Nicolas Sarkozy souhaite un retour à l'équilibre des hôpitaux

 |   |  295  mots
Copyright Reuters
Le président Sarkozy a défendu ce mardi en Avignon la politique hospitalière du gouvernement en mettant l'accent sur la nécessité de "tenir les équilibres financiers" au moment où "deux tiers des hôpitaux sont en déficit".

Nicolas Sarkozy a insisté mardi sur la nécessité pour les hôpitaux d'améliorer leur situation financière, déclarant que la France courait le risque de perdre son autonomie si elle ne luttait pas contre les déficits. "On va continuer à investir dans l'hôpital mais je ne peux pas rester avec les deux tiers des hôpitaux en déficit, ce n'est pas sain", a-t-il dit lors d'une visite dans les nouveaux locaux du centre hospitalier Henri Duffaut d'Avignon.

"Oui il faudrait mieux payer les personnels, il faudrait plus de postes dans les hôpitaux, mais si en même temps on ne tient pas les équilibres locaux, on n'est plus un pays libre et indépendant", a-t-il indiqué, ajoutant : "la France ne doit pas être un pays, comme ailleurs en Europe, qui doit tendre la main et dépendre des marchés."

Le président de la république s'exprimait devant le personnel de l'établissement après avoir visité plusieurs services, dont celui de cardiologie récemment rénové. "On donnera le plus possible aux hôpitaux (...) mais je le ferai dans le cadre de nos équilibres", a-t-il encore dit en rappelant que la hausse des dépenses de santé devait être contenue à 2,9% en 2011 après 3% en 2010.

Pour cette visite au pas de charge, qui a duré à peine une heure, il était accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy, qui s'est rendue dans le service de pédiatrie pendant que Nicolas Sarkozy s'entretenait à huis clos avec des représentants du personnel.

En marge de cette visite, l'Elysée a indiqué que l'affaire du Mediator, un antidiabétique utilisé comme coupe-faim, qui aurait provoqué plusieurs centaines de décès selon certaines études, serait évoquée ce mercredi en conseil des ministres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2010 à 18:24 :
Les hopitaux n'ont pas à être rentables puisqu'ils permettent aux gens de guérir vite et de reprendre le travail,c'est de la prévention,regardons plutôt les salaires exorbitants de certains chirurgiens,ce ne sont pas des dieux que je sache,si la cpam n'existait pas ils auraient surement de moins grosses maison et moins de résidence secondaires.
Réponse de le 05/09/2011 à 14:01 :
Bac+ 15, ces salaires des chirurgiens sont méritées. Les remarques de "siting" sont jalousement nules.
a écrit le 22/12/2010 à 13:16 :
L'hôpital doit être un service public et n'a pas à être rentable. Gérer un hôpital comme une entreprise est une hérésie, je souhaite à tous ceux qui l'affirment de ne jamais à avoir à se faire soigner dans un "hôpital-entreprise".
Les cliniques sont rentables je vous le rappelle car elles pratiquent toutes des soins ou des opérations qui rapportent sur des patients en bon état général, qui sitôt l'opération effectuée vont pouvoir retourner rapidement à domicile et libérer un lit pour un nouveau "client". Ce qui intéresse les cliniques, ce n'est pas de soigner , c'est de faire des actes des actes et encore des actes.... Par contre l'hôpital public prend en charge tous les patients polypathologiques, les personnes agées (qui ne sont pas rentables pour les cliniques), et ça oui ça coûte cher. Si on veut soigner tous le monde, si on veut l'égalité devent les soins comme c'est encore le cas à l'hôpital public, alors oui ce ne sera jamais rentable
a écrit le 22/12/2010 à 10:54 :
Quelle mauvaise foi! Si les hopitaux sont en deficit, c'(est uniquement parceque le gouvernzement baisse leurs dotations. Si le gouvernement n'a plus d'argent, c'est uniquement en raison des cadeaux faits aux banques et aux marchés.
a écrit le 22/12/2010 à 9:57 :
Oui au retour à l'équilibre !
Un hôpital doit être géré comme une entreprise. Les gaspillage dans les hôpitaux sont très fréquents. Les cliniques sont souvent rentables, les hôpitaux doivent l'être également ou du moins à l'équilibre. Les contribuables ne peuvent pas continuer à combler ces déficits indéfiniment. L'heure de vérité doit sonner un jour quel que soit la couleur du gouvernement en place. Quand ? Quand ce déficit devient insupportable.
Réponse de le 22/12/2010 à 10:56 :
L'UMPS a montré les limites de ses compétences pour gérer la maison France. Il faut un sang neuf pour remettre le pays sur les rails, des gens qui en veulent et qui piaffent d'impatience de montrer leurs talents, tous leurs talents. L'histoire a montré qu'un changement radical de politique a toujours été une période d'expansion, d'innovation et de création de richesses. Nicolas Sarkozy ou DSK avec Ségolène, on les a vu et revus et corrigés, ils sont à présent irrécupérables et n'apporteront plus rien au pays. Regardons plutôt du côté de MLP !!!
a écrit le 22/12/2010 à 9:04 :
N'oubiez pas, que Madame AUBRY en est la principale fautive ! Pour financer ses 35 heures, elle a réduit les moyens financiers dans les hôpitaux et puisé dans les caisses de retraites. Bravo. Et qui peut me dire quel pays au monde applique les 35 heures. La raison est que le français ne veut plus rien faire. En 1973 lorsque j'ai commencé à travailler, nous faisions 53 heures par semaine et personne ne se plaignait !
Réponse de le 22/12/2010 à 11:56 :
bb vivait certainement à l'époque de Zola, mais il ne faut pas regretter cette époque où la seule joie des salariés était l'Asommoir où ils se saoûlaient de désespoir. Non, la plaie de la France est ailleurs que les 35heurs qui sont peanuts et MLP a toutes les réponses pour remettre la France sur les rails !!!
Réponse de le 22/12/2010 à 13:54 :
Que ceux qui n'ont jamais connu "soit disant" l'époque Zola se taisent et aillent travailler ! Ma question reste sans réponse : Quel autre pays au monde applique les 35 heures ? De plus les plus gros salaires politiques sont des personnages de Gauche : Royal et Hollande ; Royal qui ne payait pas ses employés et s'était retrouvée devant les tribunaux ! Des irresponsables et Aubry avec ses 35 heures ! Même son père l'avait prévenue que pour rien au monde il fallait appliquer cette loi ! Voilà le résultat !
Réponse de le 22/12/2010 à 15:25 :
Mollo les basses ! Les 35 heures que l'UMP ramène sans cesse pour excuser sa faillite, c'est de l 'intox ! La durée moyenne du travail en Allemagne est sensiblement la même. Ce sont les coûts sociaux de la France trop généreuse et qui supporte toute lamisère du monde qui sont responsables de nos déficits et de nos charges sociales trop élevés ! Seule une nouvelle politique peut changer la donne et elle s'appelle MLP !
a écrit le 22/12/2010 à 8:46 :
N'en déplaise au commentateur socialo de service aujourd'hui, être gestionnaire est un métier (surtout compte-tenu de l'importance des sommes en jeu), être médecin aussi. Mais ce ne sont pas les mêmes. Donc, faire gérer un service d'hôpital par un médecin est une absurdité.
a écrit le 22/12/2010 à 7:21 :
Merci aux vrais médecins de l'hôpital Trousseau pour ce qu'ils ont fait pour ma fille et pour nous.Tous ne se sont pas transformés en financiers.
a écrit le 21/12/2010 à 21:46 :
Ainsi c'est donc le premier signal du prochain début de rigueur en France ! Certes NS n'est pas crédible, car c'est à lui de prendre les decisions difficiles et qui fachent sur la baisse des dépenses de l'état ! Mais la question de l'équilibres financiers de l'état et des comptes sociaux n'en reste pas moins en attente de solution !
a écrit le 21/12/2010 à 20:37 :
Le chef d'entreprise des hopitaux,en l'occurence, c'est le ministre de le santé.C'est Sarko qui l'a nommé .Si les hopitaux sont en déficit ,c'est qu'il (le ou la ministre) a mal géré son ministère.Alors il faut en changer pour en mettre un plus capable de maitriser le système .Quand on dit que la police Française n'est pas très efficace,on ne dit pas que les commisariats sont mal gérés.De qui se moque t on ,
a écrit le 21/12/2010 à 19:11 :
que d'argent dilapidé dans le traitement des petits bobos, beaucoup de nos concitoyens vont a l'hopital pour de simples maladie qui peuvent etre traité par leur medecin traitant
a écrit le 21/12/2010 à 16:33 :
Mission impossible .l'hôpital est l'exemple même de dépenses publiques inadaptées. Tant que les médecins chefs de service aurons droit dans la gestion ,l'emploi dans leur service il ne faut pas espérer de diminuer le coût. Trop d'absence injustifiées mais payées ,voir le reportage sur l'hôpital Pompidou.
Réponse de le 21/12/2010 à 17:11 :
@ sauros: c'est vrai que la politique des petits comptables va régler tous les problèmes et qu'il vaudrait mieux remplacer les chefs de clinique par des coiffeurs :-)
Réponse de le 21/12/2010 à 18:28 :
A chacun son métier en tant que ex chef d'entreprise je sais de quoi je parle. Le politique demande ,impose aux directeurs des hopitaux de mettrent en place une gestion saine et rigoureuse .Tous comme les chefs de service vous avez atteint votre niveau d'incompétence en matière de gestion (principe de Peters).
Réponse de le 21/12/2010 à 19:21 :
@ sauros: merci d'avoir dit ex-chef d'entreprise, car on aurait été surpris qu'une telle entreprise survive :-) Alors, on va faire comme aux US: t'as pas de carte de crédit, et bien tu restes dehors :-)
a écrit le 21/12/2010 à 16:14 :
Nicolas Sarkozy demande aux autres de faire ce qu'il n'a jamais pas pu faire. Le déficit de la France en 2010 sera d'environ 150 milliards, record des records en Europe ! Cet homme n'est pas crédible !!!
Réponse de le 21/12/2010 à 16:35 :
Avant de dire une telle connerie pense un peu a la situation mondiale ,les effets de la crise. En 1982 alors qu'il ny avait aucune crise économique mondiale Miterrand a doublé le déficit .
Réponse de le 21/12/2010 à 17:02 :
Ce n'est pas parce que Mitterrand était mauvais gestionnaire que cela dédouane Sarkozy. J'exige de notre président un budget en équilibre avec autant de recettes que de dépenses !!!
Réponse de le 21/12/2010 à 17:14 :
@ sauros: la crise en question ne serait-elle pas (par hasard) issue du système pseudo-capitaliste (capitalisme avec l'argent des autres, en l'occurence le contribuable) ??? Bof, je parie que c'est encore la faute du PS :-)
Réponse de le 22/12/2010 à 6:32 :
Revenons aux hôpitaux : cela fait plusieurs années que les crédits qui leur sont alloués, sont régulièrement rognés : 3% ou plus par an. J'appelle cela des déficits organisés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :