La Suisse détient les cinquièmes réserves en devises du monde

 |   |  649  mots
Copyright Reuters
La politique de maintien du franc suisse au-dessus de 1,20 franc par euro a conduit à une forte augmentation des réserves en devises, principalement en euros, de la Confédération. Une politique qui est une aubaine pour la France.

La Banque nationale de Suisse n?a pas lésiné sur les moyens pour « sauver » le plancher de 1,20 franc suisse pour un euro. Mardi, la BNS a indiqué que ses réserves en devises avaient progressé de près de 11 % en juillet à 406,45 milliards de francs suisses, soit 338,30 milliards d?euros. C?est dire si, durant un mois de juillet où la zone euro a encore connu des tensions fortes, la BNS a vendu à tour de bras du franc suisse pour éviter que ce havre traditionnel de sécurité ne s?apprécie au-delà de la limite fixée l?an passé par la banque centrale. En septembre, la BNS avait décidé de fixer ce seuil comme limite maximale de l?appréciation du franc afin de ne pas trop pénaliser les exportations helvétiques.

Cinquième réserves du monde

Avec ce nouveau record de réserves, la seule Confédération détient pratiquement la moitié de l?ensemble des réserves de tout l?Eurosystème, autrement dit des 17 banques centrales nationales de la zone euro. Elle surpasse désormais Taïwan au cinquième rang des plus importantes réserves en devises détenues par des Etats, derrière la Chine, le Japon, l?Arabie Saoudite et la Russie. Voilà donc la petite Suisse adepte de la démocratie directe propulsée au rang de monarchie pétrolière ou de géant émergent.

Ralentissement du mouvement

Pour autant, le mouvement semble s?essouffler. En mai, la hausse des réserves en devises avait atteint 68 milliards de francs, en juin, 59 milliards de francs. La politique de la BNS pourrait donc porter ses fruits et les investisseurs pourraient progressivement se dire que, réellement, la banque centrale helvétique ira jusqu?au bout pour défendre son seuil. Mais en réalité, il y a fort à parier que la BNS ne devra pas baisser la garde tant que durera la crise européenne.

Critiques et marges de manoeuvres

En Suisse, cette politique ne fait pas que des heureux. Bien des Helvètes la juge imprudente. La dépréciation éventuelle des devises rachetées, notamment des euros, comporte en effet un risque de pertes pour la BNS. Les cantons, qui récupèrent une partie des bénéfices de la BNS, s?inquiètent donc de ce risque. Autre élément d?inquiétude : ces francs suisses imprimés pour contenir la hausse de la monnaie helvétique ne vont-ils pas créer de l?inflation. Pour l?instant, ni la BNS, ni le conseil fédéral, le gouvernement suisse, ne s?inquiètent de ce risque. Depuis septembre, la masse monétaire M3 a progressé de 4,6 %, soit un rythme comparable à celui de l?année précédente. Quant aux prix à la consommation, ils sont négatifs depuis le début de l?année ! (-1,1 % en juin sur un an). Bref, la BNS a de la marge de man?uvre pour agir.

Aubaine pour la France et l?Allemagne

Quel est le grand gagnant de cette politique ? Les entreprises exportatrices suisses, évidemment, qui peuvent compter sur ce seuil comme d?un bouclier contre l?appréciation de leurs prix de vente. Mais aussi l?Etat allemand et français. Car la BNS achète à 60 % des obligations d?Etat de la zone euro pour constituer son stock de devises. Et à 86 %, il s?agit de titres notés AAA. La France, malgré sa dégradation par S&P, est en effet encore notée AAA par Fitch et Moody?s et est donc considérée comme AAA par la BNS qui effectue une « moyenne » des notes réalisées par les trois agences. Du coup, la pression sur le franc suisse fait les affaires de Paris et Berlin qui voit ainsi la demande de leurs dettes augmenter et leurs taux reculer.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2012 à 14:30 :
En fait la Suisse achètes de l'euro avec des francs suisses qu'elle imprime, de même des obligations. La Suisse ne sauve pas les Européens, car l'UE a aussi une capacité quasi illimitée d'imprimer des euros.... c'est un mastodonte...
a écrit le 08/08/2012 à 16:07 :
On exporte au Suisse, de la poudre de perlinpinpin...
Manque plus qu'une bonne dévaluation de l'euro avec la sortie des Grecs et on rachète la Suisse pour un franc symbolique ;-)
a écrit le 08/08/2012 à 14:30 :
Ah la monnaie papier quelle arnaque, et l'ensemble des monnaies papier n'ont qu'une durée de vie de 73 ans, toutes monnaies papier décorrélée de l'étalon Or, et tous les pays confondus. Achetez donc de l'or avant de voir vos euro ou vos francs suisses dévalués, ou pire encore, carrément disparus.

Achetez de l'or physique la seule monnaie qui soit depuis 6.000 ans !!!
Réponse de le 08/08/2012 à 18:33 :
On s en cogne de l'or... Au bout de 6 000 ans on sera tous morts !!
a écrit le 08/08/2012 à 13:25 :
La BNS achète des euros ?
Pour faire baisser la valeur du Franc Suisse ?
Quel intérêt ?
Réponse de le 08/08/2012 à 14:14 :
Baisser la valeur du franc suisse pour exporter des produits suisses plus facilement.
Donc la BNS achète des euros pour doper les exportations suisses.
Réponse de le 08/08/2012 à 14:22 :
Peut-être pour empêcher que ses industries exportatrices ou son tourisme ne fassent faillite ?.... Si l'Allemagne sortait de l'Euro, ce qui au passage serait un grand bienfait pour l'Europe, voilà son avenir tout tracé : soit ses exportations s'effondreraient, soit elle serait à son tour contrainte de racheter de l'euro-PIGS
Réponse de le 08/08/2012 à 14:46 :
Pour que son exportation reste attractive pour l'Europe... sans cela, le prix des biens et services exportés vers l'UE seraient en nette hausse.
a écrit le 08/08/2012 à 11:32 :
La preuve que pour avoir une industrie il ne faut pas avoir une monnaie trop chère
Or s'il est très difficile de faire monter sa monnaie, il est très facile de la faire baisser : on crée de sa propre monnaie et on la vend , contre des devises ! Les devises montent, et on baisse par contrepartie !
La BCE se délecte d'un Euro cher, et tue les industries européennes . Elle se refuse à intervenir sur le cours se sa monnaie ( sur ordre des Allemands, bien sûr)
Réponse de le 08/08/2012 à 11:53 :
vous avez lu l article ou non ?
il s agit ici d un euro faible contre un franc (suisse) fort et pas d un euro fort !
D ailleurs si pour avoir une industrie forte il suffisait d avoir une monnaie faible, l Allemagne serait un pays agricole (le DM n a cesse d etre reevalue depuis sa creation (ou 1 DM = 1 FF pour finir a 1 DM = 3.35 FF) et la france une supr puissance industrielle
Une evolution brutale de la monnaie (a la hausse comme a la baisse) est en effet dommageable pour l industrie mais pas une evolution lente
a écrit le 08/08/2012 à 11:17 :
Très bien on peut lancer la planche a billets les Suisses vont nous racheter nos dettes (en achetant de l'euro sans limites)!!
a écrit le 07/08/2012 à 21:50 :
Voila ou vont les milliards de la BCE : dans les coffres suisses au lieu d aller dans l économie réelle . Ce château de carte ne peut durer il faut imprimer de l euro sinon ce sera la révolution des peuples opprimés d Europe !
Réponse de le 07/08/2012 à 22:41 :
La BCE n'a cessé de produire des billets sans que ceci ne rapporte à qui que soit. Poursuivre cette politique monétaire est donc absurde et contre-productive.
Réponse de le 07/08/2012 à 23:53 :
@bravo : vous êtes capables de lire, et vous comprenez ce que vous lisez, ou pas ??
ce ne sont pas les milliards de la BCE qui partent dans les coffres suisses, puisque les milliards de la dite BCE vont à racheter la dette européenne !!!
les suisses achètent des obligations émises par Paris et par Berlin !!! lisez donc !!!!!
par ailleurs la BCE en imprime des ? qui vont tôt ou tard se transformer en hyperinflation !!! et pour l'instant la Suisse évite cela : alors remerciez-les et arrêtez de jouer les peuples opprimés !!!!!! pas les français !!!!!!
Réponse de le 08/08/2012 à 1:34 :
Les suisses n'achetent pas des obligations francaises ou allemandes. Si c'etait le cas ils puiseraient leur reserves en euro ou ils convertiraient des suisses francs en euro. L'article dit que les reserves en devises ont augmantes. Cela veut dire que la banque centrale a vendu des francs suisses contre des euros ou contre des dollars. En fait la banque centrale suisse a imprime des francs suisses en contrepartie des devises qu'elle a mis en reserve. Aussi longtemps que ces devises restent en reserve il n'ya pas d'hyperinflation. L'inflation commence a montrer son nez si ces reserves sont remises sur le marche monetaire sans contrepartie. Par exemple si un objet qui valait 100 euros est revendu a 200 euros tout simplement parce que les gens ont de l'argent facile. Sur ce front, ne pas s'inquieter des suisses...
Réponse de le 08/08/2012 à 9:47 :
eh oui !! pour maintenir la parité, la banque suisse a imprimé des tonnes de francs pour acheter des euros et maintenir le cours . et ça n'inquiète personne ???
Réponse de le 08/08/2012 à 9:56 :
je ne vois pas le lien entre les euros ditribués par la BCE et ce qui va en Suisse. ça m'étonnerait que les banques qui ont emprunté à la BCE se soient amusées à acheter du chf (surtout vu les quantités de fric qu'elles ont en dépôt à la BCE). donc il faut chercher ailleurs (entreprises ou personnes privées sans doute, bref des gens qui sont censés alimenter la consaommation).
Réponse de le 08/08/2012 à 12:11 :
J'ai l'impression que le mécanisme échappe à certains. Lorsque nous achetons du papier européen nous achetons de facto de l'EUR contre CHF. Par ailleurs la remarque sur les milliards de la BCE qui partent dans nos coffre est complètement hors sujet! En conclusion, nous sommes heureux d'aider ces pauvres européens. Mais il faudra qu'il apprennent à gérer leur budget plutôt que de toujours compter sur nous...
Réponse de le 08/08/2012 à 13:58 :
En l?occurrence nous ne comptons pas sur les Suisses (ils seraient la solution aux problèmes de l'Europe???), ce sont les Suisses qui achètent de l'Eur pour s'éviter un cataclysme interne. Laisser le Franc S s'apprécier, les exportations vont devenir peau de chagrin.
Donc les Suisses pensent à eux seuls, ne les faites pas passer pour altruistes, ils essaient comme tout le monde de se sortir d'une potentielle galère.
Réponse de le 08/08/2012 à 15:23 :
Sauf que l'appréciation du CHF vs EUR est la conséquence de la crise de la dette des Etats de l'UE. Les investisseurs n'ont plus confiance en l'EUR et veulent tous acheter du CHF qui est une monnaie sûre. Comme il n'y a pas de CHF pour tout le monde, le cour grimpe face aux autres monnaies, dont l'EUR. C'est la loi de l'offre et de la demande, tout simplement.
La BNS injecte des CHF sur le marché en achetant des obligations en devises, d'Etats ayant la note AAA, dont fait encore partie la France pour le moment, dans le but de maintenir le cours à 1.20.
Le problème, c'est que les mauvaises nouvelles s'accumulent sur le front de la zone euro et que c'est parti pour durer.
Réponse de le 08/08/2012 à 16:29 :
Acheter de la dette européenne à taux négatif, c'est un jeu très dangereux.
C'est une bonne affaire pour nous mais cela risque de vous couter très très cher.
Voua aimez vivre dangereusement ! Cela ne vous ressemble pas ;-)
Réponse de le 09/08/2012 à 14:16 :
vu ce que fait la BNS il faut vraiment etre derangé pour convertir ses eur en chf alors que l usd ne cesse de grimper
en cas de sortie de l'eur l'usd montera plus que le chf c'est certain
a écrit le 07/08/2012 à 20:47 :
L?intelligence Suisse est d?une extrême finesse !
Ils impriment des francs pour acheter des euros, et quant les francs leur reviennent, il l?est stoquent dans des caves blindées jusqu'à la nouvelle crise ;)
a écrit le 07/08/2012 à 19:34 :
Ce qui incitera Berlin et Paris à mettre un bémol dans les affaires fiscales !
Réponse de le 07/08/2012 à 22:35 :
Exact! Il faudrait que la France et l'Allemagne modèrent un peu leurs insultes envers notre petit voisin. Après tout, la France est bien heureuse que la Suisse racheté une partie de notre dette! Il ne faudrait pas que la Suisse, lassée de notre attitude, change sa politique!
Réponse de le 08/08/2012 à 10:20 :
Que de candeur dans ces messages: la Suisse ne défend que ses intérêtes et rien d'autre. Sauver ses entreprises exportatrices est son seul désir. Le reste n'est qu'effet collatéral.

Ce qui est drôle c'est que sans le vouloir la Suisse est dans la zône euro! A un taux de 1.20 CHF/1? comme le franc l'était 6.55957F/1? et des réserves énormes, le CHF n'est qu'une sous monnaie de l'euro.
Réponse de le 08/08/2012 à 11:45 :
"sous monnaie de l'Euro"...tenue artificiellement dans une lutte quotidienne par les experts de la BNS sur les marchés financiers, tout ça afin d'empêcher les spéculateurs de déstabiliser le CHF (et l'Euro) afin de faire un maximum de profit.

La mission première de la Banque Nationale Suisse n'est pas de sauver l'Euro, mais bien d'assurer la stabilité du Franc Suisse même si la BNS joue bien un rôle de principal gardien de la stabilisation monétaire de l'Europe, en plus d'acheter un maximum d'obligations d'Etat Européens, et par conséquent, aider les pays de la zone Euro a se maintenir au dessus des flots.

De surcroît, la Suisse (pas la BNS, entité totalement apolitique), donne des milliards dl'Euros à l'Union Européenne afin de soutenir les pays.
Réponse de le 08/08/2012 à 14:34 :
Si la Suisse à les cinquièmes réserves en devises du monde en Euro cela veut dire que le France Suisse à la même valeur de l' Euro fixe à 1,20 de faite elle est dans Euro.
La Suisse à perdu toute attractivité de pays refuge monétaire est suis le destin incertain de l'Europe, c'est bien ce que le gouvernement Suisse à choisie.
Si Europe échoue la Suisse suivra le même chemin avec son Franc,
Réponse de le 08/08/2012 à 16:01 :
Justement, non.
La BNS a arrimé 'artificiellement' le CHF à l'Euro afin de repousser les spéculateurs, en créant de la monnaie et en investissant plus de 100 milliards dans les obligations d'Etat européens. Cet arrimage est une lutte quotidienne et pas une sorte de truc fixe signé sur un papier.

Si l'Europe échoue, les spéculateurs reviendront assurément à la charge en achetant du CHF comme valeur refuge, et là, la BNS ne pourra plus soutenir le combat, le CHF risquera de prendre l'ascenseur.
Retombera-t-il ensuite? Rien n'est moins sûr car en contrepartie, même si les réserves fédérales composées en Euro perdront de la valeur, elles seront compensées par les immenses réserves d'or et de CHF ainsi que de nombreux actifs dont certains dits 'toxiques' rachetés pour sauver les banques (qui rapportent désormais une fortune à l'institution), sans compter que même si l'Euro s'effondre, les obligations d'Etat seront toujours d'actualité, une dette est une dette.

Si le CHF prend l'ascenseur, ça sera bien entendu l'économie d'exportation suisse qui en souffrira, mais aussi toutes les institutions dans le monde qui ont contracté des prêts en Francs Suisse, comme de nombreuses régions, pays et des milliers de familles ayant contracté un prêt indexé sur le CHF, les pays de l'Est seront énormément touchés mais il y a aussi de nombreuses villes françaises comme Saint-Tropez, Argenteuil, Saint-Cast, Le Guildo, Saint-Etienne, le département de Seine-Saint-Denis,...)
Réponse de le 08/08/2012 à 16:09 :
Sauf que les Suisses, eux, ne s'en relèveront pas car trop petits et au marché peu attractif. On les rachètera ;-)
Réponse de le 08/08/2012 à 16:44 :
Elle coule !
Réponse de le 08/08/2012 à 18:26 :
@Fine Analyse: Le CHF n'est pas une sous-monnaie de l'Euro. Mais au vu de sa position géographique, la Suisse dépend en partie de la situation économique de ses voisins. Si certains se portent mal, c'est mauvais pour elle. Donc, il est de l'intérêt stratégique de la Suisse que ses voisins ne se portent pas trop mal. Ceci dit, ce pays, comme tant de multinationales et de pays émergents, s'efforce maintenant de contourner l'"Homme malade" du monde qu'est la zone euro.
Réponse de le 08/08/2012 à 20:02 :
@Exactement
On croit rêver quand on lit ce genre de commentaire, étayé à partir de rien... effarant!!!
Le directoire de la BNS dispose des meilleures compétences pour sortir le CHF de cette ornière dans laquelle il a été poussé bien malgré lui. L'Europe paye aujourd'hui son manque de structure adéquate, quant a la France, elle est déficit budgétaire depuis 1974, elle devait bien s'attendre au retour de boomrang.
Réponse de le 09/08/2012 à 2:38 :
Meilleures compétence ? La Suisse à fait l?erreur stratégique comme l'Allemagne de déposer une grande partie de sont or au FORT KNOX depuis les USA refuse de retourner l'or physique à l?Allemagne qui la demandé de retour. Pas sure qu'il y a encore de leur or au USA
Voila la raison pour que la Suisse achète tant de papier valeur, un papier qui pourrais ce retrouvé que du papier et que l?Allemagne est effrayer de faire tourné la planche à billet pour peur que sont histoire ce répète si elle n'y à plus d'or a garantir ça survie économique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :