Banques centrales : où sont les femmes ?

L'économiste Janet Yellen est désormais la seule candidate en lice à la présidence de la Réserve fédérale américaine. En janvier 2014, elle pourrait ainsi devenir la première femme à diriger la FED. La parité peine encore à s'installer au sein des hautes instances de l'économie mondiale. Seules 14 femmes dirigent des banques centrales et une seule gère une grande institution internationale. La Tribune dresse le portrait de quatre d'entre-elles.
Elvira Nabiullina, la nouvelle gouverneure de la Banque centrale russe / Reuters.
Elvira Nabiullina, la nouvelle gouverneure de la Banque centrale russe / Reuters. (Crédits : Reuters)

Le pays qui enferme les militantes féministes des Pussy Riot a-t-il des leçons à nous donner en matière de parité? Non, à une exception près. La Banque centrale de Russie est ainsi l'une des rares banques de ce type à être gouvernée par une femme. Au total, sur 184 banques centrales répertoriées dans le monde, seules 14 sont dirigées par des dirigeantes. Et elles pourraient bientôt être 15.

Après la défection de la candidature de Lawrence Summers, dimanche 15 septembre, à la présidence de la FED, l'économiste Janet Yellen est désormais la seule candidate en lice pour prendre la tête de la Réserve fédérale américaine, à la fin du mandat de Ben Bernanke, le 31 janvier prochain. La Tribune a répertorié les noms de ses futures collègues. Avec ce constat : il reste encore un (très) long chemin à parcourir pour instaurer la parité aux plus hauts niveaux des instances de l'économie mondiale.

1. ELVIRA NABIULLINA, RUSSIE.

 Elvira Nabiullin,

En juin dernier, Elvira Nabiullina, la conseillère économique du président russe Vladimir Poutine, est devenue à 49 ans gouverneur de la Banque centrale de Russie... à la surprise générale. Le numéro 2 de l'institution, Alexeï Oulioukaev - qui espérait en prendre la tête - a en fait été nommé ministre de l'Économie. Dans un portrait publié le 17 juin dernier, le journal Le Monde la décrivait comme une "économiste discrète, éprise de poésie russe et française". Pour le magazine Le Courrier de la Russie, l'ancienne ministre du Développement économique est "la figure de proue du groupe libéral au sein du gouvernement russe".

>> Lire aussi : Russie : Poutine change son ministre de l'Économie.

 2. MERCEDES MARCO DEL PONT, ARGENTINE.

Mercedes Marco del Pont

Diplômée en économie de la prestigieuse université américaine de Yale, Mercedes Marco del Pont a pris la tête de la Banque centrale de la République d'Argentine en 2010. Âgée de 56 ans, elle a notamment été la principale conseillère du ministre de la Production, José de Mendiguren, en 2002, sous le mandat du président par intérim Eduardo Duhalde. Cette économiste est plus connue pour avoir présidé la Nacion, la plus grande banque commerciale du pays entre 2008 et 2010.

>> Lire aussi : Une économiste à la tête de la banque centrale d'Argentine.

 3. GILL MARCUS, AFRIQUE DU SUD.

Gill Marcus

Elle porte un prénom d'homme. Gill Marcus a pris la tête de la Banque centrale sud-africaine en 2009. "Femme, blanche et militante de l'ANC depuis près de quarante ans, Gill Marcus est loin d'être une inconnue", écrivait le journal Jeune Afrique dans son portrait, le 28 juillet 2009. Ancienne présidente de l'Absa, l'une des quatre plus grandes banques commerciales de son pays, elle a également été la première femme vice-gouverneur de la Banque centrale avant d'en prendre la direction.

>> Lire aussi : La banque centrale sud-africaine accuse la Fed et la BCE.

 4. CHRISTINE LAGARDE, FMI.

Christine Lagarde

Dans un monde quasi-exclusivement masculin, Christine Lagarde fait figure d'exception. L'ancienne ministre de l'Économie française (gouvernement Fillon II) a pris la tête du Fonds monétaire international (FMI) après la démission de Dominique Strauss-Kahn en 2011. Avocate de profession, elle a été ministre déléguée au Commerce extérieur (de Villepin) et ministre de l'Agriculture et de la Pêche (Fillon I). Christine Lagarde est la deuxième femme à diriger le FMI après l'Américaine Anne Krueger, qui avait brièvement occupé le poste en intérim en 2004.

>> Lire aussi : Christine Lagarde restera-t-elle au FMI? La presse étrangère s'interroge.

ET TOUTES LES AUTRES...

Dix autres femmes dirigent également des banques centrales dans des pays jouant un rôle moins important sur la scène internationale. En Asie, Zeti Akhtar Aziz est à la tête de la Banque nationale de Malaisie et Zina Asankojoeva de la Banque nationale du Kyrgyzstan. En Europe, Jorgovanka Tabakovic dirige la Banque centrale de Serbie et Nadezhda Ermakova la Banque nationale de Biélorussie. En Afrique, Retselisitsoe Matlanyane gouverne la Banque nationale du Lesotho et Linah Mohohlo la Banque centrale du Bostwana. En Amérique du Sud, Martha Evelyn Rivera est à la tête de la Banque centrale du Salvador et Maria Elena Mondragon de la Banque centrale du Honduras. Enfin, dans les Caraïbes, Wendy Craigg dirige la Banque nationale des Bahamas et Jeanette Semeleer la Banque centrale des îles Aruba.

Aucune femme n'a jamais été numéro 1 de la Banque mondiale ou de la Banque centrale européenne. Depuis sa création en 1800, la Banque de France est également toujours restée aux mains des hommes. Jusqu'à quand?

>>> Lire aussi : Les entreprises du CAC 40 ont encore du chemin à faire sur la voie de la parité et de la diversité.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 10/10/2013 à 14:29
Signaler
Bonjour La Tribune, Et chez vous ? Combien de femmes à la rédaction en chef ? quel écart entre le salaire moyen des hommes et celui des femmes ?

le 10/10/2013 à 15:22
Signaler
Ne tirons pas sur l'ambulance: « Trop de disparités perdurent en effet dans le traitement réservé aux femmes dans les entreprises. Dès lors, le combat pour la mixité des équipes dirigeantes et l accès des femmes à de hautes responsabilités au sein de...

à écrit le 09/10/2013 à 19:03
Signaler
Ce qui est vraiment dérangeant ce sont les banques centrales elles même.

le 09/10/2013 à 20:13
Signaler
à quoi sert une banque centrale ? à fabriquer de l'argent à partir du néant ?

à écrit le 09/10/2013 à 18:53
Signaler
Tous ces postes sont des postes politiques qui n'ont rien à voir avec les compétences. Ces dames sont d'ailleurs conseillées par des pros (enfin, qui se disent pros).

le 10/10/2013 à 15:45
Signaler
Janet Yellen, 67 ans, devient la première femme à devenir ce que Barack Obama considère comme "l'un des plus importants dirigeants politiques au monde C' est une économiste respectée, proche de l'élite économique progressiste, qui a passé un tiers d...

à écrit le 09/10/2013 à 13:47
Signaler
female ou male , ce n'est pas ce qui me choque , c'est plutot la notion de l'age ! selon la catégorie de l'emploi visé , il faut etre ni trop jeune , ni trop vieux , ou plutot très agé ! je crois que le chef de l'italie est très agé , le Pape est tr...

le 09/10/2013 à 17:05
Signaler
Car avec l'age viennent les années d'expérience pratique, qu'aucun diplome au monde ne pourra jamais égaler.

le 09/10/2013 à 19:00
Signaler
j'ai écrit le commentaire au second degré , il faudrait essayer de convaincre les employeurs , mais il n'y a pas assez de travail pour tous ! trouver un emploi devient difficile , un peu dans tous les pays , j'ai lu que par exemple au Népal , il y ...

le 09/10/2013 à 20:19
Signaler
Le népal est un pays de castes issues de l'hindouisme, qui ne se mélangent pas, les castes étant pires que l'apartheid, provoquant une division insurmontable des peuples, comme en inde.

le 09/10/2013 à 22:41
Signaler
@@age , additif au commentaire "...et une ou aucune carie ", après controle dentaire !

à écrit le 09/10/2013 à 11:01
Signaler
On arrive à la limite du raisonnement, apparemment la compétence n'est plus utile, il suffit d'être une femme c'est bien ça ?

le 09/10/2013 à 17:34
Signaler
Je crois que c est vous qui manquez de compétences en logique , vous diabolisez notre émancipation comme un effondrement structurel alors qu elle n est avec les cursus mixtes , statistiquement qu une simple normalité. Sauf çà démontrer que l incompét...

à écrit le 09/10/2013 à 10:14
Signaler
Les femmes prennent leurs revanche, et les hommes souffrent. En France surtout, les femmes ont soif de pouvoir et d'argent. Cet état d'esprit revanchard des femmes est très malsain.

le 09/10/2013 à 11:01
Signaler
Les hommes souffrent ? Les hommes n'ont aucun problème à se trouver des femmes disponibles pour élever leur progéniture. L'inverse est juste faux. On rediscutera de la revanche des féministes lorsque leur horloge biologique se mettra en route et qu' ...

le 09/10/2013 à 14:04
Signaler
Car bien entendu les hommes n'ont aucune soif de pouvoir ni d'argent, c'est d?ailleurs ce que l'on observe tous les jours dans les milieux d'affaires... Pourriez-vous par contre me rappeler en quoi les hommes souffrent actuellement d'avantage que les...

le 09/10/2013 à 17:10
Signaler
Les hommes souffrent de la concurrence des femmes sur le marché du travail : la plupart des emplois dans le tertiaires sont occupés par des femmes au smic. Le patronat est pour l'émancipation des femmes, car ça rapporte un max. Autre exemple, dans le...

le 09/10/2013 à 17:23
Signaler
La « crise de la masculinité » permet encore une fois d attirer toute l attention sur les hommes et de les faire passer pour des victimes. Prétendant être déboussolés, des hommes se plaignent d être rejetés, caricaturés, stigmatisés, traités injustem...

le 09/10/2013 à 20:20
Signaler
Ben voyons, les hommes sont des méchants manipulateurs, et les femmes des pauvres victimes, le discours habituel des féministes revanchardes oui.

le 10/10/2013 à 13:55
Signaler
Le discours sur la crise des hommes participe de l idéologie visant le maintien des privilèges des hommes sur le corps des femmes, ses produits, leur force de travail, leur temps, leur sexe. Le coup de force permanent qu est l appropriation de la cla...

à écrit le 09/10/2013 à 9:37
Signaler
Eh bien voilà , vous avez Yellen...En gros , vous n'êtes pas sortis du pétrin. Et vous allez comprendre très très vite...Je me marre !!!

à écrit le 19/09/2013 à 19:28
Signaler
N'est-ce pas inquiétant cette obsession pour la parité? Toutes les femmes n'ont pas vocation à être une Angela Merkel ou Christine Lagarde.

le 20/09/2013 à 14:54
Signaler
Désolée de vous reprendre mais vous semblez le moins agressif et le plus a même à lire mon argumentation , merci si vous le faites : Je crois que c est vous Messieurs qui avez une obsession de la parité, vous diabolisez notre émancipation comme un ef...

à écrit le 18/09/2013 à 8:55
Signaler
C'est vrai que c'est pas bête de donner les renes aux femmes juste avant que ca explose , comme ca on aura de parfaites bouc emissaires

le 09/10/2013 à 14:26
Signaler
J'ai le même raisonnement que vous ! Je m'étais fait la même remarque lorsque Hilary Cinton et Obama restaient en lice pour se présenter à la présidentielle américaine il y a 6 ans : un noir ou une femme (dans les deux cas une première), what else ? ...

à écrit le 18/09/2013 à 0:34
Signaler
Bravo Mesdames

à écrit le 17/09/2013 à 20:45
Signaler
où sont les femmes? ... mais aux fourneaux, c´est la leur vraie place et....de temps en temps ailleurs...

à écrit le 17/09/2013 à 19:37
Signaler
la plus jolie .... c'est tout de même MERCEDES MARCO DEL PONT, ARGENTINE.! ;o)))))))))

à écrit le 17/09/2013 à 19:30
Signaler
sous le bureau voyons !

le 17/09/2013 à 19:40
Signaler
meu NON !!!

à écrit le 17/09/2013 à 19:27
Signaler
ce n'est pas la nature du sexe qui m?intéresse mais la compétence !

le 18/09/2013 à 1:17
Signaler
Cela n'est pas du goût des amazones féministes guidées par la vengeance.

à écrit le 17/09/2013 à 19:19
Signaler
http://www.youtube.com/watch?v=fuzSeidoz2A

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.