Numérique : 85% des "métiers du futur" n'existeraient pas encore

 |   |  637  mots
Un employé travaille à l'intérieur de la plante d'Alembic Pharmaceutical Limited à Halol, dans l'ouest du Gujarat, en Inde, le 14 juillet 2017.
Un employé travaille à l'intérieur de la plante d'Alembic Pharmaceutical Limited à Halol, dans l'ouest du Gujarat, en Inde, le 14 juillet 2017. (Crédits : REUTERS/Amit Dave)
L'Institut pour le futur et Dell ont publié, vendredi, un rapport qui met en lumière les profondes modifications que le passage à l'intelligence numérique cognitive va opérer sur l'économie du futur et sur le monde travail.

Quel sera l'avenir de nos emplois en 2030 ? Dès mars 2017, une vingtaine d'experts du numérique - aussi bien des universitaires que des professionnels - a été invitée par Dell et par l'Institut pour le futur (le centre de recherche de l'université d'Oxford, ndlr) à Palo Alto, en Californie. Ils se sont réunis pour des ateliers afin de prévoir les changements à venir pour le monde de l'entreprise et du travail. Les résultats de ces analyses sont impressionnants : 85% des emplois pour l'horizon 2030 n'existent pas aujourd'hui. La principale cause, selon l'étude, serait la future omniprésence du numérique et de la robotisation, bien plus efficace que l'homme - même pour des tâches intellectuelles -, ou encore le désintérêt grandissant pour certains secteurs moins attractifs.

D'après le groupe d'experts réunis en Californie, la transition numérique s'opère en trois étapes bien distinctes. La première étape, qui est la simple imitation de la pensée logique, serait déjà derrière nous. En revanche, d'ici quelques années, la naissance d'une véritable intelligence cognitive, capable d'imaginer des données et des solutions imparfaites, comme les humains, pourrait devenir une réalité. L'étude pousse la réflexion plus loin encore et prévoit même l'apparition de l'être humain virtuel d'ici 2030, ce qui constituerait la troisième étape de la révolution numérique.

Passer l'humain à la machine ?

Certains secteurs d'activité semblent d'ores et déjà gravement en danger. La transition s'annonce fulgurante car les bienfaits du numérique permettent aujourd'hui d'améliorer la productivité et le coût pour les entreprises. D'après une autre étude, parue en 2015 dans The Guardian, une robotisation pourrait en effet réduire le coût du travail d'un ouvrier jusqu'à 90%, lorsqu'en comparaison, une délocalisation permet d'économiser 65% seulement. Une menace pour les emplois des salariés ?

Le document cite également un sondage réalisé par Dell auprès de 4.000 personnes influentes dans le monde économique : la moitié d'entre eux n'a aucune idée de ce à quoi ressemblera leur entreprise dans trois ans, et 45% d'entre eux craignent que leur secteur d'activité devienne obsolète.

Autres limites, les incertitudes sur l'économie numérique, qui restent présentes. Mais aussi, l'absence totale de solutions face aux problèmes de protection de la vie privée, ou des conflits entre les organisations qu'elle pourrait engendrer.

Mais les auteurs du rapport pour Dell et l'Institut pour le Futur tempèrent les constats préoccupants avec une touche positive. Pour eux, la révolution numérique permettra aux individus de se passer des contraintes d'horaires, de travailler pour plusieurs organisations à la fois, ou encore de transcender les frontières. D'après le même rapport, le travail digital permettrait d'aller chercher les talents jusqu'aux régions les plus reculées du globe, que ce soit en Afrique subsaharienne ou au Tibet - bien qu'aucune précision ne soit apportée pour ces affirmations. Les inégalités pourraient être effacées à l'embauche grâce à l'absence de contact physique, sans révéler son sexe ou son origine.

Une plus grande pluralité des compétences ?

D'après les scientifiques, le principal enjeu pour l'Homme serait ainsi de se recentrer sur ce qu'il peut faire mieux que la machine."La capacité à acquérir un nouveau savoir vaudra plus que le savoir déjà appris", expliquent les auteurs du rapport Dell-Institut pour le Futur.

La pluralité des compétences deviendrait alors, encore plus nécessaire pour les métiers de demain que pour ceux d'aujourd'hui. Selon le Bureau du Travail américain, un étudiant serait passé par au moins huit emplois différents avant ses quarante ans. Par ailleurs, d'autres sont nomades et privilégient le travail en freelance, cumulant différentes missions et employeurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :