Scandale de corruption : la direction du pétrolier brésilien Petrobras démissionne

 |   |  364  mots
Graça Foster est une amie de longue date de la présidente brésilienne et a effectué toute sa carrière au sein de Petrobras. Dilma Rousseff  l'avait nommée en 2012 à la tête du groupe.
Graça Foster est une amie de longue date de la présidente brésilienne et a effectué toute sa carrière au sein de Petrobras. Dilma Rousseff l'avait nommée en 2012 à la tête du groupe. (Crédits : Reuters)
La police brésilienne estime qu'un réseau de corruption démantelé au sein du géant pétrolier aurait détourné quatre milliards de dollars en 10 ans. La présidente brésilienne, Dilma Roussef, s'est désolidarisée de Graça Foster qui a démissionné de son poste de dirigeante de Petrobas.

Les scandales ont eu raison de la direction de Petrobas. La présidente, Graça Foster et l'ensemble de la direction du géant pétrolier brésilien ont démissionné mercredi 4 février "Petrobras informe que son conseil d'administration se réunira vendredi pour élire une nouvelle direction après la démission de la présidente et des cinq directeurs", a indiqué le groupe dans un communiqué aux marchés.

Un réseau de corruption au sein du groupe

Petrobras est éclaboussé depuis l'automne dernier par un retentissant scandale de corruption aux ramifications politiques. La police estime que le réseau de corruption démantelé au sein du groupe aurait détourné quatre milliards de dollars en 10 ans, notamment au bénéfice d'élus et de parlementaires de la coalition au pouvoir, dont le nombre et les identités sont encore couvertes par le secret de l'enquête.

Au total, 39 personnes, entrepreneurs et ex-directeurs de la compagnie pétrolière, sont l'objet d'une enquête pour corruption autour du géant pétrolier. Aucune mise en accusation n'a encore été prononcée.

L'enquête implique également les plus grosses entreprises de construction du pays, qui auraient versé des pots-de-vin à des responsables de Petrobras pour obtenir des contrats.

Roussef a cessé de soutenir la présidente de Petrobas

Mardi soir, la présidente Dilma Rousseff avait reçu Graça Foster à Brasilia, mais rien n'avait filtré du contenu de cet entretien. Graça Foster est une amie de longue date de la présidente brésilienne et a effectué toute sa carrière au sein de Petrobras. Dilma Rousseff  l'avait nommée en 2012 à la tête du groupe.

Selon la presse locale, Dilma Rousseff aurait décidé de remplacer Graça Foster "après s'être convaincue que son maintien en poste était intenable" après le report à plusieurs reprises du bilan du 3e trimestre et sa publication finalement mercredi dernier mais non certifié par un audit externe et qui n'incluait pas les préjudices financiers découlant de la corruption.

Jusque-là, la présidente brésilienne avait soutenu publiquement la gestion de Graça Foster, dont elle est proche, à plusieurs reprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2015 à 13:21 :
triste pour le Brésil.
C'est leur premiere société nationale et elle se prend un sacré coup dans les dents.
Surtout que le prix du baril en ce moment n'aide pas non plus.

Ca me rappelle Elf Aquitaine avec l'affaire Le floch Prigent-Sirven.
Elf avait fini par payer cher cette affaire de corruption politico-financière en perdant beaucoup de valeur et finalement se faire racheter par Total.
a écrit le 05/02/2015 à 10:08 :
C'est une première étape de connaître le montant des sommes détournées : 4 milliards ! Mais il est malheureusement peu probable que les proches de Madame Rousseff soient un jour jugés et condamnés. D'ailleurs, au Brésil, on aime les riches !
a écrit le 04/02/2015 à 21:45 :
Nous on a eu des scandales à l'UMP; ils n'ont pas démissionné...
Réponse de le 04/02/2015 à 22:27 :
... ils n'ont pas été élus non plus...
a écrit le 04/02/2015 à 19:49 :
Dix ans, les autorités auront pris leur temps pour mettre au jour et révéler le scandale. Ce délai est d'autant plus incompréhensible que parallèlement les actifs de Petrobras ont, selon la presse brésilienne, été surévalués de 82 milliards de rials, soit environ 30 milliards de dollars. Le Brésil, qui a raté le Mondial de football, tient là une manière de record en concurrence avec la Russie et la Chine, deux membres des BRICS qui donnent des leçons d'éthique à l'Occident.
a écrit le 04/02/2015 à 19:40 :
Business as usual ;-) Malheur à celui qui est pris les doigts dans la confiture....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :