Téléchargez
notre application
Ouvrir

CACorico !

Par oprovost@latribune.fr  |   |  313  mots
DR
DR (Crédits : Albert Caen)
Par Olivier Provost, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune

Pourquoi bouder son plaisir ? Les résultats qu'égrènent actuellement les grandes entreprises françaises, notamment les quarante champions internationaux qui composent le CAC, montrent que les firmes tricolores ont définitivement tourné le dos à la crise. Les progressions de résultats, parfois multipliés par plus de deux, les évolutions positives de chiffre d'affaires, le redressement spectaculaire des marges : tout concourt à souligner la solidité renforcée des hérauts de l'entrepreneuriat partis de l'Hexagone pour conquérir la planète. Exagération ? À peine. De nombreux patrons, tel Jean-Pascal Tricoire, le souriant dirigeant de Schneider Electric, rappellent à quel point les émergents représentent désormais une place prépondérante dans leur activité et tendent même à remplacer les pays dits matures, plombés par une croissance souvent atone. Dans la finance, si l'assurance a souffert en 2010 - et les chiffres d'Axa après ceux de Groupama en témoignent -, les banques illustrent la sortie du tunnel de l'économie avec des profits plus que confortables. Près de 4 milliards d'euros pour une Société Générale que certains croyaient encore à la peine, presque le double pour un groupe BNP Paribas tout proche de ses records. Le marché ne s'y trompe pas, qui achète ces résultats et propulse le CAC 40 au-delà des 4.100 points. Les 4.332 de la clôture du vendredi 12 septembre 2008, juste avant le fameux week-end qui allait voir la chute de Lehman Brothers, ne sont plus si loin. Et encore Paris est-elle en retard sur les Bourses allemande ou américaine, déjà revenues à des niveaux supérieurs à ceux précédant la faillite de la banque d'affaires américaine, point d'accélération de la crise économique et financière de 2008-2009. Les experts nous avaient prédit le grand retour en grâce des actions. Le marché parisien est en train de leur donner raison.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :