Pôle emploi épinglé pour avoir failli à son obligation... d'aide à l'insertion professionnelle

 |   |  283  mots
Pôle emploi, comme tout employeur, est censé accompagner ses employés en contrats aidés dans leur recherche d'emploi.
Pôle emploi, comme tout employeur, est censé accompagner ses employés en contrats aidés dans leur recherche d'emploi.
Un agence francilienne de Pôle emploi n'a pas suffisamment aidé une ex-employée qui enchaînait les contrats aidés à trouver un emploi, malgré l'obligation légale d'accompagner son insertion professionnelle.

Pôle emploi est aussi un employeur. Pour avoir manqué à ses obligations à ce titre, il a été condamné par les prud'hommes à verser 23.373 euros à une de ses ex-salariées.

Quatre ans de contrats aidés 

Cette dernière âgée de 59 ans, a travaillé en tant qu'agent administratif à l'agence Pôle emploi de Chelles (Seine-et-Marne) du 1er novembre 2007 au 31 octobre 2011, en contrat d'avenir puis en contrat unique d'insertion (CUI). Pendant cette période, elle n'a pas été suffisamment accompagnée dans sa recherche d'emploi, selon un jugement prononcé le 10 avril et dont l'AFP fait état ce mercredi. Or, ces contrats qui bénéficient d'aides publiques ont  pour justement but de favoriser l'insertion professionnelle. 

Le conseil de prud'hommes de Paris a ordonné la "requalification" de ses contrats en contrat à durée indéterminée (CDI), "en l'absence de démonstration par l'employeur du respect des obligations (...) de formation et d'accompagnement professionnel", et a requalifié la rupture de contrat en "licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse".

Défense de Pôle emploi

La directrice de l'agence de Chelles arguait que la plaignante "avait accès aux propositions de postes" de Pôle emploi. Une autre responsable a, de son côté, indiqué avoir fait parvenir "deux numéros d'offre d'emploi" à la plaignante le 31 octobre 2011, c'est-à-dire le dernier jour de son dernier contrat avec l'agence. 

Les prud'hommes ont estimé que ces deux éléments "ne peuvent être analysés comme des actions d'accompagnement personnalisé".

Le syndicat SNU Pôle emploi Ile-de-France, qui a accompagné les démarches de l'ex-salariée, a affirmé mardi dans un communiqué que "ce jugement a vocation à s'appliquer à tous les contrats aidés de Pôle emploi".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2014 à 18:05 :
Pas étonnant, c'est tout ! "Si vous n'avez besoin DE RIEN , vous pouvez venir me voir "....
a écrit le 21/05/2014 à 11:25 :
Pole emploi ne s'interresse pas a l'emploi des usagers, mais au leur...
J'y ai été malheuresement dependant durant un an, un vrai carnage.
Quand on veut joindre sa conseillére, les réponse les plus utilisées sont: Vacances, reunion, formation, extérieur.
3,3 millions de chomeurs, 300 000 offres d'emploi. Que fait on demain si toute les offres sont honorées ?????
Bonne chance aux "usagers", ne compter que sur vous même.
Réponse de le 21/05/2014 à 17:11 :
Vous pouvez ajouter le très classique « votre demande est EN DEHORS DE MES ATTRIBUTIONS ».
Réponse de le 22/05/2014 à 16:37 :
"Dossier en attente de traitement". Sept mois que ça dure pour moi et ce, même en essayant de lever le vent !
a écrit le 21/05/2014 à 9:19 :
Pole Emploi est surtout "aux ordres", par exemple les chiffres du chomage ces derniers mois sont toujuors arrivées vers le 23/24 et là, ceux d'avril arriveront juste après les élections europeennes! le 28 mai ... ouf!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :