Les censeurs de Pékin ont-ils coupé (par erreur) l'accès au web en Chine ?

Pendant une heure mardi 21 janvier quelque 400 millions d’internautes en Chine n’ont pu accéder à la plupart des sites web. Pékin accuse une cyber-attaque, les organisations de lutte contre la censure lui renvoient la balle.
Marina Torre

3 mn

Mais qui a bien pu provoquer la panne géante du web chinois le 21 janvier?
Mais qui a bien pu provoquer la panne géante du web chinois le 21 janvier? (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Quand le web tombe en rade, c'est déjà très ennuyeux pour une seule personne. Alors imaginez lorsque cela arrive à un pays tout entier... Et que ce pays est le plus peuplé au monde! La Chine a connu une telle "panne" le mardi 21 janvier. Entre 15h20 et 16h20 heure de Pékin, il était impossible de faire ses emplettes sur Alibaba ou d'effectuer une recherche sur Baidu.

400 millions de Chinois privés de web

Cette coupure massive aurait affecté les 2/3 des internautes chinois, soit plus de 400 millions de personnes selon le fournisseur de service de sécurité en ligne Qihoo 360 Technology cité par Bloomberg. Le centre chargé de la surveillance de la sécurité des réseaux internet dans le pays (National computer network emergency response center CNCERT), a, de son côté, signalé rapidement cette coupure et précisé que le serveur qui gère les domaine en ".cn", lui, n'avait pas été affecté. 

Ironie de l'histoire, les requêtes émises depuis la Chine étaient redirigées vers une autre adresse IP, hébergée aux Etats-Unis et appartenant à Dynamic Internet Technology (DIT) qui développe un logiciel permettant de contourner les systèmes de censure chinois. L'organisation est liée au mouvement Falun Gong, cette pratique sportive et spirituelle réprimée par Pékin qui la considère comme un ferment possible de révolte. Croulant sur les demandes de connexion, l'hébergeur de DIT aux Etats-Unis a lui aussi fini par crasher.

Pékin se dit victime d'une attaque

Mais qui a bien pu provoquer cette coupure ? C'est LA question qui agite désormais les professionnels du web chinois. Pékin s'est empressée d'accabler des "hackers" non identifiés.  "Je ne sais pas d'où cela a pu venir. (…) Cela montre à nouveau que la Chine est victime de piratage", a ainsi déclaré un porte-parole du ministre des Affaires étrangères lors d'un point presse mardi 22 janvier.

D'autres hypothèses sont envisagées. Des sources au sein du gouvernement chinois ont indiqué à l'agence Reuters que la "panne" a pu avoir été causée par une mise à jour du Great Firewall (GFW), le "grand pare-feu" chinois, jeu de mot intraduisible sur la Grande Muraille, qui sert à bloquer des sites jugés non-conformes aux critères des censeurs du Parti communiste chinois.

Une faille la Grande Muraille ? 

Un constat en partie partagé par Greatfire.org, une association qui lutte contre la censure et qui a analysé les causes possibles de cette panne. Elle déclare détenir des "preuves" que les censeurs du web chinois sont eux-mêmes à l'origine de la coupure, probablement de façon "non intentionnelle". Pour rejeter l'hypothèse d'une attaque de la part d'un groupe comme Dynamic Internet Technology, les membres de Greatfire.org arguent :

"S'ils étaient en effet capables de faire cela, ils pourraient accomplir bien plus que de semer la pagaille dans tout l'Internet chinois"

Marina Torre

3 mn

En direct à 14h pm GMT - Africa digital economy forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/01/2014 à 13:56
Signaler
" mouvement " Falun Gong vous y aller pas avec le dos de la cuillière.. ce " mouvement " est une secte, vous causeriez pas liberté, démocratie en langage us des fois ? Quand un réseau plante un France, ce qui arrive tout les ans ( orange, Bouygues,...

le 24/01/2014 à 0:56
Signaler
Revenez 5 minutes sur Terre, le plus gros fabricant de matériel réseau (Huaweï) est chinois. Croyez-vous sincèrement que le gouvernement chinois n'ai aucun pouvoir sur du matériel sorti tout droit de ses propres usines?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.