Immobilier de bureaux : les transactions chutent en Ile-de-France

 |   |  550  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le marché des bureaux en Ile-de-France a chuté lors du premier semestre 2013 de plus de 20%. Il faut dire que la demande s'affaisse et que les exigences des propriétaires se font de plus en plus fortes.

Morne, très morne premier semestre pour l'immobilier de bureaux en Ile-de-France. Le marché des bureaux a en effet poursuivi son repli au deuxième trimestre avec une baisse de 20% sur un an, selon le cabinet de conseil en immobilier DTZ, qui a fait preuve d'un "optimisme mesuré" en confirmant ses prévisions d'un volume de transactions de deux millions de mètres carrés en 2013.
Le volume de transactions a atteint 407.500 m² au deuxième trimestre, en baisse de 20% par rapport au même trimestre de l'année précédente, après un recul de 24% au premier trimestre à 393.500 m². L'année 2012 avait il est vrai été "tout à fait satisfaisante", avec un volume total de 2,4 millions de m2 placés.

Moins de demande en face d'exigences renforcées des propriétaires

Depuis le début de l'année, les commercialisations ont représenté un peu plus de 800.000m² contre un million sur la même période de 2012. "Force est de constater que le marché des bureaux franciliens s'installe dans une dynamique molle : moins de demandes côté utilisateurs, plus d'offres et des exigences plus fortes des propriétaires sur la solvabilité des candidats locataires", a commenté Magali Marton, directrice des études de DTZ, citée dans le communiqué de la société de conseils en immobilier d'entreprise.

Décrochage sur les petites surfaces

"Le marché s'est progressivement grippé. Pour autant, nous percevons sur le marché parisien les raisons d'un optimisme mesuré et confirmons notre pronostic d'un volume de transactions de 2 millions de m² pour l'année 2013", a-t-elle poursuivi. DTZ a constaté au deuxième trimestre un "décrochage du marché" essentiellement sur les surfaces supérieures à 5.000 m² ainsi que, "fait rarissime" selon la société de conseils, sur les petites surfaces.
"Le recul de la demande sur les petites surfaces est en prise directe avec une conjoncture dégradée et une attitude de plus en plus prudente des propriétaires qui demandent davantage de garanties, allongeant ainsi les délais de négociation", a relevé DTZ.

Le croissant Ouest de la région, seule exception

Sur les grandes surfaces, les mouvements ont été moins nombreux (12 transactions) et ont porté sur des superficies plus petites (environ 11.000 m²). DTZ a constaté que le croissant Ouest de la région était "le seul marché à échapper au ralentissement" grâce au bail pour 38.000 m² de bureaux signé par General Electric à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). En revanche, il a noté un repli de 3% dans le centre de Paris, de 4% à La Défense, une chute de 45% en deuxième couronne et de 51% en première couronne.
L'offre immédiate a légèrement augmenté (+1%) à 3,7 millions de m², avec un taux de vacance de 7,4% (entre 10% à 17% dans le centre de Paris). Les deux-tiers des livraisons d'immeubles neufs ou restructurés "sont venus gonfler le stock immédiat faute de locataire".
Du coup, les investisseurs et les promoteurs font preuve d'une "très grande prudence" dans le lancement de nouveaux projets avec seulement 300.000 m² mis en chantier au premier semestre contre 990.000 m² sur l'ensemble de 2012.
 

>> Pour aller plus loin:

>> Consultez les dernières annonces immobilières

>> Trouvez des locaux pour développer votre activité

>> Découvrez le prix de l'immobilier dans votre rue

>> Réalisez votre diagnostic immobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2013 à 21:16 :
et dire qu'a un agent m'a proposé un placement dans l'immobilier professionnel. il m'a dit que c'est génial et le 93 est le nouvel créneau de l'immobilier pro pour bureaux et commerce.
pour lui, l'immo résidentiel est mort et il n'y croit pas. cet article tombe à pic pour moi qui n'était pas convincu et je cherchais une excuse pour l'envoyer balader...Bonne Analyse et merci de parler des différents paramétres de ce marché inconnu.
a écrit le 08/07/2013 à 16:10 :
A force de construire plus de m2 professionnel au lieu de m2 à vivre il ne faut pas s'étonner...
Juste retour de bâton...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :