A Cuba, des avantages fiscaux pour attirer les investisseurs étrangers

 |   |  550  mots
Le président cubain, qui a succédé en 2006 à son frère Fidel, a lancé depuis deux ans un processus d'actualisation du suranné modèle économique cubain. (DR)
Le président cubain, qui a succédé en 2006 à son frère Fidel, a lancé depuis deux ans un processus d'"actualisation" du suranné modèle économique cubain. (DR) (Crédits : reuters.com)
Comment faire venir les investissements étrangers à Cuba ? Le gouvernement, toujours officiellement communiste, a décidé d'exempter d'impôt sur les bénéfices les entreprises qui investiraient à Cuba... Pendant au moins huit ans.

La semaine dernière, le quotidien officiel Granma assurait que Cuba ne serait pas mise en vente. Le gouvernement, toujours officiellement communiste, prépare une loi pour attirer les investissements étrangers sur l'île.

Exonération d'impôt sur les bénéfices

Selon cette loi, qui devrait être adoptée samedi lors d'une séance extraordinaire du Parlement, l'exonération d'impôt sur le bénéfice concernera les entreprises mixtes et les "associations économiques" et pourra être étendue sur décision du conseil des ministres, explique le quotidien officiel Juventud Rebelde.

Dans les faits, le gouvernement entend exonérer d'impôt sur les bénéfices les entreprises étrangères pendant au moins huit ans, selon des détails publiés mercredi par la presse cubaine.

Moitié du taux actuel après huit ans

Une fois expirée la période d'exonération, les entreprises paieront un impôt de "15% du bénéfice net imposable", soit la moitié du taux actuellement en vigueur, ajoute le quotidien qui ne publie pas le texte de la prochaine loi.

Si l'activité concerne "l'exploitation de ressources naturelles, renouvelables ou non, le taux d'imposition sur le bénéfice peut être augmenté jusqu'à 50% sur décision du conseil des ministres", ajoute Juventud Rebelde.

La nouvelle loi sur les investissements, "cruciale" pour l'économie cubaine selon le président Raul Castro, devrait remplacer les normes actuelles établies en 1995 au lendemain de la chute de l'empire soviétique, principal soutien économique de Cuba.

"Pleine protection"

Selon Juventud Rebelde, la nouvelle loi offrirait aux entreprises "pleine protection et sécurité juridiques" :

Leurs investissements, par exemple, ne pourront pas être saisis, sauf pour motifs d'utilité publique ou d'intérêt social et dans ce cas, la saisie se ferait en accord avec la Constitution et les traités internationaux, avec une indemnité adéquate établie d'un commun accord.

Le 19 mars, le président de la commission des lois de l'assemblée cubaine José Luis Toledo avait annoncé que ce texte "vise à renforcer les garanties des investisseurs et établit le caractère prioritaire de l'investissement étranger dans presque tous les secteurs de l'économie, particulièrement dans la production". En outre, a-t-il expliqué, la loi sera plus flexible sur le plan fiscal.

"Impérieuse nécessité"

Aucune information en revanche n'a été apportée sur un des points cruciaux de la nouvelle loi, la possibilité de création d'entreprises mixtes à majorité de capital étranger. Aujourd'hui, l'État cubain détient 51% de toutes les entreprises mixtes créées dans l'île.

En février, le président cubain Raul Castro avait une nouvelle fois souligné "l'impérieuse nécessité" d'attirer des investissements étrangers afin de "dynamiser le développement économique et social du pays".

Injection d'une dose d'économie de marché

Le président cubain, qui a succédé en 2006 à son frère Fidel, a lancé depuis deux ans un processus d'"actualisation" du suranné modèle économique cubain, prévoyant essentiellement l'injection d'une dose d'économie de marché, avec un encouragement à l'initiative privée.

L'Etat continue toutefois de contrôler quelque 90% de l'économie, dont la production agricole, déclarée "priorité stratégique", reste le gros point noir. Le plan économique de l'Etat pour 2014 prévoit de renforcer les exportations et de réduire les importations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2014 à 15:33 :
A tous les comentaires: laissez d'etre ironiques.
Nos liders revolicionaires saven ce qu'ils font. tout cela est un movement tactique pour reprendre un peu de force, le temps de voir le liberal fascismo disparaitre du monde. les regimes populares ils vont par fin connaitre l'espace pour lancer le progres du peuple. Le chemin est long et plein d'enemis, on a vu comment la cia a cassé en lybie, syrie et ukraine des régimes du peuple, ou comment elle intente de le faire au venezuela.
Réponse de le 07/07/2014 à 10:05 :
les cubains sont tres bien et tres riche ils ont besoins de rien laisser les cubains entre eux !!!!!!
a écrit le 27/03/2014 à 11:21 :
ben, il ne restera plus que la France et la Corée du Nord qui continueront à rebuter les investisseurs et les entreprises étrangères...
a écrit le 27/03/2014 à 11:01 :
Même les cocos se mettent au libéralisme ! C'est pas en france que ça arriverait ça, on a le PCF le plus ringars avec le KKR grec encore marxiste.
Gérard Filoche , du PS pourtant, prône un virage à gauche et les 32 heures par semaine, comme si les 35 heures n'avaient pas déjà été une catastrophe pour notre économie dont on voit les conséquences jusqu'au derniers chiffres du chômage hier.

Aux fous ! Tout cela mérite une sanction électorale mémorable dimanche !
a écrit le 27/03/2014 à 10:12 :
ah j'ai bien rit en lisant votre article , fidel castro doit se trouver mal , le socialisme ou la mort disait'il .. ben là c'est frappant de voir le demi-tour des élites cubaines , sortir cuba de la pauvreté et du lyrisme de fidel a tenir la foule pendant 9heures de discours non stop cela a vécu , aujourd'hui tout le monde a envie de vivre et non de survivre , cuba prochain paradis fiscal ? pour un pays communiste c'est trop drôle , les libéraux sont heureux , le communisme finalement c'est attractif ?
Réponse de le 27/03/2014 à 16:21 :
@balzac: attention aux conclusions hâtives :-) vaut-il mieux toucher un salaire de 200 euros et payer sonr kilo de riz (ils mangent du riz à Cuba plus qu'autre chose) 10 cents avec un loyer nul, ou toucher un salaire de 1500 euros et payer le même kilo de riz 10 euros avec un loyer de 1600 euros ?? Tes bouqins de propagande ne traitent pas du sujet ? Bizarre :-)
Réponse de le 28/03/2014 à 11:23 :
@Patrickb : petit rectificatif : si vous croisez un salarié cubain qui touche 200 euros par mois c'est le roi du pétrole !
pour info le salaire moyen mensuel (payé par l'état) est entre 17 et 20 CUC (soit environ 15 euros).
Donc ceux qui gagnent 200 euros par mois, soient ils travaillent à leur compte en direct avec les touristes soient ils travaillent pour une société étrangère.
a écrit le 27/03/2014 à 9:35 :
Bercy va t-il s'indigner de cette concurrence déloyale vis à vis de la république socialiste ? Une nouvelle "fuite" des investisseurs français vers ce "paradis fiscal" en perspective, ne va pas arranger les affaires de Bercy ! Une mise sur écoute des entreprises françaises, à la demande de nos socialistes, qui excellent en la matière, n'est pas à exclure !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :