COP23 : sur le climat, les engagements ne suffisent plus

 |   |  790  mots
La COP23 s'ouvre sur fond d'urgence du passage à l'action.
La COP23 s'ouvre sur fond d'urgence du passage à l'action. (Crédits : Pexels com - Pixabay)
La COP23 s’ouvre à Bonn sous l’égide des îles Fidji dans un climat particulier à plusieurs titres. Certes moins déterminante que la COP21 de décembre 2015, elle vient couronner une année qui aura vu les effets du changement climatique se multiplier de façon dramatique. Outre le signal négatif envoyé par la sortie des Etats-Unis de l’Accord de Paris annoncée en juin, de nombreux rapports font état d’un écart inquiétant entre les objectifs collectivement endossés et les actions réellement entreprises, aussi bien au Nord qu’au Sud. Les investissements dans les énergies renouvelables rapportés par Bloomberg New Energy Finance dans son Climatescope publié ce 6 novembre en sont une parfaite illustration.

C'était l'une des rares mesures concrètes décidée lors de la Conférence sur le climat (COP) de Copenhague en décembre 2009, avant d'être réitérée lors de la COP21 à Paris il y a bientôt deux ans. A compter de 2020, les pays riches s'engageaient à mettre à disposition des économies en développement une enveloppe annuelle de 100 milliards de dollars destinée à financer leur adaptation et leur action contre le changement climatique.

L'énergie au coeur de l'équation climatique

La production d'énergie, responsable d'un tiers des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, joue un rôle essentiel dans l'équation climatique. Cela est encore plus vrai dans les pays en développement, qui ont vu leurs émissions flamber à mesure de leur développement économique, à l'image de la Chine, où elles ont crû de 65% entre 2002 et 2012. C'est pourquoi,à l'échelle mondiale, les énergies propres constituent un levier d'action central de lutte contre le changement climatique.

Mais d'après les calculs de Bloomberg New Energy Finance (BNEF) regroupés dans son rapport Climatespace, il y a peu de chances que la finance dédiée aux énergies renouvelables suffise à atteindre l'objectif de 100 milliards de dollars par an fixé à l'horizon 2020. En effet, les fonds investis par les pays riches membres de l'OCDE dans les pays émergents non membres n'ont pas dépassé, en 2016, la barre des 10 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 13,5 milliards investis en 2015.

La Chine première responsable de la baisse des investissements

Ce montant comprend à la fois des fonds publics, essentiellement via des banques de développement, et des institutions dédiées au commerce international, et des capitaux 100% privés. De façon générale, les investissements dans les énergies renouvelables réalisés dans les pays hors OCDE ont chuté de 111,4 à 151,6 milliards de dollars entre 2015 et 2016. A elle seule, la Chine, premier marché mondial, est responsable des trois-quarts de cette baisse. Mais les autres pays ont également connu des diminutions de leurs investissements de 25%. Pour autant, grâce à l'effondrement des coûts de ces énergies, ces baisses d'investissements n'entraînent pas nécessairement un recul des capacités installées.

Investir 5400 milliards de dollars de plus d'ici à 2040

L'ONU estime, pour sa part, à 60,5 milliards de dollars en 2014  les investissements liés au climat dans d'autres secteurs que l'énergie, ce qui porte la globalité des investissements dédiés au climat à 71,3 milliards, nettement en-dessous de l'objectif de 100 milliards pourtant fixé à partir de 2020, c'est-à-dire dans trois ans à peine.

Dans son rapport « New Energy Outlook », BNEF évalue à 8.700 milliards le montant qui sera investi dans les énergies décarbonées d'ici à 2040. Mais pour respecter l'objectif de l'Accord de Paris (limiter à +2°C -la hausse moyenne des températures), il faudrait allonger cette enveloppe de 5.400 milliards supplémentaires.

Moins d'un pays en développement sur cinq doté d'une stratégie climat

Si les pays riches ont péché par frilosité sur le plan financier, les pays en développement prêtent, eux aussi, le flanc à la critique. Ils sont très en retard dans l'élaboration de politiques climatiques susceptibles de leur permettre d'atteindre leurs engagements, les fameux NDC (nationally determined contributions). Si 76% des 71 Etats étudiés se sont fixé des objectifs de limitation de leurs émissions de CO2, les deux-tiers d'entre eux seulement ont mis en place les politiques nécessaires, telles que des tarifs d'achat ou des enchères pour soutenir les énergies renouvelables. Et seuls 18% ont mis en place des stratégies globales de réduction de leurs émissions. Cette absence de cadre réglementaire adéquat est fortement préjudiciable aux investissements privés et au passage à l'échelle.

Menaces sur la confiance entre pays riches et vulnérables

Un tel écart entre les paroles et les actes fait écho à la mise en garde adressée par l'ONU la semaine dernière, mettant la communauté internationale en garde contre l'écart "catastrophique" entre actions et besoins.

Au-delà des effets directs sur le développement de solutions décarbonées, ce constat alerte sur le risque d'un déficit de confiance entre pays développés et pays plus vulnérables, qui est la clé d'une décarbonation massive de l'économie mondiale.

En effet, dans le cadre de l'Accord de Paris, de nombreux pays en développement ont conditionné leurs engagements à l'apport par les pays riches d'un soutien à la fois financier et technique. Certains d'entre eux sont même allés jusqu'à menacer de les annuler purement et simplement dans le cas où ces soutiens ne seraient pas débloqués.

Pour toutes ces raisons, cette COP23 qui se tient à Bonn jusqu'au 17 novembre pourrait jouer un rôle nettement plus déterminant qu'il n'y paraît.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2017 à 8:23 :
C'est reparti pour quinze jours avec ces folkloriques et sympathiques rois d'ile du pacifique ou d'Amazonie ces ONG Braillardes qui vont réclamer 1.5° voir 1° (pourquoi pas un refroidissement pendant qu'on y est!) des scénarii catastrophiques voir apocalyptiques et après on oublie tout jusqu'à la COP 24 (ah non j'allai oublier le show que veut faire Macron à Paris pour se parer du costume (trop grand pour lui mais pour la tête et les chevilles cela va!) de sauveur de la planète. L'avantage de ces COP c'est que cela évite de parler des vrais pb; augmentation de la population mondiale et la croissance à tout va du système néolibéral.
Réponse de le 08/11/2017 à 13:21 :
Cà permet au contraire d'intégrer ces questions et les aspects environnementaux globaux dont les impacts sinon seraient bien pire. Ce travail de coopération global peut toujours être critiquée mais il permet malgré tout des avancées importantes et un bilan positif sur la plupart des points, même si ce ne sera jamais assez mais il faut accorder 195 pays aux intérêts souvent très divergents.
a écrit le 07/11/2017 à 21:42 :
Il a été répondu à toutes les arguties des pseudos climato-sceptiques et autres lobbyistes des secteurs pollueurs depuis 1824 que l'on a commencé à parler de l'impact des Ges, dont le C02 qui bat des records d'émissions et de cumul dans l'atmosphère depuis plus d'un siècle, il est donc le temps d'agir car les prévisions des experts du Giec étaient justes pour leur très grande majorité contrairement à celles des climato-sceptiques bonimenteurs nuisibles et attardés : https://www.skepticalscience.com/argument.php
Réponse de le 07/11/2017 à 23:46 :
Les rapports du GIEC étaient juste ? Avaient-ils prédit un ralentissement du réchauffement climatique depuis plus de 15 ? Non.
Réponse de le 07/11/2017 à 23:46 :
Les rapports du GIEC étaient juste ? Avaient-ils prédit un ralentissement du réchauffement climatique depuis plus de 15 ? Non.
a écrit le 07/11/2017 à 16:34 :
Comme à chaque veille de COP l’histoire du CO2 anthropique nous est ressortie avec l’alarmisme habituel. Dans tous ces graphiques, manque un seul et de quelle importance, celui montrant la part des rejets anthropiques, dans les rejets totaux de CO2.Mais celui-là il faut le chercher, car la doxa, interdit toute autre info que celles diffusées via le GIEC. Exit le milieu naturel (respiration des végétaux, règne animal, réchauffement permafrost des régions polaires, volcanisme).......
L’homme peut certes dégrader une partie de l’environnement, et on le constate tous les jours, mais affirmer qu’il peut maitriser le climat en limitant ses rejets CO2, c’est faire preuve de beaucoup de prétention. Argumenter que le CO2, gaz présent pour 0.03% à 0.04% !!! dans l’atmosphère, est l’unique responsable de l’augmentation de la température est une arnaque bien utile aux décideurs.
D’autre part, comment sont relevés les paramètres CO2 et où ? Pour ceux que cela intéresse tout est dit dans ce document édité en juin 2015 par la Société de Calcul Mathématiques : http://www.scmsa.eu/archives/SCM_RC_2015_08.pdf livre blanc sur le réchauffement. Evidemment il faut aller au bout des 171 pages. C’est après que le doute s‘installe……
a écrit le 07/11/2017 à 9:56 :
Cette COP 23 doit nous donner la possibilité de définir une ligne de conduite. Il faut appliquer la note n°6 du CAE (la page 12 de cette note). C'est notre dernière chance. Mais qui le comprendra?
a écrit le 07/11/2017 à 9:06 :
Personne ne donne la couche d'ozone comme exemple alors qu'il y a dix ans le soleil menaçait de nous griller vivant, l'interdiction des gaz qui la détruisaient a permis de remettre son niveau presque comme avant, presque parce que quelques entreprises voyous continuent de le faire mais on y est presque arrivé quand même.

Or il a fallu contraindre les entreprises et non leur demander gentiment, parce que si on leur avait demandé gentiment elles auraient répondu gentiment mais auraient continué de produire leur gaz destructeur et nous ne pourrions plus passer 10 minutes au soleil sans griller actuellement.

Ces gens là, les investisseurs, ne sont pas des gens raisonnables, ils pillent les richesses du monde qu'ils s'empressent d'amasser dans des paradis fiscaux qui ne profitent à personne, l'argent qui s'entasse étant de l'argent qui meure du coup ils sont en train de dévaloriser ce qu'ils aiment le plus au monde, le fric.

Ces gens la n'ont aucun sens social ou civique, ils sont bouffés par leur avidité, plus on possède te plus on est possédé et "acquérir de la puissance se paie cher, la puissance abêtit" Nietzsche, si on ne les contraint pas c'est la fin de l'humanité assurée. Voilà ce qui est en train de rendre les peuples du monde dépressifs la certitude d'aller droit dans le mur mais comme ces gens là possèdent tous les outils de production et les médias qui nous conditionnent mentalement au pire, l'espoir semble totalement illusoire.
Réponse de le 07/11/2017 à 12:27 :
Le gaz utilisé pour les aérosols et les réfrigérateurs n'étaient pas indispensable au bon fonctionnement de l'économie. Le co2 est une consequence de la production énergétique mondiale qui est la base de l'économie moderne (depuis la révolution industrielle). Cest donc un tout autre defi. Nos commentaires sur cet article ont produit du co2, nos jobs respectifs dépendent de l'énergie etc ... Pour réduire les émissions de co2 il faut réduire notre faculté à transformer l'environnement qui nous entoure, autrement dit réduire notre Pib. Pour contenir le réchauffement sous la barre des 2 degrés, la génération future (les moins de 20ans) devrons donc se contenter de 6 fois moins de Pib.
a écrit le 06/11/2017 à 21:24 :
si l énergie est au coeur !! la centrale au gaz de LANDIVISIAU en BRETAGNE mal venue
a écrit le 06/11/2017 à 21:24 :
si l énergie est au coeur !! la centrale au gaz de LANDIVISIAU en BRETAGNE mal venue

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :