Rouler seul au volant de sa voiture va-t-il devenir une anomalie ?

 |   |  732  mots
(Crédits : iStock)
[ ÉDITO ] En ville, on n'a pas besoin de posséder une voiture, immobile 95% du temps, seulement de réaliser un trajet. La prise de conscience est réelle et les projets dans le secteur des Mobitechs pullulent et stimulent l'innovation : covoiturage domicile-travail, logistique du dernier kilomètre, voiture connectée et autonome... Mais attention aux écueils, comme par exemple celui d'une smart city qui s'enfermerait dans une vision autarcirque, oubliant sa périphérie...

La révolution MaaS, Mobility-as-a-service, est en marche et elle va changer à jamais le visage de nos métropoles. L'idée de la mobilité en tant que service, est simple : en ville, je n'ai pas besoin de posséder une voiture, immobile 95 % du temps, mais de réaliser un trajet. Uber et Blablacar, sont les pionniers de ce changement de civilisation, tout comme, à Paris, Velib et Autolib. L'explosion du nombre des scooters électriques et des vélos en libre-service montre que la demande est là pour durer.

Stimulation

Même si le modèle économique est encore loin d'être rentable, le secteur des Mobitechs, occupe ainsi une myriade de startup mais aussi de grands groupes, qui, de Valeo à Michelin en passant par les constructeurs auto ou les transporteurs, RATP, SNCF, Transdev, travaillent sur des solutions de mobilités intelligentes. Covoiturage domicile-travail, logistique du dernier kilomètre, voiture connectée et autonome : les projets pullulent et stimulent l'innovation.

Accélération

L'histoire s'accélère et cela va être pour l'industrie automobile une révolution civilisationnelle. Des villes comme Singapour, Oslo ou Helsinki envisagent déjà de bannir la voiture individuelle ; Londres vient de doubler le tarif de son péage urbain pour les véhicules polluants. Anne Hidalgo s'y refuse encore, mais la piste d'un péage dans Paris a été évoquée au salon @utonomy par Jean-Louis Missika, l'adjoint à l'urbanisme. Et on sait que d'ici 2030, seuls les véhicules à moteur électriques (ou électrifiés ?) seraient autorisés à circuler dans la capitale.

Lucidité

Les grands constructeurs auto ne s'y trompent pas. Les plus lucides anticipent un effondrement des ventes de voitures individuelles et cherchent à s'adapter en proposant de nouveaux services de mobilité, par exemple en devenant loueurs de flottes de voitures en accès partagé. Le rêve d'une ville sans voitures individuelles, sans bouchons, où tout un chacun, d'un « clic », pourra choisir à tout moment un mode de transport, public ou privé, en fonction de ses besoins réels, n'est peut-être pas si utopique. Une ville où l'on pourra payer ses déplacements au kilomètre parcouru, en fonction du niveau de pollution généré.

Risque

Reste un danger et un défi. Le danger, ce serait que la smart city s'enferme dans une vision autarcique, au risque d'une opposition entre riches habitants du centre et pauvres assignés à résidence en banlieue. La politique menée depuis la fermeture des voies sur berges par Anne Hidalgo a contribué à entretenir ce discours, celui d'une politique autocentrée sur les habitants de Paris, qui sont ses électeurs, sourde aux souffrances de ceux qui doivent chaque jour subir le stress de la traversée de la capitale. La gouvernance de la ville à l'échelle des territoires qui l'entourent devient un enjeu politique majeur. Y aura-t-il un jour un(e) maire du Grand Paris, comme c'est déjà le cas pour le Grand Londres.

Défi

Le défi, c'est celui de la régulation de ces nouvelles mobilités : comment préparer une ville comme Paris à l'arrivée massive des voitures électriques (bornes de recharge) et surtout autonomes ? Quels aménagements anticiper en matière de voirie et de code de la route ? Va-t-on vers la fin des feux rouge (un test est prévu dans la capitale) ? Tout cela mérite d'être repensé et surtout concerté à l'échelle non pas seulement de la capitale, mais de toute la région Île-de-France.

Volonté

Ce n'est pas demain la veille que l'auto cédera la place, parce qu'elle demeure le seul moyen pour tout un chacun de se déplacer librement, ce qui reste un des fondements de notre civilisation. Et pourtant, comment ne pas voir que les évolutions en cours vont dans le sens d'une élimination progressive de la voiture individuelle ? De la fermeture des voies sur berges à la création de milliers de kilomètres de voies cyclables, la maire de Paris affiche clairement sa volonté : passer de l'ère de l'« autosolisme » (une personne effectuant seule un trajet dans son véhicule : à Paris, c'est dans 8 cas sur 10 un homme, cadre supérieur, toujours pressé !) à celle de la multimodalité (combiner plusieurs modes de transports). Pour Paris, avec en ligne de mire les JO 2024, comme pour toutes les grandes villes du monde, ce sera le chantier du siècle.

___

Par Philippe Mabille,
directeur de la Rédaction de La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2017 à 9:02 :
La conjonction de l'écologie et de la technocratie va être redoutable pour les libertés individuel. Au nom d'un "sauvetage de la planète" les consommateurs contribuables vont être matraqués. A terme la voiture individuelle va être réservée aux plus aisé la pietaille devant se contenter de transports en commun plus ou moins performant. L'ecologie va être l'accélérateur d'une société à deux vitesses
a écrit le 13/11/2017 à 13:06 :
Arrêtez de stigmatiser untel et untel et en ce moment la voiture (et donc nous automobilistes) en prend plein la calandre. On décidera ce qui est bon pour nous, seuls. Ppourquoi conduire seul serait ringard? Ces boîtes techno. veulent imposer leur business modèle avec toute la mauvaise foi qui va avec...
a écrit le 13/11/2017 à 11:43 :
Et encpre un article pour nous expliquer ce qui est bien et pas bien... C'est fou cette volonté qu'ont certains à vouloir imposer leur vision éthique du monde, comme si elle était une vérité absolue.
a écrit le 12/11/2017 à 21:48 :
ca dépend des circonstances, j'ai habité 10 ans Paris, j'utilisais les transports en commun,maintenant j'habite une petite ville, ce n'est pas possible, la voiture devient obligatoire, pour aller à son travail, pour faire les courses, etc.., les bus sont quasiment inexistant. les gens pensent avec leur pied de parisien.
a écrit le 12/11/2017 à 18:59 :
Délire de bobo parisien
a écrit le 12/11/2017 à 12:09 :
c'est sur que l'autopartage avec des autolibs qui doivent rester 24h/24h sous tension car les batteries se dechargent quand elles sont sous tension, ca c'est du modernisme qui plait aux bobos. Comme la bulle des objets connectes (parapluies, slips, chaussures ...) qui vient de prendre un gros gadin.
Réponse de le 12/11/2017 à 17:01 :
Pour Hidalgo, ce n'est pas un problème, pendant sa campagne, elle louait une voiture électrique mais elle disposait d'un chauffeur bénévole. La voiture autonome de demain quoi : on rentre dedans, elle démarre toute seule.
Ces gens là traitent les gens de réacs mais vivent dans un entre-soi qui les empêche de connaître la réalité que vivent les français.
a écrit le 12/11/2017 à 11:16 :
De toutes façon, les centre-villes bunker se dépeuplent.
"Et le combat cessa faute de combattants"
a écrit le 12/11/2017 à 0:17 :
La Hidalgo, les autos à Paris, elle s'en... Son seul problème, c'est son adjoint, écolo dogmatique, sans lequel elle n'a plus la majorité au CM. Dès lors, le crétin propose, on signe... Les solutions, cohérentes (pas les ... comme les zotos auto-gnomes) ça existe; ça s'appelle les transports en commun; voire les taxis collectifs...). Il est sûr que les autolib c'est pas mal, si elle sont utiisées par des citoyens, et pas des porcs. Par contre OBLIGER les parisiens à se taper du vélo, c'est... du fascisme ? Utiliser la soi disant (airparif = assocation...) pollution pour imposer des "expérimentations" (dont on n'a jamais ni le résultat, ni la remise en cause), c'est à la portée de n'importe quel MAL-honnête. Personne n'apprécie les probèmes liés à l'auto (allez voir à Toulouse lorsqu'il y a 5mn de ralentissement sur le périf'), mais, comme dit plus tôt, on attendrait d'Hidalgo des solutions, plutôt que des mises en accusation.
a écrit le 12/11/2017 à 0:06 :
Typiquement le raisonnement d'un parisien csp+ !
Effectivement à Paris, la voiture c'est 15 % des déplacements. Par contre au niveau national c'est 90 % !!
Et si Paris ne veut pas s'enfermer dans sa bulle, il faudra bien qu'elle accepte encore voitures et motos.
Quant au supposé recours grandissant aux services plutôt qu'à la propriété, les gens avisés ont vite fait le calcul : être propriétaire d'un bien est plus rentable que de la louer, a l'échelle de la durée de vie de l'appareil. Le recours à la location est en fait une réponse imparfaite aux contraintes de place (absence de garage, petits appartements, etc)
a écrit le 11/11/2017 à 20:14 :
Paris est une ville de CSP+ qui ont le privilège de bosser à côté de chez eux.
La révolution des transports, ça sera surtout pour eux. Pour les classes moyennes ou défavorisées d'île de France, ça sera le RER et les temps de transports infernaux.
Quant aux 80% de français restants, on n'en parle pas dans cet article.
a écrit le 11/11/2017 à 19:17 :
Continuer à faire grandir les très grandes villes est une aberration qui coûte des milliards...sans que les problèmes ne soient résolus pour autant. Le bon sens serait au contraire de les faire maigrir en délocalisant les activités qui pourraient parfaitement être exercées ailleurs, dont les plus polluantes, celles nécessitant des besoins de transport conséquents... et celles liées à l'internet dont on nous prédit un avenir flamboyant, activité qui peut s'exercer partout. Il suffit que les connexions aient les débits nécessaires.
Réponse de le 12/11/2017 à 11:17 :
Oui
a écrit le 11/11/2017 à 18:58 :
Ou quand mettre des bâtons dans les roues prend tout son sens... La question devenant plutôt celle-ci : se lever dans l'idée d'aller au travail va-t-il devenir une anomalie ?
Réponse de le 12/11/2017 à 9:48 :
Oui, et il faudrait que la mme hidalgo créée un site « balancetonvoisin » pour informer de ceux qui se lèvent pour aller au travail ou utilisent leur auto comme bon leur semble..
a écrit le 11/11/2017 à 18:23 :
Quand j’analyse les comportements des humains , le nombre des autos va baisser à cause de la qualité de vie ( coworking, travail à domicile, commande en lignes...)
Les humains avec le temps vont éviter les foules et les grandes villes.
Je vois l’avenir avec des autos volantes plutôt .
Les voitures sont trop chères et la précarité est trop importante , ça c’est un argument qui fera la différence à long terme.
Réponse de le 12/11/2017 à 22:51 :
Et pourquoi pas tapis volants, tant qu'on y est? Le fantasme des voitures volantes a au moins 80 ans, et il reste un fantasme autant qu'au premier jour.
a écrit le 11/11/2017 à 18:09 :
Le seul fait d'avoir des centres commerciaux ou un travail en périphérie des agglomérations motive la possession de son véhicule!
a écrit le 11/11/2017 à 18:07 :
Très heureux d'etre à vos yeux ringard . Vous , aux miens , etes .....
.
a écrit le 11/11/2017 à 17:59 :
Transport des communs.
Réponse de le 12/11/2017 à 11:18 :
Microbes en commun
a écrit le 11/11/2017 à 17:24 :
La droite utilise le prétexte des pauvres en banlieue pour continuer de conduire seuls dans leurs bagnoles, parce que la droite ne s’intéresse aux pauvres que dans les rares cas où cela peut lui profiter à elle donc leurs arguments ne tiennent pas comme bien souvent d'ailleurs tellement c'est teinté d'hypocrisie.

Mais il serait temps d'organiser une véritable politique de transport public, gratuit d'abord et avant tout, écologique avec des bus électriques ou autres or avec les moyens qu'à Paris on se demande comment cela se fait qu'elle n'en soit pas équipée et surtout proposer du choix dans le transport public.

Cela fait maintenant plusieurs années qu'elle est maire de paris et on n'a pas vu Hidalgo développer ce domaine, c'est bel et bien cela qui ne peut faire que douter des grands discours et des grandes idées formatées.

Par ailleurs cela ne peut que se faire en concertation avec les employeurs parce qu'en supprimant la voiture il va être indispensable de redonner du temps de vie aux gens pour qu'ils apprécient ce remplacement forcé.

Bref si on veut sauver la planète il va falloir aller chercher des décideurs éclairés même si l'idéal serait bel et bien de dégager ces parasites et de le faire nous mêmes.
Réponse de le 11/11/2017 à 18:06 :
Mais bien sur le transport gratuit .......et les impots locaux qui tripleront ou quadrupleront !Quelle naivté!Quand à croire que les gens vont abandonner leur voiture individuelle c'est meme pas la peine d'y penser !Le transport maison boulot est minime par rapport au transport loisirs ,au transport commissions ,ext .....La voiture individuelle à essence à encore de trés beaux jours devant elle !Quand à ceux qui veulent pédaler ou marcher en ville ,qu'ils viennent pas embêter les autres .....
Réponse de le 11/11/2017 à 18:59 :
"Mais bien sur le transport gratuit .......et les impots locaux qui tripleront ou quadrupleront !"

Vous ne connaissez que les impôts locaux comme rentrée d'argent alors que vous venez sur un site spécialisé en économie depuis des années ?

Mais vous lisez les articles de temps en temps qui y sont produits quand même !?

"Quelle naivté!Quand à croire que les gens vont abandonner leur voiture individuelle c'est meme pas la peine d'y penser !"

Les gens ne sont pas tous bornés comme vous l'êtes vous savez, vous observez le monde de votre point de vue et n'hésitez pas à nous l'imposer alors que des points de vue il y en a 7 milliards mon ami.

"La voiture individuelle à essence à encore de trés beaux jours devant elle !Quand à ceux qui veulent pédaler ou marcher en ville ,qu'ils viennent pas embêter les autres ..... "

Bref vous défendez votre chapelle, aucun intérêt. Quand on vient sur un forum c'est pour partager des idées pas pour imposer son point de vue rudimentaire.
Réponse de le 11/11/2017 à 19:00 :
Binaire ou bipolaire ? Le clivage droite-gauche, ça fait longtemps que j'ai dépassé cette vision réduite du monde.
Réponse de le 12/11/2017 à 10:54 :
"Binaire ou bipolaire ? Le clivage droite-gauche, ça fait longtemps que j'ai dépassé cette vision réduite du monde. "

Vous vous adressez à qui ?

En attendant bien entendu je signale votre trollage.
a écrit le 11/11/2017 à 16:02 :
La piétaille pollue....forcement les constructeurs ont tout fait pour garantir leurs revenus et les dividendes qui vont bien....en repoussant le saut technologique pour plus tard....et maintenant cette même piétaille doit organiser son propre transport en commun puisque si je ne prends que ces exemples la sncf et la RATP sont largement déficients...en revanche à n'en pas douter certains ne seront pas concernés par le sujet 😁 qui ? Eh bien toujours les mêmes....😁
a écrit le 11/11/2017 à 15:15 :
"en ville, je n'ai pas besoin de posséder une voiture, immobile 95 % du temps". Et mon lit, je l'utilise combien de temps ? et mon frigo ? et ma machine à laver ? et ma télé ?Mabille croit peut-être que le kibboutz est l'avenir de l'homme ?
a écrit le 11/11/2017 à 11:36 :
comme dans tout mix, toutes les solutions sont bienvenues........
pour le reste effectivement, votre voiture sert 5% du temps, votre machine a laver sert 5% du temps, votre salle de bain sert 5% du temps, vos wc servent moins de 5% du temps, votre telephone sert moins de 5% du temps ( sauf chez les ados), votre vaisselle sert 5% du temps..........
personne n'a envie de partager son wc, sa salle de bain, ses appareils de cuisine, ne serait ce que parce que c'est toujours les memes qui font attention a leurs affaires, et toujours les memes qui degueulassent les biens quand ils sont en commun.......... ( en economie ca s'appelle ' theorie de l'agence')
a écrit le 11/11/2017 à 11:28 :
Encore une vision de bobo parisien. Les 'officiels' conserveront bien entendu leur voiture individuelle au nom de l'intérêt supérieur et les autres se taperont le métro et le RER. Qui plus est il ne faut pas opposer voiture en copropriété et voiture individuelle...Comme disait St Ex, 'ce mode de robots me terrifie'. Bienvenue à la pensée unique Citoyen!
a écrit le 11/11/2017 à 11:27 :
Il suffit de prendre les transports en commun une fois après 21h00 pour comprendre pourquoi certains prennent leur voitures. Pickpockets roms sur les lignes avec des touristes (ligne 1), drogués qui fument du crack sur le nord de la ligne 12, jeunes qui insultent ou intimident les femmes quand ils sont en groupe, SDF qui défèquent sur la voie ou qui squattent les stations ou rames, faisant profiter de leur odeur les passagers qui ont payé leur billet.
Tant que la RATP ne fera pas la chasse aux incivilités, certains ne prendront JAMAIS les transports en commun.
Réponse de le 12/11/2017 à 7:56 :
C'est helas un constat criant.
Le metro de la "ville lumiere" hum ? est particulierement repoussant. Comment les politiques ne prennent pas en compte cet etat de fait ?
Qu'ils aillent visiter celui de la grosse pomme, il vient d'etre renove. Ca leur donnera des idees, on peut rever ?
Réponse de le 12/11/2017 à 12:40 :
Je prend rarement les transports en commun a Paris. J'ai du les prendre pendant quelques semaines et j'ai été étonné de trouver des métros et RER propres, plutôt bien entretenus avec des couleurs sympathiques. Donc a mille lieux de ce que vous décrivez.
Le seul problème rencontré est la saturation du réseau et les retards engendrés par la sécurité pour chaque sac laissé par une étourdi.
a écrit le 11/11/2017 à 10:46 :
il y a meme des caveaux avec un seul "client" dedans.....
a écrit le 11/11/2017 à 10:25 :
Merci pour cet article.
Pour de nombreuses raisons, la voiture ne peut disparaître au profit des seuls vélos ou transports en commun.En revanche l'autosolisme peut être fortement réduit. Grâce à des plateformes d'autostop connecté (= covoiturage courte distance) comme Oui'hop et Wayzup.
Vivement que les conseils généraux et agglo se penchent sur ces applications et les aident à se lancer. Il faut commencer par encourager des conducteurs à rouler connecté afin de tisser une offre de trajets fiable et régulière.
A l'avenir, les faiseurs du transport en commun courte distance, c'est nous, les usagers !
a écrit le 11/11/2017 à 9:57 :
Pourquoi limiter le raisonnement du partage à la voiture ? Il faut encourager le partage de tous les trucs dont on a pas besoin tout le temps: ex la perceuse, le karcher, les outils divers qu'on achète et qui dorment dans la cave, la résidence secondaire devrait être interdite quand elle ne sert que 3 semaines dans l'année.
Réponse de le 11/11/2017 à 15:13 :
@yoyo -Tout à fait, moi je partage même ma femme...
Réponse de le 11/11/2017 à 18:10 :
Et la femme certains en ont besoin trés peu de temps vu leurs fréquences des rapports ,on peut donc aussi la partager ...........
Réponse de le 11/11/2017 à 19:01 :
Et elle te partage, elle aussi ?
a écrit le 11/11/2017 à 9:49 :
Pourquoi limiter le raisonnement du partage à la voiture ? Devenant de plus en plus nombreux il faut partager de plus en plus de chose.Il existe déjà la copropriété des logements voire la multi location,les voitures lib,les vélos lib.Il faut encourager maintenant le machine à laver lib et le frigo lib :on a déjà l'eau chaude en commun ou le chauffage central commun.Il faut revenir à la grande case commune ou tout le monde partage tout et vie sous un même toit .
Réponse de le 11/11/2017 à 13:48 :
"Pourquoi limiter le raisonnement du partage à la voiture ?" c'est bien ce que j'ai expliqué à mon voisin pour que sa compagne agrémente mes soirées,mais il n'est pas d'accord.
Réponse de le 11/11/2017 à 15:56 :
Votre raisonnement rappelle des souvenirs sombres de l'histoire du XXe siècle... le kommunalka par exemple.... mhhh ca donne envie...de rester dans nos banlieues !! Si ce n'est à la campagne.
Allez, je vous laisse entre bobos parisiens, pour ma part, le banlieusard ne met plus ses pieds à paris ! Et je ne m'en porte que mieux. Du reste, c'est bien là l'objectif d'hidalgo et consorts : dehors les pauvres ! Ok c'est noté !
Réponse de le 12/11/2017 à 10:23 :
Oui. Passe moi ta montre, je te donnerai l’heure, camarade... il y en a qui ont essayé.
Réponse de le 12/11/2017 à 23:05 :
Je n'utilise ma brosse à dents que 10 minutes par jour, avis aux personnes intéressées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :