Ayrault ou la rigueur normale

 |   |  741  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le premier ministre récuse les termes de rigueur et d'austérité. Son discours de politique générale n'en a pas été moins empreint de cette fameuse rigueur. Et Pas la moindre annonce en vue au profit du bon peuple....

Bien sûr, il n'a pas prononcé le mot. Interdit de parler de « rigueur » et encore moins d'austérité. Tabou absolu. « Je revendique le sérieux et la responsabilité budgétaire (...) mais je refuse l'austérité » a déclaré le premier ministre, à l'occasion de son discours de politique générale, ce mardi. Mais tout son propos renvoyait à ce terme de rigueur. Sur la forme : un discours sans artifice, même si le premier ministre s'est essayé, en conclusion, à l'envolée lyrique, déclarant « aucune agence ne notera jamais notre rêve, parce qu'il ne relève que de votre confiance et de celle des Français ». Ennuyeux, ont bien lâché les députés d'opposition. Sur le fond, aussi. Pas d'annonce gadget, qui pourrait susciter un début de polémique... ou faire un peu rêver. Car le rêve évoqué en conclusion est bien difficile à dénicher, à la lecture du discours.

Le refus d'être un "Fillon de gauche"
Certes, Jean-Marc Ayrault n'a manifestement pas envie de jouer les père la rigueur, personnage que son prédécesseur avait choisi d'incarner. Si, pendant quelques jours, l'analogie entre les deux chefs de gouvernement a pu prospérer, Jean-Marc Ayrault, c'est aujourd'hui clair, ne veut pas être assimilé à un François Fillon de gauche. L'ex premier ministre, lui aussi originaire des Pays de Loire, assumait pleinement l'annonce de décisions de politique économique douloureuses, comme les hausses d'impôt. Ce fut d'ailleurs le premier, au sein de l'équipe Sarkozy, à reconnaître que ce qu'on appelait alors la suppression de "dépenses fiscales" ou chasse aux niches, ressemblait furieusement à des augmentations d'impôts. A Sarkozy l'annonce des cadeaux fiscaux, à Fillon celle des taxes à payer en plus. Sans que cela déplaise le moins du monde à ce dernier.
A la veille de la présentation en conseil des ministres du collectif budgétaire, Jean-Marc Ayrault aurait pu en dire plus sur les annonces de ce mercredi, même si, prononçant une déclaration de politique générale, il devait embrasser large. Dans une situation similaire, François Fillon ne se serait sans doute pas privé d'une ou deux annonces fiscales. Histoire de bien montrer à quel point il était soucieux de redresser les comptes publics, de faire en sorte que l'on évite la « faillite », terme qu'il avait employé pour caractériser la situation financière de l'Etat.

Jouer la normalité
Jean Marc Ayrault joue, lui, la normalité. Le collectif budgétaire, c'est demain mercredi, et il n'est ni ministre de l'Economie ni ministre du Budget. Du coup, alors que beaucoup l'attendent sur le sujet, il n'en dit rien, ou presque.  Il en oublie -ou est-ce volontaire ?- de rappeler l'engagement à ramener le déficit public à 3% du PIB en 2013, insistant seulement sur l'objectif de l'équilibre en 2017. Le premier ministre se contente d'annoncer les hypothèses de croissance retenues par son gouvernement, c'est bien le moins, pour fixer le cadre. Il se veut prudent, retenant le chiffre de +0,3% pour 2012 et de 1,2% pour 2013. Un dernier chiffre qui repose sur le pari d'un redressement de l'économie européenne, qui est loin d'être gagné. Et d'appeler au « dialogue social » (normal), tout en annonçant une « refondation de l'école » (tout aussi normal, au vu de l'inquiétude actuelle tant des enseignants que des parents d'élèves), et une « conférence environnementale » pour la rentrée (quelle surprise !).

Le scénario de la rigueur était déjà écrit

Ne pouvant se répandre en promesses sociales, rigueur oblige, Jean-Marc Ayrault se rabat sur le « sociétal ». Et d'annoncer le droit au mariage homosexuel et à l'adoption pour le premier semestre 2013, le droit de vote des étrangers aux municipales, la fin du cumul des mandats en politique en 2014... Tout cela ne coûte pas grand'chose, voire rien du tout.
Alors, après 2015, lors de la seconde étape, théorisée, déjà pendant la campagne électorale, le temps sera peut-être venu de donner du « grain à moudre », selon la vieille expression syndicale. En attendant, c'est la rigueur, même pas surprenante:  à partir du moment où François Hollande avait décidé, à l'été 2011, de faire sien l'objectif de 3% de déficit en 2013, le scénario était écrit. Il avait simplement "oublié" de le décliner entièrement pendant la campagne électorale, même si beaucoup d'éléments étaient sur la table, qu'une certaine partie de la gauche n'a pas voulu voir.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2012 à 16:24 :
C'est foutu depuis plusieurs années déjà !
On a accumulé trop de passif.La droite a fait trop de remises d'impôts (défisc) et la gauche a voulu relancer la consommation, le seul gisement de croissance facile.On a refloué nos banques à grand frais au lieu de les nationnaliser pour zéro (elle sont déjà en faillite). Nous avons déjà franchis le cap fatal des 90% d'endettement, l'intégralité de l'IR passe dans les intérêts de la dette.Le chômage va augmenter dans le privé.On va liquider beaucoup de fonctionnaires (pauvres contractuels, fonctionnaires pour de faux !).
On a déjà du mal à encaisser la récession qui vient.Il faudra en plus reflouer l'Espagne et consor (nous sommes garants de leurs dettes !).Hollande 'n co prendra l'argent là où il est facile à prendre : dans les poche des pauvres et de la classe de moins en moins moyenne !
Réponse de le 04/07/2012 à 17:12 :
Quand on se regarde, on se désole, quand on regarde les autres (pays) on se console !
C'est tout le système occidental qui est vicié car si vous additionnez dettes des états, dettes des banques, dettes des ménages, vous êtes partout au dessus de 200%
Olivier Berruyer disait ce matin qu'à ce niveau, ce ne sont plus des dettes mais du capital qui ne sera jamais remboursé

Pour revenir en France, les autorités iront jusqu'à bloquer les comptes et dépôts bancaires, si besoin en recourant à la force et à la violence
Je suis presque prêt à le parier !
a écrit le 04/07/2012 à 12:29 :
beaucoup ici refusent de voir les veritables économies déja réalisées par ce gouvernement.elles seront bien supérieures a celles de la triste époque sarko.maintenant est ce trop demander a la population de participer un peu sous la forme d'une hausse de la csg ou de la tva?je rappelle qu'une hausse minime de 4 pour cent de ces deux taux pourrait et résoudre le probleme de la dette, et permettre de nouveaux travaux d'infrastructure
Réponse de le 04/07/2012 à 12:40 :
Des économies par ce gouvernement ? Vous dites n'importe quoi. Quant à proposer d'augmenter la TVA, c'est une blague ? Hollande et les socialistes n'ont cessé de critiquer cette mesure.
Réponse de le 04/07/2012 à 12:48 :
Dede retourne au café !!! Nous allons droit au gouffre
Réponse de le 04/07/2012 à 12:49 :
La hausse de la TVA a été proposée par le gouvernement Sarkosy. La "Gôche" a hurlé que c'était une attaque contre les pauvres et les défavorisés. Quant à la hausse de la CSG, elle a déjà été actée par le précédent gouvernement. Alors il faudrait savoir !
a écrit le 04/07/2012 à 12:19 :
A lire tous les commentaires ci-dessous les internautes ont beaucoup d'idées, alors si ils pouvaient me dire pourquoi embaucher en CDI des personnes aux pole emploi (2000 personnes) pour recevoir les personnes si il n'y a pas d'offres d'emplois et si les emplois reviennent que fait on des 2000 personnes embauchés en CDI puisqu'un fonctionnaire n'a pas l'obligation de faire un autre travail que celui pour lequel il a été embauché cela reste à son bon vouloir.
Réponse de le 04/07/2012 à 12:29 :
... parce que le simple fait d'embaucher des chômeurs au Pole Emploi réduit le taux de chômage ! ;-) Je serai Hollande, j'embaucherai tous les chômeurs au Pôle Emploi et, n'ayant plus de demande d'emploi à traiter, je fermerai cette boîte qui en dehors de son site web ne sert à pas grand chose.
Réponse de le 04/07/2012 à 12:33 :
S'est qu'ils savent que tout ce qu'ils font ne permettras pas de créé d'emplois...
La differance, c'est que certain tentes de maintenir les choses (gouvernement actuel) et d'autres tentent de les amelioré (gouvernement precedent)...
Le probleme, s'est qu'aujourd'hui maintenir l'etat actuel des chose ne suffit pas... On va pas passer notre vie avec 10 ou 12% de chomeurs!!!
Réponse de le 04/07/2012 à 13:28 :
@ M92 : effectivement on ne va pas passer notre vie avec 10 à 12 % de chômeurs puisqu'il faut s'attendre à des taux plus importants pour les prochaines années, certainement plus près de 15 à 20 % de la population active! Et le gouvernement le sait puisque le système de comptabilisation du chômage devrait (à nouveau) être modifié ...pour rester "acceptable" par la population !
Réponse de le 04/07/2012 à 14:56 :
Après une démission, je me suis inscrite à pôle emploi. Bien sûr, je n'ai rien touché mais le plus drôle c'est que l'on m'a désinscrite sans me prévenir. Quand je suis allée consulter mon dossier, je suis tombée des nues et je pense sincèrement qu'il ne faut pas compter sur eux pour vous trouver du travail.. Aussi, je pense que je ne vais pas me réinscrire et me débrouiller par moi-même...Cela fera un chomeurs en moins..
Réponse de le 04/07/2012 à 14:56 :
Après une démission, je me suis inscrite à pôle emploi. Bien sûr, je n'ai rien touché mais le plus drôle c'est que l'on m'a désinscrite sans me prévenir. Quand je suis allée consulter mon dossier, je suis tombée des nues et je pense sincèrement qu'il ne faut pas compter sur eux pour vous trouver du travail.. Aussi, je pense que je ne vais pas me réinscrire et me débrouiller par moi-même...Cela fera un chomeurs en moins..
a écrit le 04/07/2012 à 11:58 :
J'aimerais entendre les journalistes qui pendant cinq ans ont pleuré au prétexte que Mr Sarkosy en ne renouvelant pas un fonctionnaire sur deux démantelait le service public, adresser les mêmes reproches à Mr Ayrault qui prévoit d'en faire sauter deux sur trois. Mais on ne tire pas contre son camp !
a écrit le 04/07/2012 à 11:13 :
Avons nous encore assez de riches pour ponctionner tous ces milliards qui manquent? Et si ce n'est pas le cas qui Zayrault va ponctionner? Les bobos? Nous tous en fin de compte.
a écrit le 04/07/2012 à 11:01 :
Ce qu'il faudrait c'est en fonction de l'abstention abolir un système Européen complètement décadent, une machine infernale à paupériser. Augmenter les prélèvements sur l'activité, c'est condamner les chômeurs. Nous sommes dans des pays avec seulement 50% d'actifs. C'est un système cynique qui rejette les jeunes hors de l'activité. Quand au niveau de vie, on voit clairement comment on jette les classes moyennes à la misère, alors à quand la révolution?
a écrit le 04/07/2012 à 10:23 :
En gros, il faut que les riches soient patriotes pour que ces gestionnaires médiocres (les précédents n'étaient pas meilleurs) puissent éviter des mesures qui déplairaient à leur électorat de fonctionnaires et salariés. On croit rêver... Sauve qui peut.
Réponse de le 04/07/2012 à 12:28 :
Fonctionnaire et salarié??? Non, fonctionnaire et feneant profiteurs...
a écrit le 04/07/2012 à 10:04 :
Les attaques prévues à l'encontre de la classe ouvrière sont compatibles avec les programmes économiques des deux candidats présidentiels, le candidat du Parti Socialiste (PS), François Hollande et le président conservateur sortant, Nicolas Sarkozy. Tous deux ont promis de procéder à des réformes structurelles pour rendre l'industrie française compétitive et pour équilibrer le budget de l'Etat d'ici 2016 pour Sarkozy et d'ici 2017 pour Hollande.
Toutefois, une semaine seulement avant le second tour décisif des élections, Sarkozy et Hollande tentent de camoufler et de se distancer de l'offensive prévue par la bourgeoisie française à l'encontre de la classe ouvrière.
Selon divers rapports, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand, a dit aux entreprises de patienter jusqu'après les élections pour annoncer leur programme de licenciement et de ne pas licencier des travailleurs avant.
Dans une interview publiée samedi par Le Parisien, Hollande a confirmé les réductions prévues en disant que les dirigeants syndicaux avaient prévenu que les entreprises projetaient des suppressions d'emplois après les élections en France.
Hollande a dit au journal, « Des décisions qui se préparaient ont été différées. » Et, dans une tentative de se distancer des coupes sociales, il a ajouté, « Ce ne sera pas notre arrivée qui provoquera ces plans sociaux. »
Les syndicats qui soutiennent Hollande au second tour sont parfaitement informés des attaques prévues. François Chérèque, secrétaire général de la CFDT a dit : « Des chefs d'entreprise et des DRH [directeurs de ressources humaines] me disent que toutes les semaines, le ministère leur téléphone.pour leur dire qu'ils reportent à plus tard leurs plans s'ils avaient des intentions de licencier. ».
La déclaration de Chérèque est tout à fait révélatrice. Il admet que l'appareil syndical est déjà en train de discuter de ces projets de licenciements avec la direction. Néanmoins, ils sont réticents à prévenir et à mobiliser les travailleurs contre les attaques à venir. Au lieu de cela, ils se rangent derrière le programme économique de Hollande et la décision de rendre l'industrie française compétitive aux dépens des travailleurs.
Réponse de le 04/07/2012 à 10:22 :
Bernard, on t'a reconnu !:)
Réponse de le 04/07/2012 à 10:37 :
La classe ouvrière n'existe pas. C'est une invention politicienne qui cherche à diviser artificiellement les populations pour dissimuler la véritable opposition existant entre les Etats spoliateurs et les individus producteurs de toutes les richesses.
Réponse de le 04/07/2012 à 12:03 :
L'Etat n'est pas une créature : s'il spolie les actifs, c'est bien au bénéfice de certains !
Réponse de le 04/07/2012 à 12:30 :
A Henri : Oui, au benefice d'eux meme (l'etat, donc les politique et les fonctionnaires...)
Réponse de le 04/07/2012 à 13:04 :
Hauts fonctionnaires, oligarques, rentiers et héritiers oui !
Le flic ou l'infirmière non !
Réponse de le 04/07/2012 à 13:36 :
Quand allons nous sortir de cette dualité, de cette approche agressive permanente, de cette opposition systématique : patrons, travailleurs sachant que dans notre esprit français l'un exploite l'autre, ZOLA c'est fini ni ni. et d'imaginer d'un "patrons " n'a qu?une envie c'est de licencier après avoir embaucher. Messieurs les donneurs de leçons prenez des leçons d'économie SVP
Réponse de le 04/07/2012 à 14:09 :
Deja dit...
a écrit le 04/07/2012 à 10:03 :
La feuille de route est serieuse et credible. Attendons de voir ce qu'il en advient en pratique.
Réponse de le 04/07/2012 à 12:19 :
C'est de l'ironie j'espère.

En cas de problème de liquidités, ce qui est le cas aujourd'hui, on cherche d'abord à baisser les dépenses, ce qui est plus sûr et rapide, avant d'essayer d'augmenter les recettes, car celles-ci sont aléatoires.
Pas l'inverse.
Là je vois au mieux, en étant très optimiste, un gel des dépenses. Or on n'a pas besoin d'un gel, mais d'un amaigrissement significatif et durable.

Et pour les recettes, cf les conclusions du rapport de la CDC. Ce qui manque dans le budget 2012 pour qu'il soit parfaitement en ligne, ce n'est pas la maîtrise des dépenses. Ce sont les recettes qui vont être insuffisantes. Parce qu'elles sont liées à l'activité économique. Donc variables.

Tu présentes un budget comme ça dans ma boîte en temps de crise, tu prends la porte direct.
a écrit le 04/07/2012 à 9:45 :
C'est très tendance antique .. ce discours socialiste maladroit au 21 ème siécle...ça ressemble à du Nicolaï Podgorny avant que l'ex-URSS et ses 49 républiques bidons n' implosent...
a écrit le 04/07/2012 à 9:12 :
L'Etat français doit faire 250 milliards d'économie pour compenser ses besoins de financement réels. S'il peut compter sur 2,5% d'inflation par an qui lui "rapportent" 30 milliards par an sans effort, il reste 100 milliards à économiser pour équilibrer véritablement les finances publiques d'ici 5 ans, c'est-à-dire commencer à rembourser la dette passée accumulée. 100 milliards, ce ne sont même pas 10% des 1100 milliards de dépenses actuelles, sécu, aides sociales et retraites comprises.
a écrit le 04/07/2012 à 8:53 :
puisque mr hérau lt dit appliquer le programme hollande ,celui ci avait bien effet immédiat pour le non cumul des mandats hier cela devient 2014,le gouvernement restreint c'est pour quand,
Réponse de le 04/07/2012 à 19:23 :
Mais les députés socialistes,d'accord avant les élections, ne le sont plus ! Le fromage pourrait rapetisser!!!
a écrit le 04/07/2012 à 8:50 :
nous ne pouvons que constater qu'ils ont beaucoup d'idées pour les impots nouveaux mais aucune aucune pour les économies.
a écrit le 04/07/2012 à 8:40 :
les francais ont votes pour ces clows,c'etait la joie,alors que l'on savait qu'avec ces gauchos nous allions a la catatastrophe,en observant le banc des ministre on a tout compris des nuls dans toutes leur splendeurs,attendons la suite,nous allons droit au mur,pauvre Francais,beaucoup croient encore au pere noel,maintenant ils vont retombes sur terre avec effroie.
Réponse de le 04/07/2012 à 9:04 :
c'est sur que Sarko et sa clique de joyeux luron est à ce point exemplaire que l'on ne peut que louer son action.
Les riches, que les riches et encore les riches
Réponse de le 04/07/2012 à 9:19 :
atteints d'AMNESIE ? QUI a laissé à son successeur PLUSIEURS MILLIARDS d'Euros de DETTE ? SARKOZY ! DETTE que l'on découvre de PLUS EN PLUS IMPORTANTE à BERCY que ce que SARKOZY et ses Ministres avaient annoncé ! QUI a supprimé 60.000 postes, fermé des Ecoles et des Classes au niveau Maternelle, Elémentaire, Primaire,etc ... alors que c'est le début de "l'apprentissage d'un SAVOIR" pour chaque Enfant ? SARKOZY ! Cet argent a été injecté dans le "Supérieur" pour une MAJORITE de jeunes étudiants étrangers qui ne resteront même pas en FRANCE ! Et que dire de la liste Syndicale sur les "FUTURS PLANS SOCIAUX" d' Entreprises mise en veille pendant la campagne Sarkozyste ? etc ... etc ..... Il faut TOUJOURS se RENSEIGNER et REFLECHIR (pas donné à tout le monde) AVANT d'écrire des ABSURDITES !
Réponse de le 04/07/2012 à 9:23 :
Oui !!!! Mais sans les riches ... Des pauvres que des pauvres... Il ne restera ... Ou fabriquera ...
Réponse de le 04/07/2012 à 9:31 :
Je dois bien avouer que le bilan de Sarko est très moyen, pour ne pas dire médocre. Cependant, augmenter les impôts tout en maintenant le niveau de dépenses actuel voir même en l'augmentant est purement suicidaire. Mais manifestement, la haine anti-sarkozyste est si forte dans le pays que les gens en perdent tout bon sens...
Réponse de le 04/07/2012 à 10:04 :
A "les internautes sont-ils..." Je ne crois pas qu'ils ont attendu des erreurs de sarkozy pour procéder à cette hausse d'impôt, ce sont des socialo communistes bien à gauche et je retrouve bien là leur vraie nature. Ils sont contre l'ambition, l'initiative, la liberté et n'aime pas qu'on aille travailler ailleurs, pour garder le pouvoir à vie. Il suffit de voir les autres pays qui avaient ou ont des gaucho au pouvoir. Mr. Sarkozy, on ne va pas toujours lui reprocher de respirer à la limite, ça va très loin, qu'on lui laisse la paix, d'ailleurs, combien de pays en Europe ne sont-ils pas endettés ? Et Mr Sarkozy ne les a pas diiriger, les dettes sont générales. Pour ma part, mais chacun ses idées, je trouvais Mr Sarkozy plus intelligent, plus marrant, car avec ceux-ci on ne rigole pas du tout, ils n'ont aucun humour, Je dis bravo à Mr Sarkozy qui avait aidé pour la succession, les heures supplémentaires, etc. Avec la gauche, il y aura de plus en plus de pauvres....et d'assistés. Mais chaucun son opinion.
Réponse de le 04/07/2012 à 11:09 :
C'est quoi cette époque où l'on critique le riche. Monsieur Sarkosy n'était pas le seul président a avoir des sous... Malheureusement pour lui, on a eu la crise et depuis c'est un déballage de tous ces biens et ses fréquentations. mais chaque président a fréquenté ce genre de milieu et avait des biens.. Peut être que je mettrai le général a part, car lui, ne touchait pas sa paye de président. Pourtant à lui aussi on n'a pas fait de cadeau... Arrêtons de critiquer d'après les ragots on peut être surpris
Réponse de le 04/07/2012 à 11:09 :
C'est quoi cette époque où l'on critique le riche. Monsieur Sarkosy n'était pas le seul président a avoir des sous... Malheureusement pour lui, on a eu la crise et depuis c'est un déballage de tous ces biens et ses fréquentations. mais chaque président a fréquenté ce genre de milieu et avait des biens.. Peut être que je mettrai le général a part, car lui, ne touchait pas sa paye de président. Pourtant à lui aussi on n'a pas fait de cadeau... Arrêtons de critiquer d'après les ragots on peut être surpris
Réponse de le 04/07/2012 à 11:16 :
Personnellement au temps de Monsieur Sarkosy, ma petite fille qui avait des difficultés à l'école a eu des cours supplémentaires le soir et je me rends compte qu'il n'y a pas eu de grève ou alors très peu car je ne m"en souviens pas. Pas de prof qui manquait alors je me pose quelques questions.; Ou on nous raconte des salades? Cependant dans les écoles à risque et où les enfants ont de grosses difficultés, là, il est bien qu'il y est plus d'aide
a écrit le 04/07/2012 à 8:24 :
Jolie Photo!
Flamby et le casque à pointe...
Réponse de le 04/07/2012 à 9:09 :
Commentaire de niveau UMP...
Réponse de le 04/07/2012 à 12:33 :
Effectivement joli commentaire. Il faut savoir que cfc a suivi une formation de 2007 à 2012 auprès des commentateurs du parti socialiste. Chacun son tour !
a écrit le 04/07/2012 à 8:17 :
Je salue le commentaire de TARTARIN, c'et exactement ce que je pense. Souvenez-vous quand la gauche était encore dans l'opposition, les joutes oratoires virulentes à l'égard du gouvernement Fillon. Qu'est-ce qu'il était mauvais le gouvernement Fillon. Et bien maintenant on a encore plus mauvais. Alors que la gauche à les pleins pouvoirs à tous les niveaux dans ce pays, elle n'a même pas le courage d'annoncer la couleur, pire je crois qu'elle sait que l'état et collectivités locales doivent faire des économies de structure mais non idéologiquement que dira l'électorat.
a écrit le 04/07/2012 à 8:10 :
Exonération de la franchise de 30 euros pour les étrangers arrivant en France et voulant bénéficier des soins médicaux à 100%, me reste tout de même en travers de la gorge et a des difficultés à passer. Une couche de plus pour des étrangers alors que les Français sont de moins en bien moins remboursés, voilà qui est, pour le moins, paradoxal... Travaillons donc et payons pour nos futur maître qui, demain, ne montreront pas la moindre compassion pour nous... à bon entendeur....
a écrit le 04/07/2012 à 8:00 :
Les impôts nouveaux vont réduire à néant le peu de croissance qui reste. Les nouvelles recettes ne suffiront jamais à financer les besoins de financement de l'Etat glouton, encore moins lorsque les taux souverains remonteront. Il ne restera plus aux socialistes qu'à matraquer les classes moyennes, entraînant le pays dans la récession, précédant de peu le défaut de l'Etat. Quand vont-ils comprendre qu'ils doivent baisser les impôts massivement ? Quand vont-ils admettre qu'ils doivent rendre au privé des pans entiers des secteurs publics ? Quand vont-ils se décider à faire maigrir l'Etat providentiel obèse ?
Réponse de le 04/07/2012 à 10:39 :
"...baisser les impôts massivement" dites-vous : tout le monde en rêve, mais compte-tenu de l'importance de la dette, c'est impossible. C'était déjà une gageure de ne pas les augmenter comme l'a fait le précédent gouvernement, mais amplifier la situation financière du pays contribuerait à donner raison aux agences de notation et de nous retrouver dans une situation comme celle de l'Espagne ou du Portugal. En revanche ce qui est inquiétant c'est qu'il n'y a rien dans ce programme qui puisse réellement relancer la croissance. Or la taxation sans dispositif de relance = chômage, chute du pouvoir d'achat, faillite des entreprises, délocalisation ...donc rien qui puisse prédire d'un changement tant claironné pendant la campagne !
Réponse de le 04/07/2012 à 12:38 :
@Imaginr Le souci, c'est que la France fait de la relance non-stop depuis près de 40 ans grâce aux très nombreux dispositifs d'assistance sociale, familiale... Donc aujourd'hui, il faudrait des sommes astronomiques pour créer un choc et nous ne les avons pas. La seule vérité, c'est que la sphère publique a pris trop de place en France et que seule l'entreprise privée peut durablement créer de la richesse. C'est d'ailleurs lui qui fait vivre le service public et pas l'inverse, il ne faut jamais l'oublier !
Réponse de le 04/07/2012 à 13:02 :
Vous oubliez le gouffre de la retraite Ponzi et la surconsommation médicale : mais peut-être en bénéficiez-vous ?
a écrit le 04/07/2012 à 7:56 :
Pffffffff le discours insipide soporifique
C'est du sous flamfy démoulé trop tôt !!!!
Réponse de le 04/07/2012 à 12:33 :
soporifique c'est clair.nous sommes tous nostalgiques des joutes flamboyantes avec les lefevre morano et hortefeux.ceux la avaient avaient le feu sacré!
a écrit le 04/07/2012 à 7:41 :
Le programme socialiste ou tout l'art de prendre les électeurs pour des idiots... ce qu'ils sont en réalité ! Quelle médiocrité, c'est affligeant !
Réponse de le 04/07/2012 à 8:52 :
J'ai l'habitude des MENSONGES UMP mais là il faut quand même rappeler à certains inconpétents ou ignorants que TOUT ce que le Gouvernement HOLLANDE effectue FIGURAIT dans son PROGRAMME.
Réponse de le 04/07/2012 à 9:43 :
Écris directement en MAJUSCULE. Tes arguments (sic) passeront MIEUX.
Réponse de le 04/07/2012 à 9:56 :
@ archir-faux dans les promesses hollande, gouvernement restreint raté,non cumul 2012 RATE,retrait afganistant 2012 raté il n'est que partiel,retraite à 60 ANS tres partiel, éducation revoir le temps de travail on commence par accorder des vacances a la toussaint sans voir le rest,résulution sur le pacte de stabilité raté etc etc
a écrit le 04/07/2012 à 6:46 :
Pas grave, ils finiront par taxer les patrimoines et revenus a hauteur de 100 % histoire de retrouver l'équilibre budgétaire, avec une exonération spéciale pour les élus. Ceci, c'est juste !
a écrit le 03/07/2012 à 23:46 :
On dirait que flanby n'est pas sorti du pot ...
a écrit le 03/07/2012 à 23:33 :
On est en plein déclin, il va falloir s'y faire et l'accepter c'est tout parce que ca va pas s'inverser.
Réponse de le 04/07/2012 à 12:34 :
t'es sur que t'as pas oublié ton prozac aujourd'hui?
a écrit le 03/07/2012 à 23:23 :
La rigueur, la rigueur... il me sembl eme souvenir qu'en tout cas il n'en a pas toujours fait preuve de rigueur... mais peut être a-t-il changé lui aussi? ;-)
a écrit le 03/07/2012 à 22:46 :
Le Jean Marc s'apprécie surtout lui même sur les photos ... pour le reste il sait lire un programme ... rien de plus

Euh si ... Il distribue aussi lesbiens des autres à son électorat ...
a écrit le 03/07/2012 à 22:36 :
C est bien bla bla bla mais on ne s en sortira pas juste avec cela : la crise est devant nous!!!
a écrit le 03/07/2012 à 22:03 :
miracle tout est arrege qedetemps perdu
a écrit le 03/07/2012 à 20:42 :
Il est vraiment ennnuyeux jean marc, même pas un soupcon d'humour comme francois 2. Cinq années comme cela cela va être très, très dur.Bon demain c'est les vacances, pas trop tôt, l'année 2012 est vraiment une année C......
Réponse de le 04/07/2012 à 11:13 :
hihi
a écrit le 03/07/2012 à 20:21 :
Ils vont encore nous endormir avec l'importance donnée à la culture !!!! la gauche depuis Mitterand se limite à dispenser des diverstissements aux classes aisées et à creuser les écarts sociaux entre classes moyennes "intellectuelles" et classes populaires
a écrit le 03/07/2012 à 20:11 :
Du creux, du creux, du creux ...
Partez en vacances braves gens, Tonton Jean-Marc s'occupe de tout !
Réponse de le 03/07/2012 à 23:26 :
Partez en vacances mais n'oubliez pas que la rentrée va être amère.
Réponse de le 04/07/2012 à 7:36 :
...pour ceux qui peuvent encore partir cette année car l'année prochaine la tirelire réservée aux vacances d'été risque de se transformer en tirelire à impôts et taxes : vive la rigueur et la récession, ces mots tabous que nos politiques n'osent pas employer, de peur d'effrayer les "bons électeurs" !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :