Le dernier cours du libéral chinois Xia Yeliang

 |   |  636  mots
L'objectif est d'empêcher les dissidents de critiquer le gouvernement .Ils veulent intimider les intellectuels afin que plus aucun n'ose s'exprimer ouvertement a-t-il expliqué à l'AFP.
"L'objectif est d'empêcher les dissidents de critiquer le gouvernement .Ils veulent intimider les intellectuels afin que plus aucun n'ose s'exprimer ouvertement" a-t-il expliqué à l'AFP. (Crédits : wikimedia commons)
Économiste libéral chinois, le professeur Xia Yeliang se heurte depuis plusieurs années aux autorités chinoises pour ses critiques contre la politique du gouvernement. L'université de Pékin vient de se séparer de ce professeur, qui espère gagner l'étranger librement.

C'était le dernier cours de l'économiste chinois Xia Yeliang. Devant un petit groupe d'étudiants et dans une salle perdue au cinquième étage d'un bâtiment de l'Université de Pékin, l'enseignant a officialisé ses dernières heures d'enseignement jeudi dernier. A l'issue de ces trois heures de cours, ce signataire de la Charte 08 en faveur de réformes politiques s'est séparé de ses étudiants sur quelques mots d'adieu. 

Désormais, le professeur ne fait plus l'unanimité auprès des enseignants et des autorités de son pays. Qu'est ce qu'on lui reproche ? D'après lui, il a été chassé de son poste après des propos que les plus hautes instances chinoises n'auraient pas appréciés. En clair, des appels répétés pour que la Chine s'engage sur la voie de réformes démocratiques.

Sa parole contre celle des enseignants 

A ce sujet, une étudiante en droit Isabelle Feng a publié une tribune sur Le Monde. Elle met en lumière les pressions que reçoivent les enseignants chinois s'ils n'orientent pas leurs "recherches en fonction de sujets et prédéfinis et financés par le ministère". Toutefois, les autorités de "Beida", l'autre nom de l'Université de Pékin démentent le caractère politique de cette exclusion. 

Au contraire, elles justifient "l'incompétence de l'économiste" par plusieurs évaluations d'étudiants le classant dernier de la liste des professeurs. Ce qui a poussé un panel de collègues enseignants à voter le non-renouvellement de son contrat. Immédiatement, de nombreuses voix issues du milieu universitaire international ont soutenu le professeur voyant dans cet épisode une atteinte à la liberté de recherche et d'expression universitaire, déjà limitée en Chine. 

Son combat pour la liberté d'expression

Par crainte des représailles, il ne souhaite pas contester cette décision: 

Beaucoup de gens ont voulu se réunir (pour me soutenir), mais j'ai gardé profil bas pour ne pas heurter le gouvernement. Parce que si je les provoque pour de bon, il ne me laisseront pas partir. J'ai peur qu'ils ne m'embarquent à l'aéroport.

Xia Yeliang n'en est pas à son premier fait d'armes pour la liberté d'expression. Il avait déjà refusé un poste de directeur de la faculté d'économie de l'Université de Pékin. Poste qui le contraignait de rester dans la ligne du Parti Communiste. Pendant plusieurs années d'ailleurs, Xia a fustigé les politiques du parti unique, dénonçant la censure. 

Un prix Nobel de la paix condamné à 11 ans de prison

Et puis en 2008, il est un des 303 intellectuels et activistes chinois signataires de la Charte 08 pour promouvoir la réforme politique et le mouvement démocratique. Le principal auteur de cette charte, Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix, avait été condamné à 11 ans de prison en 2009.

L'avenir, Xia Yeliang, le voit à l'étranger et notamment aux Etats-Unis. En effet, le Wellesley College de Harvard lui a offert une bourse de chercheur associé. Au contraire, aucune université chinoise ne lui a proposé de poste. Mais il ne ferme pas définitivement la porte à un retour dans l'institution qu'il chérit et dont il est fier d'avoir été membre dans le futur.

Un économiste libéral dans le viseur du régime chinois

Enfin, l'enseignant est persuadé que l'Université de "Beida" "ne dit pas la vérité" et explique:

J'ai enseigné à l'Université de Pékin pendant plus d'une décennie. Aucun étudiant ne m'a jamais dit que j'étais un mauvais professeur.

Xia Yeliang pourra-t-il néanmoins quitter le pays sans qu'on le retienne ? Rien n'est moins sûr au regard de l'arrestation de célébrités à l'instar de l'homme d'affaires sino-américain Charles Xue, du milliardaire activiste Wang Gongquan ou encore de Xu Zhiyong, avocat activiste des droits de l'homme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :