Les eurodéputés veulent renforcer les moyens financiers de l'Europe

 |   |  515  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le Parlement européen s'est prononcé mercredi à en faveur d'une hausse de 5% du budget européen pour la période 2014-2020, un casus belli pour les Etats qui prônent au contraire un gel des dépenses.

468 voix contre 134 et 54 abstentions. C'est le score sans appel obtenu par les députés européens favorables à une hausse de 5% du budget mis à la disposition de l'Union Européenne par les Etats membres à compter de 2013.

La Commission doit de son côté faire le 29 juin ses propositions pour ce qu'on appelle dans le jargon bruxellois le "cadre financier pluriannuel" (CFP). Mais il paraît désormais acquis que les discussions entre le Conseil, qui devra se déterminer à l'unanimité, et le Parlement, qui disposera d'un droit de veto, seront tendues. Car les Etats membres de l'Union Européenne n'ont pas vraiment l'intention d'accorder une hausse budgétaire qui dépasserait le niveau de  l'inflation. Le Premier ministre britannique, David Cameron, l'avait clairement annoncé en décembre dernier au président de la Commission européenne. Et il avait été soutenu sur ce point par la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande.

"On ne peut pas continuer à faire plus d'Europe avec moins de budget"

Mais pour les eurodéputés, cette hausse budgétaire substantielle est indispensable : "En l'absence de ressources supplémentaires suffisantes, l'Union ne sera pas en mesure ni de mettre en oeuvre les orientations prioritaires actuelles, ni de s'acquitter des nouvelles missions que lui assigne le traité de Lisbonne", affirment-ils. A côté de ces nouvelles missions, telles que le financement de la politique extérieure de l'UE, ils appellent au maintien des plafonds alloués aux dépenses agricoles et de cohésion (les aides aux régions en retard de développement), qui représentent quelque 80% des dépenses communautaires.

"On ne peut pas continuer à faire plus d'Europe avec moins de budget", estime ainsi Salvador Garriga Polledo, eurodéputé espagnol du Parti populaire européen (PPE, centre-droit) et président de la commission spéciale du Parlement. De son côté, le Français Joseph Daul, président du groupe PPE observe que "le budget européen a toujours été équilibré, contrairement à celui de nos Etats et il est dépensé à plus de 80% pour des projets qui bénéficient aux Etats membres".

Bruxelles veut pouvoir lever des impôts

Les parlementaires soulignent que le budget de l'Union européenne s'établira en 2013 aux environs de 130 milliards d'euros, soit 1,06% du Revenu national brut (équivalent au PNB) des Etats membres. Par ailleurs, les eurodéputés font remarquer qu'ils ne demandent pas un effort supplémentaire aux Etats empêtrés dans la crise de la dette. Ils souhaitent simplement la création d'un système de financement autonome.

La Commission européenne a déjà évoqué plusieurs options comme sources de revenus telles que des taxes sur les transactions financières, le transport aérien ou l'énergie, la vente aux enchères de quotas d'émissions de gaz à effet de serre ou encore la TVA ou l'impôt sur les sociétés.

Si le Conseil et le Parlement ne parvenaient pas à se mettre d'accord d'ici 2014, les plafonds budgétaires prévus en 2013 continueraient à s'appliquer, ce qui ne déplairait peut-être pas aux Etats les plus pingres.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2011 à 9:23 :
N'importe quoi !!
Une fois de plus nos euro députés ont tout faux !
Il ne s'agit pas de faire une augmentation de budget de l'europe avec des hausse d'impots !!!!
Mais bien que l'europe prennent la main sur le budget des etats membres et HARMONISE un fois pour toute les fiscalités !!!!!
(non a la concurrence fiscale entre etat européen !)
Et ce meme si pour la France cela signifie de GRAND de TRES GRAND CAHNGEMENTS !!!
a écrit le 09/06/2011 à 7:50 :
Et bien ce n'est pas la crise pour tous le monde je vois ! Restaurons aussi la gabelle tant qu'on y ai. Et le droit de cuissage ils y pensent ?
a écrit le 09/06/2011 à 5:25 :
Pour donner le droit à l'Europe de lever son propre impôt il va falloir créer une administration fiscale européenne. Eh bien, paradoxalement oui, je crois que c'est une bonne chose ! Mais à certaines conditions. Cette administration fiscale doit en fait être des agents des administrations nationales détachées au recouvrement de cet impôt européen. Ensuite, c'est impôt européen doit être compensé par une baisse progressive (relative) de la contribution des États Membres. Enfin, c'est impôt doit avoir le même taux et la même assiette dans toute l?Europe. Ainsi, nous irons petit à petit vers une harmonisation fiscale par le haut. Sans dumping qui creuse les déficit et augmente l'endettement des États.
Réponse de le 09/06/2011 à 7:53 :
Faux. Toutes les mises en commun d'argent se solde par une perte de controle. Le plus gros le systeme fiscal est, le moins efficace il sera aussi. Trop d'argent dans un meme pot attire trop de convoitises.
Réponse de le 09/06/2011 à 11:45 :
A Stormy: si l'opération était neutre pour les citoyen de l'Union, pourquoi pas. Malheureusement, l'expérience montre qu'un impôt ne se substitue jamais à un autre, mais s'ajoute à ceux qui existent déjà, accroissant ainsi la pression fiscale (qui frôle déjà l'intolérable pour bon nombre d'entre nous!).
a écrit le 08/06/2011 à 18:21 :
moyens financier"S" .par pitie LaTribune, embauchez un stagiaire pour aire la relecture des articles avant leur parution
a écrit le 08/06/2011 à 18:15 :
Est -il vrai qu'ils se sont augmentés de 1500 ? par mois ? Si tel est le cas ,ils peuvent annuler cette augmentation non !
a écrit le 08/06/2011 à 16:45 :
Au fait, comment va la splendide piscine avec tout le confort, réservée aux députés européens et payée par le contribuable ? Un budget de plus de 60 millions il me semble.....
Réponse de le 08/06/2011 à 17:51 :
bouchy, Philippe de Villiers, parle des parlementaires européens qui débloquent
9, 6 millions (9 600 000) pour faire une piscine !
Réponse de le 08/06/2011 à 20:44 :
Vous avez raison: ma mémoire est défaillante. mais à l'heure des économies dans tous les pays, cette piscine est une véritable insulte faite aux contribuables.
Réponse de le 09/06/2011 à 4:36 :
si vous n'êtes capable que de faire ce genre de commentaire allez plutôt sur les tabloïds, mais abandonnez la Tribune.
Réponse de le 09/06/2011 à 14:36 :
A élevezvous

En quoi le commentaite de bouchy est-il dérangeant pour vous au point que vous soyez aussi agressif avec lui? auriez-vous des billets d'entrée à cette fameuse piscine?
Plus sérieusement, il est, vous en conviendrez, difficile de faire passer dans l'opinion publique un discour d'hyper rigueur budgetaire pour les pays membre et parallèlement de demander que les états (c'est à dire nous) mettent encore un peu plus la main à la poche!
a écrit le 08/06/2011 à 16:34 :
Je trouve très inapproprié politiquement de demander une hausse du budget européen à l'heure où les Etats doivent se serrer la ceinture....
Faites de que je dit, pas ce que je fais!
Réponse de le 09/06/2011 à 7:55 :
Bien dit.
Réponse de le 09/06/2011 à 11:38 :
Oui, c'est tout à fait cela, puisque les eurodéputés et autres technocrates européens veulent pouvoir lever des impôts, alors qu'eux-mêmes n'en paient pas! Qu'ils commencent par payer les mêmes impôts et taxes que le citoyen européen moyen, ensuite, on en rediscutera...
a écrit le 08/06/2011 à 14:09 :
Qu'ils commencent par arrêter de déménager 2 fois par an de Strasbourg à Bruxelles et de Bruxelles à Strasbourg, avec armes et bagages, aux frais des contribuables, ça fera de sacrées économies. Ceci une fois de plus du fait de la forfanterie de la france qui tient absolument à garder un siège du parlement à Strasbourg. Voilà à quoi sert l'argent de l'Europe, c'est-à-dire le vôtre et le mien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :