Procès Xynthia : quatre ans de prison ferme pour l'ex-maire de La Faute-sur-Mer

 |   |  285  mots
Vue aérienne de La Faute-sur-Mer, inondée après le passage de la tempête Xynthia en 2010.
Vue aérienne de La Faute-sur-Mer, inondée après le passage de la tempête Xynthia en 2010. (Crédits : Reuters)
Son ex-adjointe à l'urbanisme Françoise Babin, a été condamnée à deux ans de prison ferme. Le tribunal correctionnel des Sables d'Olonne a estimé que les anciens élus avaient "intentionnellement occultés" les risques d'inondation de la tempête Xynthia qui avait tué 29 personnes.

La sentence est tombée. L'ex-maire de La Faute-sur-Mer (Vendée), René Marratier, a été condamné vendredi 12 décembre à quatre ans de prison ferme dans le cadre du procès pour la mort de 29 personnes dans sa commune lors du passage de la tempête Xynthia en 2010. Le tribunal correctionnel des Sables d'Olonne, en Vendée, a également condamné Françoise Babin, l'ex-première adjointe, à deux ans de prison ferme et 75.000 euros d'amende pour avoir, selon le procureur, signé des permis de construire illégaux sur des terrains qu'elle savait inondables par "appât du gain".

Des risques d'inondation connus selon le tribunal

Le tribunal a estimé que les anciens élus connaissaient parfaitement les risques d'inondation dans la station balnéaire mais les avaient "intentionnellement occultés" pour "ne pas entraver la manne" que représentait l'urbanisation. René Marratier va faire appel de cette décision, selon son avocat.

Par ailleurs, le fils de l'ex-adjointe, Philippe Babin, président de l'association propriétaire de la digue Est, a écopé de dix-huit mois de prison ferme, pour ne pas avoir fait assurer correctement la surveillance de l'édifice. Alain Jacobsoone, accusé de ne pas avoir transmis les consignes de sécurité du préfet au maire de La Faute-sur-Mer la nuit du drame, alors qu'il était fonctionnaire de la direction départementale des territoires et de la mer, est relaxé. Le tribunal a également constaté l'extinction de l'action publique à l'encontre de Patrick Maslin, autre adjoint de René Marratier, décédé au cours du procès des suites d'un cancer. Il a toutefois prononcé une amende de 30.000 euros à l'encontre de l'une de ses deux entreprises du bâtiment, pour l'édification d'une maison en zone inondable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2014 à 11:25 :
Encore un bouc émissaire de la mauvaise gestion du pouvoir publique français. Pourquoi nos journalistes, comme ils font avec les violeurs et assassins de tous bords, ne donnent-ils pas la parole aux avocats de la défense ? la corruption ne se résume uniquement au maire de cette commune aprmi d'autres en France, mais du pouvoir qui s'irradie directement de Paris, ne soyons pas dupes.
a écrit le 13/12/2014 à 8:27 :
Sinon pour rappel a été décidé la construction de la future gare TGV de Montpellier et de son quartier d'affaire en pleine zone inondable...
Réponse de le 13/12/2014 à 11:27 :
Ce n'était pas une faute sur mer mais une faute sur terre, nuance.
a écrit le 13/12/2014 à 3:09 :
Dans cette affaire le corrompu est aussi responsable que les corrupteurs et il est injuste que le contribuable ait eu à payer des lopins de terre initialement inconstructibles au prix de terrains constructibles.
a écrit le 12/12/2014 à 19:53 :
La ligne Paris - Bordeaux (LGV) au raison de 5 milliards des euros enfin de gagner 20 minutes de voyage , prelevé.
Pour camoufles cette prioritee on sentence un marie, sans acune moyenne de financier de proteger la cote Altlantique Francais.
Et le saison des tempetes meme pas commence.
Réponse de le 13/12/2014 à 0:26 :
La ligne Tgv fera gagne 1 h sur 3 h actuellement
Défendre un délinquant en mélangeant tous les sujets n'est pas très honnête

Le maire en a profité pour faire son beurre son dossier est accablant
a écrit le 12/12/2014 à 17:22 :
Peut être pas pour du pognon en ligne directe , mais pour les retombées que l augmentation de population occasionne .
a écrit le 12/12/2014 à 17:13 :
Bravo à la justice, enfin une décision courageuse, exemplaire et responsable... Pour les condamnés ce n'est pas trop payé 29 morts pour du pognon!!
a écrit le 12/12/2014 à 16:36 :
Et pour le maire de la Nouvelle Orléans après le passage du cyclone ?

Tous les Maires sans exception devraient démissionner, car désormais au premier débordement de rivière , au premier arbre qui tombe sous le vent etc. Le maire risque d'être poursuivi. Les grandes mairies , comme aux USA, auront les moyens de s'offrir les services d'un cabinet juridique, mais pour les autres c'est désormais le jeu de la roulette russe.
Réponse de le 12/12/2014 à 16:47 :
Apparemment, vous avez loupé un épisode !
Réponse de le 12/12/2014 à 18:19 :
Je n'ai rien loupé, la décision de permis de construire ne dépend pas que du maire, mais un "petit" maire a le costard idéal du parfait lampiste.
Réponse de le 13/12/2014 à 8:25 :
Donc selon vous on aurait du la faire à la française : acquittement, rééléction, et promotion au conseil général ?
Pour une fois qu'un élu doit assumer ses décisions, on ne va pas pleurer.
a écrit le 12/12/2014 à 15:50 :
allez hop les crabes dans le panier...
a écrit le 12/12/2014 à 15:11 :
Il connaissait les risques et a mît en danger les habitants

Tres bonne décision qui va faire rèflechir les élus pas souvent honnête
Réponse de le 12/12/2014 à 17:32 :
Et si les avis émis par la DDE à l'époque des autorisations de construire par la municipalité dans cette zone étaient publiés,on pourrait se faire une meilleure idée et ce d'autant qu'il est difficile d'avoir les minutes du procès.
a écrit le 12/12/2014 à 14:39 :
On comprend pourquoi les notables et les classes influentes veulent supprimer les juges pour les remplacer par une justice conduite par des notables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :