L'Europe "protectrice" sur l'agenda franco-allemand

 |   |  1078  mots
Le sujet de la mondialisation et la manière dont l'UE pourrait en atténuer les effets négatifs sur l'emploi et les entreprises européennes sera à l'ordre du jour de la rencontre lundi entre Emmanuel Macron et Angela Merkel.
Le sujet de la mondialisation et la manière dont l'UE pourrait en atténuer les "effets négatifs" sur l'emploi et les entreprises européennes sera à l'ordre du jour de la rencontre lundi entre Emmanuel Macron et Angela Merkel. (Crédits : Reuters)
Emmanuel Macron et Angela Merkel pourraient surfer sur l'agenda législatif européen pour afficher des convergences sur la politique antidumping de l'UE et montrer que celle-ci est prête à faire face aux appétits chinois.

On a beaucoup parlé des voies et moyens pour réformer la fonctionnement de la zone euro pendant la campagne électorale française. Le sujet étant particulièrement glissant en Allemagne, Paris et Berlin pourrait investir rapidement un autre terrain pour donner les premiers gages d'une entente renouvelée: la mondialisation et la manière dont l'Union européenne pourrait en atténuer les "effets négatifs" sur l'emploi et les entreprises européennes. Le sujet sera à l'ordre du jour de la rencontre lundi entre Emmanuel Macron et Angela Merkel. Alors que la Commission européenne vient de publier un document "Comment l'UE peut maîtriser la mondialisation", plusieurs dossiers sont depuis des mois, voire des années, dans le circuit des institutions européennes et pourraient aboutir grâce à un impetus bienvenu des deux capitales.

Les instruments de défense commerciale

Depuis trois mois, les ministres des Vingt-Huit et les députés européens tentent de réconcilier leurs positions sur une réforme des procédures au terme desquelles l'UE peut infliger des taxes punitives aux produits étrangers dont les entreprises ont des pratiques commerciales déloyales. Le dossier est resté bloquer pendant des années au niveau des ministres à cause du différend entre les pays peu désireux de muscler les pouvoirs de la Commission européenne et d'autres qui souhaitent augmenter fortement les possibilités de sanctions.

Tandis que Berlin, sous la pression d'une industrie automobile, grande consommatrice d'acier chinois, se plaçait dans le camp des premiers, Emmanuel Macron, alors ministre des finances s'était résolument placé dans le camp des seconds au nom des difficultés rencontrées par l'industrie sidérurgique européenne. Une position plus en ligne avec celle arrêtée en 2014 par un Parlement européen, qui n'était pas encore sous l'emprise du centre-droit.

Bloqué par l'indécision des ministres, la réforme des instruments commerciaux a été relancée par l'adoption cette semaine d'une "position commune" par les ministres. Si elle reste très éloignée de la ligne parlementaire, elle permet, concrètement, la relance et probablement la finalisation des négociations dans les mois à venir.  L'enjeu : le raccourcissement des délais d'examen des plaintes, actuellement entre 18 et 24 mois, soit plus du double des procédures américaines, et surtout la possibilité de prendre plus facilement des "mesures préventives", dont la Commission européenne a d'ailleurs, face à l'indécision des gouvernements nationaux, commencé à prendre l'année dernière au cas par cas au sujet de l'acier chinois.

Le calcul des droits exceptionnels

Depuis des années, certains industriels particulièrement frappés par la concurrence des pays émergents dénoncent la règle des "moindres droits" qui limite, de facto, autour de 25 à 35% les droits applicables par l'Union européenne, tandis que ceux décidés par le Département du Commerce américain peuvent aller très au-delà des 100%. L'écart entre Etats-Unis et Europe est frappant, comme le montre une estimation faite par le lobby européen des producteurs d'acier, Eurofer.

Ici, c'est la fin du protocole international sur le statut de la Chine à l'OMC qui a accéléré les choses. Pressés par le flou juridique découlant de l'expiration du protocole fin 2016, les ministres européens, après deux années de blocage, ont arrêté leur position début 2017 sur la base d'une nouvelle proposition de la Commission. Comme dans le cas des instruments de défense commerciale, leur ligne est nettement plus favorable au libre-échange que celle des députés. Mais elle permet de reprendre les discussions et laisse entrevoir la possibilité d'un compromis.

Soucieuse de ne pas s'exposer à des poursuites devant l'Organisation mondiale du commerce, la Commission européenne a cherché à revoir la méthodologie actuellement utilisée pour évaluer un éventuel dumping et justifier des droits supplémentaires en appréciant d'éventuelles "distorsions significatives" induites  par l'intervention de l'Etat dans le marché.

Deux sujets, donc, hautement conflictuels entre Européens mais sur lesquels une position commune franco-allemande changerait la donne.

La protection des investissements

Un troisième sujet, tout aussi politique, risque de remonter plus haut sur l'agenda : le contrôle des investissements étrangers dans les entreprises européennes. En février dernier, les ministres de l'économie italien, allemand et français avaient écrit à la commissaire au commerce, la libérale suédoise Cecilia Malmström, pour lui dire leurs inquiétudes et lui demander de réagir.

"Au cours des dernières années, des investisseurs non-européen ont repris de plus en plus d'entreprises européennes détentrices de compétences technologiques clés pour des raisons stratégiques. Dans le même temps, les investisseurs européens ne jouissent pas des mêmes droits dans les pays d'origine respectifs que ces investisseurs non-européens", ont écrit Carlo Calenda, Brigitte Zypries et Michel Sapin.

Le "bradage" de l'expertise européenne justifierait, à leurs yeux, d'établir une nouvelle doctrine de contrôle des investissements au niveau européen sur la base de critères de réciprocité en matière de liberté d'investissement, de transparence comptable ou encore de distorsions des règles du marché, notamment par des subventions publiques aux investisseurs. Le sujet est devenu de plus en plus polémique dans une Allemagne très soucieuse de protéger le capital de ses fleurons industriels et où toutefois les investissements chinois ont explosé au cours des dernières années. Selon une étude du cabinet Ernst & Young, le nombre  de prises de participations ou de rachats d'entreprises européennes par des investissements chinois est passé de 40 en 2006 à 183 en 2015. Au premier semestre 2016, ce chiffre s'élevait déjà à 164, tandis que la valeur des investissements pendant ces six mois aurait été le double de celle constatée pour l'ensemble de 2015, les cibles étant situées principalement en France et, surtout, en Allemagne

La demande franco-italo-allemande n'a pas encore débouché sur des propositions concrètes de la part de la Commission. Mais cette dernière, qui est en train de négocier un accord commercial avec la Chine, ne peut pas ne pas en tenir compte. Ce sera d'autant plus le cas si le sujet venait à être porté par les chefs d'Etat et de gouvernement. Or sur ce terrain, les intérêts entre un président français sans majorité claire et une chancelière en quête de réélection pourraient s'avérer fortement convergents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2017 à 10:27 :
Une "Europe" protectrice?? Alors que le principal danger est dans cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles, cela relève encore d'une manipulation pour cacher une dictature en construction permanente!
a écrit le 14/05/2017 à 23:33 :
Si l'Europe est une bouze ou une référence mondiale, est-ce que ça ferait des FunBuzz pour exploiter la mauvaise réputation de certains lieu de travail qui ont peu de considération pour les salariés pour des compléments de salaire à ne rien faire sur le dos de l'Europe?
a écrit le 14/05/2017 à 23:23 :
L’Europe est elle protectrice ou bien destructrice du citoyen si on publie un pib par habitant en baisse depuis 2007 en Europe et pas en Allemagne ou aux USA ? Existe-t-il une forme de volonté de baisser le niveau de vie ?
Peut-on expliquer ce qu’est un avantage compétitif lorsqu’on parle d’un déclin évalué à 75% ?
a écrit le 14/05/2017 à 11:40 :
Toujours aussi hypocrite car incapable de s'attaquer au dumping social qu'elle impose à ses peuples via le travail détaché notre europe va continuer de faire la leçon aux autres pays du monde.

Et on s'étonne que sa crédibilité mondiale s'effrite en une peau de chagrin.
Réponse de le 14/05/2017 à 13:48 :
Je me permet de rebondir sur vos propos. La travailleurs détachés font parti des accord au sein de l'UE. Donc le seul moyen d'endiguer le phénomène reste de changer les règles en terme de cotisations et de limiter les détachements aux métiers en tension mais la plupart des pays sont contre car cela leur porterait préjudice. Nous même en France possédons pas loin de 500.000 travailleurs détachés donc le problème est mal posé.

Le problème de la compétition interne par des étrangers sur des métiers usuels et communs vient du fait que nos ouvriers sont mieux payés et mieux protégés mais pas forcément meilleurs et plus qualitatifs que les travailleurs étrangers. Autant dans la médecine nous sommes bien meilleurs autant dans le monde ouvrier les étrangers nous sont bien souvent équivalent et parfois meilleurs. Nous ne devons donc monter en gamme de produits et en qualité de notre savoir faire sans augmentation du coût du travail, et cela ,à moins de subventionner comme avec le CICE, les entreprises ne savent pas faire.

Concernant la crédibilité mondiale de la zone UE elle est bonne et acquise grâce aux pays du nord et à l’Allemagne. Ce qui dessert la France c'est sa politique étrangère trouble depuis Sarkozy, son passé colonialiste et sa volonté d'être dans le win-Lose plutôt que dans le Win-Win, à l'internationale. Cela contrinue à une mauvaise aura de notre nation auprès de nos partenaires. Il faut que nous nous remettions en pourfendeurs du mal et de l'injustice et en positions d'ingénieurs géniaux qui résolvent tous les problèmes.

Toute une mentalité entrepreneuriale à changer et il faut que nous utilisions les atouts de notre diversité sociale française pour jeter des ponts avec le Maghreb, l'Inde, l'Afrique Sub-saharienne mais également que nous profitions de la situation stratégique de la Réunion avec les océans indiens et australe mais également de celle tout aussi stratégique de la Guyane.
Plein de marché s'offrent à nous mais nous n'allons pas voir de quoi ont besoin nos voisins pour le leur fournir avec une excellente qualité et un prix contenu. Nous vivons encore trop en petit village gaulois, il faut que cela cesse. Dés que l'on rencontre une complication il faut se refermer comme une huître au lieu d'aller au turbin et de pédaler plus vite et plus fort pour montrer notre capacité de résilience, la puissance de notre culture et la qualité de notre savoir-faire.
Tout est là nous n'avons plus qu' nous retrousser les manches au lieu de nous morfondre. Nous sommes une grande nation à nous d'en être digne dans nos actes quotidiens.
Réponse de le 14/05/2017 à 17:50 :
Encore une messe néolibérale, merci mon prère et je sais c'est dimanche mais vous savez je suis athée.

Vous êtes en train de nier le problème principal que je soulève, mais c'est normal à chaque fois que l'on écrit sur l'europe ici faut se farci un prêcheur, je parle du détournement de masse, je dis bien de masse, du travail détaché en dumping social par de très nombreuses entreprises.

Je vous conseille donc de regarder l'émission pro-européenne 'vox pop" consacrée à ce détournement, on parle de salaire de 400 euros pour 50 heures de travail et certains moins meme payés zéro car les abus sont innombrables et exponentielles, l'esclavagisme salarial nous y somms et en france.

"Sept chantiers stoppés pour travail illégal en Gironde" http://www.sudouest.fr/2015/12/18/sept-chantiers-stoppes-pour-travail-illegal-en-gironde-2221886-2780.php

"Comment limiter le dumping social dans l’UE: cinq questions sur le travail détaché" http://www.sudouest.fr/2016/12/13/comment-limiter-le-dumping-social-dans-l-ue-cinq-questions-sur-le-travail-detache-3023390-705.php

"[Dossier] Travailleurs détachés : dumping social à tous les étages " https://www.cfdt.fr/portail/actualites/vie-au-travail/-dossier-travailleurs-detaches-dumping-social-a-tous-les-etages-srv1_384420

"Directive Travailleurs Détachés : l’Union Européenne = dumping social" http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/directive-travailleurs-detaches-l-184392

