Le PIB russe pourrait flancher de 5% en 2015

 |   |  273  mots
La Russie souffre d'un cours du pétrole trop bas et des sanctions internationales suite au conflit en Ukraine.
La Russie souffre d'un cours du pétrole trop bas et des sanctions internationales suite au conflit en Ukraine. (Crédits : reuters.com)
La prévision initiale de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement tablait sur une contraction de 0,2%. L'institut estime que les autres pays de l'Est et d'Asie centrale devraient voir leur PIB diminuer de 0,2%, là où l'organisme l'attendait en hausse de 1,7%.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a drastiquement revu à la baisse lundi 19 janvier ses prévisions économiques pour la Russie en raison de la chute des cours du pétrole et des sanctions économiques occidentales. L'institution basée à Londres table sur une contraction de 4,8% cette année contre une précédente prévision en septembre qui attendait une baisse de 0,2%.

Révision à la baisse pour l'ensemble de la "zone" Berd

Fondée en 1991 pour favoriser le passage des pays de l'ex-bloc soviétique à l'économie de marché et la Berd intervenait ainsi à l'origine dans les pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale, avant d'étendre ses interventions au sud de la Méditerranée. Dans l'ensemble des pays dont elle s'occupe, l'institution prévoit désormais au total une contraction de 0,3% en 2015 contre une prévision de croissance de 1,7% en septembre.

"Même cette prévision est sujette à des risques considérables", estime Hans Peter Lankes, économiste en chef, citant la possibilité d'un nouveau déclin des cours du pétrole, d'une aggravation de la crise russo-ukrainienne ou d'une augmentation de l'incertitude en zone euro.

L'Ukraine en graves difficultés

La chute des cours du baril pèse lourdement sur les pays exportateurs comme la Russie mais aussi le Kazakhstan et l'Azerbaïdjan, tout en bénéficiant à certains pays importateurs d'énergie.

Concernant l'Ukraine, les prévisions pour ce pays sont encore plus sombres, la Berd attendant une contraction de 5% en 2015 contre 3% en septembre en raison du conflit dans l'est et de "l'incertitude actuelle sur le montant et le calendrier de l'aide financière internationale".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2015 à 10:26 :
combien va nous coûter notre suivisme des USA? combien de temps encore va t on mettre des gens au chômage et fermer des boites pour satisfaire notre nouveau statut de serpillière américaine ?
a écrit le 20/01/2015 à 10:06 :
Les USA et l OTAN se rejouissent de la chute de la Russie qui conforte leur pseudo egemonie (devenu bien dependante de la bonne volonté chinoise d acheter leur dette...)

C est l Europe qui assumera les consequences economiques et geopolitiques de cette chute !!!
Plutot que d infliger des sanctions a Poutine, l Europe ferait mieux de lui tendre la main, le faire couler risque de nous entrainer au fond avec lui...
Je n apprecie pas du tout Hollande, mais j ai salué son geste de rencontrer Poutine et ainsi de se demarquer de la doctrine USA OTAN...

Avant de suivre aveuglement les dictats des USA sur l Ukraine, souvenons nous de la réussite de leur géopolitique en Afghanistan, en Irak, en Libye (et j en oublie...) !!!
a écrit le 20/01/2015 à 1:09 :
Contrairement à d'autres peuples (suivez mon regard), les russes ne sont pas d'un naturel geignard et ont une mémoire. Ce n'est pas un -5% qui les abattra après qu'ils aient connu l'ère du pantin Eltsine.
Réponse de le 20/01/2015 à 1:56 :
Cà c'est la légende car la Russie s'est montrée très fragile dans les différentes crises qui peuvent aboutir à une déstabilisation rapide du pouvoir (Kroutchev, Gorbatchev, Elstine etc)
Réponse de le 20/01/2015 à 11:32 :
@Et alors: Ce sont pas tous, qui ont connu les années 90, surtout parmi les jeunes. 2015-1998 cela fait 17 ans quand même.
a écrit le 19/01/2015 à 21:11 :
Marrant dans le sens où l'effondrement du "communisme" oligarchique leur en a touché une sans bouger l'autre. Et là, les US recommencent la même erreur car ils se sentent toujours les Maîtres du Monde... Notes, vu leur niveau intellectuel. Cowboys un jour, ...
a écrit le 19/01/2015 à 20:21 :
10% de la population russe possède 90% des richesses

Circulez, il n'y a rien a voir
Réponse de le 20/01/2015 à 8:53 :
golberg?
Réponse de le 20/01/2015 à 10:24 :
Et a l échelle mondiale 1% de la population possédera 99% de la richesse en 2016 (c est dans la presse ces derniers jours), cherchez l erreur...

Il n est pas beau notre paradis capitaliste ???
Mefions nous de donner des lecons au monde entier et commencons par balayer devant notre porte...

Rappelez vous qu il y a tout juste 1 an la France distribuait des armes aux islamistes en Syrie et que notre président voulait envoyer l armée française combattre les troupes de Bachar El Assad...

Nous connaissons la suite, nous bombardons aujourd’hui ceux que nous avons armé l année dernière... Brillante stratégie !!!
Tout comme le brillant résultat de notre intervention en Libye devenue depuis le refuge des milices islamiques d Afrique du Nord...
a écrit le 19/01/2015 à 19:54 :
Pour réagir la Russie devra à l'avenir diversifier ses activites trop dépendantes du gaz et du pétrole ansi que réorienter son commerce international vers les BRICS;
Réponse de le 19/01/2015 à 21:04 :
Le problème c est que ce problème est identifié depuis très longtemps. L exécutif russe à bien montre qu il était incapable d entreprendre cette modernisation. La question c est pourquoi? Ma réponse tient à la malédiction du pétrole et des matières premières, qui crée des rentes pour des oligarques qui empêchent toutes autres industries de recevoir des investissements, dépensent dans le luxe étranger et usent de corruption à tous les étages. Les rares pays a s en sortir sont démocratiques, type Norvège.Résultat pas demain la veille que ça va changer en Russie.
Réponse de le 20/01/2015 à 2:03 :
Bien vu Nico. Mais la Russie a aussi un problème de taille qui la rend très difficile à gérer, en plus de diverses régions (21), d'une position spécifique à défendre entre Europe et Chine, du climat etc. L'histoire confirme. Poutine l'a mise pour le moment dans une voie de garage, ce n'est pas le type de gouvernement qui lui convient désormais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :