L'Inde, décollage immédiat ?

 |   |  667  mots
(Crédits : DR)
Les signes d'un décollage indien se multiplient... mais les défis à relever restent nombreux. Par Adrien Cipel, principal au Boston Consulting Group*

Insatiable adepte de Twitter, le premier ministre indien, Narendra Modi, n'a pas manqué l'occasion de saluer le nouveau record mondial établi par l'agence spatiale indienne le 15 février dernier : en plaçant 104 satellites sur orbite avec une seule fusée, l'agence a fait pâlir les 39 satellites mis en orbite par la Russie en une seule mission, en juin 2014. L'Inde comme puissance spatiale internationale ? L'Etat indien à la pointe de l'innovation ? Ce record est l'occasion de mettre en évidence deux lames de fond qui transforment actuellement le pays et nous obligent à un nouveau regard sur l'Inde :

 La modernisation de l'État

 Si vous pensez encore "antique bureaucratie" à l'évocation de l'administration indienne, le projet Aadhaar devrait vous faire changer d'avis. Aadhaar est le plus important système d'identification biométrique au monde : plus d'un milliard d'indiens sont déjà inscrits (soit 85% de la population) et le système représente l'unique autorité d'authentification en Inde, via les empreintes digitales, l'iris et une simple photo. Aadhaar permet ainsi d'identifier les bénéficiaires d'allocations sociales et d'assurance-chômage en toute sécurité et en limitant la fraude. Il facilite les démarches des bénéficiaires en réduisant les formulaires papier et les déplacements physiques, et sécurise ainsi chaque jour plusieurs centaines de millions de transferts directs.

Et, non content de se transformer en son sein, l'Etat indien en fait profiter l'ensemble de la société en ouvrant Aadhaar via des standards open-source. Il suffit ainsi désormais aux banques indiennes de réclamer un simple selfie aux clients pour leur ouvrir un compte bancaire !

 La digitalisation de l'économie

 C'est aussi via... un selfie que le Premier Ministre indien a annoncé, le 8 novembre dernier, la démonétisation de 24 milliards de billets, ceux de 500 et 1,000 roupies devenant immédiatement obsolètes, provoquant un chaos certain au sein de la population et des situations difficiles pour les plus modestes. Mais au-delà des erreurs de mise en œuvre de cette mesure radicale, c'est aussi un formidable coup de pouce donné à l'économie digitale et à l'adoption de moyens de paiement digitaux.

En l'espace de quelques jours, plus d'un milliard d'indiens ont changé leur relation à l'argent liquide, propulsant l'Inde sur la voie d'une économie de plus en plus "cashless". Plus de 230 millions d'indiens utilisaient les applications de portefeuilles électroniques en 2016 et le volume de transactions doublait déjà chaque année. Mais depuis la démonétisation, le nombre de transactions quotidiennes sur Paytm (l'app la plus populaire en Inde) a augmenté de 350% et 500,000 nouveaux usagers rejoignent désormais la plateforme... chaque jour !

Baisser la fraude fiscale

 L'Etat indien attend de ce "boost digital" une baisse de la fraude fiscale (permettant la relance de l'investissement via des recettes accrues) et une lutte renforcée contre le blanchiment d'argent. Et il ne s'agit pas là d'un effet d'aubaine accidentel, c'est au contraire une politique assumée et une vision précise de l'Inde qui s'écrit : la banque centrale indienne œuvre ainsi depuis 2009 à unifier les systèmes de paiement, rendant les banques interopérables et offrant au public la possibilité de payer en ligne simplement et de gérer l'ensemble de leurs comptes depuis une seule application.

Combinons ces exemples : authentification biométrique à distance + infrastructure de paiements unifiée + pénétration massive des moyens de paiement mobiles ou en ligne. Vous avez là une part importante de l'infrastructure digitale nécessaire au renforcement de la compétitivité et de l'attractivité de l'Inde.

Corruption endémique

L'Inde reste évidemment confrontée à de lourds défis, de l'accès aux sanitaires à la corruption endémique, en passant par la mortalité infantile, l'inclusion sociale, la productivité agricole, l'électrification des campagnes ou l'éducation. Mais s'arrêter à l'apparent immobilisme d'un pays aux allures de géant ne permet pas de percevoir l'Inde en pointe, qui change, innove et établit de nouveaux records !

 *Adrien Cipel, principal au Boston Consulting Group, il vit ne Inde et travaille pour de grands groupes indiens et internationaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2017 à 11:59 :
Eclairant sur les problématiques économiques indiennes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :