FMI : le Portugal veut rembourser par avance 14 milliards d'euros

 |   |  362  mots
Le Portugal a reçu 25,7 milliards d'euros du FMI dans le cadre du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé en mai 2011 par le FMI et l'Union européenne.
Le Portugal a reçu 25,7 milliards d'euros du FMI dans le cadre du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé en mai 2011 par le FMI et l'Union européenne. (Crédits : reuters.com)
Le ministère des Finances souhaite restituer un peu plus de la moitié des prêts reçus par le FMI depuis 2011 sur une période maximale de deux ans et demi. Il a sollicité l'autorisation de l'ensemble des bailleurs de fonds ayant participé au plan de sauvetage du Portugal.

Le Portugal veut aller plus vite que prévu. Il souhaite notamment rembourser par avance au Fonds monétaire international 14 milliards d'euros, soit un peu plus de la moitié des prêts accordés depuis 2011, dans un délai maximum de deux ans et demi, a indiqué mardi 10 février le ministère des Finances.

Cette intention a été communiquée formellement par le gouvernement portugais dans une lettre adressée la semaine dernière au FMI et aux instances de l'Union européenne, a précisé à l'AFP une porte-parole du ministère des Finances. Un remboursement anticipé requiert en effet l'accord de l'ensemble des bailleurs de fonds et cette proposition sera discutée lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro qui se tiendra lundi 16 février à Bruxelles, a ajouté cette source.

"De réserves de liquidités très importantes"

Le Portugal a reçu 25,7 milliards d'euros du FMI dans le cadre du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé en mai 2011 par l'institution basée à Washington et l'Union européenne. Lisbonne avait toutefois renoncé à sa dernière tranche d'aide, de 2,6 milliards d'euros.

Fin janvier, la ministre portugaise des Finances Maria Luis Albuquerque avait déclaré que son pays était en mesure de rembourser les prêts du FMI "par avance" mais de façon "graduelle", grâce à la "normalisation de son accès aux marchés financiers". Elle assurait alors que "le Portugal dispose de réserves de liquidités très importantes qui lui permettent d'affronter avec sérénité d'éventuelles périodes de volatilité" des marchés.

L'exemple de l'Irlande

Le Portugal s'apprête ainsi à emboîter le pas à l'Irlande, qui a annoncé à la fin novembre son intention de rembourser par avance 9 milliards d'euros sur un total de 22,5 milliards de prêts accordés par le FMI.

L'Irlande a été le premier pays de la zone euro à s'affranchir, en décembre 2013, du plan d'aide UE-FMI qui l'avait sauvée de la faillite trois ans plus tôt. Le Portugal a conclu son programme de redressement en mai dernier en renonçant, comme Dublin, à une ligne de crédit de précaution.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2015 à 14:40 :
Bravo!! Vive le Portugal!!
a écrit le 11/02/2015 à 9:03 :
Quel bel exemple à méditer par les Tsipras,Mélanchon et consors.!!!
a écrit le 11/02/2015 à 0:59 :
Sacré pied de nez à la Grèce !!
a écrit le 10/02/2015 à 21:26 :
Bravo les portugais la France devrait prendre exemple plus les années passent plus elle se degrade les impôts explose plus en plus de taxe le chômage crp ass rsa les fonctionnaires les travailleurs a mis temps femme au foyer retraite qui travaille en France toujours les mêmes malheureusement si on voit l état de l'éducation nationale et de nos hôpitaux et on ose critiqué les autres je dis bravo
a écrit le 10/02/2015 à 19:17 :
Un seul mot: Bravo !
a écrit le 10/02/2015 à 16:36 :
mais à quel prix: une émigration sans précédents, une classe moyenne qui a volé en éclats, des services publics lamentables à commencer par la santé,...reste la luminosité du ciel, de bons restaurants et des gens très accueillants (mais ça Dieu merci ce n'est pas lié à l'économie)
a écrit le 10/02/2015 à 15:03 :
leur dossier est autrement plus solide que celui des grecs !
Réponse de le 10/02/2015 à 18:19 :
et il l'a toujours été. la portugal et l'irlande ont été des victimes collatérales et pour des raisons différentes. Au portugal pas de bulle immobilière (pas au niveau de l'espagne) mais un pays qui a surchauffé au début des années 2000 quand on croyait encore que l'Europe cela voulait dire rattrapage des salaires et des niveaux de vie. La troika lui est passé dessus comme sur la Grèce. Mais le portugal n'est pas sorti de l'auberge. Le solde commercial est meilleur mais car on oblige le pays est baisser tres fortement ses couts. Mais comme pour la Grèece pas de plan industriel pas de progression vers le haut pour un pays qui reste le plus pauvre de l'europe occidental, excentré. Resultat e niveau de vie a chuté et le pays se brade aux "investisseurs" étrangers (golden visa, privatisations à tout va). Il se prive ainsi des ressorts possibles pour une croissance solide dans le futur sans compter que les jeunes continuent à fuir le pays. Alors ... quel futur pour un pays ou la dette est élevé et ou les forces vives partent chercher la survie ailleurs ? au portugal comme en Grèce , voire même en Espagne la question est comment l'europe souhaite aborder les différences de niveaux de vie, etc ... l'irlande elle a choisi pour attirer des entreprises elle fait du dumping fiscal. Ne reste t'il au sud que le dumping social pour sortir son epingle du jeu ?
Réponse de le 11/02/2015 à 2:40 :
Excellent commentaire qui résume bien l'enjeu selon moi.
a écrit le 10/02/2015 à 14:04 :
C'est une action qui détermine le désir de s'émanciper pour sortir de la tutelle, c'est toujours la recherche de la souveraineté et non pas le désir d'appartenir a une union!
a écrit le 10/02/2015 à 13:55 :
c'est des bosseurs c'est pas comme les grecs
a écrit le 10/02/2015 à 13:49 :
bravo au PORTUGAL qui prouve que la politique de gaspillage Hollande est vraiment un désastre pour la FRANCE
Réponse de le 10/02/2015 à 13:55 :
Sachez simplement que la dette de la France a doublé entre 2007 et 2012, avec un deficit annulel frolant les 8% du pib.
A bon entendeur..!
Réponse de le 10/02/2015 à 14:05 :
La "gauche de la gauche" qui veut une relance par la dépense reproche à la droite d'avoir justement soutenu l'activité par la dépense au plus fort de la crise... Maintenant Hollande n'a pas particulièrement gaspillé, il a malencontreusement brisé le fil ténu de l'activité, en augmentant les impots de manière aussi idiote qu'idéologique, avec pour conséquence de faire exploser le chomage et les défaillances d'entreprise, et avec pour corollaire le développement du travail au noir. Peut être qu'un jour on aura un président qui réfléchira avec un cerveau, ces dernières années ca nous a bien manqué.
Réponse de le 10/02/2015 à 15:03 :
Si Sarkozy avait compris, ne serait ce que légèrement, la situation dans laquelle se trouvait la France et avait pris quelques mesures adéquates, nous ne serions pas dans les problèmes actuels, avec ou sans Hollande.
Réponse de le 10/02/2015 à 16:24 :
Si Hollande avait réfléchi, la situation économique des français ne se serait pas autant aggravée depuis 2 ans...
Réponse de le 10/02/2015 à 17:02 :
donnez nous les chiffres de ce que vous avancez en matière de dette et déficit france vs GB, italie, belgique, allemagne. j'en ris d'avance. De plus donnez nous RIEN QU'UN POINT POSITIF D'hollande en 3 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :