Île-de-France : 4.000 nouveaux retraités en attente de leurs pensions

 |   |  551  mots
D'après le ministère, le délai moyen de traitement des dossiers, d'ordinaire de 90 jours, s'est dégradé ces derniers mois.
D'après le ministère, le délai moyen de traitement des dossiers, d'ordinaire de 90 jours, s'est dégradé ces derniers mois. (Crédits : Rebecca Naden)
La caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) d'Ile-de-France peine à traiter tous les dossiers de demande de retraite qu''elle reçoit, ce qui entraîne un retard de versements des pensions pour 4.400 personnes.

Plus de 4.000 nouveaux retraités sont touchés par des retards de versement de leur pension en Île-de-France, selon des chiffres communiqués jeudi par le ministère des Solidarité. Ces retards seraient dus, selon les syndicats, au manque de moyens alloués au traitement des dossiers.

La Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) d'Ile de France "accuse un retard d'à peu près 4.400 dossiers au 31 juillet" a indiqué le ministère à l'AFP. "Pour le mois de juin payable début juillet, c'est 11,7% des droits qui n'ont pas pu être payés à l'échéance", a-t-on ajouté de même source. L'essentiel de ces dossiers sont "régularisés le mois suivant", sauf s'il manque des pièces justificatives ou si les dossiers ont "été déposés moins de trois mois avant le départ en retraite", précise le ministère.

Mercredi, la CGT s'était inquiétée dans L'Humanité de l'accumulation des retards en Île-de-France, faisant état de 20.000 dossiers "en attente de contrôle". Contesté par la direction de la Cnav, ce chiffre comprend à la fois les dossiers avec "des points de départ [à la retraite] dépassés" et ceux avec "un point de départ proche", avec des retards de paiement avérés ou des risques de retard, explique à l'AFP Alexandre Tétard, délégué CGT.

113 jours pour traiter un dossier

D'après le ministère, le délai moyen de traitement des dossiers, d'ordinaire de 90 jours, s'est dégradé ces derniers mois : il était de 107 jours en avril à 113 en juillet, avec un pic à 115 en mai. En cause, selon la Cnav, une meilleure anticipation des usagers pour leurs départs en retraite mais aussi une "inquiétude vis-à-vis des réformes" prévues, notamment en période électorale.

Des explications qui ne tiennent pas, selon Alexandre Tétard. "Tous les trois, quatre ans, on a une réduction d'à peu près 10% de nos effectifs", dénonce-t-il, pointant un "problème de moyens", tout comme l'Unsa.

Le ministère souligne de son côté les "mesures prises" pour améliorer les conditions de versement des pensions de retraite :

  • recours à "l'entraide entre les caisses régionales",
  • embauches de CDD
  • liquidations provisoires (versement d'une pension sans calcul des droits dans le détail, dans l'attente d'un réajustement ultérieur) pour les personnes en détresse financière.

Un droit opposable à la retraite est en vigueur depuis septembre 2015 : les retraités peuvent bénéficier d'un versement garanti le mois suivant leur départ s'ils ont déposé un dossier complet au moins quatre mois avant. Une mesure prise à la suite des lourds retards observés pour plusieurs milliers de nouveaux retraités de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon en 2014, parfois sans ressources pendant des mois.

"On n'en est pas encore là", concède Alexandre Tétard. "C'est pour ça qu'on tire la sonnette d'alarme", ajoute-t-il. "La situation n'est pas inquiétante pour les assurés mais elle est extrêmement tendue", déclare de son côté le président du conseil d'administration de la Cnav, Gérard Rivière (FO), évoquant notamment un "pic générationnel". D'autres caisses sont concernées, comme en Normandie "il y a quelques semaines".

>> Lire aussi Une application pour tout savoir sur sa retraite

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2017 à 19:10 :
Une simple gestion bien élaborée par informatique suffirait à traiter les dossiers sans erreur
a écrit le 15/08/2017 à 15:05 :
Il faut moins de fonctionnaires ! Ah ben, non, raboter partout pareil, c'est d'une facilité folle mais bancale. Ça évite de choisir où il en faut, et où y en a plus besoin du tout.
Avec la carrière enregistrée, les cotisations versées, simulation de la vie de travailleur en cours, ça ne pourra pas se faire d'un clic la demande ? Quitte à avoir une semaine de délai ensuite (transmission à la vitesse de la lumière aux organismes concernés).
L'administration 2.0 est-celle en route ? Non, en panne. :-) Il faut que ça change.
Il vaut mieux prévoir 6 mois ? Même dans les zones non saturées, c'est plus sûr.
Réponse de le 16/08/2017 à 13:29 :
Les employés des caisses de retraite ne sont pas des fonctionnaires!
C'est une gestion privée. Ceci explique cela.
a écrit le 14/08/2017 à 14:06 :
C est normal macron n aime pas les retraitees m ais Brigitte elle n est pas ala retraites notre premier poule ?
a écrit le 13/08/2017 à 18:15 :
2 mois pour la CAF pour traiter un dossier (APL, ARS, etc.), 2 mois pour la sécu. Si tous les documents ont été réunis, bien sûr!

Pareil pour toutes les bureaucraties françaises!
a écrit le 13/08/2017 à 10:40 :
Ça va moins vite pour payer les retraies que pour voter la loi travail!!!!
a écrit le 13/08/2017 à 10:30 :
Soyez rassuré, concernant les migrants, tout se passe bien. Ils n ont pas d existence légale sur le sol francais, n ont jamais cotisé à rien mais il n y a pas de probleme d effectifs pour s occuper d eux....
Réponse de le 16/08/2017 à 13:32 :
commentaire fasciste qui va à l'encontre de la réalité!
a écrit le 13/08/2017 à 9:39 :
pas de panique , Mrs Tètard et Rivière touchent leurs émoluments sans aucun retard !
a écrit le 13/08/2017 à 8:37 :
L administration et tous ces fonctionnaires nous coutent une fortune pour un resultat catastrophique. Il faut laisser les citoyens qui ne veulent plus de ce systeme en sortir. Si il etait bon nous ne serions pas obliges d y adherer par la loi. CQFD
Réponse de le 16/08/2017 à 13:33 :
encore une fois, il n'y a pas de fonctionnaires dans les caisses de retraites.
Elles sont privées!
a écrit le 12/08/2017 à 22:33 :
Sarkozy et Hollande ont terminé de faire les poches de l'état. Maintenant, il ne reste plus aux nouveaux retraités qu'à retourner travailler ou alors remplir 10kg de CERFA et manger dans les poubelles jusqu'à que l'administration passe ses ordinateurs à Windows 95.
De toute façon, retraite ou pas, ce sera l'euthanasie fiscale.
a écrit le 12/08/2017 à 14:55 :
Si des retraités auraient des retards de paiements, existe-t-il une forme d'assurance pour obtenir comme un remboursement de 40 ans d'impôts à l'intérêt légal ou une notation des cv ?
a écrit le 12/08/2017 à 13:34 :
Qu'on arrête de tourner en rond, il faudrait une publication officielle des comptes publics en 2012 et des comptes publics à la date d'aujourd'hui
Et les montants manquants : faire une enquête et exiger le remboursement.
a écrit le 12/08/2017 à 11:27 :
Couper les vivres aux retraités permettrai de saisir leur bien, voir de les rendre vulnérables aux usuriers. Une pierre, deux coup !
Réponse de le 16/08/2017 à 14:51 :
Primates ?
a écrit le 12/08/2017 à 9:52 :
Vous l Aves vous lus macron leS retraitees sonts avertis à l'avance de la csg 1.7 % macron fait pas des cadeaux aux petites classe ils nia que pour les riches et les travailleurs en activité
Réponse de le 14/08/2017 à 8:15 :
Les travailleurs en activités financent par les impôts divers aides pour les " petites classes " ...
Mais a quoi cela sert il ?

L'éducation national est paraît il gratuite , c'est certainement pour cette raison que vous avez du éviter d'y aller .
Pour vous il n'y avait pas d'argent à prendre !!!
a écrit le 12/08/2017 à 8:00 :
Et personne ne parle des problèmes de survie des retraités qui ont perdu leur conjoint, et qui doivent attendre des mois que leur situation soit réglée. Par contre, pour accorder des subventions à des entreprises dont les actionnaires sont déjà richissimes, pas de problèmes...
a écrit le 11/08/2017 à 19:39 :
Un peu de patience, en janvier Macron va diminuer leurs pensions de la CSG soit 1,7 % par mois.(non déductible de l'IR)
Réponse de le 12/08/2017 à 0:38 :
@BA: tu es optimiste. Personnellement, je prévois que la matraquage sera supérieur au 1,7% de CSG et qu'il ne portera pas uniquement sur les retraités :-)
a écrit le 11/08/2017 à 18:28 :
Les Impôts ne traînent pas des pieds comme ça, ils essaient de tester ceux qui abandonnerai leurs droits... au cas ou.
Perso aucune illusion, il n'y aura plus de retraite passé 2025, la solution est d'aller vivre dans un pays à bas coût si nos billes ne sont pas confisquer avant de partir.
Pour ceux qui argue en France le meilleur système de soins, oui pour les émirs, pour les autres c'est des files d'attentes interminables, un personnel crevé et exécrable, des soins pas mieux qu'ailleurs.Le meilleur système de santé est un mythe.
Réponse de le 12/08/2017 à 21:35 :
N'allez surtout pas en grande Bretagne, vous parlez de files d'attente en France (vous les avez vécues ou c'est un marronnier ?), la bas les délais sont pharaoniques (pour ça qu'ils traversent le "chanel").
Au Portugal, c'est beau, chaud, pas cher sauf le carburant mais il ne faut être trop malade (tout coûte, dépenses = à la pointe, moins de charges, moins "performant")

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :