Au Japon, le chômage est à son plus bas niveau depuis 17 ans

 |   |  318  mots
Il existe de grandes disparités entre les régions, les mégapoles de Tokyo, Nagoya et Osaka étant privilégiées.
Il existe de grandes disparités entre les régions, les mégapoles de Tokyo, Nagoya et Osaka étant privilégiées. (Crédits : reuters.com)
En mai, on recensait 2,42 millions de chômeurs au Japon, un total qui décline continuellement depuis 48 mois, pour une population au travail en augmentation depuis 17 mois à 63,97 millions d'individus.

Au plus bas depuis 17 ans. Le taux de chômage au Japon est descendu en mai à 3,5%, un recul de 0,1 point sur un mois qui lui a fait retrouver son plus bas niveau depuis décembre 1997, a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures.

En mai, on recensait 2,42 millions de chômeurs au Japon, un total qui décline continuellement depuis 48 mois, pour une population au travail en augmentation depuis 17 mois à 63,97 millions d'individus.

Un trompe l'œil ?

L'ampleur du taux est toutefois réduite par la méthode de comptabilisation officielle, qui considère que les personnes effectuant ne serait-ce que très peu d'heures de travail ne sont pas chômeuses.

Quoi qu'il en soit, le marché du travail a continué à se détendre: on comptait en mai 109 offres d'emploi pour 100 demandes, contre 108 en avril et 107 en mars, a indiqué par ailleurs le ministère du Travail, un ratio inédit depuis des années.

Il existe toutefois de grandes disparités entre les régions, les mégapoles de Tokyo, Nagoya et Osaka étant privilégiées.

Des marchés tendus

Certains secteurs, comme celui du bâtiment ou des soins aux personnes, ont particulièrement besoin de main d'oeuvre, du fait de la demande liée à la reconstruction du nord-est dévasté par un tsunami et un accident nucléaire en 2011 et de l'augmentation de la population âgée nécessitant une aide.

Le marché est également très tendu dans le domaine de la restauration et du commerce de détail où les salariés, souvent sous contrat à durée déterminée ou engagés à la journée, ont tendance à changer rapidement d'employeur.

Reste que ces derniers mois, les Japonais sont globalement plus optimistes sur les perspectives d'emploi, en partie grâce à la politique économique offensive du Premier ministre de droite, Shinzo Abe, destinée à redonner le moral aux entrepreneurs et aux travailleurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2014 à 9:44 :
l'article est très exact , les secteurs du BTP et de la personne sont largement déficitaires en main d'oeuvre car ces corps de métiers sont pénibles voir sales comme le disent les japonais , de là aussi le BTP a de plus en plus de salariés a un âge avancé ( moyenne 55 ans ) ce qui met le gouvernement japonais sous pression pour faire venir des gaijjin ( étrangers ) pour relancer certains secteurs qui souffrent , mais si l'UE et la france avaient de telles offres d'emploi pour un chômeur ce serait le paradis , enfin au japon beaucoup d'entreprises gardent des salariés dans des placards afin d'éviter d'avoir des hausses de cotisations sociales et des taxes et autres impôts , une mentalité bien différente de celle des européens qui larguent par containers leurs salariés au moindre trouble économique
a écrit le 27/06/2014 à 14:09 :
Un facteur très important, que les médias oublient (ou feignent d'oublier), c'est le suivant : les femmes japonaises ne travaillent quasiment pas !!! Elles ne sont donc pas demandeuses d'emploi. En effet les femmes japonaises, dans la grande majorité, s'arrêtent de travailler dès qu'elles se marient. Et au premier enfant il est RARISSIME qu'une femme japonaise travaille encore. Donc comment comparer le marché de l'emploi et les statistiques japonaises et françaises, puisque la moitié de la population en France est comptée comme active alors qu'au Japon, non ?!
a écrit le 27/06/2014 à 12:11 :
C'est dû à la démographie calamiteuse. De plus quand ils trouvent un chômeur ils l'envoie nettoyer Fukushima. Ca m'étonne qu'ils ne soient pas déjà à 0% de chômage avec une telle politique.
a écrit le 27/06/2014 à 12:11 :
Au lieu de chercher à comprendre comment ils ont fai pour en tirer des leçons "positives" nos bons journalistes (complaisant vis à vis du pouvoir) essayent par tos les moyens de démontrer que cette amélioration est "biaisée" ou "factice" ou "trompe l'oeil" etc ...
A propos de "trompe l'oeil" le journalisme frnaçais en est un vrai, il suffit de lire la presse étrangère pour avoir des informations différents sur la France que celles que nous donnent nos journallistes et cela quelque soit le joural (L'HUmanité, Le MOnde, Le Figaro, Le Parisien, Ouest France, La Provence etc ...)
a écrit le 27/06/2014 à 11:13 :
Ils n'ont pas l'euro. C est étrange.
Réponse de le 27/06/2014 à 13:58 :
Envoyons leur flanby et valls !
la situation se dégradera très vite...
a écrit le 27/06/2014 à 11:13 :
Ils n'ont pas l'euro. C est étrange.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :