Pour sortir de la crise, forçons les riches à prêter !

 |   |  474  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'institut allemand DIW propose d'imposer en Europe une taxe couplée à un emprunt forcé sur les fortunes de plus de 250.000 euros. En Allemagne, ceci permettrait de glaner 230 milliards d'euros.

Pour réduire la dette des Etats européens, il faut prendre l'argent où il se trouve. C'est la proposition de l'institut berlinois pour la recherche économique DIW qui propose la mise en place dans les pays en crise comme dans les pays plus solides la mise en place d'une contribution exceptionnelle sur les fortunes les plus élevées accompagnée d'un emprunt forcé, autrement dit d'une dette envers l'Etat que les « riches » seraient contraints de contracter.

« Rééquilibrer » les richesses

Le DIW part du constat simple que, à mesure que s'accroissaient les dettes des Etats européens s'accroissaient également les richesses des particuliers et des entreprises. Afin de « rééquilibrer » l'ensemble, un transfert de ces dernières vers les Etats semble donc nécessaire. Le système proposé présenterait, selon Stefan Bach, directeur adjoint du département Etat au DIW, l'avantage par rapport à une hausse d'impôt simple d'empêcher les effets liés aux niches fiscales. De plus, l'emprunt forcé permet d'espérer pour les personnes touchées une récupération des sommes confisquées.

230 milliards d'euros à gagner

Le DIW propose une contribution de 10 % sur la fortune nette des citoyens à partir de 250.000 euros, 500.000 euros et un million d'euros. L'étude évalue cette fortune disponible à 394,4 % du PIB en Allemagne, 510 % en France et 556 % en Italie. Concernant l'exemple allemand, le DIW estime que la contribution frappant les fortunes de plus de 250.000 euros concernerait une base fiscale de 92 % du PIB allemand et permettrait de lever  230 milliards d'euros. « Ceci permettrait de ramener la dette allemande à 60 % du PIB, donc de revenir dans les critères de Maastricht », note Stefan Bach. Fin 2011, la dette publique allemande représentait près de 82 % du PIB.

Une idée ancienne

Cette idée des emprunts forcés n'est pas nouvelle. La révolution française en avait lancé plusieurs, justement sur les plus hauts revenus. En 1793, Cambon, membre du comité de salut public, avait mis en place le « milliard des riches ». Un emprunt forcé portant sur 100 % des montants supérieurs à 9.000 francs. Loin de récupérer un milliard, la république ne gagna que 200.000 francs dans cet emprunt. Plus près de nous, François Mitterrand imposa un emprunt forcé sur 10 % du montant des impôts en 1983. Sommes qui furent remboursées en 1986 et ceci ne conduisit pas à un effondrement conjoncturel. Enfin, en 2010, le député UMP Hervé Mariton a proposé un emprunt forcé plutôt que le fameux "grand emprunt".

Critiques en Allemagne

En Allemagne, cette proposition a fait la une des sites d'information ce jeudi, mais souvent sur un ton très critique. L'institut IW de Cologne, proche du patronat, s'en est étranglé. « Et pourquoi pas aussi exproprier les riches ? », a avancé son économiste Ralph Brügelmann. La mesure, souligne IW, « stopperait l'économie » et est, totalement inappropriée en Allemagne, où les recettes fiscales sont en hausse constante.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2012 à 12:30 :
Depuis que nous comptons en euro, le patrimoine de la France a été multiplié par quatre soit douze pour-cents de croissance annuelle contre un à deux pour-cents pour les revenu des ménages... Imaginez-vous que cette tendance puisse perdurer ? Nécessairement les instincts égoïstes et les nécessités de l'existence finissent par se rencontrer et c'est maintenant. La réalité est que l'on s'est arrangé pour minorer peu à peu l'impôt des nantis pour le transformer en emprunt leur permettant ainsi de gagner sur tous les tableaux : payer moins d'impôts que le bon sens voudrait, encaisser des intérêts puis finir par récupérer ses capitaux !... Les Allemands sont loin d'être stupides. Ils ont parfaitement compris qu'à l'approche des limites d'élasticité sociale, lâcher du lest n'est plus une option.
a écrit le 13/07/2012 à 18:07 :
L´idée de l´emprunt forcé n´est pas tout a fait aussi saugrenue que certains pourraient croire car cela a déjà été pratiqué eu en Allemagne à la fin des années 40 apres la seconde guerre mondiale.
Afin de financer la reconstruction et permettre aux millions de refugiés de loger, ceux qui n´avaient pas souvert ont été forcés d´hypotéquer leurs valeurs foncières pour permettre les prêts bancaires en faveur des démunis.
Ceci s´apellait le « Lastenausgleich » c´est à dire la « répartion du fardeau » ce qui a permis aussi de dédommager en partie ceux qui avaient tout perdu.

On estime que 10 % de la population allemande actuelle detient 90 % de la fortune des allemand d´environ 4.000 milliards dEuro, ne prenant même pas en compte les valeurs immobilières. Si ces 10 % privilégiés étaient forcés de prêter un peu de leur fortune, ils ne le remarquerait même pas !
a écrit le 12/07/2012 à 20:13 :

Messieurs les experts...

Vous, qui êtes consultés par nos dirigeants,n'oubliez pas quelques évidences que, sans doute, ils connaissent, mais qu'ils ne souhaitent pas entendre:Ils ne savent pas comment les résoudre .A vous de leur souffler des solutions
Les impôts :
Bien sûr il faut viser les riches ,mais ils ne sont pas très nombreux, il est cependant évidents que celui qui a beaucoup contribue davantage que celui qui a peu .Mis à part cette évidence,Il y a,quelque chose qui me choque : Est-il normal que seulement 1 foyer fiscal sur 2 paye l'impôt sur le revenu ? Moi, qui suit de cette moitié qui paye cet impôt, quand je regarde ceux que je connais dans l' autre moitié, je suis parfois surpris. J'ai le sentiment que certains devraient , sans doute modestement, mais,devraient participer à l'effort qui va finalement fortement peser sur la classe moyenne. Bref, pour faire simple il me semble que l'assiette des revenus imposables devrait être élargie. Bien entendu, il faut rester juste, mais avec une augmentation du nombre de foyers imposables, on devrait trouver quelques millions ou milliards,en s'adressant à un plus grand nombre de contribuables:Une faible participation à une tranche de population nombreuse peut être supportable et finir par faire une somme importante. Bien entendu, je n'ai pas de chiffre, mais, dans les bureaux de Bercy ou à l'Insee ,on doit savoir.
Les retraites : Il est anormal et scandaleux, qu'une part très importante des retraites SNCF, RATP ,BANQUE de FRANCE et bien d'autres, soient à la charge du contribuable. De même pour EDF qui est en forte partie à la charge des caisses du privé et du consommateur. Je pense aussi que les fonctionnaires devraient avoir une caisse de retraite et non pas être en activité comme en retraite sur le budget de l'état. De plus généralement tous ces personnels ont depuis 2010 reçu des compensations pour éviter la grève et n'ont pas encore subit les modifications d'age de départ imposées au secteur privé. Il est important de bien voir que ces dépenses nous engagent pour des dizaines d'années !!
Bien entendu il existe bien d'autres situations que je qualifie de "sénatoriales" pour désigner la classe politique, hauts fonctionnaires, utiles ou inutiles je ne sais pas trop, mais qui me semblent bien nombreuse et bien chère surtout si l'on ajoute les frais de déplacement, notes de frais etc etc.
Alors j'admets que mes impôts augmentent ,mais j'aimerais voir les dépense diminuer.
Les allocations de ceci et de cela... :
Je trouve anormal que les allocations familiales ne soient pas soumises à des conditions de ressources. De même,il n'y a pas assez de contrôles sur bien d'autres allocations et également sur le travail noir !!
bref : Il faut aussi agir sur l'argent qui sort et ne pas seulement penser à en faire rentrer
a écrit le 12/07/2012 à 19:00 :
Si l'allemagne s'adonne au n'importe quoi aussi : où va-t-on ? droit dans le mur
a écrit le 12/07/2012 à 4:15 :
J attends de voir cela en France avec impatience !
a écrit le 12/07/2012 à 1:30 :
Le principe de cet emprunt forcé est aussi ridicule qu'impossible à mettre en place. Si une personne après une vie de travail et d'épargne, possède deux appartements qu'elle met en location ... peut-on l'obliger à vendre pour souscrire cet emprunt ? Bien sûr que non !!!


Une TVA à 25% ou 26 % serait beaucoup plus simple, beaucoup plus juste (car celui qui achète une Mercedes ou une BMW, acquitte un montant TVA beaucoup plus élevé que sur une 106), et surtout plus crédible !

Réponse de le 12/07/2012 à 7:35 :
Vous n'imaginez pas ce qu'un énarque de Bercy est capable de concocter pour vous soulager de vos sesterces sonnants !
a écrit le 11/07/2012 à 23:17 :
Dans le même ordre d'idée, pourquoi ne rendre obligatoire l'euthanasie à partir de 80 ans puisqu'il y a trop de retraité
Réponse de le 11/07/2012 à 23:28 :
Il y a aussi, dans le même esprit, la célèbre tirade de Jean GABIN dans la Traversée de Paris : "Salauds de pauvres !". Pour le cas où le gouvernement chercherait des idées...
Réponse de le 12/07/2012 à 19:06 :
On nage là effectivement en plein délire. Diantre que de clowns : ils font les bêtises et c'est à nous de passer à la caisse un comble ! Une seule solution acceptable : les virer manu militari
a écrit le 11/07/2012 à 22:40 :
N'y a t il pas une erreur de calligraphie dans le titre. S'agit-il de "prêter" ou de "péter"?
Merci de votre réponse
a écrit le 11/07/2012 à 22:06 :
Trêve de plaisanterie, si on organisait un suicide collectif à 65 millions de personnes au même moment mais après avoir légué la totalité de nos biens à notre Président normal
a écrit le 11/07/2012 à 21:40 :
Pendant que papa François fout la France en l'air avec jean)-Marc, Thomas (le fils, demi-frère de Jean S.) démolit Valérie la twiteuse. C'est à se rouler par terre, complètement ouf.
Réponse de le 11/07/2012 à 22:09 :
Depuis qu'on a ce gouvernement jene vais plus au théatre de boulevard, c'est un régal rien qu'à les regarder faire. Et ça coûte pas cher (de les regarder) malheureusement avec leurs idées foireuse la note va etre salée;
Réponse de le 12/07/2012 à 7:39 :
On a bien rigolé aussi avec la pièce précédente : entre l'agité qui se fait plaquer le jour de son sacre et le rejeton qui essaye de récupérer le duché de Neuilly et la cassette de l'Epad ...
Qu'est ce qu'on se marre ! Mais ça coûte des ronds !
a écrit le 11/07/2012 à 21:37 :
J'adore!
230Mds à gagner!
Et pourquoi pas tout, je veux dire TOUT! On pourrait alors avoir TOUT à gagner! Il suffirait de TOUT leur prendre!
Sauf aux élus et représentants légitimes de la vie publique et politique, et aux responsables d'associations et d'ONG légitimes afin de ne pas agraver leur double peine: ils nous servent bénévolement et n'ont pas le temps de s'occuper de ces mesquines affaires d'argent...
Bon alors, ça fait quoi d'être redevenus des pays solvables? On va enfin pourovir dépenser un peu! En s'endettant, bien sûr, mais on aura de super taux et on n'a plus de dette! Et puis il faut bien relancer la machine et pour ça, on sait bien qu'il n'y a pas de mystère! Il faut investir massivement dans le futur en subventionnant massivement les secteurs d'avenir, en relançant l'ascenseur social, en libérant les forces vives de notre jeunessse qui regorge de talents, en redonnant un cadre de vie et de réflexion digne de ce nom à nos fonctionnaires épuisés, et puis le logement et les conditions de vie, l'accès à la culture pour tous, en particulier dans le cadre de la sauvegarde de notre exception. Bref, il est temps de reconstruire la France! :-)
a écrit le 11/07/2012 à 21:21 :
mais les riches nous pretent déjà, !!! et y gagnent !!! ce qu'il faut c'est redistribuer leurs richesses (comme le fait francois) par l'impôt comme pendant les trente glorieuses . Pour que l'économie se porte bien , il faut en effet - réduire les écarts entre les riches et les pauvres pour que ces derniers puissent consommer, et - recréer une URSS pour faire peur aux riches .
Réponse de le 11/07/2012 à 23:21 :
Parce qu'aujourd'hui, l'impôt ne joue pas son rôle redistributif? C'est une plaisanterie! Moins de la moitié des français payent l'IR, et pour les autres, plus ils gagnent, plus leur taux d'imposition augmente. C'est la progressivité, et c'est normal. Et ce ne sont pas quelques anomalies dues aux niches fiscales, en cours de correction (et ce depuis Sarkozy, qui a baissé successivement leur plafond global les 3 dernières années de son mandat), qui changent cette logique. Et votre haine des riches est pathétique, si vous appelez de vos voeux une nouvelle URSS, pourquoi n'émigrez-vous pas en Corée du Nord, vous y serez certainement très heureux!
a écrit le 11/07/2012 à 20:35 :
C'est pas croyable de lire des choses comme ça : "Pour sortir de la crise, forçons les riches à prêter!"
Ici même, on lit que la France emprunte depuis quelques jours à des taux négatifs.
Ce ne sont pas les prêteurs qui manquent!
Avec des raisonnements économiques comme ça, faut pas être surpris que la croissance et la baisse du chômage, c'est pas pour demain !
Il est faux de dire que la zone euro est en crise. Elle souffre d'une maladie chronique dont le principal symptôme est l'absence de compétitivité de son économie !
Une crise, c'est passager. Ce que l'on connait n'est qu'un début
La vieille Europe est en décadence durable.
Réponse de le 12/07/2012 à 1:34 :
Le problème de la France n'est en effet pas d'emprunter, ni de forcer certains à prêter à un état déjà surendetté.
La vraie question est de réduire la dépense publique, afin de retrouver l'équilibre.
a écrit le 11/07/2012 à 20:22 :
"Loin de récupérer un milliard, la république ne gagna que 200.000 francs dans cet emprunt"...
Tout est dit, et le parallèle est facile avec les expatriés d'aujourd'hui.
On les taxe trop, ils se barrent, et ils ont raison!
Je n'ose imaginer la croissance dans notre beau pays si nous baissions fortement les impôts et réduisions les dépenses de cet état obèse!!
a écrit le 11/07/2012 à 19:51 :
La guerre, voilà ce que vous allez ramasser ! Raz le ponpon de payer la gabegie des mediterraneens ( français y compris ) !
Réponse de le 11/07/2012 à 20:37 :
Vous irez la faire vous même alors !
Réponse de le 11/07/2012 à 20:50 :
Et vous aussi
Réponse de le 11/07/2012 à 21:09 :
et les corses?
Réponse de le 11/07/2012 à 21:16 :
@ Vincent
Après vous mon gars !
Réponse de le 11/07/2012 à 21:45 :
nonon, après vous je vous en prie
Réponse de le 11/07/2012 à 21:46 :
je n'en ferai rien
Réponse de le 11/07/2012 à 22:16 :
Bon trêve de courtoisie : si vous n'y allez pas, je chante ''le déserteur '' de Boris Vian
Et je chante très mal, je vous aurais prévenu !!
a écrit le 11/07/2012 à 19:05 :
et si on obligeait les pauvres pas riches à être moins assistés? quelles belles économies en vue, et les fonctionnaires à être moins "malades", et les politiques à dire moins de betises et à moins se sucrer.....
Réponse de le 11/07/2012 à 21:06 :
François a-t-il du faire un régime parce qu'il s'était trop sucré; A mon avis il va regrossir vite fait, le povre (je veux dire le riche)
Réponse de le 11/07/2012 à 22:44 :
On pourrait réduire le RSA par 2 et supprimer les allocations chômage au bout de 15 jours, ca permettrait d'augmenter les retraites et de nous exonérer de la CSG
a écrit le 11/07/2012 à 19:00 :
Parce qu'ils ne prêtent pas déjà? Débile
Pourquoi pas confisquer leur bien et les mettre dans des trains les riches, comme en 19
Réponse de le 11/07/2012 à 21:08 :
Parlez-vous des méthodes de la solution finale qui pourrait être appliquée aux riches (+ de 4 000 euros par mois)?
Réponse de le 11/07/2012 à 21:42 :
Ya mein général, il faut des zolutions radicales pour éliminer la dette (et ceux qui la détienne).
a écrit le 11/07/2012 à 18:58 :
A 15% annuel, je veux bien. Et comme c'est le but recherché, pourquoi pas. Rappelez-moi le taux de l'inflation, please..??
a écrit le 11/07/2012 à 18:44 :
EURSS est en marche !
a écrit le 11/07/2012 à 18:11 :
je resume: vous avez une maison a 300.000 euros, on va vous forcer a emprunter pour 30.000 euros afin que les politiciens puissent se passer de gerer l'argent public; mieux, vous avez un appart que vous louez, qui vous rapporte net moins de 2% avant impots, revendez le pour payer 10% a l'etat ( en plus de l'impot sur les pv !)...... les etats rembourseront avec de l'inflation, je suppose?
Réponse de le 11/07/2012 à 18:41 :
Faut les comprendre en même temps: ne plus avoir d'argent public à dépenser est le drame de tout politique !
Réponse de le 11/07/2012 à 20:39 :
Vous venez de découvrir le grand intérêt de votre bulletin de vote ...
Merci en passant à Sarkozy, socialiste honteux, qui a quasiment doublé la CSG sur les dividendes !
a écrit le 11/07/2012 à 17:50 :
Le mécanisme pour forcer les riches à iVESTiR PLUTôT que de prêter sera de taxer lourdement tout ce qui est spéculatif ... les placements, la bourse, l'immobilier logistique, les résidences secondaires, les logements vacants et les bureaux vacants. Cette taxe pourra être modulée, réduite, en fonction des INVESTISSMENTS EFFECTUéS DANS l'économie industrielle par ces nouveaux riches de richesses mal acquises depuis 30 ans.
Réponse de le 11/07/2012 à 19:02 :
vive les bons vieux matelas et les coffres profonds comme la poche de l'etat
Réponse de le 11/07/2012 à 19:02 :
vive les bons vieux matelas et les coffres profonds comme la poche de l'etat
Réponse de le 12/07/2012 à 2:35 :
Mon cher Mieux Encore, si les placements, la bourse, l'immobilier ne sont pas des investissements, que proposez vous ? Que les riches (par définition, ceux qui ont plus que vous ce qui ne doit pas être difficile vu votre niveau) investissent dans votre PEL, votre Livret A et dans le remboursement de l'emprunt que vous avez souscrit pour acheter une voiture plus "riche" que nécessaire, un smartphone pour chatter avec Ginette la copine de la maison d'en face qui fait aussi coucou à la fenêtre, et une télé dotée de gadgets psychédéliques dont vous en comprenez même pas le nom ? Super génial ....
a écrit le 11/07/2012 à 17:44 :
Ralph Brügelmann ; « Et pourquoi pas aussi exproprier les riches ? » Ben oui, tiens pourquoi pas. Parce que mon petit ralphy, une fois qu'on aura constaté que les potions des bons docteurs troïka et FMI tuaient les malades, il va bien falloir qu'on parle d'autres choses. Et y a des chances qu'on ne soit plus très loin de cette aimable suggestion de l'économiste du Medef allemand.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :