Pour le FMI, l'Allemagne doit investir et augmenter les salaires

 |   |  431  mots
Christine Lagarde, directrice exécutive du FMI, et la chancelière Angela Merkel.
Christine Lagarde, directrice exécutive du FMI, et la chancelière Angela Merkel. (Crédits : Reuters)
L'institution internationale estime que sa recommandation serait de nature à relancer la croissance, en particulier dans la zone euro, et l'inflation. Berlin rejette cette approche, considérant qu'elle investit et que ses excédents reflètent la qualité attractive de ses produits.

L'Allemagne devrait utiliser ses recettes fiscales croissantes pour investir dans des projets d'infrastructure qui renforceront son potentiel de croissance et inciter les employeurs à augmenter les salaires pour soutenir l'inflation dans la zone euro, a déclaré lundi le Fonds monétaire international (FMI). Ces recommandations du FMI vont à l'encontre de l'opinion défendue par le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui réfute les critiques selon lesquelles l'Allemagne n'investit pas assez.

Le niveau élevé de l'épargne

Dans un rapport publié après ses rencontres annuelles avec les responsables allemands, le FMI juge que l'excédent des comptes courants de l'Allemagne, vaste et persistant, reflète le niveau élevé de l'épargne allemande et une amélioration des opportunités d'investissement à l'étranger.

"L'Allemagne devrait adopter un ensemble coordonné de politiques budgétaires et structurelles pour préserver ses forces et relever les défis qu'il lui reste, notamment la réduction de ses déséquilibres extérieurs", juge le FMI.

Un responsable du Fonds a déclaré au cours d'une conférence de presse que, selon les estimations du FMI, l'excédent des comptes courants de l'Allemagne devrait reculer à 7,5% de son produit intérieur brut (PIB) en 2022 contre 8,3% l'an dernier. Il a ajouté qu'un excédent compris entre 2,5% et 5% serait approprié.

Redresser une demande mondiale apathique

L'excédent commercial allemand est depuis des années une source de tensions avec les Etats-Unis, le FMI et d'autres pays de la zone euro, qui réclament à Berlin d'agir davantage pour redresser une demande mondiale apathique. L'Allemagne rejette ces critiques. Elle affirme qu'elle accroît ses investissements et que son excédent reflète en partie la qualité de ses produits.

Dans son rapport, le FMI juge l'économie allemande en bonne santé mais souligne que l'investissement privé manque de dynamisme et que le vieillissement de la population pèse sur ses perspectives de croissance à long terme.

"La marge de manoeuvre budgétaire devrait être consacrée à des initiatives qui renforcent le potentiel de croissance, telles que l'investissement dans les infrastructures physiques et numériques, la prise en charge de l'enfance, l'intégration des réfugiés et l'allègement des charges fiscales sur le travail", écrit le FMI.

Normaliser la politique monétaire de la BCE

Le Fonds pense aussi qu'une progression durable des salaires et des prix en Allemagne est nécessaire pour contribuer au redressement de l'inflation dans la zone euro et favoriser une normalisation de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) dont le caractère ultra-accommodant est vivement critiqué en Allemagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2017 à 12:18 :
Au final, ce que demande le FMI, c'est que L’Allemagne exporte moins et importe plus.
Mais importer quoi ?

Si on compare :
L’excédent commercial Allemand est à 253 milliards d'euros en 2016 (record à 8 %). Il est vrai que la qualité de leurs produits est reconnue, mais moins que pour le Japon.
Le déficit commercial Français à 48,1 milliards d'euros

Salaires moyens Allemands et Français (Étude Insee ), industrie et services marchands en 2014, les salaires sont quasi équivalents :
17.8 € pour l’Allemagne - contre 17.9 € pour la France, par contre le salaire minimum moyen était inférieur en Allemagne à 9.8 € contre 12 € pour la France. Leurs cadres et dirigeants sont mieux payés.
Le salaire minimum Allemand est fixé à 8,84 €

D’autres comparatifs extrait de données COE Rexecode ou de l’OCDE (https://data.oecd.org)
- Heures de travail en 2015 : Allemagne :1371 heures France : 1482 h
- Le taux de productivité horaire est équivalent (même niveau que les USA) et environ 20 % au dessus du Royaume Uni et l’Italie, par contre par habitant
- Taux employabilité : Allemagne : 75.1 % France : 64.2 %
- Dépense publique / PIB: Allemagne 44 % France 57 %
Du coup il est intéressant de comparer les dépenses de l'administration centrale :
pour les services publics généraux c’est équivalent, mais quand on compare les dépenses d’éducation, de sécurité et des affaires économiques… Houaou !
Par contre l’Allemagne dépense beaucoup plus en protection sociale.

Que font les Allemands de l’argent : ils l’investissent en titres, mais plutôt dans les pays du nord de l’Europe. C'est sur qu'ils ne peuvent pas investir dans leur dette et ils n’ont aucune compassion pour les banques telles la Deutsche Bank qui se sont aventurées dans la spéculation financière. Ce qui n’est pas le cas en France, où l’on a tout misé sur de grands groupes banque et assurance, quitte à sacrifier l’industrie.
Il y a une opportunité à saisir avec la robotisation, mais des investissements sont nécessaires, étant donné le retard pris.
Le CICE aurait tout de même permis aux entreprises de restaurer un peu leurs marges.

Sur le même sujet lire aussi : http://piketty.blog.lemonde.fr/2017/01/05/de-la-productivite-en-france-en-allemagne-et-ailleurs/
a écrit le 15/05/2017 à 16:22 :
Il faut être gonflé pour donner des leçons de gestion à nos amis Allemands.
Cordialement
Réponse de le 15/05/2017 à 19:49 :
L'Allemagne applaudie les recommandations du FMI quand il s'agit de la Grèce ou de la France, mais ne veut pas elle-même recevoir de leçons (oui, les allemands sont aussi capables d'être très hypocrites).

Quant à la gestion allemande, il n'y a pas de raison de la mettre sur un piédestal :

Elle est capable du meilleur, comme du pire. Notamment en ce qui concerne sa natalité, ses infrastructures, son secteur énergétique, son armée, etc.
Réponse de le 15/05/2017 à 20:05 :
Oui l'Allemagne est plutôt bien gérée mais il faut préparer l'avenir. Pour cela, il faut faire des investissements, surtout que le FMI ne lui demande que de réduire son excédent.
Réponse de le 15/05/2017 à 20:08 :
Il faut être gonflé pour poster et rien n'y comprendre.
a écrit le 15/05/2017 à 16:11 :
l'allemagne a un pb ' relatif' de consommation, et a un excedent budgetaire et de tres lourds impots ( pour memo la tva a ete augmentee de 5 points pour financer la Sozialversicherung)......
ce quil faut c'est baisser les impots ( ce qui aura en plus le merite d'eviter de jeter l'argent par la fenetre, et donnera des marges de manoeuvres pour reaugmenter les impots la prochaine fois...), a commencer par l'Einkommensteuer et la Mehrwertsteuer ( et accessoirement aidera a contenir l'inflation, ce qui n'est pas le cas des mesures proposees par lagarde)
a écrit le 15/05/2017 à 16:09 :
C'est la politique économique allemande qui provoque la montée des populistes et de l'extrême droite en Europe.
Réponse de le 15/05/2017 à 16:25 :
Faits prouvés par les anglais qui aussitôt sortis de l'UE ont éliminé l'ukip du paysage politique.

CQFD
Réponse de le 15/05/2017 à 20:07 :
N'importe quoi, l'Allemagne n'a rien imposé aux britanniques. Les britanniques sont juste un peuple insulaire avec la mentalité qui va avec.
a écrit le 15/05/2017 à 15:39 :
Merci pour cet article mais on voit mal comment du coup espérer une quelconque impulsion dynamique des diplodocus allemands.

Rigidité allemande du cadavre européen.

Vite un frexit avant lepen en 2022 svp.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :