"Nous n'avons pas surfiscalisé les agriculteurs" (Le Foll)

 |   |  402  mots
Selon Stéphane Le Foll, les tensions actuelles en France sont le résultat des efforts réclamés pour colmater les déficits. Mais selon lui, le plus dur est passé. (Photo : Reuters)
Selon Stéphane Le Foll, les tensions actuelles en France sont le résultat des efforts réclamés pour colmater les déficits. Mais selon lui, le plus dur est passé. (Photo : Reuters) (Crédits : AFP)
Le ministre de l'Agriculture assume la réforme de la PAC et les réformes fiscales qui concernent les agriculteurs dans le projet de loi de Finance 2014. Pour lui, il s'agit de véritables "choix politiques".

"Moins de subventions pour les céréaliers signifie un soutien accru aux éleveurs confrontés, depuis longtemps, à de graves difficultés". Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll "assume le rééquilibrage en faveur de ces producteurs", dans un entretien publié dans le Figaro de ce jeudi.

Le Foll assume le rééquilibrage de la PAC...

Dans les faits, ces derniers contestent contre un "cumul" de taxes et de règlements suite à l'appel au blocus, finalement peu suivi, de Paris par la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles d'Ile-de-France (FDSEA) et celle des Jeunes agriculteurs (JA).

Parmi leurs inquiétudes, les céréaliers d'Île-de-France estiment que la réforme de la PAC va leur faire perdre 30 à 40% des aides qu'ils perçoivent. "Le vrai chiffre est 25%", répond le ministre qui assume "un choix politique majeur", qu'il justifie par son rôle de ministre au service de l'agriculture, et non seulement au service des céréaliers d'Île-de-France.

... et conteste la surfiscalisation des agriculteurs

Les agriculteurs dénoncent aussi un excès de fiscalité, comme c'est le cas pour un grand nombre de Français ces derniers temps.  Il y a quelques semaines, le président de la chambre d'agriculture d'Ile-de-France ouest, avait fait part de son inquiétude concernant la majoration de la taxe sur le foncier non bâti en zones périurbaines au ministre. Là aussi, l'argument est balayé par Stéphane Le Foll qui estime ne pas avoir "surfiscalisé les agriculteurs". Et d'énumérer :

"L'écotaxe n'est pas mise en œuvre. La hausse de la TVA sur les engrais ne concerne pas les agriculteurs puisque cette taxe continue de leur être remboursée. J'ai refusé le projet de taxe sur l'azote qui aurait pourtant fait rentrer 300 millions dans les caisses de l'État. Autre chose: le remboursement partiel de la taxe sur le gazole est pérennisé et les agriculteurs bénéficieront du crédit d'impôt compétitivité."

Tous les efforts demandés pour colmater les déficits à l'origine du ras-le-bol

Selon le ministre, le ras-le-bol des Français serait surtout le fruit d'un colmatage des brèches françaises dans l'urgence, c'est à dire "colmater les déficits avec une croissance faible qu'il fallait malgré tout soutenir". Pour lui, le plus dur est passé, "mais tous ces efforts demandés se cristallisent aujourd'hui, provoquant ces mouvements de contestation".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2013 à 12:18 :
pensez aux éleveurs de chiens qui touchent rien de la PAC et les molosses ça mangent beaucoup.
a écrit le 22/11/2013 à 0:29 :
Le ministre ne peut pas comprendre que la principale motivation des agriculteurs est leur mode de vie, avec une certaine liberté. Ils ne supportent pas le monde politique, ni les fonctionnaires, qu'ils ont l'impression vive d'entretenir, et d'en recevoir, en contrepartie, le mépris. Ils n'ont en général aucune confiance dans l'appareil de l'Etat non plus, extrêmement pesant. Pas étonnant qu'ils se révoltent périodiquement.
a écrit le 21/11/2013 à 19:27 :
pour juguler l'inflation dans les années 90 on a eu la politique du franc fort suivi par l'euro.
c'est à dire favoriser les importations, couler les entreprises (vs 3,5 millions de chômeurs + 1/2 million d'étrangers inactifs), mais comme ne pouvait pas couler aussi l'agriculture on a compensé par des subventions, en les réduisant ou supprimant la boucle est bouclée.
Et c'est parti pour les 10 millions d'inactifs!
Si on ne sort pas de l'euro.
Quand aux "betteraviers" si on pensait aux carburants verts au lieu de disserter sur la planète;
Mais la il y a quelque chose qui coince, cultiver les champs pour faire du carburant, les bobos sont contre.
a écrit le 21/11/2013 à 17:41 :
On ne peut pas mettre dans le même panier les céréaliers (revenus moyens 76 000 euros annuels) et les éleveurs (17 000 euros). Les premiers ne sont pas légitimement fondés à recevoir des aides européennes ou nationales, alors que pour les seconds la question peut se poser. Reste qu'il n'y a aucune raison d'aider des productions de viande de m..... Donc des boites comme Doux (poulet tellement industrialisé qu'il est invendable en Europe) n'ont aucun avenir.
a écrit le 21/11/2013 à 17:41 :
On ne peut pas mettre dans le même panier les céréaliers (revenus moyens 76 000 euros annuels) et les éleveurs (17 000 euros). Les premiers ne sont pas légitimement fondés à recevoir des aides européennes ou nationales, alors que pour les seconds la question peut se poser. Reste qu'il n'y a aucune raison d'aider des productions de viande de m..... Donc des boites comme Doux (poulet tellement industrialisé qu'il est invendable en Europe) n'ont aucun avenir.
a écrit le 21/11/2013 à 14:22 :
Travailleurs d'Ile de France, vous auriez peut-etre du leur donner une petite pièce, ce matin, ils sont tellement habitués à recevoir sans contre partie !!!!
a écrit le 21/11/2013 à 14:12 :
bravo stephane le foll: ce rééquilabrage est bien normal et qui va plaindre ces pauvres céréaliers? personne
a écrit le 21/11/2013 à 13:42 :
mais non ! soit disant mais fiscalisé à 24 % à la source .
a écrit le 21/11/2013 à 13:40 :
Traité de ROME (mars 1957), FEOGA: favoriser l'exportation en subventionnant la différence
CR-PRIX mondial, et pénaliser l'importation par une restitution égale à la différence (prix
français- prix mondial).
Réponse de le 21/11/2013 à 16:38 :
D'où le poulet subventionné vendu au Maghreb mais cela impliquerait des importations agricoles hors hexagone sauf à considérer gaz et pétrole comme produits agricoles.
a écrit le 21/11/2013 à 13:03 :
Les céréaliers se gavent depuis 20 ans avec la pac de plus ils ne travaillent que 5 à 6 heures par hectare ,peuvent partir 2 ou 3 mois en vacances au soleil l hiver pendant ce temps les éleveurs galbèrent 365 jours par an du matin au soir ,il était temps de changer la pac sinon plus personne n aurait fait de l élevage ,exemple la production d agneaux à baissé de 30 pour cent en 10 ans
a écrit le 21/11/2013 à 12:50 :
... à l'exception de ceux qui produisent en bio (l'agriculture raisonnée n'est qu'une escroqueriepour gogos décérébrés puisqu'elle utilise les mêmes substances chimico-toxiques que l'agriculture conventionnelle) sont les plus grands pollueurs de la planète et causent directement un nombre sans cesse croissant de maladies graves. Ils devraient être jugés pour crimes contre l'humanité et tous leurs biens saisis.En outre, l'ensemble du monde agricole n'est composé que d'assistés et de profiteurs qui vivent grassement d'aides et autres subventions. Celles-ci sont directement responsables de la hausse des taxes, imoôts, ... les agriculteurs convientionnels et raisonnés fourguant de la merde à ceux-là même (les consommateurs) qu'ils empoisonnent. Qu'ils aillent travailler correctement au lieu d'emmerder l monde sur les routes, de truander leurs compatriotes et d'empoisonner sciemment tous les consommateurs. Au lieu de leur fourguer des subventions trop plantureuses qui les font vivre souvent luxueusement (même si ce luxe reste soigneusement dissimulé, histoire de pouvoir continuer à mendier les aides), il faudrait imposer des très lourdes taxes (calculées en fonction du nombre de bêtes ou par rapport aux hectares cultivés) à tous les empoisonneurs conventionnels et raisonnés qui, en fin de comptent coûtent très cher, trop cher, à tout le monde.
Réponse de le 21/11/2013 à 13:00 :
Je ne l'aurais pas dit de cette façon-là, il faut sans doute un peu plus de mesure,mais je suis assez d'accord.
Réponse de le 21/11/2013 à 13:00 :
Je ne l'aurais pas dit de cette façon-là, il faut sans doute un peu plus de mesure,mais je suis assez d'accord.
Réponse de le 21/11/2013 à 13:28 :
Je ne l'aurais pas dit de cette façon-là,mais je suis assez d'accord.
Il était dans un premier temps question d'écotaxe,cela a débouché sur tout et n'importe quoi.
Les accidents de ce matin devraient calmer tout ce cinéma,orchestré par la Fnsea et d'autres organisations subventionnées.
Mon tonton agriculteur dans le Vaucluse est embeté,il a peur de ne pas arriver à démarrer sa vieille Renault 4:il ne peut décemment pas utiliser sa Mercedes pour aller manifester!
Réponse de le 21/11/2013 à 15:32 :
Sa Ferrari est cachée sous un tas de foin ?
Normale de se plaindre quand les revenus sont censés baisser. Quand il n'y aura plus d'allocations familiales, ceux qui gagnent 15 000 €/mois se plaindront, normal car humain.
a écrit le 21/11/2013 à 12:20 :
encore heureux ! mais ce seraient bien les seuls....
a écrit le 21/11/2013 à 12:04 :
Des paysans français qui vivent de subventions, d'aides, au détriment des travailleurs français . . Ils polluent avec leurs pesticides et engrais, ils bloquent les fruits et légumes étrangers ! vivement la fin de ces aides.
Réponse de le 21/11/2013 à 18:30 :
vous ne voudriez pas que l'on mange des tomates venant de Hollande il s'agit d'une boule rouge gorgée d'eau polluée ou des fleurs qui ne tiennent même pas un jour. C'est ça votre proposition.
Réponse de le 23/11/2013 à 7:03 :
je prefere les tomates et fleurs de hollande car eux au moins ils ne polluent pas. Oui c'est ça ma proposition, c'est mon argent, j'en fait ce que je veux. Gardez la votre m....
a écrit le 21/11/2013 à 11:30 :
Ils empêchent d'aller travailler ceux qui payent des impôts pour acheter leur production au double du prix du marché.
Par la même occasion ils ruinent l'Afrique à cause de ces subventions et polluent la France
a écrit le 21/11/2013 à 10:46 :
Dans une démocratie il faut respecter l'autre et la France ayant adoptée comme devise "Liberté, Egalité, Fraternité", mettons un impot pour toutes les personnes travaillant au nom de l'Egalité et Fraternité au lieu de diviser pour mieux régner. Et la réforme en cours respectera ceux qui manifesteront mais certainement pas les autres.
A suivre
a écrit le 21/11/2013 à 10:08 :
Inacceptable le comportement de ces agriculteurs, protégés, chouchoutés, ne payant quasiment pas d'impôts, grands fonctionnaires européens (rémunérés par des subventions) inadmissible la prochaine revolution, ne les oublions pas ces populations sont égoïstes
Réponse de le 21/11/2013 à 10:31 :
Je vous rappelle que ce sont eux qui vous nourrissent en échange de contreparties on ne peut plus douteuses ou inexistantes. Sans les agriculteurs, vous ne vivriez pas très longtemps. La réciproque me paraît très improbable.
Réponse de le 21/11/2013 à 11:10 :
et alors on peut dire de même .Qui répare leur machine, qui leur fourni l' eau qu' il ne paye pas a sa juste valeur pour arroser n' importe quoi n' importe ou etc...c' est ça la fraternité et pas un contre l' autre réfléchissez...! ou alors qu' ils retournent a la ceuillette
Réponse de le 21/11/2013 à 12:26 :
Ce ne sont surement pas ces céréalier qui vous nourrissent, la plus grande partie de leur production par à l'exportation.
Aucun respect pour eux, ils ne représentent pas du tout ce qu'est l'agriculteur type et ne sont qu'une minorité au sein d’une minorité.
Ils ne produise ni lait, ni viande et pas plus de fruit et légume, mais gaspille une quantité d'eau faramineuse pour des céréale comme le maïs juste bon a faire de la nourriture pour animaux.
Quand on cessera de nous raconter de belle fable sur leur utilité, et ne nous leurrons pas, ils ne gênèrent quasiment rien en emploi induit.
a écrit le 21/11/2013 à 9:55 :
c'est sûr que les agriculteurs n'ont pas de problèmes d'impôts EUX. ils ne paient quasiment rien depuis des décennies comme les corses d'ailleurs. qu'on ne s'étonne pas des colères des classes moyennes laminées, elles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :