L'Autorité de la concurrence examinera la vente des magasins Dia à Carrefour

 |   |  260  mots
Carrefour a en effet annoncé fin juin avoir signé une promesse d'achat pour reprendre plus de 800 magasins français de l'espagnol Dia.
Carrefour a en effet annoncé fin juin avoir signé une promesse d'achat pour reprendre plus de 800 magasins français de l'espagnol Dia. (Crédits : reuters.com)
Chargée d'examiner les rachats de plusieurs entreprises en France, la Commission européenne a estimé que l'institution française était plus à même d'étudier les opérations.

Bruxelles se décharge sur l'Hexagone. La Commission européenne a annoncé vendredi avoir renvoyé en France à l'Autorité de la concurrence l'examen de plusieurs projets de rapprochements d'entreprises, dont le rachat des magasins Dia par Carrefour.

"En accord avec les entreprises concernées", Bruxelles "a considéré que l'Autorité française était la mieux placée pour étudier l'opération", dit la Commission dans un communiqué.

800 magasins Dia rachetés

Carrefour a en effet annoncé fin juin avoir signé une promesse d'achat pour reprendre plus de 800 magasins français de l'espagnol Dia, confronté à une chute de ses ventes dans l'Hexagone. La Commission explique :

"L'Autorité étudiera les effets de l'opération sur l'ensemble des marchés locaux concernés: à Paris, en région parisienne, dans de grandes villes de province et dans plusieurs zones de province hors grandes villes."

Les syndicats de Dia France, qui craignaient une vente à la découpe, ont accueilli plutôt favorablement le rachat des magasins français, où sont employés 7.500 personnes, mais ont dit rester "sur leur garde", la CGT jugeant que "plus de 1.100 emplois" étaient menacés.

      Lire En France, les magasins DIA ferment le rideau

Les rachats de Mr Bricolage et Totalgaz également concernés

Trois autres dossiers sont renvoyés à l'Autorité de la concurrence: l'acquisition par le gestionnaire australien de cliniques Ramsey d'une part majoritaire de Générale de Santé, la reprise de Mr Bricolage par le britannique Kingfisher (dont la patronne de Castorama va prendre les rênes) et le rachat par l'américain UGI de Totalgaz, filiale de Total.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2014 à 19:10 :
Quel autorité a-t-elle l'Autorité si tout était déjà arrangé à l'avance et tout le monde à Bruxelles, à Paris et à Madrid est content ?
Réponse de le 13/09/2014 à 15:25 :
Au cas où vous l'ignoriez, il y a des règles dans l’échange de capitaux, et le rôle de cet organisme est de surveiller qu'elles ne sont pas violées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :