Comment Arnaud Montebourg veut dessiner le CAC 40 du futur

Le ministre de l'Economie a annoncé la composition du jury du « programme CAC 40 pour le futur ». Ses membres devront sélectionner 120 PME à fort potentiel. Il souhaite encourager la fusion des PME offrant de fortes synergies de revenus.
Fabien Piliu
La promotion 2014 du CAC 40 du futur sera bientôt dévoilée
La promotion 2014 du CAC 40 du futur sera bientôt dévoilée (Crédits : Reuters)

La croissance ne se décrète pas. Bien qu'elle soit régulièrement convoquée, invoquée, espérée, promise et même annoncée par l'exécutif alors que les statistiques prouvent le contraire, le gouvernement se casse les dents. La reprise, forte et durable, de l'économie française se fait toujours attendre, en témoignent les dernières publications de l'Insee.

La loi du marché ?

Ne parvenant pas à favoriser le retournement de la conjoncture, Arnaud Montebourg a décidé de voir plus loin. Faisant fi de la loi du marché, et de sa capacité à sanctionner la qualité des projets des chefs d'entreprises, le ministre de l'Economie a décidé de dessiner le CAC 40 du futur. Après avoir annoncé le mois dernier la création d'un programme d'accélérateur de croissance pour les PME, à l'occasion de la remise du rapport ETI réalisé par la Direction Générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services (DGCIS) et Bpifrance, Arnaud Montebourg a présenté les membres du jury chargé de sélectionner les PME qui ont le potentiel de devenir des entreprises de taille intermédiaire (ETI) et qui constitueront la promotion 2014 du " CAC 40 du futur ".

Muscler la croissance

" Votre mission sera de sélectionner 120 PME, championnes dans chacun de leur métier, tous à fort potentiel. Ces PME auront accès à un panel de services pour muscler leur croissance pendant les deux prochaines années. Je souhaite que de cette équipe de 120 PME puisse émerger le " CAC 40 du futur ". Nous ferons évoluer chaque année cette équipe, afin de faire vivre de manière dynamique le programme. J'attends avec impatience votre sélection de la promotion 2014 », a-t-il déclaré jeudi aux membres de ce jury, parmi lesquels des représentants de la puissance publique, dont Bertrand Finet, le directeur exécutif " Fonds Propres PME " à Bpifrance et Sandrine Duchesne, la directrice générale adjointe de la Direction Générale du Trésor (DGT) et des acteurs du secteur privé dont Michel Chabanel, le président de l'Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC) et Elizabet Ducottet, la co-présidente d'ASMEP ETI et PDG de Thuasne.

Peu d'originalité

Quels leviers seront actionnés ? Les recettes sont d'ores et déjà connues. Pour accélérer leur croissance, le gouvernement compte mettre en place "une stratégie d'export notamment en collaboration avec d'autres acteurs de leur filière, la mise en place d'innovations stratégiques et marketing et une amélioration de leur organisation de production pour mieux rechercher l'excellence opérationnelle ", précise le communiqué de Bercy.

Fusionner les PME aux fortes synergies de revenus

Plus original et plus osé, le ministre de l'Economie souhaite « le déploiement d'une stratégie de consolidation de leur secteur en fusionnant avec d'autres PME offrant de fortes synergies de revenus ». Le pari est loin d'être gagné. Il faudra convaincre les entrepreneurs de la méthode. Or dans une économie de marché, que l'exécutif demande aux entrepreneurs que leur entreprise soit fusionnée avec son partenaire, son concurrent ou son donneur, est plutôt baroque.

Les Gazelles de Renaud Dutreil

Ce n'est pas la première fois que l'exécutif tente de créer les champions de demain. En 2007, Renaud Dutreil, alors ministre des PME du gouvernement Villepin, avait lancé le dispositif « Gazelles » qui, via des allègements fiscaux, devait permettre à 2.000 entreprises de croissance de passer un cap et de crever ce plafond de verre qui entravait leur développement. Pour obtenir le statut de gazelles, il fallait que la masse salariale de l'entreprise ait progressé à un rythme supérieur à 15 % pendant deux exercices consécutifs. Depuis, ce programme a été abandonné.

Plus récemment, en septembre 2013, Nicole Bricq alors ministre du Commerce extérieur avait demandé à Bpifrance et Ubifrance, l'agence pour le développement international des entreprises, de s'allier pour constituer d'ici 2015 un groupe de 1.000 PME et ETI performantes à l'export.

Des proies pour les prédateurs étrangers ?

Reste une question. Alors que le ministre de l'Economie s'est récemment doté d'un droit de véto pour écarter les investisseurs étrangers qu'il jugerait mal intentionné, ou qui s'intéresseraient de trop près à des entreprises appartenant à des secteurs sensibles, cette sélection institutionnelle des champions de demain ne serait-elle pas dangereuse ? D'autre part, à moins que le gouvernement n'agisse dans la plus grande discrétion en privilégiant l'anonymat de ces pépites - ce qui serait étonnant compte tenu du goût du ministre de l'Economie pour le spectaculaire -, ne risque-t-il pas d'aiguiser les appétits des prédateurs français et surtout étrangers dont Arnaud Montebourg se méfie tant ?    

 

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 28/07/2014 à 8:41
Signaler
Investissez à la bourse,vos économies dans les PME sélectionnées par Mr Montebourg,bonne chance.....

à écrit le 28/07/2014 à 0:22
Signaler
Stop Remplacez Montebourg il ne sait pas dessiner

le 28/07/2014 à 9:43
Signaler
Si il sait dessiner il fait de grosses tâches dans les toilettes.

à écrit le 28/07/2014 à 0:22
Signaler
Stop Remplacez Montebourg

à écrit le 28/07/2014 à 0:19
Signaler
Quelqu'un d'eclairé et avisé peut il empêcher les politiques qui ne connaissent rien à rien de prendre des décisions à la con? L'analyse en France est souvent pertinente , c'est la solution qui ne l'est pas

à écrit le 27/07/2014 à 14:23
Signaler
J'espère simplement que toutes ces brillantes idées ne viennent pas de montebourg ou de la palanquée de hauts fonctionnaires des ministères qui espèrent secrètement être parachutés dans les grosses entreprises françaises restantes car sinon , on est ...

à écrit le 27/07/2014 à 13:05
Signaler
n'auront plus qu'à crever. Et les 120 sélectionnées recevront des aides diverses contre l'obéissance aux directives du ministre de la stratégie industrielle de la France, Arnaud de Montebourg.

à écrit le 27/07/2014 à 10:52
Signaler
... il vraiment une tête de vainqueur !.... hors concours !!!!!!!!!!!

à écrit le 27/07/2014 à 10:39
Signaler
La concentration des entreprises n’empêche pas la naissance de nouvelles entreprises qui deviennent des multinationales dans leurs secteurs d’activités. Le fait est que ces innovations majeures sont des entreprises anglo-saxonnes. Quelques fois, les ...

le 27/07/2014 à 11:09
Signaler
Comment voulez-vous qu'une entreprise innovantes qui veulent prospérer puissent le faire en France, avec le boulet de la fiscalité, des réglementations changeantes, des syndicats suicidaires ?

le 27/07/2014 à 11:36
Signaler
500 chômeurs de plus chaque jour .... vous dites quoi????

à écrit le 27/07/2014 à 9:57
Signaler
Les entreprises et les politiques,c'est comme l'équipe de France et ses supporters: Personne n'y jamais été mais ils savent tous comment il faut faire......

le 28/07/2014 à 0:24
Signaler
ENA !

à écrit le 27/07/2014 à 9:49
Signaler
Enfin quelqu'un de volontaire ! Il ne lui manque plus que les compétences.....

à écrit le 27/07/2014 à 8:46
Signaler
Montebourg connaît bien les entreprises: il n'y a jamais travaillé, n'a aucune connaissance des problèmes industriels et commerciaux, ne soupçonne pas les difficultés...Donc il peut en parler doctement et légiférer sans réalisme!

à écrit le 27/07/2014 à 0:03
Signaler
Tant qu'on continuera a nous coller des bouffons sortis de n'importe où aux manettes , il ne faudra pas s'étonner que notre pauvre pays continue de s'enfoncer vers une tiers-mondisation certaine... Nos dirigeants n'aiment pas notre pays... ils s'en s...

à écrit le 26/07/2014 à 23:50
Signaler
A peine croyable ce niveau d'infatuation et de mépris des réalités.

à écrit le 26/07/2014 à 20:52
Signaler
il faut repérer les 120 PME les plus rentables pour les couler au plus vite il est inadmissible qu'elles puissent faire des profits sans que nos gouvernants et leurs copains en profitent il faut les exproprier et les fusionner de force dans un gran...

à écrit le 26/07/2014 à 19:47
Signaler
comment Arnaud Montebourg veut dessiner le CAC40. réponse comme un manche à balais avec une plume au bout

à écrit le 26/07/2014 à 15:08
Signaler
Les gens de l'ENA ont été éduqué à penser en terme de ministères publics et de ministères privés, les ministères publics on les connait, les ministères privés ce sont les grands groupes privés qui doivent obéir à l'état, pour servir à "piloter" l'éco...

à écrit le 26/07/2014 à 14:10
Signaler
120 sociétés ? SBF120 peut-être ? :-)

à écrit le 26/07/2014 à 12:52
Signaler
Du N'importe Quoi !! Un De plus!! Signé, le Gouvernement Français et Monte Bourde ;)))!!!

à écrit le 26/07/2014 à 12:11
Signaler
et bla bla bla ... La seule manière de rendre nos entreprises viables est que les produits qui rentrent chez nous paient un peu notre système social : ça s'appelle droits de douane ! Tournez le pb dans le sens que vous voulez, vous arriverez toujou...

à écrit le 26/07/2014 à 11:50
Signaler
Montebourg s'attaque à un problème bien réel que j'expose souvent. la concentration mondiale des entreprises fait que leur nombre va se réduire drastiquement. j'ai pris il y a peu l'exemple des entreprises américaines car la démonstration y est plus ...

le 26/07/2014 à 12:34
Signaler
Intéressant mais l'Europe des grandes entreprises est en marche depuis bien longtemps. Un français est le représentant des 50 plus grosses entreprises européennes qui pèsent 1300 milliards et emplois environ 6,3 millions de salariés sur notre contine...

le 26/07/2014 à 18:46
Signaler
Il faut prospecter le segment de l imprimerie, et du papier .

le 27/07/2014 à 7:44
Signaler
Moi je il y en a beaucoup. On vous a identifié c'est montegourde.

le 28/07/2014 à 0:43
Signaler
Orwell s'était planté, il n'y aura pas Eurasia Océania etc. mais Sanopfizer Nestlever etc.

à écrit le 26/07/2014 à 10:57
Signaler
Je suis entrepreneur. Modeste entrepreneur, certes, mais j'ai déjà créé et développé plusieurs entreprises, la plupart du temps avec succès. Je n'ai qu'une chose à dire à propos de monsieur MONTEBOURG : il n'y connait rien. Il est dangereux et a man...

à écrit le 26/07/2014 à 9:41
Signaler
lol ! des gens qui ne savent pas ce que c'est qu'une entreprise vont designer les entreprises ' elues par le soviet' pour fusionner de force et faire du marketing d'etat a l'export!!!! et on financera ces bras casses en les faisant quoter !!!!!! cell...

à écrit le 26/07/2014 à 8:43
Signaler
L'idée consiste à basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. Pourquoi n'en parle-t-on pas?

à écrit le 26/07/2014 à 8:32
Signaler
Montebourg serait un champion s'il arrivait à promouvoir cette idée. Bonne chance.

le 26/07/2014 à 8:40
Signaler
Montegourde n'a qu'un idée se faire de la pub.

à écrit le 26/07/2014 à 8:22
Signaler
Il faut intégrer l'énergie dans le calcul économique: il y a le travail, le capital ET l'énergie. A suivre.

à écrit le 25/07/2014 à 22:23
Signaler
Geotrouvetout est de retour et chaque semaine il nous sort de son chapeau une nouvelle idée ?

à écrit le 25/07/2014 à 18:36
Signaler
Aucune nouvelle et jeune entreprise dans le cac 40 depuis des dizaines d'années. Pas de google ou de twitter français, pas de géant du numérique français, les directions et les propriétaires des entreprises françaises ont manqué le virage du numériqu...

le 26/07/2014 à 11:58
Signaler
Faux. Revoyez sérieusement votre copie.

le 27/07/2014 à 7:46
Signaler
Faux vous avez rien compris.

à écrit le 25/07/2014 à 18:20
Signaler
Qu'il commence déjà à apprendre le fonctionnement d'un entreprise...

à écrit le 25/07/2014 à 16:56
Signaler
Au rythme où vont les faillites et les délocalisations, il n'y aura bientôt plus le choix pour les 120 PME ... Je sais, je sais, j'exagère ...

à écrit le 25/07/2014 à 16:18
Signaler
Il y a vraiment qu'en France comme peut accoucher d'une idee aussi debile !Que l'Etat s'occupe deja de bien gerer ses affaires (ce qu'il ne fait pas) avant d'aller se meler des affaires du secteur privée. Iniative vouée a l'echec!

le 25/07/2014 à 18:24
Signaler
Je pense que vous n'avez jamais quitté les frontières Françaises, sinon peut être uniquement comme touriste. Allez seulement voir comment cela se passe en extrême orient.

le 26/07/2014 à 8:39
Signaler
Vous avez oublié d'indiquer ce qui se passait en 1800, vous serez plus précis.

à écrit le 25/07/2014 à 15:59
Signaler
...Arnaud va manger sa casquette !!!!!! sure !!!!!!!!!!!!!!

à écrit le 25/07/2014 à 15:43
Signaler
Louable idée , mais un passé récent ou on a vu une charte être préférée à une loi , laisse augurer que la transformation d un nouveau CAC 40 ne verra le jour qu' avec l aval des gros patrons du Vieux CAC 40. Autrement dit une oubliette pour cette idé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.