Berlin relève sa prévision de croissance pour 2011

 |  | 551 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le gouvernement allemand table sur un soutien prononcé de la demande intérieure, notamment de la consommation, alimentée par la hausse des revenus et la baisse du chômage. La hausse du PIB allemand pourrait ainsi atteindre non pas 2,3% mais 2,6%.

Une semaine après le relèvement des prévisions de croissance des grands instituts économiques allemands, c'est au tour du gouvernement fédéral de se montrer plus optimiste. Ce jeudi, le ministre de l'Economie Rainer Brüderle a ainsi affirmé que Berlin s'attendait à une progression de 2,6 % cette année du PIB de la République fédérale. Jusqu'ici, la prévision officielle de croissance fixée à l'automne dernier était de 2,3 %.

"La dynamique économique repose sur des fondements très larges", s'est réjoui le ministre qui estime que l'économie allemande peut "surmonter les effets de la crise japonaise". Le Japon est le quatorzième partenaire commercial de l'Allemagne et, en octobre 2010, le montant des exportations allemandes vers l'Empire du Soleil Levant s'élevait à un peu moins de 11 milliards d'euros, soit 1,4 % du total.

La contribution de la demande intérieure atteindra 80% en 2011 !

L'Allemagne continue en réalité à profiter de la croissance des pays émergents, Chine en tête, mais aussi, et les instituts économiques l'avaient déjà souligné voici une semaine, de la reprise de sa demande intérieure. La contribution de cette dernière à la croissance devrait passer à 80 % en 2011 contre 56 % en 2010. L'investissement va demeurer très dynamique et, surtout, la consommation devient un pilier de la croissance. "L'augmentation des dépenses des ménages sera cette année nettement au-dessus de la moyenne des dix dernières années", a promis Rainer Brüderle.

Le revenu disponible des ménages augmentera de 3,3% cette année et l'an prochain

Deux raisons principales à cela : l'emploi et les revenus. Selon le gouvernement allemand, le revenu disponible des ménages devrait progresser de 3,3 % en 2011 et 2012, du jamais vu au cours de la décennie précédente. Les revalorisations salariales devraient participer au mouvement, mais c'est surtout la baisse du chômage qui alimente cette hausse des revenus et, partant, ce retour du désir de consommer. En 2011, le nombre de chômeurs devrait se stabiliser durablement sous les 3 millions à 2,9 millions en moyenne (contre 3,21 millions actuellement), puis à 2,7 millions en 2012.

Rien d'étonnant alors à ce que la "faiblesse traditionnelle" de l'Allemagne, autrement dit, la consommation soit aujourd'hui, selon Rainer Brüderle, "surmontée". De retour sur ses deux jambes, l'économie allemande semble donc plus solide que jamais. Le ministre estime pouvoir ainsi qualifier la croissance allemande de "stable", adjectif qui fait l'objet d'une vénération sans borne outre-Rhin.

Pour 2012, Berlin reste prudent avec une croissance estimée à 1,8%

L'Allemagne est donc le meilleur élève de la classe européenne puisque la zone euro ne devrait guère connaître mieux que 1,6 % de croissance cette année. Pour autant, le gouvernement n'est pas euphorique dans ses prévisions. D'abord, il établit une prévision inférieure à celle des instituts qui tablent sur une croissance de 2,8 % et de certains économistes comme celui de Commerzbank qui parient même sur 3 %. Ensuite, l'atterrissage, malgré la "stabilité" sera réel en 2012, puisque Berlin ne prédit alors qu'une croissance de 1,8 %.

Enfin, Rainer Brüderle a rappelé les risques qui menacent la croissance allemande : le manque de main d'?uvre qualifiée, la crise de l'euro et, évidemment, l'inflation, qui devrait atteindre 2,4% en 2011 sous la pression du prix des matières premières. Mais Rainer Brüderle ne voit pas de "menace inflationniste aiguë" sur l'Allemagne.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2011 à 7:53 :
Merkel annonce une hausse en 2011, Lagarde annonce une baisse pour 2012. L'Allemagne fera 2.6% pendant une période de crise, la France fait péniblement 2% pendant une période de croissance unique dans les annales. Le peuple Français est tout enrièrement dans l'erreur et pas uniquement en raison de ses dirigeants, mais de tous, nous tous.
a écrit le 15/04/2011 à 7:51 :
L'Allemagne affiche un excèdent de la balance commerciale de 154 Milliards d'euro pour 2010, et ceci depuis une décennie. Mais le succès de l'économie allemand se fait aux dépens des pays de la zone euro qui se sur-endettent en achetant Made in Germany et un peu de Made in France aussi.
Les règles imposées à la zone euro surtout par l'Allemagne, soutenue par une France naïve qui croyait pouvoir profiter aussi des autres pays, favorisent les plus forts. Nous assistons depuis environs une dizaine d'années à un transfert des industries de pointe de pays les plus faibles de la zone euro vers l'Europe centrale et surtout l'Allemagne, surtout avantagée par la taille de son marché intérieur (chauvinisme commercial des Germanophones) et surtout par sa position géographique. L'immigration vers l'Allemagne de personnels hautement qualifié venant des pays de l'ancienne Union Soviétique est aussi un facteur à ne pas négliger.
Ce succès apparent de l'Allemagne, surtout aux dépens d'autres pays de la zone euro est en fait une victoire à la Pyrrhus. Il faudra un jour payer le fait d'avoir négligé la construction d'une vrai Europe Unie.
Réponse de le 15/04/2011 à 10:07 :
"Il faudra un jour payer le fait d'avoir négligé la construction d'une vrai Europe Unie."
Paroles que je crains prophetiques. Le nationalisme renait et revient en force.
a écrit le 14/04/2011 à 16:50 :
L'Allemagne relève sa prévision de croissance à 2.6 % ... bref ! Le ps établi un programme avec une prévision de 3 % !!!! Qui va gagner le ps ou l'Allemagne à votre avis ?!
Réponse de le 14/04/2011 à 21:47 :
ah !!ah !! MDR le PS qui va créer aussi 300 000 emplois pour les jeunes , je ne sais pas de quelle manière ??
cela ne m'étonne pas cette croissance allemande , tandis que nos amis de la CGT font leur grêve et bloquent les rues afin d'empêcher ceux qui veulent travailler , outre Rhin les machines tournent en plien régime . et quand le chiffre apparait , on rêve tous d'avoir les mêmes performances que nos voisins allemands . tandis qu'ils font l'effort de réduire leur dette à Paris on fait le contraire
a écrit le 14/04/2011 à 16:07 :
Bonjour,

Cela m'étonne que vous n'avez pas eu le " courage " de publier de développement de la dette allemande en 2011 ( 2,5% ) et pour 2012 ( 0,5% ) donnés hier!

Ce sont quand même des chiffres autrement intéressants.

Cordialement,

giantpanda
a écrit le 14/04/2011 à 15:22 :
bravo, la france elle fait l'inverse peut etre que la prime de 1 000 par salarié va faire relancer la machine et augmenter le P I B madame Lagarde ne pense qu'a cela....en sus cela ferra augmenter les impots sur le revenu tout est bénéfice,
a écrit le 14/04/2011 à 15:06 :
Si je lis bien, la croissance française est supérieure à la croissance allemande aussi
bien au PS qu'à l'UMP.
a écrit le 14/04/2011 à 14:42 :
Pendant que la France s'enlise dans son moralisme totalitaire, ses sophismes arrogants, sa bienpensance niaise, ses croyances mièvres, ses indignations surfaites, ses victimisations calculées, et son hypocrisie mielleuse, l'Allemagne avance. L'une parle, l'autre agit.
Réponse de le 14/04/2011 à 21:50 :
L'Allemagne est la grande beneficiaire de l'EU. Un grand pays industriel qui grace a la souffrance des PIGS beneficie d'une monnaie relativement faible. Les exportations s'envolent, le chomage baisse et la consommation interieure augmente.Tout va pour le mieux,dans le meilleur des mondes. Le contribuable Allemand ne veut pas entendre parler d'une aide aux PIGS. Un seul probleme, si les PIGS coulent, les banques Allemandes coulent aussi.Alors qu'on arrete avec le serieux des Allemands.Ils sont dans le meme marasme que nous.
Réponse de le 15/04/2011 à 14:23 :
çà n'a rien avoir avec la monnaie faible ou pas , je vous signale qu'on utilise la même monnaie qu'en Allemagne et qu'on paie avec les mêmes . Le problème et il faut avouer c'est que le déclin de la France (le seul pays capable de rivaliser l'expansion germanique) profite aux Allemands . Si tu t'imagines le nombre d'industrie lourde fermée en france durant ces 2 dernières décennies . on se tourne vers le service et sans compter les charges et la lourdeur administrative tout çà pèse dans ce pays . Alors pour moi n'attendez pas un miracle tant que nos amis de la CGT de FO comprennent les réelles préoccupations de ce pays
a écrit le 14/04/2011 à 14:32 :
Et voilà les résultats d'un pays qui a su faire les réformes nécessaires, au bon moment et même si elles fond mal. En retour des sacrifices faits pendant la crise, il y a revalorisations salariales et baisse du chômage.
Un bel exemple à prendre.
a écrit le 14/04/2011 à 13:57 :
...et sa béquille visiblement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :