Du bilan ministériel à « la doctrine » Macron

 |   |  822  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, du bilan ministériel à « la doctrine » Macron

Quel bilan peut-on porter sur l'action d'Emmanuel Macron après bientôt deux ans à la tête du ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique ? C'est ne le cachons pas, celui d'une action contrariée par les arbitrages interministériels et parlementaires. Si l'on s'en tient à la surface médiatique des choses, c'est d'abord la loi Macron, bien sûr, objet législatif volumineux, mais qui peut donner le sentiment d'avoir accouché d'une souris. Avec le bilan bien tangible, mais parfois raillé des 1.500 emplois créés dans le secteur des autocars. Avec une facilité accrue d'installation des notaires. Quelques éléments d'assouplissement du droit du travail. Avec la possibilité circonscrite d'ouverture le dimanche qui peine à être concrétisée dans le cadre de la négociation. Au final, cette loi à forte charge symbolique a moins pour effet de déverrouiller l'économie que la gauche elle-même.

À l'actif aussi du ministre, un suivi et une évaluation assez scrupuleuse de l'état d'avancement de sa loi, qui répond à des critiques que le ministre avait formulées par le passé : les lois sont trop souvent inappliquées par défaut de décret d'application, leur efficacité quasi jamais mesurée... etc. Et c'est avec le même esprit qu'il a accompagné, rationalisé et mis en musique les projets industriels initiés par son prédécesseur. Il y a la une volonté de ne pas abandonner les projets en rase campagne qu'il faut saluer.

Des prises de position fortes

Et puis à côté ou en prolongement de la loi Macron, il y a toute une activité législative, à plus faible visibilité : en faveur de de la simplification du droit des affaires, de la commande publique ; du capital investissement,  du numérique, qui met en musique le credo du ministre : la transformation numérique est une révolution globale qui touche toutes les dimensions de l'activité économique : des techniques aux usages, des TPE aux grands groupes en passant par l'Etat.

Il y a enfin une série de prises de position qui permettent d'esquisser « la doctrine » Macron :

  • 1/ Une volonté de recentrage de l'État, de reflux de la dépense sans pour autant être un adepte de la rigueur, ce qui implique une baisse de la pression fiscale.
  • 2/ Une volonté aussi de retisser le lien européen autour de son dénominateur commun : l'économie sociale de marché. Avec un message constant sur la scène européenne que l'on pourrait résumer ainsi : oui aux réformes, mais non à la rigueur et oui surtout aux transferts.
  • 3/ Le refus d'un libéralisme offert, passif : sans être colbertiste, Emmanuel Macron est ferme sur le fait que l'État doit faire entendre sa voix d'actionnaire pour préserver le contrôle hexagonal sur les entreprises stratégiques. En témoignent le doublement des voies de l'Etat, les bras de fer avec Carlos Ghosn, la recapitalisation d'EDF etc.

Il est de ce point de vue proche de la pratique libérale pragmatique anglosaxonne,  où la nationalisation n'est pas taboue (comme dans le cas de GM ou des banques anglaises) lorsqu'il s'agit de préserver les intérêts nationaux. Gouverner le marché, avec les armes du marché, en somme.

Un attachement à la mobilité des hommes

Il se démarque de façon discrète, mais constante. L'immigration comme source de création de richesses, donc de croissance et de financement de nos régimes sociaux. Cela était déjà bien palpable dans le rapport Attali avec la préconisation d'une délivrance souple des visas. C'est cette même note qu'il a fait entendre au plus fort de la crise des migrants, au moment où les États européens y compris la France se raidissaient sur l'enjeu sécuritaire.

Le grand projet Macron, qui aurait pu trouver forme dans la loi Macron II, n'a néanmoins jamais vu le jour. On peut supputer que son ambition était d'encastrer la réforme du marché du travail dans un projet plus large d'adaptation à la transition numérique de nos économies. Le saucissonnage du projet en différentes lois, en a cassé la portée systémique.

Là est le principal échec d'Emmanuel Macron. Sa volonté de faire autre chose, de se départir des concepts, des catégories intellectuelles d'un autre temps n'a pas pris corps. Celui qui veut incarner le logiciel d'un nouveau capitalisme de l'après 2008, hors clivages, n'en reste qu'au stade de l'intention. Et l'on ne sait toujours pas à ce stade si la petite musique Macron n'est qu'une mince couche de vernie qui enrobe un conformisme fait du copier-coller des préconisations qui remplissent les tiroirs des ministères et des institutions internationales depuis plus de 20 ans, un invariant que l'on ressert avant comme après 2008, ou s'il s'agit d'une vraie démarche d'innovation politique.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2016 à 12:26 :
Il a essayé, sans beaucoup de réussite, d'adapter a la loi française, les directives de Bruxelles; sans plus!
a écrit le 25/07/2016 à 17:00 :
Emmanuel Macron devrait demander à Jean Tirole ce qu'il conviendrait de faire avec une taxe sur l'énergie destinée à la protection du climat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :