La Russie entre impassibilité et retour de flammes après les sanctions

 |   |  652  mots
Les Russes sont d'ailleurs une majorité (60%) à estimer que ces sanctions ne concernent réellement que l'élite politique russe, responsable de la prise de décisions. (Photo : Reuters)
Les Russes sont d'ailleurs une majorité (60%) à estimer que ces sanctions ne concernent "réellement" que l'"élite politique russe, responsable de la prise de décisions". (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les sanctions prises par l'Union européenne et les États-Unis ont agacé les acteurs politiques et économiques en Russie. L'impact devrait toutefois être limité pour les banques, moins pour le milieu des affaires...

Indifférence ou menace de conséquences "concrètes". En Russie, les principaux acteurs ont chacun réagi à leur manière au lendemain de la décision de l'Union européenne et des États-Unis d'appliquer de nouvelles sanctions contre la Russie pour contraindre le président Vladimir Poutine à cesser tout soutien aux entreprises de déstabilisation de l'Ukraine.

Washington"dicte" sa politique aux Européens

"Les conséquences pour Washington de cette politique destructive et à courte vue vont être très concrètes", a assuré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. Il estime par ailleurs que les sanctions prises par l'Union européenne témoignent de "[son] incapacité à jouer un rôle autonome dans les affaires mondiales" :

"La politique de l'UE ne se base plus aujourd'hui sur des faits vérifiés mais est dictée par Washington."

Le ministère a également dénoncé "les sanctions antirusses tirées par les cheveux et illégitimes" des États-Unis accusés de vouloir punir "la politique indépendante et perturbante" de Moscou.

Lire : L'UE a adopté un important train de sanctions économiques contre la Russie

Pas d'impact négatif pour les banques russes

La Banque centrale de Russie a assuré de son côté que "toutes les mesures seront prises, en cas de besoin, pour soutenir les banques", alors que Washington limite désormais les transactions avec trois des principales banques russes, et que l'UE a décidé de restreindre l'accès des banques d'État russes aux investisseurs européens.

Si VTB , Bank of Moscow et Russian Agriculture Bank ont dénoncé les nouvelles sanctions "politiques" et "injustes" adoptées par les États-Unis et l'Union européenne en raison du rôle de Moscou dans la crise en Ukraine, elles ont toutefois minimisé l'impact sur leurs activités.

Dans un communiqué, VTB, deuxième banque russe en termes d'actifs, s'est dit prête à "emprunter dans d'autres devises et sur d'autres marchés". De son côté, Russian Agricultural Bank a déclaré ne pas s'attendre à ce que ces nouvelles sanctions aient un quelconque impact négatif sur ses activités, tout comme Bank of Moscow, filiale de VTB.

Crainte d'un "rideau de fer" sur le commerce

Si les banques s'estiment indemnes, le commerce pourrait être affecté alors que l'Union européenne est le premier partenaire commercial de la Russie avec 326 milliards d'euros d'échanges en 2013. La Russie a ainsi suspendu la plupart de ses importations de fruits et légumes en provenance de Pologne et envisage de l'étendre à l'ensemble des pays de l'UE.

Si Moscou s'est défendue d'avoir pris une mesure d'ordre politique, le Premier ministre tchèque, Bohuslav Sobotka, s'est dit préoccupé des conséquences d'une éventuelle guerre commerciale de longue durée entre l'Union européenne et la Russie, qui pourrait dresser un nouveau "rideau de fer" en Europe.

Également inquiète pour les milieux d'affaires, l'Association des entreprises européennes (AEB), qui représente plus de 600 entreprises européennes présentes en Russie, a"regretté profondément" ces nouvelles sanctions dans un communiqué :

"Compte tenu du volume des échanges commerciaux entre la Russie et l'UE et entre la Russie et l'Ukraine, l'AEB prévoit que ces nouvelles sanctions nuiront non seulement à l'économie russe mais freineront également la croissance de l'UE et de l'Ukraine."

Les Russes indifférents à l'isolation de leur pays

Selon un sondage publié mercredi par le centre indépendant Levada, 58% des Russes disent "ne pas s'inquiéter" de l'"isolation du pays sur la scène internationale", alors que 61% réagissent de la même manière aux "sanctions économiques et politiques" prises contre la Russie.

Les Russes sont d'ailleurs une majorité (60%) à estimer que ces sanctions ne concernent "réellement" que l'"élite politique russe, responsable de la prise de décisions".

Sondage réalisé du 18 au 21 juillet auprès de 1.600 habitants de 134 villes et villages en Russie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2014 à 16:53 :
et bla bla bla et bla bla bla
Moi pour me faire une opinion je souhaiterai avoir le résultat des boîtes noires du MH17 avec les conversations du cockpit.
Pourquoi le contrôle aérien de Kiev a dérouté cet avion au dessus de Donetsk et l'a fait descendre de 1000 pieds ?
a écrit le 31/07/2014 à 14:01 :
Poutine va sans doute envahir directement l'Ukraine dès qu'il le pourra.
Réponse de le 31/07/2014 à 23:54 :
Pourquoi envahir l'Ukraine qui n'a aucun richesse naturelle. La Russie a besoin simplement que la population russophone émigre en Russie pour renforcer sa propre population trop peu nombreuse.
Réponse de le 01/08/2014 à 6:21 :
Bien sur et après il continuera sur la Pologne ,l'Allemagne et il ne s'arrêtera qu'a Paris car il veut manger des glaces chez Bertillon. Il fait trop chaud à Moscou
a écrit le 31/07/2014 à 12:17 :
Marine le Pen soutient Poutine lol
a écrit le 31/07/2014 à 11:24 :
Des militants de défense des droits de l’homme en Russie ont dénoncé mercredi 30 juillet l’arrestation, la veille, en Bulgarie du cofondateur et militant actif de l’organisation Russie-Libertés Nicolay Koblyakov. "Il risque l’extradition vers la Russie et la prison", alertent les militants de l’ONG qui demandent à Sofia de ne pas livrer Koblyakov, de nationalité russe mais aussi française, à Moscou. Les raisons de la demande d’extradition ne sont pas aujourd’hui connues des membres de l’association qui dénonce le recul flagrant des libertés individuelles en Russie. Pour Russie-Libertés, quel que soit ce motif, "l’activité militante de Koblyakov conduit à un risque majeur pour lui en cas d’extradition vers la Russie". Des ONG sous surveillance Russie-Libertés, épaulée par la Ligue des Droits de l’Homme, souligne en effet que "dans le contexte actuel, les militants pour les libertés et les droits humains en Russie sont fréquemment victimes d’accusations infondées dont le motif est en réalité politique, de procès inéquitables, de condamnations arbitraires, et de mauvais traitements en détention". Cette arrestation intervient en effet dans un contexte tendu pour les défenseurs des droits humains. Lundi 21 juillet, Amnesty International dénonçait une nouvelle fois "la détermination des autorités russes à décimer les organisations de la société civile indépendante" alors que cinq organisations russes étaient enregistrées comme "agents de l’étranger", "nouveau signe de la mainmise croissante des autorités sur la liberté d’expression", selon l’ONG. Le 24 juillet, ce sont deux opposants, Serguei Oudaltsov et Léonid Razvozjaev, qui étaient été condamnés à 4 ans et 6 mois de prison ferme.
a écrit le 31/07/2014 à 11:15 :
Ce n'est pas ce que disent les statistiques de la dernière décennie :

Russie
http://www.indexmundi.com/g/g.aspx?v=66&c=rs&l=fr
USA
http://www.indexmundi.com/g/g.aspx?v=66&c=us&l=fr
France
http://www.indexmundi.com/g/g.aspx?v=66&c=fr&l=fr
Réponse de le 31/07/2014 à 11:31 :
Logique, la Russie est un pays "émergent", les USA et la France des pays "développés" donc comparer des taux de croissance entre ces pays n'a pas de sens économiquement. Vus son histoire et ses ressources, la Russie devrait depuis longtemps être un pays développé.
Réponse de le 01/08/2014 à 6:18 :
C'est sur que comparer la France sur le plan économique avec d'autres pays développés ou pas sur devient franchement gênant . Pour mémoire la croissance américaine devrait dépasser les 3 % cette année et les anglais ne seront pas loin derrière
a écrit le 31/07/2014 à 10:48 :
je lis les commentaires et avec l'experience je sais que quand on part en guerre on est toujours certain de la gagner rapidement mais 4 ou 5 ans plus tard vaicus et vaiqueurs comptent leurs morts et constatentent les degats et meme queques annes aprec on constate que le vaiqueur n'est pas celui qui a gagne un guerre economique peu durer tres longtemps et à la fin le gagnant sera celui qui sera reste spectateur
a écrit le 31/07/2014 à 10:16 :
Cela fait près de 50 ans qu'Israël organise le blocus de la bande de Gaza (360 km²) avec le résultat que l'on sait.
Faut-il que les USA et l'UE aient perdu la tête pour vouloir faire de même avec la Russie, plus grand pays en superficie, sans oublier qu'elle est une des deux principales puissance nucléaire.
Cette hystérie agressive est stupide.
Réponse de le 31/07/2014 à 10:29 :
La Russie est fragile, elle s'effondre régulièrement car ses dirigeant dérapent régulièrement. Relisez son histoire. Son économie ralentit déjà fortement en quelques mois.
Réponse de le 31/07/2014 à 23:48 :
Je suppose que Pierre fait référence à Staline l'exemple même de la fragilité .
Réponse de le 01/08/2014 à 6:25 :
Heureusement que l'économie française ne s'est jamais mal portée elle ! Grace a nos dirigeants tellement compétents .
a écrit le 31/07/2014 à 9:13 :
Il nous faut revenir à une réflexion sur notre indépendance énergétique, dans un premier temps diminuer notre consommation de gaz russe, quitte dans un premier temps à acheter davantage de gaz du continent Africain. Mettre davantage de moyens dans la recherche et le développement dans les panneaux solaires et les éoliennes de petites tailles (pour maisons individuelles). Habitant une région où il y a pas mal d’éoliennes je peux vous dire que les populations ont intégré l’effet visuel et elles sont rentrées dans le paysage quotidien. Nous habitant de l’Hexagone acceptons trop facilement le joug d’un pays comme la russie qui est resté dans un contexte moyenâgeux, ce n’est pas parce qu’ils ne veulent plus évoluer que nous devons subir cette abrutissement, il est vrai que la vodka ne les aide pas à réfléchir. Les russes ont fait une révolution laissons les faire une autre. Eux seuls sauront un jour se réveiller face à cette dictature d’un autre âge.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:47 :
des bâtiments est la meilleure réponse à donner.
Pas besoin de s'embêter avec des panneaux solaires.
En Europe très peu de bâtiments sont efficaces énergétiquement, le gain à obtenir est gigantesque.
Réponse de le 31/07/2014 à 14:04 :
Il n'y a pas qu'une seule réponse, çà dépend des situations. Le solaire hybride a des rendements assez proches de 100%, est vite amorti est s'avère une excellente solution pour une part de chauffage, la majorité de l'eau chaude, l'électricté, la ventilation, la clim l'été etc.
Réponse de le 01/08/2014 à 6:12 :
Rv2013 a raison il faut acheter notre gaz dans les grands pays démocratiques d'Afrique . après l'Algérie il faut acheter plus en Libye et ensuite aller au moyen orient pour acheter plus aux grands démocrates saoudiens et quataris
a écrit le 31/07/2014 à 9:06 :
Impassibilité de la Russie?
Pas sur le terrain. C'est de ingérence pure et simple. Des mercenaires ont passé la frontières avec chars, blindés, artillerie tractée, camions , lance-roquettes, camions béliers, nombreux camions bâchés civils et militaires
Que cachaient ces camions bâchés: munitions, mines, systèmes sol-air, lance-roquettes ou (et) autres?
Plusieurs vidéos montrant les colonnes se dirigeant sur les deux villes ukrainiennes sous haute tension, en témoignent.
Ceci est inexcusable. Il était tant que l'Europe prennent ses responsabilités.
Comme les russes continuent de concentrer du matériel sur la frontière et que les ukrainiens orientent aussi toutes leur forces sur leurs frontières (nombreuses vidéos aussi en témoignent).
Ceci pourrait vite déraper et arriver sur les frontières de l'Europe.
Et là, c'est l'incertitude, pour un temps. La suite est expliquée dans les livres d'histoire.
Je pense que l'Europe ne devrait pas hésiter sur les sanctions.
Après, c'est toujours trop tard.
Réponse de le 31/07/2014 à 10:21 :
La TV parle effectivement du soutien russe aux insurgés et de l'éventuelle implication d'agents russes, mais elle ne montre que des chars et des avions UKRAINIENS. Quant aux camions bâchés on peut imaginer ce qu'on veut...
J'en croise plein sur les routes. Est-ce grave docteur ?
Réponse de le 31/07/2014 à 11:35 :
@ Tony : Oui c'est grave car en Crimée et Géorgie c'était aussi des camions bâchés et ils se sont ensuite découverts russes.
a écrit le 31/07/2014 à 8:55 :
En lisant les post ci-dessous on atteint des sommets dans la connerie.En mettant out la Russie,les Usa mettent out économiquement l'Europe ce qui est évidemment le but rechercher.Fini l'extension vers l'est.Quand à la guerre faut pas y penser une seule seconde,demandez au allemands ce qu'ils en pensent et à l'époque c'était une guerre conventionnelle sans armement nucléaire,sauf évidemment à vouloir se vitrifier le groin réciproquement,ce qui là encore serait grandiose,mais pas impossible vu les pointures qui gouvernent le monde actuellement.
Réponse de le 31/07/2014 à 10:33 :
A votre avis il faut laisser Poutine envahir la Géorgie, la Crimée, l'Ukraine, etc et ne rien faire ? C'est lui l'agresseur envahisseur et il ne laisse pas le choix. L'Ukraine a le droit d'être souveraine. Et l'Europe n'a pas a être envahie.
Réponse de le 31/07/2014 à 11:29 :
Russie 17 098 242 km2,22 républiques il a de quoi s'occuper localement l'envahisseur croyez moi.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:21 :
Et justement pourquoi la Russie est-elle si grande ? Elle compte plusieurs envahisseurs dans son histoire. Les plus récents étant Staline et Poutine. L'invasion de la Géorgie, Transnitrie, Crimée, Ukraine de l'Est sont bien la réalité. Elle occupait une bonne part de l'Europe sous Staline. Tout cela malgré la taille du pays.
Réponse de le 01/08/2014 à 0:19 :
Justement Kirk la Russie a quitté l'Europe de l'est sans contre partie et sans que l'Europe dise même merci
a écrit le 31/07/2014 à 8:21 :
ne prenez pas Poutine pour un c.., cette manière d'agir pourrait nous amener droit droit vers une guerre : les occidentaux vivent devant leur tv alors que les russes défendront leur pays : songez-y !!!
Réponse de le 31/07/2014 à 9:14 :
merci du rappel, nous avions oublié que les russes n'ont pas de TV?!?!
a écrit le 31/07/2014 à 7:32 :
Poutine n’a pas grand-chose à dire concernant le tir sur l'avion de Malaysian Airlines. Nier les faits ne mènera à rien. Les systèmes d’observation et d’écoute de l’OTAN sont pointés sur la frontière depuis 4 mois. Ils voient tout et entendent tout. Ils ont vu le tir de missile. Ils peuvent dire d’où il est parti. Si Poutine joue au plus fin, ils produiront ces photos, ces enregistrements, comme au bon vieux temps de la guerre froide. Impossible pour Moscou de faire trainer comme lorsqu’il niait avoir des soldats russes sans uniforme clair en Ukraine. Cette fois, les faits sont graves. Impossible pour le Kremlin de faire croire que la responsabilité morale revient au gouvernement de Kiev qui en lançant l’offensive il y a un mois pour reprendre l’Est, a aggraver la guerre. Poroshenko serait responsable de quoi au juste ? De ne pas accepter que son territoire soit coupé en deux par la volonté du voisin et d’une bande d’excités ? Ça ne tiendra pas non plus. Des innocents sont morts parce que 10 000 mètres en dessous d’eux, des dirigeants irresponsables attisaient la bêtise de gros bras qui vient de prouver qu’ils sont des hommes en faisant la guerre, qui les poussait à la surenchère verbale, puis politique, puis militaire, au point qu’au cœur de l’Europe, on se bat à coup de roquettes, d’orgue de Staline et de missiles antiaérien. Ce chaos, Poutine l’a créé. Il va devoir le régler
Réponse de le 31/07/2014 à 8:43 :
Tous eriere le dictateur Poutine pour contrerl'etat VOYOU USA.
Réponse de le 31/07/2014 à 10:27 :
Les Usa voyou ? c'est la réthorique de Poutine et du FN, la Russie a souvent été pire comme actuellement ou sous Staline. La Russie a régulièrement eu a son pouvoir des dictateurs envahisseurs.
Réponse de le 01/08/2014 à 0:08 :
Justement l'OTAN et plus particulièrement les américains voient tout et entendent tout et c'est donc incompréhensible qu'ils n'aient pas encore montré de photos de ces fameux lances missiles en action côté rébellion alors que le tir est partis en pleine après-midi par beau temps .
Réponse de le 01/08/2014 à 0:08 :
Justement l'OTAN et plus particulièrement les américains voient tout et entendent tout et c'est donc incompréhensible qu'ils n'aient pas encore montré de photos de ces fameux lances missiles en action côté rébellion alors que le tir est partis en pleine après-midi par beau temps .
Réponse de le 01/08/2014 à 0:08 :
Justement l'OTAN et plus particulièrement les américains voient tout et entendent tout et c'est donc incompréhensible qu'ils n'aient pas encore montré de photos de ces fameux lances missiles en action côté rébellion alors que le tir est partis en pleine après-midi par beau temps .
a écrit le 31/07/2014 à 7:25 :
La Russie est confrontée depuis le début d'année à une fuite des capitaux évaluée à quelques 160 milliards de dollars. Toutes les grandes compagnies russes sont très endettées, à hauteur de 750 milliards de dollars, dont 250 pour les banques. Cela posera un vrai problème pour les refinancements et peut entrainer, à moyen et long terme, des risques de faillites. L'économie russe est déjà dans une situation très délicate, avec 1,3% de croissance en 2013, c’est-à-dire avant la crise en Ukraine et va passer en dessous de zéro. Le risque de récession est déjà réel pour cette année. Le gouvernement va donc passer les prochains mois à anticiper les problèmes, colmater les brèches, mais il ne sera pas dans une logique de développement, d'investissement positif, notamment pour des grands projets d'infrastructures. Poutine s'est mis dans une situation politique difficile et met les russes dans une situation également mauvaise sur la durée.
Réponse de le 01/08/2014 à 0:26 :
ECO il ne faut pas confondre sortie et fuite de capitaux . Les 160 milliards sont pour l'essentiel des remboursements de dettes non compensés par de nouveau emprunts et des sorties de capitaux étranger investis à court terme sur les marchés actions donc peu utiles à l'économie ,
a écrit le 30/07/2014 à 23:43 :
Une nouvelle vague d’émigration a commencé en Russie, la plus massive depuis la chute de l’URSS. Ce sont les meilleurs qui s’en vont, ceux qui croyaient construire une Russie européenne dans laquelle ils voulaient vivre. S’ils ne partent pas eux-mêmes, ils envoient leurs enfants à l’étranger. Et il est de plus en plus fréquent de rencontrer dans les écoles et les hôpitaux moscovites des enseignants et des médecins tadjiks ou ouzbeks. Les enseignants et les médecins russes sont partis. Pas besoin de lire les journaux, il suffit d’écouter les gens dans les queues devant les consulats européens à Moscou pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui en Russie. Je leur ai posé l’éternelle question russe : « Que faire ? » Tout le monde m’a répondu : « C’est le moment de filer. » « Dans les années 1990, on rêvait de faire de la Russie un pays occidental, m’a dit un autre. Moi, je travaillais à l’association Mémorial, on recueillait la terrible vérité sur les répressions staliniennes. Mais maintenant, personne n’a besoin de ça. On veut rendre le nom de Stalingrad à la ville de Volgograd. » Un autre Russe : « L’homme à poigne qui va restaurer l’empire est de nouveau à la mode. Je vis cela comme une défaite. »
a écrit le 30/07/2014 à 23:42 :
Depuis des années les pays occidentaux font comme si Moscou était devenu un partenaire démocratique acceptable en échange de faveurs économiques que le chef du Kremlin leur dispense ou leur fait miroiter. Les dirigeants de l'Occident ferment les yeux et acceptent d'évoluer dans la réalité virtuelle conçue dans les laboratoires de propagande de Moscou. Cela pour l'amour des affaires florissantes avec les oligarques russes ou l'espoir d'un rabais sur le prix du gaz. D'Angela Merkel à David Cameron, les leaders des puissances d'Europe occidentale ont choisi la voie facile. L'équation est simple : personne ne met en danger sa popularité, c'est-à-dire sa politique interne – qui dépend en fait du prix du chauffage en hiver – pour des prises de position susceptibles d'ennuyer Poutine. L'opinion publique doit réagir. Les hommes politiques européens n'ont plus, depuis longtemps, le courage de prendre position pour des principes sains, malgré l'opinion publique qui peut montrer ou même ressentir une réelle indignation envers les abus de Poutine et son entourage. Elle ne manquera pas de les sanctionner par les urnes si, par exemple, le gaz devait voir son prix augmenter de manière significative. Au fond, les politiciens ne font que donner à la population ce qu'elle mérite. Au final, l'annexion de la Crimée, la guerre dans l'est de l'Ukraine et la recherche des coupables du crash de l'avion de la Malaysia Airlines ne sont que des sujets de bavardage. Les politiciens ne risquent pas de déclencher la colère du Kremlin et de provoquer l'inconfort de leurs propres électeurs habitués depuis plus d'un demi-siècle à une vie paisible et opulente. Le seul cas de figure qui permettrait un autre scénario impliquerait que l'opinion publique occidentale exerce une pression réelle et ferme, indiquant clairement à ses gouvernants qu'ils sont prêts à renoncer, par principe, à leur niveau de vie. Les Européens sont tentés de ne pas intervenir en espérant que les vagues russes s'arrêteront à leurs frontières… L’histoire devrait toutefois leur rappeler plusieurs exemples bien plus lourds de conséquences que le prix du gaz dont on peut techniquement de plus en plus se passer.
Réponse de le 06/08/2014 à 12:43 :
Je ne suis pas d'accord avec votre analyse pour plusieurs raisons. La raison principale est que tout les gouvernements (occidentaux et autres) ont banni le mot "morale", pas de leur vocabulaire, mais de leurs actes. Quelles preuves avez-vous que la Russie est intervenue en Ukraine? Personnellement, à part les dires des medias, je n'en ai aucune! Par contre je suis persuade que les occidentaux sont intervenus en Afganistan, en Libye etc.. et quand on entend ce qu'il s'y passé, on est en droit de se poser des questions sur nos politiques et politiciens non?
a écrit le 30/07/2014 à 23:08 :
Les bombardements israéliens font 1200 morts et aucune sanction pour Israël. Les Occidentaux sont des hypocrites! J'espère que la Russie prendra rapidement des sanctions pour faire plier les industriels européens. Pas sûr qu'avec la crise en Europe on puisse se permettre de perdre des débouchés!
Réponse de le 30/07/2014 à 23:19 :
Israel se comporte effectivement comme Poutine avec les ukrainiens. Sauf que les ukrainiens ne tirent pas sur la Russie mais tentent de régler leurs problèmes internes et Poutine leur a volé la Crimée et essaie d'aller plus loin.
Réponse de le 31/07/2014 à 5:34 :
En massacrant les civils russophones, oui c'est sûr les Ukrainiens savent "régler" leurs problèmes internes! Ce qui est révoltant c'est que les Occidentaux foulent les droit international (référendum illégal au Kosovo, invasion de l'Irak en 2003, Guantanamo....) quand ça les arrange et font la leçon aux autres.
a écrit le 30/07/2014 à 22:10 :
Le Vice President américain Joe Biden, dont le fils vient d'être parachuté à la tête d'une société ukrainienne d'extraction de gaz de schiste, a promis que son pays allait accorder une aide de 7 millions de dollars à l'Ukraine. Selon les rumeurs à Kiev, on n'a pas encore vu la couleur de ces billets verts.

Par contre, Ramzan Kadyrov, le leader de la République Chèchène (et qui a été mis sur une liste de sanctions des Etats-Unis il y a quelques jours) vient d'accorder immédiatement une aide supérieure à 7.5 millions de dollars aux populations de l'est de l'Ukraine, une somme à être versée encore cette semaine.

Pour le rappel, les USA, la première hyper-puissance planétaire, possède une population de 318.269.000 habitants tandis que la petite République chèchène n'a que 1.3 millions d'habitants. Cherchez l'erreur.
a écrit le 30/07/2014 à 21:44 :
Encore de la propagande fallacieuse de Wall Street, la même qui fait la croissance américaine rebondir en-dessus des prévisions. Dans le manichéisme de Washington, les PIBs des pays BONS vont toujours croître tandis que celui des pays MÉCHANTS se verront en proie aux flammes de l'Enfer !

Que l'Elysée tâche de livrer les deux Mistral à la Russie car selon les médias russes les chantiers de construction navales russes possèdent déjà la technologie des hyper-structures et pourraient se passer ( lors d'une rupture de contrat de la part de la France) de ces deux bâtiments là.

La France de Hollande, pieds et poings liée au diktat de Washington, risque de payer cher et d'endommager la réputation de l'industrie navale française.
Réponse de le 30/07/2014 à 23:27 :
Pourquoi les russes ont-ils acheté à la France s'ils sont si capables ? Ils n'ont pas toutes les technologies de ces navires, c'est la réalité.
Réponse de le 01/08/2014 à 2:24 :
C'est le commerce international la France dépend de la Russie et la Russie dépend de la France
a écrit le 30/07/2014 à 20:39 :
Il doit y avoir environ 190 pays représentés à l'ONU. Les Occidentaux ne font plus la majorité et de très loin. Ils devraient s'en souvenir avant d'être rappelés aux réalités...enfin, c'est nous qui serons rappelés aux réalités, car l'élite dirigeante trouvera les moyens de continuer à nous tirer des balles dans le pied...mais peut être pas éternellement ?
Réponse de le 30/07/2014 à 21:46 :
L'Occident triche depuis longtemps mais c'est avec cette bourde envers la Russie que les choses se détériorent au plus vite. Dans 10 ans le paysage sera tout un autre,qui vivra verra...
Réponse de le 30/07/2014 à 23:33 :
Vous n'êtes pas très patriotes car mon pays la Russie est objectivement parmi les derniers au plan de la corruption et de la justice. Ce n'est pas du tout brillant et Poutine ne fait rien pour celà malgré que ce soit une grangène au plan économique et social. J'ai l'occassion de beaucoup voyager et conteste la propagande que Poutine tente de diffuser partout afin de maintenir les intérêts de son clan en Russie et qui sont défavorables au pays.
a écrit le 30/07/2014 à 20:15 :
Comme toujours, ils attendent leur meilleur allié, l'hiver. La facture de gaz va augmenter!
Réponse de le 30/07/2014 à 23:36 :
Il suffit de baisser le chauffage de 2° c'est 14% de gaz en moins soit l'équivalent de la part fournie par la Russie en France
Réponse de le 31/07/2014 à 7:13 :
Il faut aussi manger froid et faire marcher nos usine avec le vent
Réponse de le 31/07/2014 à 7:28 :
Les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique sont en effet capables de fournir durablement la totalité de l'énergie en France notamment.
a écrit le 30/07/2014 à 19:55 :
Ce sont ceux qui manœuvrent mal qui finiront dans le mur.
a écrit le 30/07/2014 à 19:50 :
Et que les américains par un prise de conscience bienvenue, dégagent les néos cons qui sont à la manoeuvre avec la droite dure israélienne pour installer le chaos partout...
Réponse de le 30/07/2014 à 23:38 :
Les dirigeants actuels israéliens ne sont pas du même bord politique d'Obama donc soyez réaliste dans vos analyses. Poutine obéit-il aux dirigeants chinois ?
Réponse de le 06/08/2014 à 12:31 :
@ Politique: il n'est pas question de partis politique, uniquement de politique. Regardez en France: UMP et PS. Deux partis différents - meme politique - memes résultats!!!!
a écrit le 30/07/2014 à 18:47 :
pleutres européens ! Obama avec les subprimes l'Irak , l'Afghanistan et sa politique moyen orientale est un curieux prix Nobel . Vivement qu'il déménage et la H. Clinton aussi !
Réponse de le 31/07/2014 à 8:22 :
Et aussi Marine le Pen et le FN et Poutine, qu'ils dégagent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :