour cette implémentation future depuis plus de 30 ans. Il s'agit d'un paysage campagnard sans grande valeur écologique.
Si la Loire Atlantique avait été rattaché à la Bretagne, comme le voudrait son histoire (le château d'Anne de Bretagne est à Nantes), Notre Dame des Landes deviendrait l'aéroport de Bretagne Sud qui regrouperait le gros poumon économique Nantes-Rennes-Vannes, cela créerait une méga zone de développement économique.
La Loire Atlantique n'est pas en Bretagne, alors faut-il faire cet aéroport dans les temps actuels, peut-être pas. Un jour quand la Loire Atlantique et la Bretagne seront réunifiés surement.
S'il y a un référendum je voterai oui car il m'est insupportable que des gens qui ne sont pas concernés par le dossier puisse décider pour nous (en nous imposant un referendum depuis Paris pour récupérer Emmanuel Cosse au gouvernement pour des ruses politiques préparatoire pour 2017).
Réponse de le 13/02/2016 à 3:05 :
Il y a très peu d'échanges entre la Bretagne et le département de Loire Atlantique, les activités sont en outre très différentes, donc aucune réalité pour un nouvel aéroport d'autant qu'il en existe déjà plusieurs et notamment à Rennes. Ce n'est pas l'histoire qui doit justifier d'un regroupement ou d'une séparation mais la réalité du plus grand nombre. Sinon on peut aussi se rattacher au Royaume de Charles Quint etc. La plupart des aéroports dans le monde sont en survol des villes et finissent toujours ainsi car les gens bâtissent autour pour leurs emplois etc. Donc à terme Notre Dame des Landes sera pareil et accroîtra en plus l'urbanisation de l'axe Nantes Rennes comme on le constate déjà. Nantes Atlantique ne génère pas de nuisances insurmontables sinon on en entendrait parler. Ce qui est par contre clair c'est que NDDL accroîtrait le trafic déporté de Paris. Donc aussi les risques. Les survols de Nantes par le Sud seraient bien plus nombreux. Tous les pilotes le confirment. Une amélioration de Nantes Atlantique a bien moins d'impact écologique que l'implantation de NDDL.
Réponse de le 13/02/2016 à 8:59 :
@La Réalité.
Je ne suis pas sur que vous soyez dans le mode réel du peuple qui cherche à travailler et avoir un emploi. Si cet aéroport (hypothèse) arrivait à créer une zone économique étendue Nantes-Rennes avec l'emploi qui va avec bien évidemment il faudrait le faire. Sinon on peut toujours vivre avec quelques chèvres dans une baraque mais est ce la une vie normale pour 100% des Français. Il y a ceux qui ne font rien et pleurent quand nos emploi partent ailleurs (voir se lamentent quand Marine fait 30%-40%) et ceux qui travaillent pour faire en sorte que nous puissions travailler et vivre chez nous.
Pour cette aéroport il y a une équation économique à faire :
A 20 ans quel est sa rentabilité (cela va bien au delà qu'au simple nombre de passagers) compte tendu du développement économique régional qu'il va entrainer. La est le débat. D'un point de vue écologie humain et nature son déplacement vers Notre Dame des Landes est une évidence pour peu qu'on ouvre un peu ses yeux.
Réponse de le 13/02/2016 à 10:14 :
La rentabilité de Vinci pour NDDL est assurée sur le dos des contribuables certes. Quand vous parlez emplois, vous faites quoi de ceux qui travaillent pour Nantes Atlantique? Si vous désirez que nous puissions travailler et vivre chez nous, achetez français au lieu de produits fabriqués par des esclaves en Afrique ou en Asie. Achetez du durable au lieu du jetable. Ce n'est pas le PIB qui enrichi un pays mais son Produit Intérieur Net (et c'est bien pour ça qu'on n'en parle pas).
Réponse de le 13/02/2016 à 11:11 :
@truc.
Votre discours est du conservatisme aveugle.
La transformation est une réalité universelle, le replis, l'isolement, et le conservatisme sans évolution voué à l’échec c'est une des loi de la Nature. Rester dans votre propre jardin d'utopie si vous le souhaitez mais n'emportez pas avec vous les classes laborieuses Françaises qui veulent un emploi et une vie décante comme la majorité des terriens ....
Réponse de le 13/02/2016 à 16:21 :
@LaRéalité :
il faut vraiment n'avoir jamais pris la RN165 (qu'il faudrait d'ailleurs élargir à 2*3 voies entre Lorient et Savenay et à 2*4 voies de Savenay à Nantes tant cet axe est surchargé en toutes saisons) pour oser affirmer qu'il y a peu d'échanges entre Bretagne et Loire Atlantique.
Réponse de le 13/02/2016 à 20:07 :
@BONSOIR : quel politicard ramasse le JACKPOT avec la construction de cet aéroport ?? dans quelques années, après sa construction son inauguration et le décollage et l'atterrissage des deux ou trois avions ils servira de terrain d'atterrissage aux mouettes et autres goélands !
a écrit le 12/02/2016 à 23:12 :
jamais deux sans trois (plogoff.. larzac.. assez de gachis en cette période
Réponse de le 13/02/2016 à 16:52 :
les activistes ont besoin de luttes emblématiques pour exister....
a écrit le 12/02/2016 à 21:13 :
en supposant que le référendum se fasse que ferons nos élus du résultat s'il n'est pas favorable au projet ? : comme avec le traité de lisbonne on s'assoit sur la volonté du peuple , ça s'était sous un gouvernement précèdent de droite, impossible sous le gouvernement actuel de gauche
Réponse de le 12/02/2016 à 22:16 :
Impossible n'est pas hollandais. Mais de toutes façons, même si le résultat n'est pas favorable au projet, comme le référendum n'atteindra sûrement pas les 50% de participation, il n'aura de valeur que consultative ; l'exécutif issu des urnes en 2017 pourra donc en toute légalité s'asseoir sur la volonté de la majorité d'une minorité.
Réponse de le 13/02/2016 à 2:37 :
Impossible vu le contexte local de s'asseoir sur un référendum qui serait négatif. Le référendum est vraiment une nécessité pour des projets de ce type.
Réponse de le 13/02/2016 à 11:31 :
Si ça se passe comme les primaires du PS Royal-Aubry,aucun risque que le résultat soit négatif!
Réponse de le 13/02/2016 à 17:00 :
@@bruno_bd : quasiment tous les élus locaux y compris ceux élus ou réélus récemment (Retailleau, Le Drian, Rolland...) sont pour le projet et l'ont dit clairement. C'est d'ailleurs certainement la clarté de Retailleau sur la question face aux atermoiements de son adversaire socialiste qui a fait pencher la balance en sa faveur. Quant à Le Drian, il s'est payé le luxe de ne pas s'acoquiner aux écologistes pour ne pas être leur otage, sans doute NDDL y est pour quelque chose... Le contexte local n'est donc certainement pas défavorable au projet. Si le non l'emportait ce ne pourrait être le résultat que d'une très forte abstention qui enlèverait toute signification au référendum.
a écrit le 12/02/2016 à 21:09 :
C'est tout à fait normal, quels que soient les aspects juridiques qui nécessitent le cas échéant un aménagement des lois, que les populations de la région soient consultées, notamment celles qui paient, après exposés des arguments des pour et des contre et les éclairages d'intervenants indépendants et objectifs. Reste à savoir si le référendum doit concerner seulement la Loire-Atlantique (44) ou plusieurs départements autour de cet aéroport. Ce dossier n'a que trop duré et c'est très louche de vouloir s'opposer à un référendum avec des arguties telles que l'on peut lire. La population est parfaitement en droit de pouvoir s'exprimer et c'est impératif. Ca mettra en plus un terme à cette gabegie qui dure depuis 1947 à une époque où la vision des choses était très différente. Tout projet notamment de cette taille et de cet impact devrait faire l'objet d'un référendum et çà aurait dû être fait depuis un moment. Si c'est oui, l'aéroport sera d'autant mieux accepté et rentable, si c'est non le projet sera représenté quand les populations le voudront vraiment avec toutes ses conséquences nuisances comme apports.
Réponse de le 12/02/2016 à 22:21 :
"si c'est non le projet sera représenté quand les populations le voudront vraiment "... oui, une fois qu'un avion au décollage ou à l'atterrissage de Nantes Atlantique se sera crashé sur le centre ville de Nantes, l'unique piste de cet aéroport en étant dans l'alignement direct et tout proche de celui-ci. Il n'est accessoirement pas possible d'y construire une autre piste mieux orientée sans empiéter sur la réserve de Grand Lieu, véritable zone à défendre, elle.
Réponse de le 13/02/2016 à 2:34 :
30% des avions survolant Nantes peuvent passer par le Sud et ce n'est pas Notre Dame des Landes qui changera le nombre d'avions passant sur Nantes venant du Sud. Donc NDDL accroît le problème de sécurité de Nantes et d'autant plus qu'il accroît aussi le nombre de vols global dont ceux en diminution de la région parisienne et en particulier du fret donc nocturne. De plus l'agrandissement de Nantes Atlantique serait mineur par rapport à NDDL qui va voir s'accroître toute la zone et notamment l'axe Nantes-Rennes.
Réponse de le 13/02/2016 à 17:04 :
Même si des avions se rendant ou décollant de NDDL survolent Nantes ce ne sera pas en rase-mottes comme au décollage ou à l'atterrissage de Nantes-Atlantique. Avec 20-25 km de distance on peut faire des approches qui évitent le survol de la ville, pas avec 5km comme actuellement.
a écrit le 12/02/2016 à 20:24 :
Comment parler de démocratie quand on tolère la présence et les actions des zadistes !?
Petits échos rouges violents qui ne respectent rien.
a écrit le 12/02/2016 à 19:44 :
Au début on a dit , Nantes sera saturé à 3 millions
Quand on a eu 3 millions , on a dit , ce sera saturé à 4 millions
On est en 2015 à 4,3 millions et est-ce vraiment saturé ?
Qui croire ?
En fait , ce qui compte c'est le nombre de vols et la répartition en journée.
Or le nombre de vols à peu augmenté car les avions sont plus gros et surtout mieux remplis
Comme en plus le gestionnaire de l'aéroport ne joue pas la transparence (aucune véritable étude statistique ) , je vois mal comment je pourrai me décider objectivement
Réponse de le 13/02/2016 à 17:17 :
C'est ça, faisons décoller et atterrir de Nantes Atlantique des porteurs de plus en plus gros. Comme ça ça fera plus de dégâts et de victimes au centre de Nantes si par malheur l'un d'entre eux se crashe au décollage ou à l'atterrissage comme ça a failli se produire en 2004.
a écrit le 12/02/2016 à 18:13 :
C'est à l'ETAT donc au gouvernement actuel de prendre la décision et la RESPONSABILITE de l'implantation d'un nouvel aéroport, et non de refiler la patate chaude aux collectivités locales qui ne sont pas compétentes comme l'indique si justement le commentaire de Claude 87 !!
Réponse de le 12/02/2016 à 21:14 :
Les populations locales, qui en plus paient et entretiendront cet aéroport en bonne partie, doivent être évidemment impérativement consultées et les lois si nécessaire modifiées pour que cette consultation puisse avoir lieu.
a écrit le 12/02/2016 à 18:10 :
L'aéroport n'existe pas encore, mais il y a déjà des planeurs !!
a écrit le 12/02/2016 à 18:08 :
Il y a plus de soixante ans que l'on veut mettre des avions dans ce malheureux coin (fin des années cinquante, c'était les militaires) . Il serait temps de laisser tomber, la nécessité de cet aéroport n'a toujours pas été prouvée et il existe beaucoup de chantiers plus urgents en loire-atlantique
Réponse de le 12/02/2016 à 20:28 :
"et il existe beaucoup de chantiers plus urgents en loire-atlantique "
...quelques centaines de rond-points supplémentaires ou le doublement du pont de Saint-Nazaire ?
Réponse de le 13/02/2016 à 11:17 :
Les rond-points certainement pas, mais par exemple, le contournement de certaines agglomérations complètement saturées (exemple : Nort sur Erdre, Blain ), d'ailleurs le nouvel aéroport impliquerait probablement un nouveau pont sur la Loire car Nantes à certainement autant de relations avec le sud qu'avec le nord de la Loire. Je ne comprends d'ailleurs pas que Retailleau, un vendéen, soit pour transférer l'aéroport actuel de l'autre côté de l'eau.
Réponse de le 13/02/2016 à 17:14 :
Retailleau est pour un nouvel aéroport car il est bien conscient que le développement de Nantes Atlantique, placé beaucoup trop près du centre-ville (et donc empêchant l'usage de très gros porteurs ) et limitrophe de la réserve de Grand Lieu est impossible. Diverses implantations ont été évaluées pour le nouvel aéroport (vers Ancenis, au Sud Loire,...) et c'est clairement NDDL qui présente le plus d'avantages. Pourquoi Retailleau, sauf à avoir démesurément l'esprit de clocher, reviendrait-il là dessus ? Son prédécesseur, Auxiette, également vendéen, était aussi pour le projet.
Réponse de le 13/02/2016 à 18:15 :
Justement Auxiette qui habite maintenant près d'Angers doit avoir sous les yeux l'aéroport de Marcé dont on nous promettait monts et merveilles. Je crois que le seul bénéfice a été de libérer le terrain d'Avrillé pour qu'il soit urbanisé. Est-ce ce qui attend Château- Bougon ? Les oiseaux de Grandlieu ne s'en porteront pas mieux.
Réponse de le 14/02/2016 à 14:55 :
@Jean44.
Je ne vous comprends pas.
Ce projet d'aéroport va de paire à pair plus tard le développement complet de ce secteur.
Il est évident que l'infrastructure routière et à terme le franchissement sur la Loire via un nouveau pont devra être envisagé.
La question est de savoir si on est conservateur ou pour le développement de sa région.
On peut vouloir un sanctuaire écologique dans cette zone, moi je veux que mes enfants aient une chance de rester dans la région en travaillant ici. Vouloir le non développement de la région est une aberration. Cet aéroport est une chance de capter vers notre région des entreprises, et il serait temps de se réveiller car d'autres régions vont avoir des atouts qui n'existaient pas. Bordeaux et le prolongement de la voie rapide TGV et même Rennes qui sera beaucoup plus proche de Paris que Nantes en TGV. L'évolution et une loi de la nature, le conservatif voué à l’échec.
Qu'on me prouve que le développement de ce secteur ne se ferra pas avec le nouvel aéroport et la je suis également contre mais pour l'instant je ne vois que des arguments complètements délirants de quelques écologiques et zadistes contre toutes formes de progrès.
Réponse de le 14/02/2016 à 18:39 :
Je ne suis ni écologiste à tout crin ni contre le progrès, je suis surtout contre les projets coûteux et inutiles poussés par les entreprises du BTP et d'autres qui y voient surtout leur intérêt. Il existe déjà un aéroport à Nantes, je n'arrive pas à croire à l'impossibilité de l'améliorer pour un coût raisonnable, des études sérieuses n'ont jamais été faites. La Loire atlantique est dans les départements des plus dynamiques du pays et jusqu'ici son développement s'est bien fait sans ce nouvel aéroport
a écrit le 12/02/2016 à 16:50 :
Nombre d'aéroports en France, 3 fois plus qu'au Royaume Uni, 6 fois plus qu'en Italie, et 12 fois plus qu'en Allemagne... Comme disait Pompidou: Comprenne qui pourra..
Réponse de le 12/02/2016 à 22:27 :
Le Royaume-Uni est deux fois plus petit que la France, l'Italie pratiquement aussi. Ces deux pays sont longilignes et n'ont quasiment besoin que de liaisons aériennes intérieures nord-sud ce qui limite le trafic intérieur donc justifie d'un nombre d'aéroports plus faible que la France.
Réponse de le 13/02/2016 à 2:42 :
Ce n'est pas la forme d'un pays qui compte mais le réel trafic aérien selon le pays et les villes. Il y a trop d'aéroports en France sous utilisés. Nantes n'a nullement besoin d'un autre aéroport.
Réponse de le 13/02/2016 à 10:33 :
D ou viennent ces chiffres?
Cordialement
Réponse de le 13/02/2016 à 17:23 :
@@Bruno_bd
des liaisons est-ouest sont pertinentes en France, pas au Royaume-Uni (sauf peut être pour l'Irlande du Nord) ou en Italie. Le trafic intérieur y est donc logiquement plus faible. Vous irez expliquer aux habitants des environs de Nantes qu'il faut aller prendre l'avion à Angers ou à Lannion parce que ces aéroports sont sous-utilisés. Nantes est l'aéroport français qui connaît la plus forte augmentation de trafic à part Beauvais porté par le low-cost.
a écrit le 12/02/2016 à 16:24 :
En France très peu d’aérodromes hormis ceux de la région parisienne, Marseille et Toulouse sont vraiment rentables. Sans même évoquer l’aspect écologique du projet, économiquement parlant cet aéroport supplémentaire n’a pas de raison d’être .La Bretagne dispose déjà de 6 aérodromes dont 4 avec un Traffic international ( Rennes st jacques, , Brest Guipavas ,Dinard Pleurtuit, Nantes Atlantique) .Sachant que Nantes est loin de la saturation, est-ce vraiment raisonnable de vouloir investir dans cet « outil »qui ne sera générateur d’emplois que pour sa période de construction et certainement un gouffre financier par la suite. N’y a-t-il pas d’autres priorités dans le secteur des transports ?
Réponse de le 12/02/2016 à 22:46 :
NDDL est destiné à remplacer Nantes Atlantique, pas à se rajouter aux autres.
Réponse de le 13/02/2016 à 2:45 :
Pourtant Rennes et Nantes seront conservés et non pas définitivement fermés donc c'est bien un ajout d'aéroport.
Réponse de le 13/02/2016 à 17:28 :
@@Bruno_bd
Même si Airbus s'est dit demandeur du maintien de la piste de Nantes Atlantique, l'aéroport sera bien fermé. Et Airbus a également un plan B qui est l'utilisation de barges sur la Loire jusqu'à l'aéroport de Saint Nazaire-Gron si la piste de Nantes Atlantique était finalement supprimée. Nantes étant une ville à la démographie très dynamique, la libération de l'emprise de Nantes Atlantique permettra de disposer de terrains proches du centre ville ce qui permettra de lutter contre un étalement urbain anarchique.
a écrit le 12/02/2016 à 16:11 :
On a dû commencer des sondages pour voir jusqu'où il faut aller pour que la population concernée soit pour le NON à l'aéroport puisque le gouvernement n'aura jamais le courage d'envoyer les forces de l'ordre face aux zadistes.
Réponse de le 12/02/2016 à 17:07 :
alors il faut se limiter à un cercle de 5 km autour de NDDL. Parce que les 500000 habitants de Nantes en ont en majorité plus que marre de pouvoir quasiment lire la marque des pneus des avions qui survolent la ville à très basse altitude au décollage ou à l'atterrissage à Nantes Atlantique et ceux qui n'ont pas une mémoire de mémoire se souviennent qu'en 2004 un avion a failli se crasher sur le centre ville. Le maintien de Nantes Atlantique est une aberration.
De façon plus terre à terre, lâcher quoi que ce soit aux délinquants qui se disent zadistes, qui terrorisent la zone de NDDL et qui à plusieurs reprises ont saccagé Rennes et Nantes est tout bonnement insupportable. Ils doivent rendre compte en justice de leurs méfaits.
Réponse de le 13/02/2016 à 2:51 :
C'est toute la région qui est concernée par le référendum voire les départements voisins puisqu'ils financent et vont entretenir cet aéroport notamment. Quant au crash d'avion, voire réponse plus haut çà ne résout rien, au contraire. De plus la plupart des aéroports dans le monde sont en survol de villes (Los Angeles avec un trafic bien supérieur et vols toutes les 3 secondes par exemple etc). Enfin impossible de voir les pneus d'avions depuis Nantes sans jumelles longue portée !
a écrit le 12/02/2016 à 15:50 :
L'organisation de ce referendum local est certainement illégal parce qu’une collectivité territoriale ne peut consulter les électeurs que sur une question qui relève de sa compétence ». Or le dossier de Notre-Dame-des-Landes est une prérogative de l'état.
La loi d’août 2003 qui fixe les règles précise que les collectivités territoriales ne peuvent organiser ce type de scrutin uniquement pour régler une affaire qui se rapporte à la compétence de la collectivité. Mme Royal avait déjà proposé un référendum avant d'abandonner l'idée.
Réponse de le 12/02/2016 à 18:05 :
De toute façon F Hollande n'aura pas ce problème sur les bras avant les élections car il va y avoir des recours au référendum car certains vont s'arranger pour le truquer afin qu'il soit invalidé. En fin de compte le gouvernement suivant devra reprendre le dossier et entre temps Airbus industrie qui devait récupérer l'ancien aéroport s’installera ailleurs et des centaines d'emplois seront perdus pour Nantes !!!
a écrit le 12/02/2016 à 15:47 :
Je ne vois pas comment un référendum peut résoudre le problème . J’ai déjà dit et écrit que, depuis longtemps, les politiques et les journalistes savent et ont admis sans le dire qu’il n’y aurait pas d’aéroport. Il faudrait un CRS tous les mètres autours du chantier, avec de gros risques. Le problème c’est l’existence de la zad. C’est maintenant une zone de non droit aux mains de tous ceux qui refusent l’autorité de l’état. C’est une zone d’asile ouverte à tous ceux qui n’admettent pas les exigences de la vie en société.L’aéroport ? Il y a longtemps qu’il est abandonné.La zad, elle, reste. Les zadistes refusent les procédures démocratiques venant d’une communauté en dehors du territoire qu’ils ont annexé. C’est navrant, mais ce site n’est plus en République,donc nos lois n’y seront plus reconnues . C’est une terre occupée ouverte à tous ceux qui sont contre une autorité. C'est une situation très grave, plus grave que l'abandon de l'aéroport
Réponse de le 12/02/2016 à 16:13 :
En effet, le problème est avant tout cette ZAD, qui est en soi un déni de nos lois et de notre fonctionnement démocratique. Et l'Etat est à cet égard d'un laxisme coupable.
Réponse de le 12/02/2016 à 21:21 :
On peu donc allegrement bombarder massivement ce lieu y compris avec des armes atomiques .Une bombe à neutrons bien centrée fera peu de degat materiel et la radiactivité s'arretera au limite de la ZAD !Mais qu’attend donc l'état pour agir .......
a écrit le 12/02/2016 à 15:32 :
On est pas gâté avec Hollande, non seulement il gère l'économie en dépit du bon sens
mais en plus, il tergiverse et manque de courage pour ne pas dire autre chose de plus trivial. C'est homme n'aurait jamais du quitter la Corrèze et son prestigieux poste de conseiller général.
Réponse de le 12/02/2016 à 21:18 :
Ce projet date de 1947 et n'a rien à voir avec Hollande, soyez un peu sérieux à défaut d'être impartial et objectif.
Réponse de le 13/02/2016 à 19:21 :
@Référendum nécessaire : pas 1947, 1963. Mais les études sont bien plus récentes, la DUP date de 2008. Ca n'a donc rien d'un projet "serpent de mer".
a écrit le 12/02/2016 à 15:32 :
C EST TROT TARS POUR UN REFERENDUM? A MON AVIS LE PROGE EST AU POINT MORT POUR CE MANDAT LA???
Réponse de le 13/02/2016 à 17:33 :
Oui mais le mandat est presque terminé. Par ambiguïté et par lâcheté Hollande aura réussi à temporiser 5 ans. Il faudra donc que l'exécutif issu des urnes en 2017 règle fissa le problème. Pas étonnant que notre pays crève économiquement tant nos dirigeants ont peur de leur ombre.
a écrit le 12/02/2016 à 15:26 :
Sans oublier qu'il faudrait contredire de nombreuses décisions de Justice si le non l'emportait !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :