Le FMI s'en prend aux fonctionnaires portugais

 |   |  749  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Sollicités par le gouvernement , le FMI et la Banque mondiale auraient inspiré la "réforme de l'Etat" présentée par le Premier ministre Pedro Passos Coelho en octobre. Selon la presse portugaise, le FMI aurait recommandé au Portugal de diminuer le nombre de ses fonctionnaires, tout en réduisant leurs salaires et leurs retraites. Ironie du sort, le 3 janvier dernier, des économistes du FMI ont reconnu que l'institution n'avait pas prévu que les politiques d'austérité menées en Europe auraient un tel impact négatif sur la croissance.

Après les fonctionnaires grecs, les fonctionnaires portugais... A en croire la presse lusitanienne, le Fonds monétaire international (FMI) aurait recommandé au Portugal, sous assistance financière, de diminuer le nombre de ses fonctionnaires, tout en réduisant leurs salaires et leurs retraites, le but étant de réaliser des économies chiffrées à 4 milliards d'euros. 

Réforme de l'Etat

Sollicités par le gouvernement, le FMI et la Banque mondiale auraient ainsi inspiré la grande "réforme de l'Etat" présentée par le Premier ministre de centre-droit, Pedro Passos Coelho en octobre dernier. Ce dernier avait alors expliqué vouloir réduire les dépenses publiques de 4 milliards d'euros en deux ans (2013-2014).

Dans son rapport, élaboré avec la Banque mondiale et la Commission européenne, le FMI recommande notamment de réduire de 20% le nombre des quelque 700.000 fonctionnaires portugais, ce qui devrait permettre d'économiser 2,7 milliards d'euros tandis qu'une diminution de 7% de leurs salaires aboutirait à des économies de 760 millions d'euros. Le FMI propose également d'augmenter l'âge de départ à la retraite et de donner au gouvernement la possibilité de revoir le montant des pensions en fonction des nécessités budgétaires. Le Portugal bénéficie d'un plan de sauvetage international de 78 milliards d'euros, accordé pour trois ans en mai 2011 par le FMI et l'Union européenne.

Critiques

Les propositions ont aussitôt provoqué un flot de critiques, en particulier des syndicats, et le gouvernement s'est empressé d'affirmer qu'il s'agissait "de suggestions et non pas de décisions". "C'est une attaque sans précédent" contre les fonctions sociales de l'Etat, a estimé notamment Arménio Carlos, chef de la CGTP, le principal syndicat. "Les conclusions du rapport sont absolument inacceptables", a renchéri Joao Proença, secrétaire général de l'UGT, deuxième confédération du pays.

Un système de protection sociale "trop dispendieux"

D'une manière générale, selon le FMI, le système de protection sociale portugais est "trop dispendieux" tandis que les allocations chômage sont "trop élevées" et accordées pendant "trop longtemps". Les propositions du FMI interviennent alors que le gouvernement a déjà mis en oeuvre de strictes mesures d'austérité, très impopulaires, avec pour objectif de ramener le déficit budgétaire à 5% en 2012 et à 4,5% en 2013.

Le gouvernement a ainsi mis au point pour cette année un budget d'une rigueur sans précédent afin de réaliser des économies de 5,3 milliards d'euros financées à 80% par des hausses d'impôts. Ce budget a déjà donné lieu à une vague de protestations tandis que le président conservateur Anibal Cavaco Silva et l'opposition de gauche ont saisi la Cour constitutionnelle pour qu'elle se prononce sur la légalité de certaines de ses dispositions.

Le FMI reconnaît que les politiques d'austérité ont un effet récessif plus important que prévu

Ironie du sort, le 3 janvier dernier, l'économiste en chef du FMI Olivier Blanchard et un autre économiste Daniel Leigh ont publié un article sur le site du FMI (dans une partie du site où les articles ne reflètent pas forcément les positions officielles de l'institution) dans lequel ils écrivent que l'institution n'avait pas prévu que les politiques d'austérité menées en Europe auraient un tel impact négatif sur la croissance. «Nous démontrons que, dans les économies développées, une plus forte consolidation fiscale est allée de concert avec une croissance plus faible que prévu, écrivent-ils. Une explication naturelle est que les multiplicateurs fiscaux étaient nettement plus haut que ce que les prévisions estimaient implicitement.» En cause, le calcul du multiplicateur, c'est-à-dire du coefficient reliant l'évolution des dépenses publiques (ou des impôts) au taux de croissance de l'économie. Le sujet n'est pas nouveau. En octobre dernier, le FMI s'était livré à une étude de l'impact des politiques de consolidation budgétaire et avait esquissé un mea culpa, reconnaissant que l'austérité réduisait plus fortement que prévu l'activité économique, et donc les rentrées fiscales, provoquant en fait un creusement du déficit.

Le Portugal, bon élève aux yeux du FMI

Le week-end dernier, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire portugais Expresso et publié ce samedi, la directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI) Christine Lagarde s'était dit "très confiante" concernant l'exécution du programme de réformes lancé en mai 2011 en échange d'une aide financière internationale.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2013 à 10:47 :
"diminuer le nombre de ses fonctionnaires, tout en réduisant leurs salaires et leurs retraites." Voilà une phrase que devrait s?inspirer Hollande et son gouvernement maintenant que la France est en récession avant de plonger comme la Grèce...
Réponse de le 10/01/2013 à 11:03 :
@raslebol, c'est vrai que cette solution à l'air de très bien marchée là où elle est appliquée MDR
a écrit le 10/01/2013 à 9:08 :
C'est la guerre des nouveaux fonctionnaires apatrides face aux fonctionnaires nationaux ou si vous préferez, c'est la guerre des nouveaux fonctionnaires internationnaux face aux fonctionnaires patriotes; en résumé... ils veulent le pouvoir mondial!
a écrit le 10/01/2013 à 0:06 :
Ces raclures du FMI viennent de découvrir que, peut être, derrière certains chiffres se cachaient des vrais personnes avec de vrais sentiments. Et que, peut être, pour ces mêmes personnes le fait de devoir vivre dans la crainte de ne plus subvenir au besoin de leurs foyers, de perdre leurs emplois, de vivre dans un pays qui flirt avec la faillite et de comprendre que l'avenir de la génération Y et de la suivante ne se passerait, peut être, pas comme prévu, est un coefficient autrement plus élevé que "-1 d'austérité = -1 de ralentissement". Personnellement, j'ai déjà commencé à affûter ma fourche.
a écrit le 10/01/2013 à 0:01 :
Il y a deux austérités possibles : augmenter les impôt ou diminuer les dépenses publiques. La première provoque une récession en diminuant brutalement la demande. La seconde ne provoque de récession que lorsque les dépenses publiques très élevées ne peuvent être substituées par la demande privée notamment lorsque l'investissement est découragé. Le FMI ne pouvait prévoir que FH ferait la double faute pour la France, qui a un poids certain dans l'économie européenne.
Réponse de le 10/01/2013 à 11:02 :
@austérité, ne diminuer que les dépenses publiques entraine aussi une baisse d'activité économique, c'est autant de salaire dépensés et d'infrastructures qui ne seront pas réalisés, dans les deux cas l'austérité ralentie l'économie et donc les recettes.
a écrit le 09/01/2013 à 21:48 :
Ah Mme LAGARDE, § gardez vous de commenter. Vous vivez dans les modèles théoriques et reccomandez aux français de faire du vélo pour épargner pendant que vous même faisiez le tour du monde des capitales pour présenter votre candidature aux pays les plus puissants du G8 et du G20...Voilà le résultat de vos modèles macro-économiques qui ne peuvent fonctinner que dans vos bureaux capitonnés, ou tout est calme et volupté...luxe et ordre, mais sans Beauté, aucune.
a écrit le 09/01/2013 à 20:11 :
En gros ils ont tous les avis différents au FMI : le Portugal est un bon éleve mais ils ne taillent pas suffisamment dans les dépenses, ce qui est finalement plus négatif que prévu.
Merci pour votre multi-analyse le FMI !
a écrit le 09/01/2013 à 20:06 :
On va regretter Strauskhan...il était compétent lui ....austérité,,plus austérité, austérité ils sont armaphrodites
au FMI .
a écrit le 09/01/2013 à 20:03 :
les pays qui produisent des fonctionnaires ' pour qu'il y ait moins de chomage' sont morts.... et le lean dans l'administration c'est la greve assuree, la solution? payer les fonctionnaires avec des reconnaissance de dette au lieu de les payer sonnant et trebuchant... dans les deux cas tt le monde est gagnant, sauf les gauchos se plaignent de ne pouvoir prendre leur concitoyens en otage..... c'est ce qui va se passer
a écrit le 09/01/2013 à 19:33 :
Il va VRAIMENT falloir virer le FMI hors de la Zone Euro. Qu'ils aillent "aider" l'Angleterre comme en 93 quand elle s'est faite attaquée par Soros. Cela leur a au moins permis de renforcer la City.
a écrit le 09/01/2013 à 19:03 :
Et certains voulaient nous faire croire sue la réduction de la dépense publique génèrerait de la croissance !! L'histoire et l'expérience montre que c'était un dogme crétin.
Réponse de le 09/01/2013 à 20:25 :
C'est avec un raisonnement comme le votre que l'on est arrivés à des situations de surendettement des Etats. Vraiment déplorable !
Réponse de le 09/01/2013 à 21:26 :
économiser réduit la dépendance et évite l´esclavage. Marx avait déjà étudié le sujet (l´argentine est le dernier cas bien étudiable: ils sont à la merci des esclavagistes qui leur avaient prêtés de l´argent.. pour mieux les contrôler).
On ne vit pas mieux tout de suite en économisant: seulement à moyen/lon terme.
Réponse de le 09/01/2013 à 23:13 :
Mais la France aussi a les pieds et mains liées donc à la merci et au bon vouloir de la finance. A ce train là toute l'Europe sera sous tutelle et elle regarde les trains passés. Les produits chinois ne sont pas taxés tandis que les produits Européens et Français sont taxés entre 30 et 40 % lorsqu'ils arrivent en Chine...continuons
Réponse de le 10/01/2013 à 11:30 :
L'UE est déjà sous tutelle ....américaine. Tapez UPR dans google et vous comprendrez.
a écrit le 09/01/2013 à 18:46 :
ne vous inquiétez pas bientôt le FMI s'en prendra aussi aux fonctionnaires et retraités de la Fonction publique..!!! allez le changement c'est maintenant..!! :)))
Réponse de le 09/01/2013 à 21:14 :
nous allons y passer .. PAS DROLE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :