L’influence digitale au service des « Care Stories »

 |   |  740  mots
La nouvelle campagne de l'ONG CARE dévoile sur Instagram 24 heures de la vie de femmes qui luttent contre la pauvreté dans le monde
La nouvelle campagne de l'ONG CARE dévoile sur Instagram 24 heures de la vie de femmes qui luttent contre la pauvreté dans le monde (Crédits : DR)
Jusqu’au 12 novembre, l’ONG CARE dévoile sa première campagne sur Instragram : 7 histoires de femmes du bout du monde qui, comme des milliers, se battent contre la pauvreté. Et si la communication d’influence portait ses fruits à des fins solidaires...

Depuis 70 ans, l'ONG internationale CARE est engagée dans la lutte contre la pauvreté dans le monde. Parmi ses combats, celui de l'égalité entre les femmes et les hommes que l'ONG revendique comme un droit fondamental. 70 ans, c'est long... Et pourtant ! Les femmes demeurent encore aujourd'hui les premières victimes de la pauvreté et des inégalités sur la planète. Les chiffres cités par CARE sont assourdissants : alors que les femmes sont à l'origine des 2/3 des heures travaillées dans le monde, elles ne gagnent que 10% des revenus mondiaux. Sur les 774 millions d'adultes analphabètes dans le monde, 2/3 sont des femmes. Face à ce terrible constat, comment accélérer l'autonomisation des femmes et agir pour leurs droits ? Comment accompagner et soutenir celles qui, déjà en situation d'extrême précarité, se battent contre la pauvreté ? « C'est un sujet que nous avons souvent évoqué avec Philippe Lévêque, directeur de CARE France, explique Valérie Accary, présidente de BBDO Paris et membre du conseil d'administration de CARE France. L'une des solutions qui est apparue le plus naturellement, était de révéler l'histoire de ces femmes, transmettre l'authenticité de leur quotidien, sans pour autant entrer dans le drame absolu. La vie de ces femmes est bien souvent très... trop, difficile mais elles ont aussi des moments de joies uniques qui raisonnent avec le positivisme qui est le leur. C'est fondamental de transmettre cela ! Le fait qu'en toute difficulté, une solution existe ». Ce qui fait sens avec l'une des principales missions de CARE : pouvoir offrir à ces femmes les moyens de poursuivre leurs actions et leur donner les outils pour qu'elles puissent agir par elles-mêmes.

La vie sur un fil

« Autre point important : nous souhaitions vraiment toucher la génération des Millénials, qui, on le sait, est une population en quête de sens et d'utilité, poursuit Valérie Accary. Nous voulions leur faire savoir que s'il y a bien un combat qui mérite encore et toujours d'être rejoint, c'est celui contre la pauvreté et les inégalités et que toutes ces combattantes de l'ombre, partout dans le monde, méritaient d'être reconnues et soutenues ».

Et comment fait-on aujourd'hui pour être vu(e), reconnu(e) et suivi(e) en un clic ? On utilise les réseaux sociaux ! Chaque jour, des millions de personnes se mettent en scène en partageant leur quotidien à coup de photos, vidéos et autres posts et emojis en tout genre. Chaque jour, des histoires sont mises en ligne, la nôtre, la vôtre, celle des amis, voisins, patrons, hommes politiques, stars du showbiz, écrivains, sportifs... Alors, pourquoi ne pas donner les moyens aux femmes des pays en voie de développement de raconter elles aussi, leur quotidien, leur histoire. Pourquoi ne deviendraient-elles pas à leur tour utilisatrices Instragram ? C'est sur cette logique que l'agence BBDO a créé la nouvelle campagne CARE dans le cadre d'un mécénat : « Les Stories du Bout du Monde », 7 histoires de femmes, 7 stories partagées pendant 7 jours sur le compte @care_france, pour rappeler que « si on a tous une histoire à partager, certaines méritent d'être soutenues ».

Influenceurs engagés

« Deux documentaristes sont donc partis à la rencontre de ces femmes, leur ont offert à chacune un smartphone et leur ont expliqué les codes Instragram, pour que chacune d'entre elles puissent raconter leur quotidien par des moments de vie bien à elles ».  Le résultat, parfois déroutant car pour la première fois la précarité est révélée par celles qui la vivent, exprime clairement une vérité sans filtre. Des influenceuses et influenceurs, autrement dit les leaders d'opinion incontournables dans notre nouveau monde digital, et souvent stars dans leur canal média, ont accepté de diffuser les Care Stories. Plus de 70 d'entre eux qui, pour la majorité, ont des milliers, voire des millions de followers partagent donc depuis le 6 novembre les stories de Jeanne-Olivia, agent de collecte à Madagascar ; Maria, agricultrice en Équateur ; Mahmoubeh, réfugiée afghane à Athènes ; Nadia, éducatrice au Maroc ; Mi Aye Myint malade du sida en Thaïlande ; Minata, vendeuse d'eau en sachet en Côte d'Ivoire ; et Christina, seulement 26 ans et mère de 5 enfants en Roumanie. Comme quoi la communication d'influence n'est pas seulement dédiée aux marques ou comment les vertus du numérique participe au combat des femmes du bout du monde contre la précarité. #StoriesDuBoutDuMonde

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :