Sapin : "être payé au Smic polonais en France, c'est illégal"

 |  | 204 mots
Copyright Reuters
Le ministre du Travail a assuré mardi que les cas de travailleurs européens légalement détachés pour travailler en France sont "poursuivis" lorsqu'ils ne respectent pas le droit du travail.

Il n?a pas mâché ses mots. Sur France 2, Michel Sapin a assuré mardi que les cas de travailleurs légalement détachés pour travailler en France sont bien "poursuivis" lorsqu?ils ne respectent pas la législation de l?Hexagone. "Etre payé au Smic polonais en France, c'est illégal", a-t-il lâché, affirmant que "ces situations là" sont "poursuivies", "jugées" et "condamnées".

"Chacun" doit être "cohérent"

Ces propos font suite aux propos du Parisien, qui, citant une note confidentielle du ministère du Travail, affirme que la France compterait 300.000 salariés européens à bas coût. Ceux-ci seraient employés sous contrat avec des entreprises de leur pays d'origine, mais celles-ci ne respectent pas toujours le salaire minimum.

Pour Michel Sapin, "les inspecteurs du travail sont sur le terrain". "Si des cas comme ceux là sont connus c'est bien justement parce que nous avons fait la lumière sur un certain nombre de situations inadmissibles", a-t-il renchéri. Avant d?envoyer une piques aux "entreprises françaises" qui "utilisent ce type de main d'?uvre tout en se plaignant ensuite qu'il y ait de la main d'oeuvre illégale". Ainsi, "chacun" doit être "cohérent", a-t-il fustigé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2014 à 16:13 :
C'est tendance de le milieu des années 2000 ; le mépris et l'autosatisfaction de l'UMPS bobokaviar vis à vis de la classe socio-professionnelle jusque dans ses gènes (robot et assimilée devenue un épouvantail) la plus fragile à qui (quoiqu'il en coûte) l'on reproche des études partielles ou ratées sans autre issue que la voie de garage du btp, de l'industrie... et on tente de faire croire qu' à force d'efforts ultérieurs en terme de formation il est toujours possible de s'en sortir (voie fatalement dépréciée par l'éducation nationale) ; les démagogues et autres faux-derches imbus (orgueil inouï et magouille du boulot) décrètent la mondialisation (phénomène qui a toujours existé mais aussi terme visant sournoisement à faire culpabiliser les internautes du fait de la potentielle utilisation que l'on puisse avoir du web) pour mieux faire avaler la couleuvre et justifier le nécessaire nivellement parle bas de la société pour son propre intérêt et celui du mirage Europe (incarnant la raison économique des échanges, générosité de ceux qui engrangent, et décident pour ceux qui sont mis au pilori, d'une forme de développement, d’un maintien nécessaire à une dynamique) ! S'il est vrai qu'en Allemagne, on considère qu'il vaille mieux avoir des voisins riches que des voisins (pays d'Europe centrale et orientale) pauvres, il faut également considérer que la classe ouvrière, (confinée et dont la mobilité professionnelle est de plus en plus contrainte si l'on s'en réfère au paroxysme du prix des loyers en région parisienne, taxe sur le carburant ou répression hypocrite par le biais des radars par exemple), faute d'activité, a de moins en moins les moyens de permettre à sa progéniture d'effectuer des études (outre le système de bourses) longues ou éloignées ! Notre pays se veut plus que jamais malthusien, et si la république se définit symboliquement (selon l'énarque françois Hollande, traître à son électorat) par le fait d'envoyer ses gosses à l'école, force est de constater que la méritocratie ne joue plus qu'à un âge de plus en plus précoce !
La focalisation sur la nécessaire dépréciation de ce que l’on perçoit comme entité « classe ouvrière » ou « prolo » de France est multiple : économique, sociale, lobbyiste (Juan Manuel Barroso, seul préoccupé par les coffres des paradis fiscaux européens) et (ou) internationaliste (compétition au physique, comme pour les animaux, et au porte-monnaie) ; on lui oppose (puisqu’il n’est pas possible de parler d’association, voir le taux de syndicalisation français : environ 8%, soit le plus faible d’Europe loin derrière l’Espagne et le Portugal 19%) des effectifs de travailleurs potentiellement inquantifiable (centaines de milliers de milliers de polonais, portugais, roumains… effectifs dignes d’armées, qui pouvaient changer le dessein du pays au XXème siècle) sans évoquer la discrimination positive !
a écrit le 14/11/2012 à 5:39 :
certes ,il peut y avoir des tiraillements dus aux distortions de salaires.mais il faut savoir si l'on veut avoir des sociétés profitables en france,ou des sociétés sponsorisées par nos impots comme gdf,edf ou véolia.mettre les salariés en concurrence,c'est booster la productivité.la diective bolkenstein n'était peut etre pas si absurde que cela!
Réponse de le 15/11/2012 à 1:26 :
Vous confondez dumping et concurrence Ernest.
a écrit le 13/11/2012 à 18:45 :
J'ai travaillé en Allemagne puis en Belgique pendant plusieurs années, envoyé par ma société, mais je suis resté sous contrat de travail français. Je n'imagine pas être allé travailler en Pologne et accepter de passer sous contrat polonais certainement beaucoup moins avantageux pour moi !!
a écrit le 13/11/2012 à 18:36 :
Pour les européens, il n'y a pas d'ambiguïté, le minimum légal est le SMIC français. C'est l'article 3 de la directive 96/71/CE. Deux cas seulement permettent d'y déroger, définis aux paragraphes 4 et 5 du même article: un temps de détachement inférieur à 1 mois pour certaines activités ou des travaux de faible ampleur.
a écrit le 13/11/2012 à 16:36 :
SAPIN: "Je ne sers à rien parce que je le vaux bien."
a écrit le 13/11/2012 à 16:29 :
Ces salariés polonais travaillant en France sont des "expat". Il y a des chances que leur paie soit divisée en une fraction polonaise dont ils ne parlent pas et une fraction française (non imposable) qui couvre leurs frais de résidence à l'étranger. La partie polonaise du salaire n'est pas connue de l'administration. Comment peut-on dire qu'un salarié polonais ne reçoit pas globalement le "SMIC net" de 1100 euros? L'employeur polonais est-il présumé menteur?
a écrit le 13/11/2012 à 15:35 :
"Etre payé au Smic polonais en France, c'est illégal" ? FAUX ! Si l'embauche est faite par une entreprise polonaise, à une adresse polonaise, c'est tout-à-fait légal ! Il en est de même pour les routiers qui sillonnent nos routes. Ils sont souvent payés au Smic hongrois, tchèque,...
Réponse de le 13/11/2012 à 18:17 :
Le problème existe effectivement pour les routiers, et le transport en général. Mais dans les autres cas, la directive européenne sur les services précise bien que si les salariés travaillent dans un autre pays européen, ils bénéficient de la législation la plus favorable pour eux, donc au minimum le SMIC. Mais les ouvriers polonais sont-ils en position de faire valoir leurs droits? On est dans le même cas que les saisonniers mal traités, c'est à l'inspection du travail d'enquêter... Par ailleurs, la directive sur les services ne concerne que les pays européens. Quid d'un Chinois que serait employé en France par une entreprise chinoise?
a écrit le 13/11/2012 à 14:26 :
Il est difficile de repérer ces pratiques car les chantiers sont de courtes durées : quelques semaines,voir quelques mois ,2 ou 3 .Sur le chantier vous avez un ouvrier qui parle assez bien le français qui sert d'interlocuteur pour ne pas éveiller les soupçons .Les travailleurs portugais sont logés en caravane ...mais vous pouvez apercevoir des voitures immatriculées à l'étranger ce qui est un indice ....
Réponse de le 13/11/2012 à 14:49 :
comme le gouvernement est a la rue ils ne savent plus quoi dire , ce qui est sur c'est que on doit vendre a des tarifs toujours plus bas et on a des charges qui augmentent toujours ............ ca finit par coincer dur ........... d'ou le desastre qui arrive vite tres vite ................................................Sapin a rien compris .................c'est un mauvais ........
Réponse de le 15/11/2012 à 1:27 :
Non pas très difficile a repérer, les marchés public en regorge de plus en plus....
a écrit le 13/11/2012 à 13:08 :
Courageux les polonais! Gagner en travaillant en France leur Smic national, soit 350? (au passage 4 fois moins que le Smic français) alors qu'à côté d'eux un français avec son Rsa gagne en ne faisant rien 475?. Courageux mais pas malins. Rien à craindre de leurs plombiers pour l'instant.
a écrit le 13/11/2012 à 12:02 :
si la gauche pouvait arreter de stigmatiser le ""plombier polonais"", c'est du racisme anti polonais a l'etat brut ! merci
Réponse de le 13/11/2012 à 12:32 :
Vous avez presque 10 ans de retard, maintenant c'est la voiture coréenne.
Réponse de le 13/11/2012 à 13:48 :
des plombiers polonais, donc rien de raciste. Par contre qu'on nous pique notre travail en ne respectant pas nos lois, je pense c'est prendre nos travailleurs pour des pigeons. Je pense que cette mesure est juste et doit aller dans l'harmonisation des lois au niveau Européen.
Réponse de le 13/11/2012 à 14:10 :
les téléphones et écrans plats de samsung et puis les chinois, leurs monnaies et puis.. demandez des précisions à Montebourg s'est un patriote haineux qui est se sent piégé par un complot d'envergure internationale, le pauvre!
Réponse de le 13/11/2012 à 14:34 :
piquer le travail des français.... venez voir le nombre de gens (cdd, interim ou chomeurs) qui ne restent qu'une journée sur le chantier, car c'est trop dur comme boulot, trop dur de descendre dans la fouille, trop dur de soulever des agglos...
Avec un taux de chomage comme le notre, venez voir le nombre de gens qui refusent de travailler dans des conditions difficiles... Vive le social a outrance!!!
Alors certes ce n'est pas normal de casser les prix en payer les gens avec le "salaire du pays d'origine" et il est normal de l'interdire. mais arrêter de dire qu'ils nous pique notre boulot...
a écrit le 13/11/2012 à 11:35 :
je connais des entreprises portugaises qui pour répondre à des appels d'offres et obtenir des contrats en France, ont du ouvrir une filiale française et faire un contrat spécifique à ses ouvriers portugais au salaire minimum français (soit le double du portugais!!!)
Ceux-ci travaillent en France avec un contrat portugais mais au salaire mensuel de 1400 ?...
les donneurs d'ordre type Vinci, Lafarge et autres ont été intransigeant et aujourd'hui cela fonctionne très bien.
il faut respecter la concurrence si celle-ci est loyale et cela n'est pas le cas avec beaucoup de sous-traitant d'europe de l'est...
Réponse de le 13/11/2012 à 11:56 :
Il est vraisemblable que les grands groupes que vous citez soient en règle. Ttravaillant dans le16ème près de l'Etoile je constate la multiplication de camionnettes d'artisans (rénovation d'appartement et de bureaux) immatriculées en Pologne et parfois en Roumanie. Croyez-vous sincèrement que ces ouvriers bénéficient de conditions sociales identiques à celles des travailleurs français ? Qu'en est-il de tous ces donneurs d'ordre français qui emploient une main d'oeuvre irrégulière au vu et au su de tous. Enfin, je crains que le relèvement du taux de TVA ne fasse qu'encourager "le schwartz" et le recours à une main d'oeuvre semi-clandestine.
Réponse de le 13/11/2012 à 14:29 :
Que Vinci ,Effage, Bouygue soient vigilants avec leurs sous traitants d'accord sauf qu'ils ne maitrisent pas la sous traitance en cascade....comme dans les chantiers naval .
a écrit le 13/11/2012 à 11:05 :
j'adore tous ces commentateurs qui sont partisant de baisser les salaires, les salaires des autres évidement pas les leurs, ils sont bien entendu les meilleurs indispensables super diplomé compétents etc. MDR
Réponse de le 13/11/2012 à 11:27 :
à titre perso, je verrais bien des conducteurs de trains sncf et ratp chinois payés 500 E par mois et jamais en grève ;-))
Réponse de le 13/11/2012 à 12:03 :
les socialistes augmentent bien les ' impots justes', c'est a dire les impots qu'ils ne payent pas... c'est de bonne grace, non?
a écrit le 13/11/2012 à 10:46 :
Vraiment des amateurs ... Même pas au courant que des conventions sociales existent au même titre que les conventions fiscales. On attend avec imptience le prochain episode de "Ouin-Ouin en Europe"
a écrit le 13/11/2012 à 10:12 :
C'est pourtant ce que fait notre industrie nucléaire pour construire l'EPR de Flamanville !
Réponse de le 13/11/2012 à 10:21 :
On voit d'ailleurs le résultat: retards sur retards ...
a écrit le 13/11/2012 à 9:51 :
Supprimer le SMIC Monsieur Sapin, sinon nous aurons 20% de chômage dans 15 mois. Ou bien obliger les sans emplois à prendre les métiers manuels dont le pays à besoin. Une cure de réalisme ferait du bien à ces politiques fonctionnaires qui travaillent avec des idéologies dépassées.
Réponse de le 13/11/2012 à 10:10 :
Surtout que s'ils sont contents de travailler, ils n'ont qu'à payer pour.
Réponse de le 13/11/2012 à 10:21 :
un salaire à 500 EUR /mois ,cela ne serait déjà pas mal..............et si nous commencions par vous ? divisons vôtre rémunération par 2 ou 3 cela permettra d'embaucher 2 ou 3 personnes . N' est elle pas bonne mon idée? C'est vrai je reconnais que vs êtes concerné donc.........!!
Réponse de le 13/11/2012 à 10:43 :
Un cure de réalisme... et oui. Il faudrait de la pédagogie pour les français, prenons l'exemple chez nos chers voisins: il y avait une bourse d'emploi qui a été établie et les candidats pouvaient se présenter et décrocher un travail, s'ils demandaient le salaire le plus bas. Donc un job pour les moins gourmands en termes de revendications salariales. Pour les Allemands, cela a été une bonne leçon en terme de compréhension des fondamentaux économiques du marché d'emploi. Ils ont aussi appris qu'avec une faible qualification, le salaire devient crucial dans le choix du candidat. Les options sont simples pour les français: soit ils se qualifient davantage,(par contre les entreprises françaises ne se positionnent plus beaucoup dans les services et produits "sophistiqués"sur le plan mondial, pour cela aussi les salaires vont devoir baisser d'urgence) mais cela prendra du temps, soit ils baissent leurs prétentions salariales, effet immédiat; mais la concurrence deviendra encore plus rude en 2013 etc.
Réponse de le 13/11/2012 à 11:02 :
Si on veut obliger les chômeurs à prendre les 500 000 milles postes non pourvues, quel que soit leurs qualifications, pour des raisons souvent de conditions de travail difficile et précaire ainsi que de rémunération faible par des entreprises souvent véreuses alors il faut accepter d'avoir en France une forme d?esclavage moderne.
Il faudrait réduire la dépense publique et le nombre de fonctionnaire qui ont des conditions trop favorables pour le service rendu et souvent qui n'apporte rien de plus à notre société pour mieux rémunérer les emplois précaires dans le secteur marchand qui apporte de la valeur ajouté, de la richesse à notre pays..
Réponse de le 13/11/2012 à 11:27 :
Qu'il y ait des économies a faire dans le secteur publique, ok, mais réduire betement le nombre de fonctionnaires c'est vraiment absurde, il faut donc d'apres vous reduire le nombre de policiers, d'infirmieres, d'enseignants, comme ca a été fait par le passé?? Le résultat sera formidable a n'en pas douter...
Quant a ceux qui veulent réduire le salaire minimum, mais surtout le salaire des autres, c'est absurde...
Réponse de le 13/11/2012 à 11:36 :
Bien sur qu'il ne faut pas les jeter dehors et les mettre au chomage mais il faut maitriser les effectifs, rationaliser pour à terme les ramener au niveau de 1997, c'est à dire un niveau normal... les ffectifs de fonctionnaires ont augmanté de 35% depuiis 80 alors que la population de 15%, il y'en a donc 20% en trop. CQFD.
Réponse de le 13/11/2012 à 18:17 :
Il faut un seul maire par communauté de communes et forcer toutes les communes à faire partie d'une communauté de communes, cela réduira le nombre de fonctionnaires municipaux. 36000 communes en France, c'est impossible à gérer
Réponse de le 15/11/2012 à 1:34 :
Loic, les fonctionnaires ont augmentés....d'abord ce sont les effectifs qui ont augmenté pas les fonctionnaires. D'une part car l administration titularise de moins en moins, elle a recours a ce que l on appelle des contractuels.... Ensuite j aimerai connaitre le gus qui donne le chiffre des fonctionnaire sachant que les grandes administrations ne connaissent même pas le nombre de fonctionnaire qu ils ont, un exemple l 'EDN ! Pour finir, les collectivités ont été contraintes d embaucher dans les transferts de compétences....
a écrit le 13/11/2012 à 9:34 :
Un peu d'ordre dans tout ca ne ferait pas de mal et que les inspecteurs commencent par les chantiers finances par les deniers publics
a écrit le 13/11/2012 à 9:25 :
c'est le plombier polonais qui est responsable du trou de 18 milliards de la secu, c'est ca?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :