La Tribune

Virgin Mobile part à l'assaut des pros en misant sur deux réseaux

Sir Richard Branson lui-même assure la communication des nouvelles offres pros de Virgin Mobile en France sur les brochures de l'opérateur virtuel.
Sir Richard Branson lui-même assure la communication des nouvelles offres pros de Virgin Mobile en France sur les brochures de l'opérateur virtuel.
Delphine Cuny  |   -  580  mots
Opérateur virtuel à part, avec son propre cœur de réseau et un accord avec Orange et SFR, Virgin Mobile lance ses premières offres aux professionnels en proposant « en exclusivité mondiale » la fonction de changement de réseau.

« Deux réseaux valent mieux qu?un. » C?est le slogan choisi par Virgin Mobile pour le lancement de ses premières offres destinées aux professionnels. L?opérateur virtuel, qui dispose de son propre c?ur de réseau Ericsson et utilise les antennes d?Orange et de SFR, a décidé de mettre en avant une fonction « qui est une exclusivité mondiale » selon son directeur général, Pascal Rialland : le changement de réseau, sur demande et immédiat. Pour les clients se plaignant de « problèmes récurrents de réseau » sur le lieu de travail ou à domicile, « des conversations coupées ou de mauvaise qualité, des connexions Internet lentes », il suffit d?appeler le service client, sans changer de carte SIM, mais en redémarrant le téléphone généralement. « Nous avons déposé un brevet à l?INPI » indique le dirigeant. Virgin Mobile, qui a investi 30 millions d'euros pour se doter de son propre coeur de réseau, est en effet le seul à avoir un accord commercial de "full MVNO" (opérateur virtuel avec ses équipements de réseau, à la différence des acteurs achetant simplement des minutes en gros) avec deux opérateurs (NRJ Mobile n'a qu'un seul accord de ce type). En revanche, le basculement d'un opérateur à l'autre de manière dynamique, en temps réel, lui est interdit contractuellement.

Richard Branson comme ambassadeur auprès des entrepreneurs

Les offres sont par ailleurs assez classiques mais compétitives et conçues sur un modèle unique : à partir de 30 euros TTC sans téléphone et sans engagement, à 50 euros TTC avec smartphone subventionné et engagement de 24 mois pour appels et SMS illimités et 5 Go de données (voir le détail). Côté communication, c?est Richard Branson lui-même qui s?y colle. Le fondateur du groupe Virgin, encore actionnaire à hauteur de 45% de Virgin Mobile France aux côtés du britannique Carphone Warehouse (chaîne The Phone House), orne les brochures de la nouvelle gamme pro où il est abondamment cité : « parce que je sais ce qu?être entrepreneur veut dire, j?ai voulu que les forfaits Pro Virgin Mobile soient les plus simples et les plus performants possible. Eclatez-vous dans votre business, on s?occupe du reste. » Le MVNO ne va pas répondre aux appels d?offres des grands comptes : il vise une clientèle d?entrepreneurs, d?indépendants, d?artisans et commerçants, de professions libérales, « à l?image du fondateur Richard Branson, nous avons une légitimité pour nous adresser à cette clientèle très exigeante » affirme le directeur général. Un service clients dédié, « expert et prioritaire », une carte SIM de secours et du SAV express en cas de souci sont également compris. Pascal Rialland évalue le segment de marché qu?il vise à environ la moitié des 10 millions de lignes mobiles professionnelles. Son objectif est d?atteindre à terme une part de marché similaire à celle de Virgin Mobile dans le grand public, entre 3% et 5%. Avec 1,8 million de clients, le MVNO s?est fait largement dépassé par Free Mobile (5 millions) comme numéro quatre du marché mais il a bien résisté : il a fini l?année en solde positif sur les forfaits (+38.000 abonnés en net) mais perdu 236.000 clients aux cartes prépayées. Il a même amélioré son revenu moyen par abonné en 2012, notamment grâce à la terminaison d'appel (lire le communiqué des résultats).

Réagir