Pretty Simple vante les mérites du "Work in France"

 |   |  481  mots
La page de présentation de Pretty Simple Games sur Facebook / DR
La page de présentation de Pretty Simple Games sur Facebook / DR (Crédits : DR)
La start-up parisienne de jeux sur Facebook a fait son choix : ne pas aller s’installer dans la "Silicon Valley" et rester en France.

Sur son site Internet, entièrement en anglais, la start-up parisienne Pretty Simple Games invite les développeurs, artistes, testeurs et autres graphistes à consulter ses offres d'emploi : «Rejoignez l'équipe qui a fait Criminal Case. »

Ce n'est pas le nom d'une série américaine, mais celui du « deuxième jeu Facebook le plus joué dans le monde», soit 9 millions de joueurs par jour à la fin de 2012. Devant ceux du californien Zynga !

« Nous sommes installés dans la plus belle ville du monde, cool, non ? », fait valoir l'équipe, qui a dédié une rubrique à « la vie à Paris ».

Tout y passe, du Louvre à la gastronomie et aux bons vins : « La ville des amoureux et des artistes » est aussi une capitale moderne et cosmopolite, à la vie nocturne animée et dotée « d'infrastructures formidables et de transports publics efficaces ».

Sans oublier les cinq semaines de congés payés, « un excellent système de santé gratuit », et même les 35 heures.

« Quand vous voulez des fonds, vous en trouvez »

Retournant les clichés en avantages concurrentiels sur le thème de l'équilibre vies professionnelle et personnelle, les fondateurs de Pretty Simple, Bastien Cazenave et Corentin Raux, sont d'ardents défenseurs du « work in France. »

Installés dans le 20e arrondissement, à Belleville, dans le même immeuble que l'incubateur Créanova, ils emploient près de 50 personnes et comptent en embaucher 100 autres dans les deux à trois ans, tout en restant coûte que coûte à Paris.

Ces deux gamers de 35 et 36 ans, au look de geeks assumé, diplômés l'un de Centrale l'autre de Telecom Paris Tech, n'ont pas l'intention d'aller s'installer dans la Silicon Valley.

« On a tout ici à Paris ! Je suis très surpris du discours ambiant sur les difficultés d'entreprendre en France. Si vous avez un projet, vous allez voir un incubateur. Quand vous voulez lever des fonds à Paris, vous en trouvez » fait valoir Corentin Raux.

Pretty Simple a levé 2,5 millions d'euros en 2011 auprès du fonds français Idinvest (ex-AGF Private Equity), qui avait financé son tour d'amorçage. Ironie de leur success story phénoménale, leur premier jeu sur Facebook, My Shops, est la coqueluche des ménagères américaines !

Trois ans après sa création, Pretty Simple devrait réaliser un chiffre d'affaires « très nettement supérieur à 10 millions d'euros » cette année, contre 1,1 million en 2011, uniquement en micro-transactions sur le réseau social.

« On n'a jamais vu une start-up en France à la croissance aussi rapide, c'est plus que Kelkoo, Criteo ou Dailymotion », s'enflamme Julien Codorniou, le directeur des partenariats en Europe chez Facebook.

Rentable, avec des marges de plus de 60 %, la jeune société va devoir payer cette année un IS à taux plein, « ce qui n'est pas forcément adapté quand on est en phase d'investissement », concède Corentin Raux, mais cela fait partie de ce système « formidable ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2013 à 23:01 :
Excellent ! Enfin un article qui représente un peu mieux ce qu’il se passe dans notre pays. Et des entrepreneurs qui semblent avoir un peu de jugeote. Souhaitons leur bonne chance. Dommage qu’ils soient à Paris. En province, j’aurais pu être intéressé.
a écrit le 13/11/2013 à 7:44 :
Je trouve tout cela bien positif et encourageant pour des jeunes qui veulent se lancer. Il faut continuer sur ce type de Comportement pro francais et rester dans le positivisme.
Tous mes respects à ces entrepreneurs qui vont par dela les diffificultés et les mauvaises langues qui n'ont pas les c.... de se lancer.
Chapeau bas.
PS: Je reconnais bien là, la culture Francaise et son ramassis de jaloux et d'envieux.
a écrit le 12/11/2013 à 21:57 :
"ils emploient près de 50 personnes"… Ben oui, au-delà ils vont commencer à se marrer avec le comité d'entreprise, les syndicats, la CGT, Sud, les 35 heures, … A 100 n'en parlons pas. En plus, le jour de l'introduction en bourse, la honte de faire fortune et d'avoir réussi, les 75% de taxation passeront par là, les grèves… Faut bien réfléchir à l'endroit où on implante sa boite.
a écrit le 12/11/2013 à 20:44 :
Incroyable. Un article cataclysmique sur le gouvernement et c'est la curée. Un article hyperpositif comme celui là et on a quand même des boulets pour dénigrer, rabaisser...désespérant. Le pb majeur de la France c'est pas la fiscalité ou le droit du travail, c'est notre capacité nationale à critiquer.
Pour tous les donneurs de leçons fatigués de notre triste pays, il existe un myriade de pays sans impôts, sans droits du travail avec des présidents charismatiques comme le Kazakhstan, l'Azerbaïdjan et autres. N'hésitez pas à porter haut nos couleurs dans ces pays, ils vous attendent !!!!
PS : gaffe aux petites natures, y a pas de sécu la bas !!!
Réponse de le 12/11/2013 à 22:34 :
>Fatigué

Le problème n'est pas l'excès d'esprit critique, mais l'incroyable stupidité d'une partie des électeur de la droite actuelle...

Avoir réussi à mettre aussi vite à genoux le pays, après avoir dilapidé l'héritage du Général de Gaulle grâce à 10 ans de Sarko-Chiraquisme et réussir à venir après hurler à la gabegie et à l'incompétence sans avoir le rouge aux joues, ce n'est même plus de la mauvaise foi, c'est tout simplement de la bêtise profonde...

Allez, vivement un retour des Gaullistes, les vrais, ceux avec du poil aux pattes, un cerveau et sans rolex, s'il vous plait.
Réponse de le 10/12/2013 à 13:40 :
bof
Réponse de le 10/12/2013 à 13:47 :
@ Huhu
Ce que vous dites est vrai, mais vous oubliez l'essentiel :
7 ans de Giscardie + 14 ans de Mitterrandie + 2 ans de Hollandie, tout ce beau monde a vécu et continue a vivre sur les largesse de cette belle monarchie qu'est la France!
C'est pour quand la révolution??
a écrit le 12/11/2013 à 14:39 :
bon courage à eux lorsque leurs jeux seront passés de mode et qu'il faudra licencier 80% des effectifs. ils regretteront amèrement de ne pas profiter de la législation du travail US.
Réponse de le 12/11/2013 à 15:55 :
On est bien loti avec des gens pessimistes comme vous.
Réponse de le 12/11/2013 à 16:04 :
vraiment ce commentaire est d'une bêtise.... minable et anti français!
Réponse de le 12/11/2013 à 18:44 :
Mais c'est tellement et tristement vrai, c'est un b...d pas possible pour licencier dans ce pays et de fait un gros très gros frein à l'embauche
Réponse de le 18/11/2013 à 22:58 :
N’importe quoi. Faites un tour en SSII pour voir comment ça se passe.

En outre, si ce que prédit @lechuck devait arriver, ils n’auraient absolument aucun soucis pour licencier. Cela s’appellerait un licenciement économique. Je connais bien…

Et visiblement, ces jeunes entrepreneurs sont moins idiots que vous puisque eux ne parlent absolument pas de vos freins à l’embauche imaginaires et envisagent de recruter bien plus de personnes.
a écrit le 12/11/2013 à 14:18 :
normal, ils peuvent pas se payer les loyers de là bas, pff cette pub :)
Réponse de le 12/11/2013 à 14:27 :
Quelle ignorance ! Les loyers pour entreprises sont nettement moins chères aux US qu'en France. Encore un commentaire faux, histoire de vider son sac à vomie (french bashing).
Réponse de le 12/11/2013 à 19:33 :
à la silicon valley ? vous etes sûr ? quels sont les prix là bas , et à paris ?
a écrit le 12/11/2013 à 14:14 :
et surtout vous trouvez de developpeurs en france bien moins cher qu aux USA
Réponse de le 12/11/2013 à 14:24 :
Euh, pas vraiment .. allez donc faire un tour dans les starts up en Californie voir le nombre de stagiaires..
Réponse de le 12/11/2013 à 14:38 :
ici aussi
Réponse de le 13/11/2013 à 2:42 :
Que de commentaires se travers et parfois agressifbet insultant. Oui tout est possible en france et la silicon valley n'est pas l'eldorado tput le monde n'a pas besoin de s'y installer. Le bon vire en france sa secu (profitez en au train où vont les choses elle va mourir) c'est tres bien le plus gros probleme en france c'est l'incompetence congenitale de nos politiques comme disait si nous leur donnions le sarah en moins de 5 ans ils nous feraient acheter du sable et en plus la memoire de poissons rouge des électeurs qui réélise des crapules. A bon entendeur je vous salue moi j'ai fais le choix de partir et je l'assume je sais ce que je perds et ce que je gagne.
Réponse de le 13/11/2013 à 2:42 :
Que de commentaires se travers et parfois agressifbet insultant. Oui tout est possible en france et la silicon valley n'est pas l'eldorado tput le monde n'a pas besoin de s'y installer. Le bon vire en france sa secu (profitez en au train où vont les choses elle va mourir) c'est tres bien le plus gros probleme en france c'est l'incompetence congenitale de nos politiques comme disait si nous leur donnions le sarah en moins de 5 ans ils nous feraient acheter du sable et en plus la memoire de poissons rouge des électeurs qui réélise des crapules. A bon entendeur je vous salue moi j'ai fais le choix de partir et je l'assume je sais ce que je perds et ce que je gagne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :