Accord sur le pétrole : l'Iran prêt à discuter, mais pas à réduire sa production

 |   |  275  mots
- Quatre des principaux pays producteurs de pétrole ont annoncé mardi s'être accordés pour geler leur production de brut mais à condition d'être suivis par d'autres grands exportateurs, dont l'Iran.
- Quatre des principaux pays producteurs de pétrole ont annoncé mardi s'être accordés pour geler leur production de brut mais à condition d'être suivis par d'autres grands exportateurs, dont l'Iran. (Crédits : REUTERS/Mick Tsikas)
Téhéran n'entend pas réduire sa production pétrolière, mais "est prêt à la discussion" avec les autres pays producteurs, a déclaré mardi le ministre iranien du Pétrole en annonçant une réunion mercredi à Téhéran avec ses homologues irakien et vénézuélien.

Téhéran va-t-il être contraint de revoir ses prétentions à la baisse ? Un mois seulement après l'officialisation de la levée des sanctions internationales, l'Iran doit désormais faire face à la décision de l'Arabie saoudite, de la Russie (pays non membre de l'Opep), du Qatar et du Venezuela de geler leur production de brut à son niveau de janvier.

Blocage iranien

Si cet accord était devenu indispensable pour endiguer cette chute -le brut a atteint en janvier son plus bas depuis 13 ans- l'Iran qui signe son retour sur le marché pétrolier a d'ores et déjà fait savoir qu'il ne "réduira pas sa part de production".

Le mois dernier, deux jours seulement après la levée des sanctions, le pays avait d'ailleurs annoncé une augmentation de sa production journalière de 500.000 barils. Il y a quelques jours, Téhéran annonçait une hausse de ses exportations pour fin mars.

A peine quelques heures après l'annonce d'un "accord" entre les quatre pays producteurs et exportateurs, Bijan Zanganeh, le ministre iranien du Pétrole, a toutefois assuré qu'il y avait "de la place pour la discussion et l'examen de cette question".

Vers un échec de l'accord ?

Une réunion doit justement se tenir demain, mercredi, à Téhéran avec les ministres de l'énergie irakien et vénézuélien.

Sans l'aval de l'Iran, cet accord qui vise à donner une respiration au marché pétrolier pourrait ne pas voir le jour. Le groupe des 4 ont précisément fait savoir que le gel de la production sera effectif, si et seulement si, les autres grands exportateurs suivent. A bon entendeur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2016 à 17:40 :
entre diminuer et ne pas augmenter, y a un monde

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :