Le coût du retrait des prothèses mammaires PIP estimé à 60 millions d'euros

 |   |  702  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'enlèvement des prothèses mammaires PIP défectueuses, préconisé par le gouvernement à titre préventif, coûtera au maximum 60 millions d'euros à l'assurance maladie, a déclaré vendredi un responsable de la sécurité sociale. Le Royaume-Uni a en revanche déconseillé l'explantation.

Le ministère de la Santé  a annoncé ce vendredi dans un communiqué qu'aucun lien n'a été établi entre les prothèses fabriquées par la société varoise Poly Implant Prothèse (PIP), mise en liquidation l'an passé, avec les cas de cancer qui se sont déclarés chez certaines femmes porteuses."L'avis rendu le 22 décembre indique qu'il n y a pas à ce jour de risque accru de cancer" chez celles-ci en comparaison aux autres prothèses, souligne le communiqué du ministère.

"En revanche, il y a un risque établi de rupture, avec le côté irritant du gel qui peut conduire à des inflammations", a expliqué la secrétaire d'Etat à la Santé, Nora Berra, "Donc, à titre de prévention mais sans caractère d'urgence, nous avons décidé avec (le ministre du Travail et de la Santé) Xavier Bertrand de proposer de façon systématique à toutes les femmes concernées de se faire explanter" ces prothèses, a-t-elle dit.

Avis contraire au Royaume-Uni

"Nous respectons le point de vue du gouvernement français, mais aucun autre pays n'a pris la même décision parce que nous n'avons pas actuellement d'éléments qui la justifierait", a déclaré Dame Sally Davies, principal conseiller médical du gouvernement britannique dans uncommuniqué. "Au vu de ces éléments et dans la mesure où le retrait de ces implants représente un risque en lui-même, nous ne conseillons par le retrait".

Les autorités britanniques restent en contact étroit avec leurs homologues français sur ce sujet, a-t-elle précisé, et les experts britanniques "continueront à étudier les éventuels nouveaux éléments en provenance de France et du reste du monde" sur les prothèses PIP, vendues dans 65 pays.

Quelques 42.000 femmes portent des implants PIP au Royaume-Uni, selon les nouvelles estimations de l'agence britannique de surveillance des produits médicaux. Cette semaine, plus de 250 femmes britanniques ont décidé de porter plainte contre plusieurs cliniques au Royaume-Uni qui ont procédé à la pose de ces implants.

Le professeur Laurent Lantiéri, membre du comité de suivi ministériel sur les prothèses PIP, a souligné sur France Inter qu'il n'y avait "absolument aucune urgence" à leur enlèvement et que la corrélation avec des cas de cancer était "très hypothétique". "Ce n'est pas vraiment le problème. Le problème, c'est qu'il y a une escroquerie et que pour un certain nombre de prothèses, le silicone qui a été mis à l'intérieur n'est pas un silicone médical, c'est un silicone industriel, et que cela peut provoquer des ruptures de ces prothèses de manière tout a fait anormale. C'est pour cela qu'il faut les retirer", a-t-il dit.

60 millions d'euros pour la sécurité sociale

30.000 femmes sont concernées et le ministère a indiqué que les frais liés à ces interventions seront pris en charge par l'assurance maladie, ce qui devrait représenter un montant total de 60 millions d'euros maximum, a précisé un responsable de la sécurité sociale. Quant à la la pause de prothèses de substitution, elle ne sera remboursée que pour les femmes "relevant d'une chirurgie reconstructrice post cancer du sein". Pour les femmes qui souhaitent une réimplantation de nouvelles prothèses, Nora Berra, a appelé vendredi les chirurgiens esthétiques, à pratiquer "un tarif raisonnable".

Une "explantation préventive même sans signe clinique de détérioration de l'implant leur sera proposée", ajoute-t-il, en indiquant que celles qui refuseraient "doivent bénéficier d'un suivi par échographie mammaire et axillaire tous les six mois

Le coût moyen d'une opération d'explantation (retrait) ou d'implantation est estimé à 2.000 euros, selon François Godineau, chef de service de la Direction de la Sécurité sociale. Lorsque la pose de nouvelles prothèses est réalisée en même temps que le retrait des anciennes, le coût est légèrement majoré, mais pas doublé.

Le ministère de la Santé avait saisi le 7 décembre les agences sanitaires (Institut national du cancer, Institut de veille sanitaire, Afssaps) afin de recueillir leur expertise sur les signalements d'effets indésirables chez les femmes porteuses de prothèses PIP.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2011 à 17:11 :
C'est une honte, de telles dépenses ne devraient pas être à la charge de la collectivité.
C'est d'abord à la société incriminée de payer. Et s'il reste un manque à financer, les femmes qui souhaitent bénéficier de cette opération devraient exhiber leur nouvelle poitrine au grand public.
Je peux vous garantir qu'il y aura sûrement moins de candidates!
a écrit le 24/12/2011 à 17:13 :
J'ai acheté une voiture Renault. Que des ennuis avec celle ci. Des pannes a répétition, l'lectronique qui fait n'importe quoi, le frein de parc electrique qui se déverouille tout seul etc ....
Et bien, je fais valoir mes droits aupres du vendeur (le concessionaire) et du fabriquant (Renault).
Pourquoi exiger de l'Etat qu'il règle les cinséquences resultants de ses propres choix et décisions ?
Toutes ces cliniques privées et chirurgiens esthetiques n'ont pas disparus du jour au lendemain tout de même ?
Réponse de le 26/12/2011 à 5:39 :
@LOL, tout va bien,je partage les bénéfices avec les actionnaires. Tout va mal, l'état intervient pour régler mes dettes! enfin l'état, nous autres! un drôle de système!
a écrit le 23/12/2011 à 19:42 :
Socialiser les pertes après avoir privatisé voir individualisé les prises de Bénéfices .... 60 millions de dettes de plus et bientôt il va falloir privatiser la sécurité sociale parce qu'elle est en déficit !!! Pourquoi ne permettons pas aux personnes qui ont subi un préjudice d'engager une procédure contre le fabricant et les cliniques et de récupérer des dommages et intérêts ?
a écrit le 23/12/2011 à 19:17 :
c'est pas aux contribuables de payer les operations de confort.... Faut arreter quoi!!!!
Réponse de le 24/12/2011 à 16:21 :
100% D ACCORD!!! je trouve anormal de faire prendre en charge par la communauté l'enlevement des implants defectueux quand il s'agit à l origine d'operations de conforts. D'autant plus que les medecins en question vont faire un remplacement simultané par de nouvelles protheses. Il serait peut etre temps aussi que les gens prennent leur responsabilités. Les operations de chirurgie esthetiques ne sont pas des operations anodines, meme s'il y a eu escroquerie sur la qualité des implants!!
a écrit le 23/12/2011 à 16:07 :
Sans vouloir remuer le couteau dans l'implant, ceux qui ont PRODUIT et POSE les "PIP" ont gagné LARGEMENT plus que les 60 millions notés. La société, mise en liquidation au moment opportun, était certainement constituée d'une direction ET d'actionnaires. C'est à EUX de payer. Allons-nous reproduire sans cesse des cas "dignes" de l'amiante...???
a écrit le 23/12/2011 à 14:09 :
Permettez-moi de trouver anormal que ce soit le contribuable qui s'appuie la note. Les femmes qui veulent être plus belles, devraient l'être à leur frais et prendre une assurance obligatoire pour pallier les déconvenues éventuelles. Tout comme d'ailleirs ceux qui prennent des risques idiots en allant par exemple dans des montagnes perdues où il faut aller les chercher avec des moyens démesurés aux frais du contribuable. La sécu devrait être réservée aux maladies naturelles par rapport auxquelles tout un chacun est vulnérable, pas à la chirurgie esthétique et autres iditioties qui sont de la responsabilité de celui qui en prend le risque.
Réponse de le 23/12/2011 à 19:46 :
@patrickb, bien répondu ! et la sécu est dans le rouge!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :