Ebola : un premier malade aux États-Unis

 |   |  286  mots
La Maison blanche a indiqué que Barack Obama avait été informé de la situation.
La Maison blanche a indiqué que Barack Obama avait été informé de la situation. (Crédits : reuters.com)
Le malade est revenu d'un séjour au Liberia et n'a consulté un médecin au Texas que six jours après. Le directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies est convaincu les autorités sanitaires américaines sont en mesure de stopper la propagation à ce stade

Ebola a frappé les États-Unis. Un premier cas de fièvre hémorragique a été détecté outre-Atlantique, a fait savoir mardi 30 septembre le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Après au Texas d'un séjour au Liberia, pays de l'Afrique de l'Ouest où sévit une grave épidémie d'Ebola depuis plusieurs mois, le malade a développé des symptômes de cette fièvre quelques jours après être rentré au Texas , ont déclaré les services de santé du Texas. Cet adulte est soigné à l'hôpital presbytérien de Dallas au Texas, où il a été placé dans des conditions d'"isolement strict".

Éviter la transmission

Le CDC a confirmé le diagnostic et les services de santé du Texas ont indiqué travailler avec l'organisation nationale afin "d'enquêter sur ce cas et prévenir une transmission de la maladie". Des mesures ont notamment été prises pour éviter une contamination d'autres patients et du personnel de l'hôpital.

Le malade n'a consulté un médecin que six jours après son entrée sur le territoire américain, a indiqué le Dr. Thomas Frieden, directeur du CDC. Ce laps de temps laisse supposer qu'une "poignée" de personnes, des membres de la famille ou d'autres, ont pu être exposées à la maladie.

"Il est certainement possible que quelqu'un qui a été en contact avec cet individu puisse développer Ebola dans les prochaines semaines", a jugé le Dr. Thomas Frieden, ajoutant être convaincu que les autorités sanitaires américaines sont en mesure de stopper la propagation à ce stade. La Maison blanche a indiqué que Barack Obama avait été informé de la situation par le Dr. Thomas Frieden.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :