L'Espagne retombe en récession

Après une baisse de 0,3% au dernier trimestre 2011, l'activité espagnole s'est contractée de 0,4% pendant les trois premiers mois de 2012, a révélé ce lundi la banque d'Espagne. Le pays retrouve donc la récession dont il n'était sorti qu'au début de l'année 2010.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

 

La Banque d'Espagne a estimé lundi que le PIB du pays avait accentué son recul au premier trimestre, avec une baisse de 0,4% par rapport au dernier trimestre 2011, où il avait déjà diminué de 0,3%, ce qui marque le retour de l'Espagne en récession. "Selon les informations disponibles, encore incomplètes, nous estimons que le PIB s'est contracté (au 1er trimestre) légèrement plus qu'au quatrième trimestre de l'an passé, avec un taux trimestriel de -0,4%", écrit dans son bulletin économique mensuel la banque centrale, dont les prévisions sont généralement confirmées par les chiffres officiels. Ces derniers seront connus, dans leur version provisoire, lundi prochain.

 

Rechute et incertitudes

Deux trimestres de recul du PIB signifient l'entrée d'un pays en récession, dont l'Espagne n'était sortie que début 2010. "L'économie espagnole commence 2012 en situation de rechute", souligne la Banque d'Espagne, qui estime que "son évolution dans les prochains trimestres est sujette à l'incertitude et à certains risques à la baisse, en lien avec les possibles développements de la crise de la dette souveraine" en zone euro. En rythme annuel, le PIB au premier trimestre a baissé de 0,5%, ce qui met fin à sept trimestres consécutifs de hausse et montre l'aggravation de la situation économique de l'Espagne.

Le gouvernement anticipe un recul de 1,7% du PIB en 2012

Après une faible croissance, de 0,7%, en 2011, le gouvernement prévoit un recul du 1,7% du PIB sur l'ensemble de 2012. L'Espagne, privée dès 2008 de son moteur, la construction, au moment même où éclatait la crise internationale, oscille depuis entre récession et croissance atone, tandis que le nombre de sans-emploi monte régulièrement.

Recul de 4% de l'emploi au premier trimestre

Le gouvernement a d'ores et déjà prévu un taux de chômage à 23,4% en 2012, après 22,85% à la fin 2011. Au premier trimestre, "l'emploi a encore diminué avec intensité, avec un recul annuel estimé à près de 4%", écrit lundi la Banque d'Espagne. Dans ce contexte, "la demande intérieure a continué à baisser, comme c'est le cas ces quatre dernières années" tandis que l'apport de la demande extérieure (tourisme et exportations), bien que positif, a été "inférieur au trimestre précédent".

Le déficit public à 8,5% du PIB en 2011, confirme Eurostat

Le déficit public espagnol s'est établi à 8,5% du PIB en 2011, a confirmé lundi l'office européen de statistiques Eurostat, alors que de nombreuses voix en Europe mettaient en doute le chiffre avancé jusqu'ici par les autorités espagnoles. Madrid avait annoncé en début d'année que son déficit public était beaucoup plus important que prévu en 2011, à 8,51% du Produit intérieur brut contre 6% annoncé dans un premier temps.

Compte tenu de l'ampleur de ce dérapage, le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy a pris ses partenaires européens de court en avertissant début mars qu'il ne pourrait réduire le déficit public à 4,4% en 2012, mais à 5,8%. Un objectif retoqué par les partenaires de l'Espagne au sein de la zone euro, qui ont toutefois accepté d'assouplir le déficit public espagnol à 5,3% du PIB.

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 24/04/2012 à 14:28
Signaler
Presque 25% de chômeurs!A se demander comment l'Espagne n'est pas déjà à feu et à sang. Même chose pour l'Italie, la Grèce, le Portugal...serait-ce à cause du passé? De la peur du retour des dictatures Franquistes, Mussoliniennes, des colonels ou de ...

à écrit le 24/04/2012 à 13:58
Signaler
Si vous me permettez un commentaire. Il y a quelques années on disait qu'en Espagne les jeunes qualifiés n'accédaient pas à la vie active, on en faisait des serveurs dans les bars. En France c'est pareil, on fait dans la sous-qualification, c'est un ...

le 25/04/2012 à 11:15
Signaler
heureusement, le changement... c'est maintenant ! Heeeeuheeeeeu (rire/gémissement de Hollande dans les Guignols)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.