"La machine bruxelloise s’emballe
Travail détaché, travailleurs enchaînés" http://www.monde-diplomatique.fr/2014/04/BALBASTRE/50292

Alors moi je ne suis pas un troll, vous êtes là pour entretenir un mensonge permanent c'est votre choix je n'ai aucun jugement moral à porter sur l'orientation que vous avez donné à votre vie par contre soyez sûr qu'en continuant de nier ce problème majeur c'est marine le pen en 2022 et comprenez bien que nous soyons de plus en plus nombreux à nous demander si au final ce n'est pas ça que l'oligarchie financière veut pour nous étant donné que son dogme est remis de plus en plus fortement en cause par l'opinion publique et qu'en général un bon régime fasciste fait taire tout le monde.
a écrit le 14/05/2017 à 10:43 :
Et pendant que tous ces messieurs dames très compétents continuent à couper les cheveux en quatre à propos des mesures à prendre pour stopper l'hémorragie, nos amis chinois se frottent les mains ...
a écrit le 14/05/2017 à 10:11 :
Ha! Si les peuples de l'Europe pouvaient nous délivrer de cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles qui a était construite pour d'autres intérêts que les leurs!
a écrit le 14/05/2017 à 9:28 :
Je croyais que Macron avait dit qu'il était contre le repli sur soi et pour l'ouverture totale ? Préconiserait-il ce qu'il reprochait hier à Le Pen ? De toute manière, c'est Merkel qui va mener la barque et lui ne fera que de la figuration :-)
a écrit le 14/05/2017 à 9:12 :
Est il remis en question que l'Europe protège les citoyens si on publie des excès normatifs ou fiscaux ou si on trouve des publications qui mettent en question un système d'aides à 70%, existe t il en Europe une forme de tyrannie de l'imperitie?
a écrit le 14/05/2017 à 9:04 :
En attendant, notre nouveau Président va aller chercher ses ordres à la Chancellerie allemande dès lundi.
a écrit le 14/05/2017 à 7:49 :
surfer sur des convergences pour etudier l eventuelle volonté pour envisager de prendre des mesures qui pourraient ...c est sur la chine tremble ....!!
a écrit le 14/05/2017 à 7:33 :
Si on trouve d'étranges publications sur par exemple contribuables associé sur des excès de normes ou des déconnexion des faits, l'économie en Europe est elle une absurdité ou une forme d'enarchie en lié que par exemple on aurait 70% de consommation au pib aux USA, fait on en Europe une croissance fictive ou sans consommation des ménages ou une prestidigitation inflationniste et une diminution de consommation ?
a écrit le 14/05/2017 à 7:00 :
Si après la crise de 2008, on publie en numérique que la production industrielle ne serait pas au niveau dans plusieurs pays contrairement aux USA ou en Allemagne, existe t il un déficit de protection ou une forme de dévalorisation de la personne ou de ses compétences ?
a écrit le 14/05/2017 à 6:27 :
l'Europe protège t elle vraiment les citoyens de la zone si on publie une production industrielle en baisse en Europe mais pas en Allemagne ou aux USA pour une masse monétaire publiée à 4 fois celle des USA ? l'Europe à t elle un soucis de performance ou de doctrine économique ou bien renonce t elle a produire du bien-être pour les habitants, si par ailleurs on publie que le patrimoine américain augmenterait plus vite qu'en Europe ? Les citoyens doivent-ils de ce fait faire vigilence relativement aux institutions, en particulier si on parle d un déclin ou d une magie keynésienne, en Europe fait il l'objet d'une magie ou d'une illusion?
a écrit le 13/05/2017 à 21:44 :
Vont-ils nous refaire le coup de la séparation des banques ou celui des paradis fiscaux? Tout cela ne sera-t-il encore que poudre de perlimpinpin?
a écrit le 13/05/2017 à 21:25 :
Concernant les agendas, s'agit il de publicité pour a gendas? En termes de rafraichissement. Existe t il de ce fait, des saucissons ou des sots ci sons en forme de bibendum avec des smileys pour une fun conso? Un saucisson en forme de smiley est ce une entreprise en partant de rien?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :