L' Argentine prévoit un troisième plan de réduction de ses créances

Toujours menacée de rembourser 1,3 milliard de dollars aux "fonds vautours", l'Argentine prévoit un nouvel accord avec les créanciers détenteurs des 7% de dette restants de la banqueroute de 2001.
Cristina Kirchner, la présidente argentine, prévoit un nouveau plan de restructuration de sa dette (Reuters)
Cristina Kirchner, la présidente argentine, prévoit un nouveau plan de restructuration de sa dette (Reuters) (Crédits : Photo Reuters)

Buenos Aires contre-attaque. Non seulement l'exécutif argentin refuse l'éventualité même de rembourser les "fonds vautours". Mais elle compte bien lancer un troisième plan pour les 7% de créances en suspens depuis la faillite de 2001.

Nous allons envoyer un projet de loi au Congrès pour ouvrir une troisième fois un plan d'échange de dette pour les 7% qui ne sont pas entrés dans les restructurations de 2005 et 2010", a déclaré la présidente argentine, Cristina Kirchner, lors d'une allocution télévisée. 

Pour l'heure les modalités de ce plan ne sont pas dévoilées, mais il apparaît peu probable qu'un montant supérieur aux précédents accords soit envisagé. Dans le cas contraire, le pays risquerait de nouveau recours de la part de ses créanciers. 

Dans l'attente de la décision de la Cour suprême

En 2005 et 2010, l'Argentine était parvenu à un accord avec une large majorité de ses créanciers qui avaient accepté une décote de leur titre de près de 70%. Seuls quelques-uns, dont les fonds de pension Aurelius et NML Capital refusent de s'en contenter. Ces fonds surnommés "vautours" voire voyous par l'exécutif argentin, demandent un remboursement auprès de la justice américaine. La cour d'appel de New York a tranché en leur faveur le 23 août. Et si la Cour suprême confirme ce jugement, l'Argentine devrait, théoriquement, payer 1,3 milliard de dollars. Idée que le ministre argentin de l'Economie a immédiatement rejetée. 

La France soutient l'Argentine

Buenos Aires bénéficie du soutien d'autres pays, notamment de la France au nom de "la stabilité financière internationale". En cas de condamnation, pour certains observateurs, notamment au FMI, c'est le principe même des restructurations de dette qui risquerait d'être mis à mal. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 27/08/2013 à 17:54
Signaler
Rien à foutre...

à écrit le 27/08/2013 à 17:25
Signaler
La France soutient l'Argentine ? Serait-ce parce qu'elle s'attend à devoir aussi restructurer sa dette prochainement ? Sinon, je ne vois pas d'autre raison valable de soutenir cet escroc international qu'est Cristina Kirchner.

à écrit le 27/08/2013 à 11:37
Signaler
Ce n'est pas avant longtemps que l'Argentine pourra emprunter de l'argent sur les marchés... De plus, les CDS des pays en difficulté (autrement dit leur prime d?assurance) vont s'en trouver augmenté, entrainant du même coup leur taux d'intérêt... C'e...

le 27/08/2013 à 12:48
Signaler
Tant que des gestionnaires avisés ne réformeront pas le système financier mondial en profondeur et avec du bon sens, il n'y a rien à attendre sauf l'explosion du système.

le 27/08/2013 à 14:25
Signaler
Que voulez-vous dire par "système" ? Le marché est constitué de contrats entre consentants. Est-ce cela pour vous le "système" ?

à écrit le 27/08/2013 à 10:07
Signaler
"En cas de condamnation, pour certains observateurs, notamment au FMI, c'est le principe même des restructurations de dette qui risquerait d'être mis à mal.",,,, Puisque "restructuration" veut dire "spoliation", j´espere bien que Cour suprême confirm...

le 27/08/2013 à 12:56
Signaler
Restructuration ne veut pas dire spoliation: le prêteur a pris un risque calculé qui a été rémunéré par l'intérêt, C'était tout sauf un placement de père de famille...Le prêteur n'a pas été trompé. Il peut être content car la restructuration lui évit...

le 27/08/2013 à 15:39
Signaler
Desole mais jusqu a preuve de contraire un particulier surrendette a aujourd hui 2 solutions: Soit il a un patrimoine et on lance une procedure de redressement personnel, donc on vend ces biens le fruit sert a rembourser ce que l on peut, parfois mem...

le 27/08/2013 à 19:17
Signaler
@ 15:39 1/ La comparaison Etat/particulier ne s'impose pas puisque relevant de régimes de droit différents. 2/ Il faut voir surtout pour quoi ces emprunts ont été réalisés. L'Argentine a fait valoir la qualité de "dette odieuse" dans sa demande de re...

le 28/08/2013 à 9:47
Signaler
Les regimes de droit sont similaire pas certains points, la differences est qu on ne peut saisir les biens d un etat mais on peut le declarer en Faillite......

à écrit le 27/08/2013 à 8:59
Signaler
AU MOINS ELLE EST PLUS JOLIE QUE F HOLANDE

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.