Le CAC 40 détenu à 46,7% par des étrangers

 |   |  292  mots
Le secteur le plus investi par les étrangers est, depuis 2011, la santé, dont le taux de détention par des non-résidents a atteint l'an passé 57,0% (+2,6 points).
Le secteur le plus investi par les étrangers est, depuis 2011, la santé, dont le taux de détention par des non-résidents a atteint l'an passé 57,0% (+2,6 points). (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
À la fin 2013, les non-résidents possédaient 499,2 milliards d'euros d'actions des 36 sociétés du CAC 40. La progression du taux de détention des non-résidents a été limitée à 0,4 point, contre 2,1 points en 2012 et 2,3 points en 2011

La présence d'investisseurs étrangers dans les 36 sociétés françaises du CAC 40 retrouve son niveau de 2004. À la fin 2013, ceux-ci détenaient 46,7% de leur capitalisation boursière totale, soit 499,2 milliards d'euros d'actions, révèle lundi la Banque de France. Un tel pourcentage efface les replis observés lors de la crise financière de 2007-2008 et lors de la crise des dettes souveraines de la zone euro en 2010.

Dix-neuf des sociétés françaises du CAC 40 (contre 16 en 2012) étaient par ailleurs détenues par des non-résidents à plus de 50%, dont quatre à plus de 60%.

Les télécoms enregistrent la plus forte hausse de 2013

Depuis 2011, le secteur le plus investi par les étrangers est la santé, dont le taux de détention par des non-résidents a atteint l'an passé 57% (+2,6 points), devant le secteur pétrole, gaz et matériaux (50,3%, en recul de 1,5 point).

Le secteur des télécoms, dont le taux a bondi de 5,5 points, à 47,5%, enregistre la plus forte hausse de 2013. À l'opposé, celui des services aux collectivités n'a attiré l'an passé que 21,8% de capitaux étrangers, soit un recul de 3,4 points.

42,7% de l'ensemble des actions cotées françaises

Globalement, le flux net d'achat des étrangers s'est élevé l'an passé à 15,3 milliards d'euros, un niveau équivalent à ceux de 2012 et 2011. Les investisseurs français étaient pour leur part vendeurs nets des sociétés du CAC 40 pour dix milliards d'euros.

La progression du taux de détention des non-résidents a néanmoins été limitée à 0,4 point, contre 2,1 points en 2012 et 2,3 points en 2011, en raison des effets de valorisation qui ont contribué à la réduire de 1,1 point, explique la Banque de France.

Sur l'ensemble des actions cotées françaises, ce taux atteint 42,7% en 2013 - après 42,6% en 2012 et 40,6% en 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2014 à 14:44 :
Les Français haïssent le capital et donc le laissent aux autres. Ces entreprises ont leurs clients hors de France ainsi que leurs usines. En interne, on y parle Anglais dans les directions. Il reste une boite aux lettres à la Défense. Un pays socialiste ne peut rien espérer de plus.
a écrit le 23/09/2014 à 14:37 :
quel pigeon,poulet,etc Français peut acheter de la bourse de "paris" quand les exemples de la ferme des 1000 vaches,d'AirFrance,Spanghero, transporteurs etc demontrent,que ce Pays devient un Etat Soviétique,ou le boulot est un DU par l'Etat
a écrit le 23/09/2014 à 13:39 :
Oui il ne faut pas s'étonner que des multinationales appartiennent en majorité à des étrangers puisqu'elles sont multinationales. Je crois que La Tribune aurait dû nous donner la proportion aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Chine pour qu'on puisse comparer et voir si le cas des multinationales françaises est exceptionnel. J'ai aussi plusieurs commentaires: un étranger = un non-résident si j'ai bien compris; donc nos français qui possèdent des actions et s'exilent en Suisse ou en Belgique sont de fait des étrangers. Autre commentaire et important: pour bcp de d’entreprises du CAC40, elles sont nées en France, mais au final, qd on regarde qui les possède, qd on regarde dans quels pays elles réalisent les plus gros chiffres d'affaires / bénéfices, qd on regarde où sont leur usines ou centre de développement, c'est très compliqué de dire à quel pays elles appartiennent vraiment.
a écrit le 23/09/2014 à 9:40 :
Donc les fleurons industriels Français n'appartiendront tous bientôt plus qu'à des étrangers... Dans ces conditions, le Médef ne verra donc aucune objection à taxer le capital étranger à la hauteur de ces espoirs de redressement productif et de diminution du taux de chômage...
Réponse de le 23/09/2014 à 12:14 :
Ca c'est votre vison, la réalité des faits pourraient être fort differente. Un grand nombre de groupe du CAC40 faisant déja plus de la moitié de leur CA voir benefice hors de france. La prochaine étape est de délocalisé les sieges sociaux, ou de découper le groupe. Beaucoup d'options sont possbiles
a écrit le 23/09/2014 à 8:00 :
Ici se cache toute la perverstité des américain et de leur dollar :
Ils font marcher la planche à billet à fond de train, rachètent des entreprises profitables en France/Europe avec leur monnaie de singe, ou l'on ne peut pas lutter à cause d'un euro bien trop fort.
Bref, c'est tout benef pour eux, et c'est pour notre plus grand malheur.
Nous ne nous en sortirons PAS tant que nous serons dans le giron de cet état-vampire.
Réponse de le 23/09/2014 à 8:38 :
Arrêtez de vous faire du soucis, le réchauffement climatique et les bouleversements qu'il va causer va tout remettre a plat, chacun va rentrer chez soi et manger les pissenlits par la racine. Ce n'est qu'une question de temps (court)
Réponse de le 23/09/2014 à 14:16 :
C'est vite oublier les investissements chinois en France. Une partie du capital de PSA a été racheté par un concurrent chinois. Club Med pourrait à son tour se faire racheter par une entreprise de l'Empire du milieu
Réponse de le 23/09/2014 à 15:04 :
@Arn ; quel dommage que les américains soient venus se faire trouer la paillasse sur les plages normandes en 1944. On vivrait tellement mieux si on avait été libéré par les russes...
On aurait connu les merveilles du socialismes, les discours du petit père des peuples, la Stasi et la goulag...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :