Un Français réinvente le téléphone domestique

 |   |  592  mots
Ily est à mi-chemin entre la tablette et le téléphone. Très facile d'utilisation, il est à la portée de tous, y compris les enfants et les seniors.
Ily est à mi-chemin entre la tablette et le téléphone. Très facile d'utilisation, il est à la portée de tous, y compris les enfants et les seniors. (Crédits : Reuters)
Fort du succès de Producteev, Ilan Abehassera, français établi à New-York, se lance dans un nouveau défi. Avec ILY, un vidéophone intelligent et facile d'utilisation, il entend redonner ses lettres de noblesse au "fixe".

A l'ère des objets connectés et de l'ubiquité de la présence en ligne, force est de reconnaitre que seules deux catégories - les enfants et les seniors - sont laissées à l'écart de ce phénomène. Par exemple aux Etats Unis, si les enfants sont capables dès l'âge de trois ans de manipuler le portable de leurs parents (avec les risques que cela représente), ce n'est pas, en moyenne, avant l'âge de 12 ans qu'ils possèdent leur propre portable. Quant aux seniors, c'est bien sûr la barrière de l'ergonomie et de l'apprentissage de l'informatique qui entrave leur accès aux réseaux sociaux ou autres services en ligne qui leur permettraient de maintenir le contact avec la famille.

A tout problème correspond une solution d'entrepreneur, et c'est il y a déjà plus d'un an qu'un entrepreneur français installé aux Etats Unis, Ilan Abehassera, s'est attelé à la résolution de cette limitation de nos objets connectés. Ilan, fort du succès de sa précédente start-up, Producteev, vendue à un géant du software californien, s'est lancé avec enthousiasme dans le domaine du hardware dès qu'il a quitté la Silicon Valley pour revenir à New-York.


Le retour du téléphone maison

Sa nouvelle société, Insensi, a déjà une équipe étoffée de 13 personnes dont 9 ingénieurs (5 ingénieurs hardware , 4 ingénieurs pour le software, primordial pour un nouvel objet connecté dont l'ergonomie se veut le principal atout), un designer, un responsable des opérations et un spécialiste de la supply chain - notamment pour l'optimisation de l'approvisionnement en composants électroniques. Insensi est déjà financée par des fonds de capital-risque (à hauteur de 3 millions de dollars) spécialistes du secteur : Felicis (Fitbit), Collaborative Fund (Kickstarter, Angel List).

Le premier produit d'Insensi s'inscrit parfaitement dans l'ambition de la jeune société de révolutionner le domaine des objets connectés familiaux : il s'agit d'un petit terminal, à mi-chemin entre la grosse tablette et le téléphone,  appelé ILY. ILY est vraiment un point de convergence entre les tablettes, les smartphones, les dispositifs de la maison connectée, en agrégeant tous ces éléments au sein d'un terminal simple à utiliser pour les membres de la famille (enfants, senior) qui n'ont pas de propres terminaux, ni de comptes Facebook ou Skype. Avec ILY, c'est le retour du téléphone de maison, mais dans sa version 21e siècle, utilisable par un enfant de 3 ans comme par un senior de 93 ans.

Lancement en janvier 2016

Grâce à lui, on peut lancer une conversation vidéo en un clic, retrouver des informations ou des photos, ou encore échanger des vidéos grâce au réseau social familial ILY Life. Par ailleurs, la force d'ILY réside en ses applications, qui ne nécessitent pas la détention de l'appareil par tous les membres de la famille, qui peuvent très bien par exemple recevoir les video calls d'autres membres de la famille sur leur smartphone ou tablette via les apps ILY.

Insensi prévoit de vendre ILY d'abord par les opérateurs de téléphonie/box classiques mais aussi dans des circuits de distribution plus classiques. Le produit suscite déjà un réel intérêt de ces acteurs, aux Etats Unis et en France, et devrait être officiellement porté sur les fonts baptismaux par Ilan et son équipe en janvier 2016 au CES de Las Vegas, le fameux salon de l'électronique grand public.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :