Un Français sur dix est en difficulté face à l'écrit

 |   |  622  mots
Les situations préoccupantes diminuent lorsque le niveau d'étude s'élève.
Les situations préoccupantes diminuent lorsque le niveau d'étude s'élève. (Crédits : REUTERS)
Les situations "très préoccupantes" face à l'écrit sont surtout liées au niveau d'études, à une scolarisation effectuée à l'étranger ainsi qu'à un éloignement prolongé du marché du travail, explique une étude récente de l'Insee.

Les graves difficultés à l'écrit qu'éprouvent 11% des adultes français dépendent surtout d'un faible niveau d'études ainsi que de leur scolarisation effectuée à l'étranger. Un chômage prolongé est aussi souvent lié à ces problèmes, analyse l'Insee dans une étude publiée en novembre.

Des échantillons représentatifs de la population entre 16 et 65 ans de cinq régions (Haute-Normandie, Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Provence-Alpes-Côte d'Azur) ont été soumis en 2011 à des « exercices » reprenant des situations de la vie quotidienne, afin de mesurer leurs capacités de lecture, d'écriture et de compréhension d'un texte. Une personnes sur dix a rencontré des difficultés « préoccupantes ». Mais deux individus sur dix ont très bien réussi les exercices, y compris les plus complexes.

Un faible niveau d'études et une scolarisation à l'étranger sont des facteurs importants et parfois liés

Dans toutes les cinq régions, les situations préoccupantes diminuent lorsque le niveau d'études s'élève.

« Par rapport aux personnes scolarisées jusqu'au secondaire, les personnes disposant d'un niveau d'études supérieures ont sept fois moins de risque de se trouver en situation préoccupante, contre quatre fois plus pour les personnes sorties du système scolaire au niveau du primaire », précise l'Insee.

Au niveau national, le fait d'avoir été scolarisé à l'étranger semble aussi influer très fortement sur la probabilité d'être en situation préoccupante à l'écrit, d'autant plus lorsque la langue de scolarisation n'a pas été le français. Les deux facteurs peuvent d'ailleurs être liés, remarque l'analyse, de nombreuses personnes scolarisées à l'étranger ayant un faible niveau d'études.

En Ile-de-France l'immigration récente explique une partie des difficultés

Il existe néanmoins des variables régionales. En Ile-de-France, notamment, deux tiers personnes en situation préoccupante à l'écrit n'ont pas été scolarisées en France : deux fois plus que pour l'ensemble des gens vivant en métropole. Dans le Nord-Pas-de-Calais, c'est l'inverse : la plupart des individus en difficulté ont fait leurs études dans l'Hexagone.

« Cela peut être dû au fait que les Franciliens nés à l'étranger sont arrivés en France plus récemment, en moyenne, que les Nordistes nés à l'étranger », suggère l'Insee.

A l'inverse, l'Ile-de-France est aussi la région qui compte la proportion la plus importante de personnes déclarant avoir un niveau d'études supérieures (44%), ce qui explique que 26% des Franciliens soient très à l'aise à l'écrit (contre 16% des Nordistes).

L'éloignement du marché de l'emploi compte plus que l'âge ou le sexe

Si le fait de résider dans le Nord-Pas-de-Calais et dans le Paca semble à première vue faire croître la probabilité de se retrouver en situation préoccupante à l'écrit, cette différence disparaît dès lors que l'on prend en compte le taux de chômage régional.

« Un éloignement prolongé du marché du travail peut agir à la fois comme une cause et une conséquence sur les difficultés à l'écrit », explique l'Insee.

L'institut évoque néanmoins aussi l'usage plus fréquent des langues régionales au cours de l'enfance dans ces régions.

L'âge est le sexe sont en revanche très peu déterminants. En France métropolitaine, l'écart entre hommes et femmes en difficulté face à l'écrit n'est que de 2% en défaveur des premiers. Et si partout les plus jeunes ont moins souvent de difficultés que les plus âgés, c'est encore l'accès aux études supérieures qui explique cette différence. L'Ile-de-France est la seule région où le risque de difficultés à l'écrit est accru pour les moins de 30 ans indépendamment d'autres facteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2013 à 19:48 :
@lbrunel: 1) on constate une baisse du niveau dans tous les pays de l'OCDE et 2) savoir jouer à la Nintendo et envoyer des SMS à tout va est certes quelque chose que nos grands pères ne faisaient pas, mais franchement, en quoi est-ce que cela fait avancer l'économie. Il nous faut des créateurs, pas des bac +2 qui ne savent ni lire, ni écrire !!!
Réponse de le 02/12/2013 à 14:08 :
J'ai cité une étude de l'OCDE, consultable en ligne, au cours de laquelle 166000 adultes de 16 a 65 ans ont été testés dans 24 pays. C'est à ma connaissance la seule étude internationale sur le sujet, et elle met en évidence de plus grandes difficultés en lecture, écriture et calcul chez les sujets les plus âgés, en France comme ailleurs. Vous affirmez le contraire en disant : "on" constate. Citez vos sources.
a écrit le 01/12/2013 à 8:19 :
Avant de nationaliser français les gens, ils faudrait leur faire un examen de français et d histoire de France et leur faire signer un papier qu ils comprennent en français afin qu ils s adaptent a notre pays et pas l inverse!! Au plus on nationalise des analphabètes au plus nos statistiques iront décroissantes. De plus l enseignement est excellent en France, mais il suffit d avoir 2-3 petits caïds dans une classe pour qu un prof ne puisse plus correctement donner cours! Il est temps du changement en France.
a écrit le 01/12/2013 à 8:19 :
Sans doute un manque d'effectif au sein de l'éducation nationale, peut être aussi un manque de moyens ? j'ironise bien entendu. Fort est de constater que depuis la mise en place de la méthode globale pour l'apprentissage de la lecture, les difficultés en lecture et orthographe non fait que progresser mais notre bonne éducation nationale s'obstine à tel point que les parents se charge d'apprendre à leurs enfants en reprenant des méthodes traditionnelle, aidés par des livres aux méthodes traditionnelles.
a écrit le 01/12/2013 à 0:47 :
@lbrunel: j'ai comme l'impression que tu mélanges les oranges et les patates :-) Dans le temps, les gens s'arrêtaient souvent au certificat d'études pour des raisons économiques (on avait pas les moyens d'entretenir les bouches inutiles). Je crois que jusqu'aux années 80, seuls environ 15 à 20 % avaient le bac. Avec les lois Jospin, c'est pratiquement tout le monde qu'il l'a :-). La grosse différence demeurant quand même que l'épicier faisait ses additions avec le crayon sur l'oreille sans se tromper et que généralement les gens avaient de la jugeotte liée à l'instinct de survie et à l'expérience de la vie, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui :-)
Réponse de le 01/12/2013 à 10:17 :
Désolé si vous l'avez mal pris et tout-à-fait d'accord : l'élévation du niveau général est lié à l'augmentation de la durée des études, dans tous les pays développés. Je ne voulais surtout pas établir un classement d'intelligence entre jeunes et vieux. Mais le fait est là quand même : le niveau monte, y compris en lecture, écriture et calcul ; et il rejoint même la moyenne de l'OCDE alors qu'il partait apparemment de plus bas. Je répondais donc à tous les commentateurs qui se désolent des résultats supposés catastrophiques de l'école française. Ils sont tous hors-sujet.
a écrit le 30/11/2013 à 19:49 :
Y'a qu'a écrir en verlan , simmple , efficasse , conpreansible , c'est klair !!! L'écrit , ça sert à quoi , o fait ? Tout le mond san fou !!!
a écrit le 30/11/2013 à 14:52 :
Les difficultés de l'écrit concernent en réalité 9 sur 10 !
a écrit le 30/11/2013 à 12:21 :
Tout à fait normal ! Vu la qualité des enseignants actuels ! Zéro pour les langues, niveau Dora, les math c'est pas mieux et que dire de l'histoire !!!! En 4éme on apprend l'histoire de l'islam avant celle de Jeanne D'arc !!! Plus les gamins seront largués, mieux on pourra les plumés comme nous !!!!
PS : pardon pour les fautes éventuelles ! Eh oui, moi aussi la qualité m'a fait défaut !
Réponse de le 30/11/2013 à 14:25 :
Pourquoi opposer l histoire du monde arabo-musulman et celle de Jeanne D arc et la guerre de cent ans? les deux méritent d etre appris.
Réponse de le 30/11/2013 à 15:35 :
¨Croyez vous qu'en Centrafrique ils apprennent notre histoire ?
Réponse de le 30/11/2013 à 18:49 :
Thelma, vous devez faire partie de ces gens qui éprouvent des difficultés devant un texte écrit : l'étude citée dans l'article porte sur les 16-65 ans. Alors expliquez-nous comment la qualité des enseignants actuels pourrait être la cause des problèmes de lecture-écriture de gens de 65 ans ! Je vais même en rajouter une couche par rapport à ce qui est écrit dans l'article : la proportion d'illettrés au sein de la population française augmente avec l'âge ; cette proportion est à peu près égale à la moyenne des pays développés en ce qui concerne les jeunes mais nettement inférieure pour les sujets plus âgés (source OCDE).
Réponse de le 30/11/2013 à 21:47 :
Je suis impressionné ! D'où vient le problème et quelle est la solution ???
Réponse de le 30/11/2013 à 23:29 :
Pour commencer je corrige ce que j'écrivais : la proportion d'illettrés chez les Français de 45 à 65 ans est bien plus élevée que la moyenne de l'OCDE (c'est le niveau qui est inférieur). Vous trouverez un très bon résumé de l'étude dans Le Monde du 15 octobre dernier (avec un lien vers le site de l'OCDE). Concernant l'origine du problème, je serais tenté de chercher du côté de l'élitisme a la française, qui laisse trop d'élèves sur le bord du chemin. Côté solution, je suis séduit par le modèle égalitaire finlandais ; mais si vous avez d'autres explications-solutions, je suis preneur.
Réponse de le 01/12/2013 à 13:13 :
Hein ????????? Vous pouvez décoder ????????
Réponse de le 01/12/2013 à 18:17 :
Décodage : le niveau monte ; les jeunes ont moins de difficultés que les vieux en lecture-écriture. Le niveau monte plus vite en France que dans les 23 autres pays étudiés par l'OCDE. Pour progresser encore, je propose une piste : pour le moment l'école française fonctionne comme une trieuse, avec les enfants de ministres qui sont orientés vers l'ENA et les enfants d'ouvriers qui sont orientés vers Pôle Emploi. Personnellement je préfère ce qui se fait en Finlande : pas de sélection précoce, pas de redoublement, pas de compétition ; juste du soutien individuel pour que tout le monde suive. Ça donne d'excellents résultats, mais si on veut faire ça en France, on aura 1 million de personnes dans les rues pour protester (et je ne parle pas des professeurs).
a écrit le 30/11/2013 à 11:29 :
Attention !!!! Il y a Français et Français. Il est clair que les nouveaux "Français" ont plus de difficulté.
a écrit le 30/11/2013 à 9:20 :
Les difficultés à l'écrit sont assez générales et ne concernent pas que cette population. Ainsi en France on valorise le management général, la culture powerpoint et le mail de type SMS. Les cadres supérieurs qui continuent réellement de produire (en utilisant davantage word et en rédigeant des idées construites) sont face à un plafond de verre. Pour progresser ils doivent partir (aux US, en UK, en Allemagne,...qui sont des pays qui reconnaissent l'expertise).
a écrit le 30/11/2013 à 8:20 :
il suffit de voir l'emploi du temps du cp au cm2 pour comprendre que tout est base sur le sport et une sois disant culture en gros les loisirs mais pas le travail les cours sont faits mais sans exercice d'application
Réponse de le 30/11/2013 à 18:51 :
Vous aussi, vous êtes hors-sujet (voir ma réponse à Thelma ci-dessus).
a écrit le 29/11/2013 à 21:06 :
le Francais fastoche à l'écriture , nous on a connu peu problème , mais comme voyez sa sarrange
a écrit le 29/11/2013 à 20:03 :
"scolarisation effectuée à l'étranger". Bravo pour le parti pris... Parler et s'imprégner d'autres coutumes ne signifie PAS abandonner sa culture d'origine ! Par contre, il serait intéressant de savoir si des extraterrestres ont des cours d'anglais, d'allemand et de latin en CINQUIEME... Comme ce fut le cas il y a quelques années avant que les parents et les gosses préfèrent faire la grasse matinée plutôt que de bosser. Ou aller dans la résidence secondaire. Au choix con-traint.
Réponse de le 29/11/2013 à 20:55 :
L'article mentionne l'immigration et non l'émigration mais visiblement vous avez également des difficultés avec le français...
Réponse de le 30/11/2013 à 11:31 :
Ne mélangeons pas l'AOC et le tout venant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :