Annonce immobilière raciste : le parquet de Nanterre ouvre une enquête

 |   |  390  mots
Voici la fameuse partie consignes de visite en cause dans l'affaire.
Voici la fameuse partie "consignes de visite" en cause dans l'affaire. (Crédits : capture d'écran twitter)
On était sans nouvelles de cette affaire qui avait fait grand bruit à la fin de l'année 2016 : une fiche technique d'annonce immobilière ouvertement raciste avait été imprimée par une agence immobilière, avant d'être relayée par un internaute. Le parquet de Nanterre vient d'annoncer qu'une enquête avait été lancée...

"Nationalité française obligatoire, pas de noir". C'est cette phrase, présente sur la fiche technique d'une annonce immobilière, que le scandale est arrivé. Cette mention discriminatoire avait été partagée par un internaute fin novembre, avant d'être relayée par France Info le 27 décembre 2016. Dans la foulée, le Défenseur des droits s'était auto-saisi et des associations de lutte contre les discriminations avaient porté plainte. Enfin, depuis le 20 janvier 2017, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête préliminaire.

Lire aussi : Annonce immobilière raciste : l'arbre qui cache Laforêt ?

Cette enquête fait suite à la plainte déposée par l'association Maison des potes-Maison de l'Egalité visant l'agence immobilière Laforêt et la propriétaire de l'appartement situé à Levallois-Perret. L'agence et la propriétaire s'étaient renvoyés la faute par médias interposés. Le responsable de l'agence Laforêt des Lilas avait déclaré que l'aspect incontestablement discriminatoire de la fiche venait d'une "injonction de la propriétaire qui est raciste". De l'autre côté, la propriétaire renvoie la faute sur l'agence immobilière en déclarant n'être "absolument pas raciste" et ne pas pratiquer de discrimination car elle avait "trois locataires maghrébins dans cet immeuble et une locataire noire".

L'agence suspendue depuis fin décembre

Le réseau d'agence immobilière Laforêt n'avait de son côté pas attendu de savoir à qui revenait la faute avant de décider de suspendre le contrat de franchise qui la liait avec l'agence située aux Lilas. Cette décision avait eu lieu le 28 décembre dernier. Car, au final, peu importe de qui provienne une telle demande, le problème réside dans le fait qu'une fiche technique pour une annonce immobilière puisse comporter les mots suivants : "ATTENTION IMPORTANT POUR LA SÉLECTION DES LOCATAIRES : Nationalité française obligatoire, pas de noir. Immeuble avec des policiers uniquement."

Outre l'auto-saisine du Défenseur des Droits et les différentes actions en justice intentées par les associations, la mairie de Paris avait également tenu à signer une charte visant à "enrayer les pratiques discriminatoires dans l'accès au logement privé" avec les grands réseaux d'agences immobilières. Reste désormais à savoir ce qu'il adviendra de l'enquête démarrée par le parquet de Nanterre.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2017 à 8:06 :
Sans cet internaute délateur les "assos " procédurières n'y auraient vu que du bleu !
Réponse de le 14/02/2017 à 8:55 :
@Harry Covert
"Sans cet internaute délateur les "assos " procédurières n'y auraient vu que du bleu !"
La prochaine fois que je vous verrai vous faire tabasser et dépouiller dans la rue par des malfrats, je ferai en sorte de passer mon chemin et ne surtout pas appeler la Police, moi aussi je ne suis ni un "délateur", ni un "procédurier", nanméoh!
a écrit le 10/02/2017 à 20:12 :
Il y a tout de même une légère contradiction : ils sont spécialistes en dispersion de foules, et ils se rassemblent. C'était pas "noir", c'est une faute de frappe : c'était "pas de grippe aviaire", que le gars a voulu noter.
a écrit le 10/02/2017 à 20:04 :
Been.. je veux pas faire mon raciste, mais même franco-blanc-plus-tu-meurs, un immeuble comme ça, j'éviterai...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :