Moscovici annonce son plan pour améliorer la trésorerie des PME

 |   |  589  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a annoncé un train de mesures pour lutter contre le manque de trésorerie qui entraîne la faillite de nombreuses PME. Notamment, une amende admnistrative pouvant atteindre 375.000 euros sera instituée en cas d'infraction. Et les contrôle administratifs seront renforcés. La CGPME s'est réjoui de l'annonce de ce plan et engage les PME à se tourner vers leurs établissements bancaires pour solliciter les crédits de trésorerie mis en place par la BPI.

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a annoncé ce 6 février une série de projets de lutte contre le manque de trésorerie qui mène nombre de PME à la faillite, dont un contrôle renforcé des délais de paiement des grandes entreprises.

"Les délais de paiement restent élevés en France", a-t-il constaté devant un grand nombre d'entrepreneurs, à l'occasion du 20e Salon des entrepreneurs, organisé au Palais des congrès de Paris mercredi et jeudi. "Un tiers des entreprises voient leurs factures réglées au-delà de 60 jours", a-t-il précisé en citant le dernier rapport de l'Observatoire des délais de paiement, diffusé récemment. "Des délais tellement élevés, des retards de paiement ce sont pour vous des besoins de trésorerie en plus", a-t-il ajouté.

Aussi, les mesures préconisées pour lutter directement contre les délais excessifs consisteront en un renforcement des contrôles, l'introduction de sanctions administratives financières en cas de non respect de la loi sur les délais et une adaptation de la législation au secteur du bâtiment, particulièrement touché par le problème. Deux mille établissements seront contrôlés cette année par la Directon générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) contre 1850 en 2012, "avec un ciblage particulier sur les grandes entreprises", précise Bercy.

Création d'une amende administrative allant jusqu'à 375.000 euros en cas d'infraction

Un dispositif sera introduit dans le projet de loi sur la consommation du printemps prochain pour permettre de prononcer une amende administrative d'un montant maximum par infraction de 75.000 euros pour une personne physique et 375.000 pour une personne morale. Constatant que seules 5% des factures sont en France émises électroniquement, le ministère de l'Economie attend pour juin des propositions dans ce domaine.

"L'Etat doit montrer l'exemple", a par ailleurs souligné Pierre Moscovici, notant cependant une amélioration des délais de paiement de l'Etat, qui vise un délai de 20 jours d'ici 2017, en généralisant la numérisation des factures et en étendant les centres de traitement unique, selon Bercy. Le ministre a énoncé un ensemble d'autres mesures telles que des crédits de trésorerie mis à la disposition des PME par la Banque publique d'investissement, le développement de l'affacturage, le préfinancement du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), un meilleur fonctionnement de l'assurance-crédit.

Réaction positive de la CGPME

La CGPME a immédiatement réagi "en estimant que le plan présenté par Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances, doit être mis en ?uvre rapidement. Il y a urgence". Dès à présent, la CGPME, "engage les TPE/PME à se tourner vers leur établissement bancaire pour solliciter des crédits de trésorerie mis en place par la BPI. Ce dispositif est opérationnel pour financer l'augmentation du BFR (Besoin en Fonds de Roulement) et consolider les crédits court terme existants. Les prêts personnels aux dirigeants pour réaliser des apports en fonds propres ainsi que les opérations de cession-bail immobiliers sont également éligibles".

 Par ailleurs, la Confédération se réjouit de la prise de conscience par les pouvoirs publics de la nécessité absolue d'éviter "une révision brutale de l'exposition d'un assureur crédit sur une entreprise"... ce qui est catastrophique. L'instauration d'un délai de prévenance contraignant les assureurs crédit à informer préalablement les entreprises de la réduction de leur note serait salutaire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2013 à 19:49 :
Moscovici annonce son plan pour améliorer la trésorerie des PME
burning fat http://www.now-sale.com/article-directory/article.php?id=7698
a écrit le 07/02/2013 à 19:10 :
Sinon ruiner la France il sait faire
a écrit le 07/02/2013 à 9:35 :
L'intervention de moscovici en direction des pme n'a pas plus d'intéret que l'intervention de fleur pellerin, la semaine derniére également en direction des pme,pour une simple raison, ils parlent de ce qu'ils ne connaissent pas, donc un peu de silence, nous on bosse.
a écrit le 07/02/2013 à 9:27 :
encore une fois messieurs les je sais tout du gouvernement,laisser nous travailler et baisser simplement les charges qui sont insuportable plutot que d'inventer des usines a gaz pas possible, ces propos réfléte bien la méconaissance totale des hommes politique du fonctionnement d'une entreprise.
a écrit le 07/02/2013 à 9:24 :
plus qu'assez du blabla de tous ces hommes politiques qui n'ont jamais gérer une entreprise, vivent au crochet de l'état depuis des années et n'ont aucune réalité terrain, on ne parle pas de ce que l'on ne connait pas.
a écrit le 07/02/2013 à 5:48 :
J'ai hate de voir le bras de fer entre la grande distribution et ses s/traitants j'ai hate également de voir les constructeurs automobiles respecter les engagements contractuels et ses s/traitants, j'ai hate de voir les entreprises du CAC et ses s/ traitants respecter les délais. Enfin pour que des délais soient respectés il faut qu'il y ait une règle unique qui permet de déclencher le paiement et non pour chaque entreprise son système administratifs de validation des factures. Les anglo-saxons n'ont pas ce pb mais il est vrai il n'ont pas connu Colbert.Depuis des decennies ce sujet vient sur la table preuve qu'il n' a jamais marché car le s/traitant est un variable de trésorerie et le fournisseur l'est également pour l'Etat. Les actions politiques sont toujours de l'information rarement de l'efficacité si nos artistes du verbe en tête le Président mais également M. Moscovici, Mme Bricq ,M. Hamon avaient dans leur CV un passage de quelques années dans l'Entreprise ils pourraient peut-être avoir des idées un peu moins dogmatiques et sans réalité du fonctionnement de l'économie française très dirigiste par le politique dans le discours.
Réponse de le 07/02/2013 à 9:20 :
Tout à fait d'accord, le probléme majeur c'est que tous ces beaux parleurs du gouvernement ne connaissent absolument pas le monde de l'entreprise, aucun n'a travaillé dans le privé, ni n'a prit le risque de créer une entreprise, comment peux-t-on parler de ce que l'on ne connait pas,cela n'existe nulle part sauf en politique, lamentable.
a écrit le 07/02/2013 à 2:49 :
Juste pour rire: pourquoi une amende administrative? En gros pourquoi l'état recevrait à la place de ceux qui sont lésés la compensation de leur préjudice?
a écrit le 06/02/2013 à 20:02 :
Des apports en fonds propres? il y a encore des kamikazes?
a écrit le 06/02/2013 à 19:43 :
Utopie d'un personage d'état qui n'a jamais dirigé une PME. 70% des PME sont des sous-traitants en France de grands groupes. Elles sont à leur merci.... Allez donc essayer d'imposr quoi que ce soit à un donneur d'ordre! Ha ha ha!!! Quand ce n'est pas le cas c'est l'état qui ne paie pas. Les armées ne paient pas de octobre à avril leurs fournisseurs. Qui va aller défendre ces fournisseurs de l'état?
Réponse de le 07/02/2013 à 9:09 :
Ils pédalent tous dans la semoule et essaient de justifier leur présence... C'est triste à voir mais mesurette après mesurette on mesure l'incompétence et l'innéficacité d'un gouvernement qui subit.
a écrit le 06/02/2013 à 19:35 :
L Euro ayant pour certains euro-atlantistes béats permit de stabiliser le cours des changes des monnaies, occulté par un mal bien plus grand : celui des INTERETS D EMPRUNTS qui ruinent actuellement la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Espagne, l'Italie, la Belgique et bientôt la France : quelle belle réussite pour les peuples européens d être mis en servage par l Euro et les marchés financiers !
A lire le livre de Jacques Sapir "faut-il sortir de l Euro"

Enfin l idée d obliger la France à emprunter, pour ses investissements public, de l argent auprès des banques privées au lieu de la Banque de France, cette décision a été parachevée sous le Président Giscard d Estaing en Août 1973 et imposée dans la Traité de Maastricht. De 1973 à 2010, la dette de la France s est élevée à 1400 Milliards d euros.

Voir les conférences en ligne
http://www.u-p-r.fr/sortie-de-leuro/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est


a écrit le 06/02/2013 à 19:32 :
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 06/02/2013 à 19:17 :
donc si j'ai bien compris on augmente les charges des AE de 15 pour cent,mais en parallèle on leur permet d'emprunter plus,probablement pour payer ces charges.ceci va dans le bon sens
a écrit le 06/02/2013 à 19:13 :
payer a 6 mois avec un eonia a 0 ca ne presente plus grand interet, sauf ne pas couler en cas de pbs... maintenant tt le monde sait que l'etat est le plus mauvais payeur, tt comme il est le seul a s'autoriser dans les milieux autorises a reconduire 400 fois un cdd de 7 heures 23 mn et 35 secondes pour le volontaire que ca interessera....... cela dit ca ne resoud pas les pbs de fonds propres des entreprises, et dieu merci tt est ft pour qu'elles n'en n'aient pas... merci qui?
a écrit le 06/02/2013 à 18:26 :
Excellent initiative ... si elle est menée à terme rapidement.
Réponse de le 06/02/2013 à 19:00 :
le samedi ... jour de pleine lune ... et année bissextile ! (conditions indispensables)
a écrit le 06/02/2013 à 18:00 :
"Réaction positive de la CGPME" ...."La CGPME s'est réjoui de l'annonce de ce plan et engage les PME à se tourner vers leurs établissements bancaires pour solliciter les crédits de trésorerie mis en place par la BPI. .... c'est de l'humour Madame ou Monsieur ... la/le journaliste !!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 06/02/2013 à 17:53 :
je donne ma place à : M. Moscovici.... qu'il soit brillant dans cet exercice vu la conjoncture !
a écrit le 06/02/2013 à 17:53 :
Ils sont toujours rigolos les socialos!
a écrit le 06/02/2013 à 17:46 :
Donnez moi des commandes et le financement suivra .Délais de paiement !demander a l'épicier du Landerneau comment il agit ,malgré ses prestations télé
a écrit le 06/02/2013 à 17:43 :
Des inspecteurs pour inspecter les inspecteurs, vite !!!
a écrit le 06/02/2013 à 16:35 :
Hélas de vieilles recettes.Ce dont les PME ont besoin c'est de moins de charges,de plus de commandes et de résultat.Il y aura la queue des banquiers à la porte.
Réponse de le 06/02/2013 à 18:26 :
Peu importe les charges, pourvu que l'on arrive à avoir des commandes. La solution est extrêmement simple, connue de tous et de toutes, mais personne n'a le courage de la mettre en oeuvre. Il suffit de s'assurer que les grandes organisation consacrent (vraiment) 10% de leurs achats à des PME. Cela s'appelle le "Small Business Act". C'est facile à enoncer, facile à mettre en place, facile à contrôler avec tous les moyens informatiques dont on dispose actuellement (pour ceux qui n'y arrive pas, il y a nombre de PME en informatique capables de la mettre en place). Un peu de courage, que diable !
Réponse de le 06/02/2013 à 22:29 :
Tout a fait d'accord mais Small Business Act est un process in connu pour ces Branquignols de Ministre....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :