Retraites : les opposants à la réforme maintiennent le cap

 |   |  410  mots
Après le vote, vendredi, de la retraite à 62 ans par les députés, les leaders des partis de gauche et des syndicats ont réaffirmé durant le week-end leur volonté de poursuivre la mobilisation contre la réforme des retraites.

"Personne ne brisera le front syndical et politique", a assuré Benoît Hamon, porte-parole du PS . "Ce n'est pas terminé", a déclaré le député PS Jean-Christophe Cambadélis. Il n'est "pas illusoire de viser la victoire",a estimé le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault : ce week-end, au lendemain du vote du report de la retraite à 62 ans, les  opposants à la réforme gouvernementale se sont clairement donné comme mot d'ordre de poursuivre la mobilisation.

Le chef de file de la CGT a ainsi rappelé que deux sondages ces derniers jours faisaient ressortir une hausse du nombre de Français hostiles au recul de l'âge de la retraite.

"La priorité, c'est d'élargir la mobilisation", a-t-il aussi affirmé, pas de durcir les formes de lutte, car "on a encore beaucoup à gagner" en termes de participation aux manifestations et aussi aux grèves, a encore déclaré le leader syndical. Il a estimé que l'intersyndicale nationale avait "fait un sans-faute jusqu'à présent", les mobilisations grandissant au fil des journées d'action".

Invité à se prononcer sur des grèves reconductibles, il a jugé qu'il serait "irresponsable" de lancer un tel mot d'ordre maintenant car, a-t-il affirmé, le nombre d'entreprises où les salariés y sont prêts est pour l'heure "très, très minoritaire".

Divisions de la gauche... et de la droite

A la fête de L'Humanité, Benoît Hamon a reconnu pour sa part que les différents partis de gauche avaient "des positions différentes sur des aspects de la réforme". Les députés communistes se sont notamment opposés vendredi à leurs collègues socialistes en refusant l'allongement de la durée des cotisations à l'Assemblée nationale.

"Mais il y a un accord général à gauche sur la remise en cause de cette réforme-là", a ajouté le porte-parole du PS.
"Personne ne brisera ni le front syndical [...] ni le front politique" qui sont "unitaires", a-t-il assuré, soulignant qu'"avant 2012, il y a le 23 septembre", jour de la mobilisation contre le projet du gouvernement.

Quant au député PS Jean-Christophe Cambadélis, il  a déclaré dimanche sur Radio J que si le projet de loi sortait peu modifié de l'Assemblée, la bataille se poursuivrait au Sénat. La "contestation" y sera plus forte,  y compris au sein de l'UMP, a-t-il dit, estimant que la contestation au projet de loi allait "au-delà des rangs de la gauche".

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :